Sit-in des travailleurs de Tiguentourine devant le siège de Sonatrach

Une dizaine de représentants des travailleurs algériens du complexe gazier de Tiguentourine ont observé ce matin un sit-in devant le siège national de Sonatrach à Alger. Ces travailleurs ont une seule revendication : leur intégration au sein de Sonatrach. Lors de cette action de protestation, ils ont clairement signifié leur refus de continuer à servir dans ce site, cible d’une sanglante attaque terroriste en janvier dernier, en tant que contractuels. Ils comptent ne pas signer leurs nouveaux contrats de travail en juin prochain. Des contrats de travail dans le cadre d’une société mixte partagée entre BP, Statoil et Sonatrach. En tout, ils sont 183 Algériens à exercer dans cette société. Les étrangers ayant quitté le site depuis l’attaque terroriste qui a fait 38 morts parmi les travailleurs étrangers et un Algérien, ils se retrouvent seuls à faire fonctionner cette raffinerie dont la production représente près de 20% des exportations gazières du pays. Sachant que leur présence sur le site est plus que névralgique pour l’Algérie, ces travailleurs veulent avoir une situation professionnelle stable qui leur permettra d’accéder à tous les droits inhérents à la nature de leur mission.
S. Baker

Commentaires

    Mahdi
    26 mai 2013 - 18 h 53 min

    dire et se contredire c’est
    dire et se contredire c’est le sport national ! zerguine disait que les travailleurs étrangers ont repris le travail alors que 183 algériens disent le contraire aujourd’hui ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.