Notre haïk, leur hidjab

Lorsque le monde n’était pas encore un village et que l’Afghanistan était loin, nos parents nous apprenaient que fumer, boire et fainéanter étaient mal vus. A cette époque-là, les esprits étaient encore saints et les valeurs morales provenaient de nos aïeux. Nos mères portaient le haïk, un voile dont la blancheur reflétait la pureté d’une société qui, tout en respectant les constantes vertueuses, ne vivait pas moins en harmonie avec le monde dit civilisé. Nos parents puisaient leur force dans la longue liste de martyrs tombés au champ d’honneur pour libérer le pays. Puis, petit à petit, le monde se mit à se rétracter. L’Afghanistan n’était plus aussi loin et l’Egypte «frérienne» s’incrusta dans nos mœurs. Les adeptes des Pachtounes substituèrent Hekmatyar au colonel Amirouche, Shah Massoud à Mostefa Ben Boulaïd et Abdul Rassul Sayyaf à Larbi Ben M’hidi. Nos glorieux martyrs furent ainsi effacés d’un revers de main et toute une histoire révolutionnaire faite de courage et de résistance jetée aux orties. Et en même temps que les barbes poussaient, le hidjab, un vêtement d’une mocheté écœurante, nous sera exporté par la confrérie de Sayyid Qotb, atteint d’une misanthropie maladive après son séjour aux Etats-Unis dont il est revenu complexé, et son héritier Al-Qaradawi, reptile de compagnie élevé dans le terrarium de l’émir du Qatar. Puis, encore, les intégristes évoluant comme le reste des humains, le hidjab sera abandonné pour un nouvel accoutrement autrement plus laid, le jilbab, noir et trainant par terre dans les rues sales de nos villes, balayant sur son passage poussière, crachats et autres souillures jetées par des citoyens inciviques. La bêtise humaine n’ayant pas de limites, les promoteurs de cette doctrine rétrograde inventent sans cesse de nouvelles formes de djihad, allant de la traite de femmes au crime de sang. Le monde devra cesser d’être un village planétaire, l’Afghanistan s’éloigner à nouveau, l’Egypte disparaître de nos écrans, le hidjab redevenir haïk et l’âme de Ben Boulaïd, Amirouche et Ben M’hidi reprendre le chemin de la lutte pour le recouvrement de notre personnalité et de notre conscience perdues.
M. Aït Amara
 

Comment (16)

    Anonyme
    23 juin 2013 - 7 h 46 min

    je vous salut Mr Aït Amara,
    je vous salut Mr Aït Amara, pour votre sincerité honnète et courageuse,de defendre notre Algerianité et nos coutumes ancestrales. et par la même occasion je salut! aussi mes chers compatriotes,des vrais Algeriens, BH, TARIK-BAB EL OUED, CRIMO, SELECTO, SYRIANO. bref, longue vie au haïk et burnous Algerien, et je souhaite tout le bonheur du monde au peuple Algerien {les vrais algeriens}et vive l’Algerie Algerienne et Souveraine




    0



    0
    maleh
    22 juin 2013 - 21 h 19 min

    Mes chers compatriotes,
    Il

    Mes chers compatriotes,
    Il est désolant de constater que pas mal de commentaires sont particulièrement inutiles du fait qu’il ne font pas avancer le débat. Cessons les attaques personnelles, je vous prie. Concentrons-nous sur les arguments de tout un chacun et laissons de côté les accusations farfelues du type « tu es sioniste, je t’ai grillé ».
    Même si un commentaire va à l’encontre de ce que l’on pense être l’idéal personnel, nous ne sommes pas ici pour faire connaissance, à ce que je le sache, mais plutôt pour nous informer et nous exprimer sur les sujets qui nous intéressent. Essayons de changer notre manière d’être car il n’y a que les débiles qui ne changent pas.




    1



    0
    X man
    22 juin 2013 - 21 h 07 min

    Non , monsieur Ait Amara
    Non , monsieur Ait Amara !

    Votre article est vraiment catastrophique et je vous interdit de faire un préjugé sur une partie d algeriennes et d algeriens qui portent des vetements differents de ce que vous porter vous.
    Vous etes entrain de recruter pour les integristes wahabites.

    La pedagogie et le sublime du Coran ne consistent pas a interdire ou a recommander, laissant ainsi la place au litteralisme froid et à l interprétation erronee des insenses, mais à brosser l image la plus complete de la situation a laquelle conduit le prejuge, l opinion ou la conjecture

    Non monsieur ,je suis pas islamiste mais je les defend par principe car ce sont des algeriens ,donc mes FRERES meme s ils ne s habillent pas comme moi

    Non monsieur ,je suis pas islamiste mais je les defend par principe car ce sont des algeriens ,donc mes FRERES meme s ils ne s habillent pas comme moi.




    0



    1
    tarek
    22 juin 2013 - 19 h 38 min

    Je suppose M. Ait Amara donc
    Je suppose M. Ait Amara donc que vous préconisez pour votre épouse ou fille le haik ? Ne me dites surtout pas que ce sera un choix personnel, car portez le hidjab est aussi un choix personnel




    0



    0
    Crimo
    22 juin 2013 - 18 h 41 min

    Ce que ne savent pas beaucoup
    Ce que ne savent pas beaucoup de nos ennemis qui nous insultent en faisant la promotion du nikab salafiste, comme l’a fait cet Anonyme un siono intégriste auquel j’ai déjà répondu, c’est que le haïk algérien est un des symboles de la révolution algérienne, les femmes algériennes qui ne portaient aucun voile sur la tête, avant le colonialisme, ou portaient des foulards faisant parti des costumes traditionels algériens, se sont mises à se couvrir tout le corps pour échapper aux instincts bestiaux des terroristes colonisateurs franâis, reconnus aussi comme violeurs de femmes, ce haïk sans aucune connotation religieuse est un symbole historique de la résistance et la révolution algérienne, contre le colonialisme. Ensuite il est rentré dans les moeurs culturelles algériennes, pour faire partie du costume traditionnel algérien, mais avec beaucoup d’élégance et de classe puisque brodé sur du tissu de soie travaillé de dentelles raffinées, un costume purement algérien qui n’a rien à voir avec le nikab mortifère de la tennue salafiste de la péninsule des traitres, et symbole de la soumission, de l’eslavage, de la laideur, de l’anti culture, alors que le haïk algérien porte de la symbolique de la révolution de la résistance contre l’ennemi.




    0



    0
    selecto
    22 juin 2013 - 18 h 34 min

    Même les prénoms sont
    Même les prénoms sont importés de l’Orient et l’Occident.




    1



    0
    bilal
    22 juin 2013 - 18 h 26 min

    L’Algérie a été bousillé,
    L’Algérie a été bousillé, c’est ce qu’ils voulaient et ils ont réussi ? Est-ce que l’Algérie va retrouver ses valeurs, j’en doute ! La mondialisation est passée par là et une grande majorité de ce peuple sont des couillons finis et qu’on ne me sorte pas le « grand peuple » qui s’est battu pour la libération! c’est une poignée de bonhomme qui ont délivré l’Algérie de la France et pas la majorité et si nos combattants n’avaient pas été les saigner dans les villages pendant l’occupation française et dans la communauté algérienne de l’étranger nous serions encore sous la botte des fascistes et impérialistes Français…

    C’est l’histoire qui parle. Je crois que seule une poignée de patriote peuvent sauver ce pays du désastre et personne d’autre et c’est mon avis …




    0



    0
    Anonyme
    22 juin 2013 - 18 h 16 min

    écoute crimo, si tu peux (ce
    écoute crimo, si tu peux (ce que je ne crois pas). je ne te connais pas. j’ai choisi anonyme par facilité, pas pour me faire passer pour qqu’un d’autre. Algérie Patriotique pourra vérifier par mon mail que j’ai soutenu dans ce journal Mezri Haddad, dans ses prises de positions contre ennahdha, l’arabie et le qatar. je n’ai rien à te prouver.

    je dis que l’auteur est haineux dans son article. Je dis qu’on peut dénoncer ce qu’on veut, y compris des tenues vestimentaires, mais qu’il faut garder le respect. Il généralise : eh oui, il y a une diversité même dans les hommes barbus et les femmes voilées. Pourquoi parler de pureté, de sainteté, de mocheté écoeurante, et surtout de les déshumaniser ? C’est inutile, mais pour les haineux comme toi, les VRAIS HAINEUX, ça plait. C’est comme de la pommade sur vos poitrine.

    tu dis que je suis sioniste : peut-être, et peut-être pas. Mais toi, j’affirme avec certitude que tu es leur marionnette. On te chauffe comme on veut.




    0



    0
    Crimo
    22 juin 2013 - 17 h 44 min

    Anonyme je parle de l’autre
    Anonyme je parle de l’autre pas le patriote algérien qui porte le même pseudo, je parle du haineux sioniste qui a insulté notre révolution. Les arguments de ce sioniste sentent la haine à plein nez, ils sont la preuve que les sionistes et les intégristes salafistes marchent la mains pour détruire le monde musulman la culture propre de ses peuples. Non Mr le sioniste les algériens ne troqueront pas leur culture, leurs tenues vestimentaires pour celles des bédouins de la péninsule arabique alliés des impérialo sionites. Pourquoi donc les bédouins qui portent le hidjab, le nikab le kamis ne portent pas les tenues algériennes, pourquoi nous les algériens, de cultures millénaires, devrions nous porter leurs chiffons intégristes qui reflètent la mort de l’âme et aucunement l’islam le vrai, des tenues bédouines mortifères qui est symbole de la mort, de la trahison, de la contre culture, de la négation même de l’être humain, de la culture. Les sionistes seront toujours les premiers défenseurs des bedouins et les fanatiques de tous acabits qui servent leurs intérêts.
    Tu auras beau te cacher sous le pseudo d’anonyme pour semer la confusion avec d’autres intervenants qui portent le même pseudo, mais ton discours haineux te trahira, je le flaire à chacune de tes interventions. Je souhaiterai sincèrement que AP nous débarasse des parasites dans ton genre qui arrivent à échapper aux mailles du filets pour distiller leurs saloperies de discours haineux, anti algérien.




    0



    0
    Anonyme
    22 juin 2013 - 17 h 01 min

    Cher auteur, votre article
    Cher auteur, votre article poisse la haine. Dans d’autres articles, vous pensiez dénoncer les « grands intellectuels français », mais au fond, vous êtes exactement pareil. Comme eux, vous appelez à l’esprit de progrès et de civilisation, et vous le déniez à d’autres êtres humains. Comme eux, vous insultez et méprisez leur choix de vie, au nom de la votre éminemment supérieure. Encore une civilisation supérieure.
    Quelques morceaux choisis :
    A cette époque-là, les esprits étaient encore SAINTS (vous n’avez pas écrit sains, mais sainTs, c’est-à-dire empreints de sainteté. Rien que ça !). Nos mères portaient le haïk, un voile dont la blancheur reflétait la pureté d’une société (la pureté ! toujours registre de la sainteté, no comment !). Moi, mes aïeux – et je suis d’Algérie – m‘ont toujours dit que les choses comme la sainteté et la pureté n’ont pas à être décrété par des hommes, mais par Dieu seul. C’est pour ça qu’on n’a pas de pape.
    Je continue :
    Et en même temps que les barbes poussaient, le hidjab, un vêtement d’une mocheté écœurante : admettez que pour un monde où la femme doit être l’égale de l’homme, il est plus pratique de travailler en hidjab qu’en haïk.
    Puis, encore, les intégristes évoluant comme le reste des humains : phrase insupportable, car vous induisez que toutes les femmes ayant choisi le hidjab et tous les hommes se laissant pousser la barbe (comme tous les prophètes au passage) sont intégristes. Pire, qu’ils sont en dehors de l’humanité.

    PS : si les villes sont sales, ce n’est pas la faute aux vêtements : vos aïeux, sains et purs, ne vous ont-ils pas enseigné la propreté ?
    PS 2, mais certainement sans importance vu votre aveuglement : je déteste qotb, alqaradawi et tous leurs cliques




    0



    0
    syriano
    22 juin 2013 - 16 h 00 min

    C’est vrai le blanc est
    C’est vrai le blanc est nettement préférable qu’un hijab noir.
    Le blanc n’absorbe pas la lumiere comme le noir,il reflette la plupart des rayons et ainsi n’augmente pas la chaleur.
    Le blanc symbole de la propreté et de la pudeur.
    Le blanc qui est la somme d’une infinité de couleur
    Le blanc….
    @maleh
    Completement d’accord avec vous en ce qui concerne la gente masculine.
    Nous avons perdu totalement nos traditions vestimentaires masculine,les femmes ont au moins gardé certaine belle tenu qu’on peut retrouver dans les mariages et les soirées mais en ce qui concerne les hommes plus rien…
    Pour faire classe lors d’un mariage d’un proche il a fallu que je m’habille en sherwani(tenu traditionnel indienne masculine,plus proche de notre culture qu’une tenue occidental costume cravate qu’on porte pour le travail)qui n’a d’ailleurs pas laisser les gens indifférents par sa beauté et son originalité
    http://www.youtube.com/watch?v=MkfWR9g5DV4




    0



    0
    Anonyme
    22 juin 2013 - 15 h 28 min

    Bien vu.
    C’est mon constat

    Bien vu.
    C’est mon constat quotidien que vous avez clairement reproduit.
    Merci




    0



    0
    B.H.
    22 juin 2013 - 13 h 40 min

    la burqa est un accoutrement
    la burqa est un accoutrement écoeurant gommeur d’individualité et qui est étranger à notre religion. le haik, lui, est un habit traditionnelle qui heureusement, est en train de se restaurer dans notre société, il y’a une envie de la faire ressuciter, de se re-procurer cet art et coutume vestimentaire d’antan, comme on l’a vu à alger dans une manifestation culturelle en mars dernier. ce qui montre qu’il y’a heureusement des consciences encore soucieuse de sauvegarder ce patrimoine vestimentaire.




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED -
    22 juin 2013 - 12 h 47 min

    SE FUT UNE BELLE ÉPOQUE,ON
    SE FUT UNE BELLE ÉPOQUE,ON JOUER LES BILLES SUR LE MARBRE DES ESCALIERS DE L’IMMEUBLE PENDANT QUE NOS PARENTS FAISAIENT LA SIESTE.L’ODEUR ENSORCELEUSE DU CAFÉ DE L’ÉPOQUE ÉTÉ UN SIGNE DU RÉVEIL ET QU’ON POURRA LES REJOINDRE POUR PRENDRE LE GOUTER.




    0



    0
    maleh
    22 juin 2013 - 12 h 31 min

    Moniseur Aït Amara,
    Vous avez

    Moniseur Aït Amara,
    Vous avez le droit de trouver le hijab laid; là on serait dans l’esthétique subjective selon laquelle je trouve, en étant plus explicite, laid le fait d’associer chez une jeune fille un recouvrement de la tête en guise de hijab, et un habillement occidental explicitant la sensualité et aidant la séduction corporelle. Mon exemple est spécifique mais il couvre la tranche majoritaire de la population féminine porteuse de torchon sur la tête. Quant au Jilbab, ainsi que tout hijab pris dans le sens littéral du terme , il est, à mon avis, inutile et improductive de chercher la beauté dans un vêtement dont le fonction principale est d ‘assurer la PUDEUR même si, je vous l’accorde, ayant personnellement connu le haïk bien avant le hijab, ma préférence va naturellement vers le premier. 
    Bien que je sois, comme vous, nostalgique de la période du haïk, je me demande pourquoi ne généralise-t-on pas cette volonté de recouvrer ses racines sur la gent masculine ? Barnous, Chachia, Seroual Loubia, Kachabia (celle-ci est le principal symbole vestimentaire des combattants de la guerre de libération, un vêtement en laine confectionné par nos grand-mères dans une chaîne de production 100 % algérienne) sont autant de vêtements masculins voués à disparaître à en juger par le nombre de personnes qui en sont toujours adeptes. Le costume à deux pièces et à 2 boutons ainsi que le Jean sont les habits de notre époque ; symboles de modernité et de civilisation me direz-vous ? J’opterais plutôt pour l’uniformisation et l’étroitesse de l’esprit qui fixe dans nos cerveaux les notions de « civilisation » et de « progrès ».  




    0



    0
    Bazbouza
    22 juin 2013 - 12 h 30 min

    M. Aït Amara, vous avez créé
    M. Aït Amara, vous avez créé une nouvelle littérature.. Magnifique prose !!




    0



    0

Les commentaires sont fermés.