Nicole Bricq : «L’Algérie n’est pas un marché, c’est un partenaire»

L’ouverture ce mardi à l’hôtel El-Aurassi d’Alger du Forum de partenariat France-Algérie a constitué une occasion opportune pour les autorités françaises de rappeler la nouvelle vision qui doit désormais imprimer les rapports économiques entre les deux pays. Cette nouvelle orientation apparaît clairement dans le discours qu’a prononcé à l’ouverture des travaux de la rencontre la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, qui a assuré que l’Algérie n’était pas «un marché» mais «un partenaire», précisant que le partenariat supposait «une relation d’égalité entre les partenaires». «L’Algérie n’est pas un marché, en tout cas, elle ne peut pas être que cela. Elle est un partenaire et le terme de partenariat suppose une relation d’égalité entre les partenaires et aussi une direction commune ambitieuse dans les projets commun», a-t-elle déclaré devant un parterre d’hommes d’affaires et d’industriels des deux pays. Mme Bricq a même estimé que l’Algérie «doit redevenir une destination naturelle des entreprises françaises», appelant ces dernières à «se saisir immédiatement des opportunités qui leur sont proposées». La représentante du gouvernement français a, à cette occasion, réaffirmé la volonté des autorités de son pays de maintenir et diversifier les investissements français en Algérie. «Nous souhaitons accentuer la présence des PME et PMI françaises en Algérie», a-t-elle assuré, précisant que le deuxième défi commun à l’Algérie et à la France est la diversification, aussi bien dans les secteurs que dans la taille des entreprises françaises qui s’adressent à l’Algérie. Saisissant au vol la recommandation faite par le gouvernement algérien aux entreprises publiques d’aller vers des «contrats de performance» avec des sociétés étrangères en matière managériale, elle a invité les sociétés françaises «à se saisir immédiatement des opportunités qui leur sont proposées». Mme Bricq a aussi suggéré de ne pas trop faire cas des contentieux ayant opposé, par le passé, des sociétés françaises aux autorités algériennes, estimant que la question «fait partie des relations d’affaires». «Il y a eu des contentieux et il peut y avoir d’autres à l’avenir. C’est normal. Il faut relativiser et trouver le bon compromis», a-t-elle, en effet, recommandé. Pour la ministre française, «l’Algérie est une terre de projets» et «le bilan (de partenariat) est très positif». Dans le domaine de l’habitat, les entreprises françaises comptent investir le marché algérien, très convoité par d’autres pays européens. «Il me paraissait invraisemblable que la France et ses entreprises ne soient pas mobilisées. Quatre entreprises françaises sont présélectionnées dans les appels d’offres en cours», a-t-elle indiqué. «Notre objectif est le développement économique croisé», a-t-elle soutenu. La ministre française a, enfin, renouvelé la volonté de son pays de maintenir la relation économique franco-algérienne «à son très haut niveau».
Amine Sadek
 

Comment (17)

    patriote
    31 mai 2013 - 15 h 27 min

    Maintenant que notre
    Maintenant que notre président est entres vos mains,vous pouvez dire tout ce que vous voulez,quelle dignité avons nous,mais ça ne durera pas.Hugo chavez allah irahmou est allé se soigner à cuba,le notre chez fafa.N’est pas chavez qui veut.




    0



    0
    Karl Lawson
    29 mai 2013 - 15 h 05 min

    Ne censurer pas la réalité
    Ne censurer pas la réalité sinon, changer de métier. Merci




    0



    0
    Horizon
    29 mai 2013 - 11 h 33 min

    @ ANONYME 29 MAI
    @ ANONYME 29 MAI 2013-7H16

    Les algériens son capable de patiente , d’observations , d’analyses , de concertations , de planifications , et de décisions radicale sans mettre la paix civile de notre pays en jeux .
    Alors les décisions a l’emporte pièce du style manu militari , branle bas le combat a tout vas fait le piège de nos ennemis…….
    Cette option n’est certainement pas a l’ordre du jour et ne risque pas de le devenir sans raison prescrit selon notre religion l’ISLAM.
    Les méthodes qui n’auront d’impacts que notre propre pertes ,sont a proscrire .
    Les algériens gardent la tête froide , avec beaucoup de lucidités ,ils ne font pas dans la précipitation qui n’est pas bonne conseillère.
    Nous sommes vigilants et méthodiques , ne tombons pas dans le paranoïa .
    Et pour conclure , il nous arrivera uniquement ce que Allah Soubhanou Ouoi Tahala nous aura destiné.
    Et ce que nos mains ont faits , par nos actes et choix .




    0



    0
    Anonyme
    29 mai 2013 - 9 h 30 min

    mme la brique l’algerie n’est
    mme la brique l’algerie n’est un marché c’est un bazar a ciel ouvert c’est un souk innonder par par de la marchandise que vous européens vous vous refusez l’algerie capitale des containers chinois, c’est la mecque des rapaceset des hyénes




    0



    0
    Anonyme
    29 mai 2013 - 8 h 51 min

    **********TSLF***********
    **********TSLF***********




    0



    0
    maleh
    29 mai 2013 - 8 h 10 min

    Je note qu’on dit toujours
    Je note qu’on dit toujours « partenariat France-Algérie » ou bien « Forum Franco-Algérien » et je me demande pourquoi ne dit-on pas « Forum Algéro-Français »?

    Pourquoi cette relation de précédence? Est-ce réellement signifiant? Et si on l’inversait (du moins sur le papier)?




    0



    0
    Karl Lawson
    29 mai 2013 - 6 h 16 min

    La France n’est plus ce
    La France n’est plus ce qu’elle était, c’est l’instrument ou le cheval de Troie des faucons.




    0



    0
    Anonyme
    29 mai 2013 - 2 h 23 min

    Sellal et son gouvernement
    Sellal et son gouvernement pose un problème, il faut le virer!

    Il roule pour son compte en bradant le pays à la France en l’absence de Bouteflika en vue des élections de 2014.

    Qui signe les documents et les papiers officiels pour Bouteflika.

    Qui est chargé de faire respecter et d’appliquer la constitution ?

    Quel est le délai légale avant que les institutions proclame Bouteflika inapte à la fonction ?

    Comment se fait-il que le premier ministre Sellal puisse ignorer l’absence du président en signant autant d’accords politiques, diplomatique et commerciaux dont certain relèvent exclusivement de la présidence ?

    Quoi le gouvernement Sellal dit que Bouteflika va bien et il continue ? Ou sont les preuves de vie de Bouteflika ?

    Doit-on rappeler que seul Abdelaziz Bouteflika est élu président et non son frère saïd Bouteflika ?

    Si nous ne voulons pas des accords d’échanges et des partenariats avec la France signés par le gouvernement Sellal en l’absence du président, quels sont nos recours ?
    Y en a t-il à part les armes ?
    On ne veut pas d’UBI France, de Renault et du reste..

    Vive l’Algérie libre et vive les partenariats avec les pays du BRICS et assimiles ainsi que les USA, Italie, Espagne UK, DEUTSCHLAND .

    *********TSLF**********

    (Tout sauf la France)

    PS : Algérie en FORCE !!!

    ==> Virez Sellal et son gouvernement !
    ==> Virez la France de l’Algérie !!!




    0



    0
    An
    29 mai 2013 - 2 h 14 min

    Vu que Nicole Bricq ne sert a
    Vu que Nicole Bricq ne sert a rien en France,elle a décidé toute seule comme une grande de devenir notre bonne conscience et ministre des importations. Les socialistes que j’ai beaucoup fréquenté, je ne peux plus les voir même en peinture, ils ont de la guimauve plein la bouche et son en réalité les pires crapules.




    0



    0
    Amcum
    29 mai 2013 - 0 h 13 min

    TSLF = Tout sauf la France
    TSLF = Tout sauf la France




    0



    0
    Anonyme
    28 mai 2013 - 20 h 44 min

    Politiquement ,économiquement
    Politiquement ,économiquement …la France a toujours été contre l’Algérie…sinon comment expliqué madame :
    -la position de la France vis a vis du peuple SAHRAOUI …comment un pays qui pour devise: l’égalité la fraternité la liberté est Contre l’autodétermination de tout un peuple…le peuple…alors qu’ailleurs elle se comporte d’une autre manière…vis à vis d’autre peuple!!!
    -la France investit ailleurs comme Renault …alors que l’Algérie st parmi les plus grand pays importateur de voiture dans le monde…
    je suis pour le boycotte de Renault en Algérie…. particulièrement les voitures fabriquées chez notre ennemi de l’ouest
    La France n’a jamais pardonné à l’Algérie n’avoir fait la révolution de 1954




    0



    0
    maleh
    28 mai 2013 - 20 h 29 min

    Moi je dis : One, Two,
    Moi je dis : One, Two, Three, Viva Frangerie




    0



    0
    Karl Lawson
    28 mai 2013 - 20 h 12 min

    C’est maintenant que vous
    C’est maintenant que vous vous réveillez..




    0



    0
    abdelkader wahrani
    28 mai 2013 - 19 h 07 min

    toz…. fakou… bande de
    toz…. fakou… bande de crapules suceurs de sang du peuple algerien.




    0



    0
    Anonyme
    28 mai 2013 - 19 h 06 min

    C’est comme l’usine Renault ,
    C’est comme l’usine Renault , c’est une couverture pour vendre les voitures fabriquer au maroc , on le voit bien avec la taille des l’usine , .
    j’appelle au boycotte de tout produits français




    0



    0
    Anonyme
    28 mai 2013 - 19 h 04 min

    moi aussi , j’ai la même
    moi aussi , j’ai la même vision , tout sauf la France . la France a choisi le maroc et poignardera toujours l’Algérie comme elle la toujours fait




    0



    0
    Anonyme
    28 mai 2013 - 18 h 44 min

    Quitte a mentir, vour
    Quitte a mentir, vour pourriez trouver mieux, non?

    Il faut generalsier l’utilisation de l’anglais et de l’espagnol, foutre dehors ces entreprises francaises, favoriser les entreprises des pays BRICS et assimiles ainsi que les USA, Italie, Espagne UK, DEUTSCHLAND .

    *********TSLF**********

    (Tout sauf la France)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.