Onomatopée politique

Par M. Aït Amara – Quand un commentateur algérien sur une chaîne sportive qatarie se met à l’analyse politique, cela donne un rot dont on ne sait pas trop dans quelle langue il est fait. Hier sous-fifre d’un ancien directeur de l’ENTV promu ambassadeur pour ses qualités inégalables de flagorneur, ce journaliste, qui commente des matches de football par une suite d’interjections et une imitation de sons, découvre sur le tard que l’Homme communique par un autre moyen que les onomatopées. Mais pourquoi ce passage du langage animal à la langue construite ? La réponse est simple. Dans ce magma d’opportunistes qui tournent autour du sérail formé par le Président et son entourage, les sous-ordres doivent ou plaire ou jouer à l’enfant turbulent qu’il faut calmer avant que les voisins, non encore réveillés d’un sommeil long et profond, n’ouvrent les yeux. Cet observateur averti de la balle ronde se détourne de sa vocation distractive pour professer la bonne gouvernance aux dirigeants et inculquer les valeurs aux dirigés. Il foule le terrain politique, court, drible, slalome comme ces joueurs de football dont il hurle l’exploit comme si un coup-franc réussi allait sortir l’humanité de la fange dans laquelle elle vasouille. Le match qui a duré quinze ans tire à sa fin. Les prolongations prévues dans les coulisses ont été annulées pour risque d’envahissement de terrain. Les joueurs suent sang et eau pour se faire sélectionner pour la finale de 2014. Et notre commentateur à la voix enrouée, à force de crier que le salut de l’humanité est dans le filet de but, troque déjà son micro contre un siège dans la tribune officielle attenante. Ne nous étonnons pas si l’homme aux vagissements célèbres devenait ministre. D’autres avant lui, même moins bruyants, le sont devenus.
M. A.-A.
 

Comment (11)

    AL
    1 juillet 2013 - 23 h 06 min

    vous êtes une Pelé des mos et
    vous êtes une Pelé des mos et de la formule !
    pourriez-vous nous dire qui est l’arbitre principal et les juges de touches sans lesquels il n’y a pas de match?
    que fait la FAF( conseil constitutionnel )dans ce jeu à huit clos ?




    0



    0
    kamel hy
    1 juillet 2013 - 22 h 39 min

    quelle percutante plume qui
    quelle percutante plume qui met à nu une cervelle toute vide qui doit faire l’école pour apprendre à réfléchir; car pour dribbler il faut un minimum de savoir-faire et de technicité dont ne peut absolument pas se targuer ce chauffeur de bandir vaux mieux voir autre chose que de lire ces « quelques choses » qui s’écrivent par-ci et par-là et qui risquent de provoquer des « choses » insupportables




    0



    0
    Ziran
    1 juillet 2013 - 21 h 36 min

    Je trouve votre commentaire
    Je trouve votre commentaire arrogant.

    Vous n’avez pas le monopole de l’analyse politique. Rien n’empêche évidemment critiquer le contenu des chroniques du commentateur en question.

    Je vous cite « un rot dont on ne sait pas trop dans quelle langue il est fait » c’est tout de même assez fort.




    0



    0
    Bazbouza
    1 juillet 2013 - 21 h 14 min

    HAHAHAHAHAHA ! M. Aït Amara,
    HAHAHAHAHAHA ! M. Aït Amara, c’est toujours un régal de vous lire. Je ne m’en lasse pas. Vous avez entièrement raison de le remettre à sa place ce coqs des stades qui s’est converti à la politique. Malheureusement, c’est ce genre d’idiots, débiles et flagorneurs qui accèdent aux reines comme bien d’autres « le sont devenus »




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED -
    1 juillet 2013 - 19 h 21 min

    EH OUI MESSIEURS
    EH OUI MESSIEURS …..!!!!!
    LA LIGUE DES CHAMPIONS VERSION 2014 N’ACCEPTERA PAS CELUI QUI « PÈTE PLUS HAUT QUE SON C..  »
    DÉSOLÉ POUR MON FRANC PARLER.




    0



    0
    Securitatea
    1 juillet 2013 - 18 h 08 min

    Voilà un article qui vient
    Voilà un article qui vient fort à propos: chacun y va de sa gouverne pour parler de gouvernance, et cette cacophonie assourdissante devient extrêmement dangereuse: quand tout le monde se sent à l’aise à tout endroit, comme le  »président » aux Invalides, toute honte bue, pourquoi un commentateur de football ne deviendrait-il pas soudainement spécialiste de politique,….Il est grand temps qu’un militaire éclairé vienne remettre chacun à sa place, et fermer le caquet de tous ces  »m’as-tu vu « …..

    SECURITATEA




    0



    0
    saadielbachir
    1 juillet 2013 - 15 h 29 min

    à comptabiliser, encore une
    à comptabiliser, encore une des rares fois ou je suis d’accord avec vous pour les vraies vérités et le style concis de votre article.même les intéressés « allusion-nés »eux même sont d’accord.




    0



    0
    maleh
    1 juillet 2013 - 14 h 55 min

    L’homme dont on parle est, le
    L’homme dont on parle est, le moins qu’on puisse dire, lettré et compétent. C’est de personne comme lui dont a besoin notre gouvernement.
    Billet arrogant…




    0



    0
    S.S.A
    1 juillet 2013 - 14 h 49 min

    Salam Alikoum
    Ben oui, c’est

    Salam Alikoum

    Ben oui, c’est clair, ils mugissent que dans un seul sens.
    Qu’ils aillent au diable…

    En tous cas, bravo et bonne continuation.

    Salam Alikoum.




    0



    0
    bahri menjda
    1 juillet 2013 - 14 h 48 min

    on peut se poser la question
    on peut se poser la question sur le contenant et non sur le contenu qui se passe de commentaire,dans ce cas c’est le support ou le vecteur qui porte cette soudaine bonne parole qui est mis en cause et pour rester dans la messe qui semble dite, on dira que c’est encore une question de chapelle, d’ailleurs, il est loisible de noter les pavillons surdimensionnés du quidam commentateur, c’est juste pour un retour d’écoute, si écoute il y a.




    0



    0
    Antisioniste
    1 juillet 2013 - 14 h 21 min

    Mort de rire je suis pas sure
    Mort de rire je suis pas sure de qui vous parler dans votre éditorial, mais j’ai comme l’impression de savoir de qui il s’agit. Entièrement d’accord avec vos deux dernières phrases par contre.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.