Criminalité : Hamel reproche au citoyen son manque d’engagement

Le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a fait ce mardi à Constantine, où il est en visite de travail, une déclaration plutôt surprenante pour un responsable de son rang. Interrogé, en effet, sur la hausse de la criminalité en Algérie ces dernières années, le premier policier du pays a tout simplement imputé cette situation, de manière explicite, à l’absence d’une collaboration à ce sujet des citoyens. «Si aujourd’hui nous avons une criminalité galopante, cela veut dire qu’il n’y a pas une participation du citoyen», a-t-il déclaré, pince-sans-rire. «Nous avons un bon maillage territorial et une présence en surface qui est permanente, ajoutons à cela l’implantation de nouvelles unités, mais il nous manque l’apport et la contribution du citoyen pour faire face à cette hausse de la criminalité», a encore poursuivi, sur sa lancée, le DGSN qui a, ainsi, admis un regain des activités criminelles ces dernières années. Afin de faire changer la donne sur le plan sécuritaire, le DGSN préconise de «créer des ponts» entre la société civile et la police. Ce qui, d’après lui, a commencé à se faire avec le renforcement du dispositif relatif à la police de proximité. Hamel a, par ailleurs, annoncé la mise en place de dispositifs spécifiques de sécurité durant la période du mois de Ramadhan.
Amine Sadek
 

Comment (33)

    S.S.A
    7 juillet 2013 - 9 h 04 min

    Salam Alikoum,
    A Mère-patrie

    Salam Alikoum,

    A Mère-patrie (non vérifié) | 4. juillet 2013 – 18:20

    Tout a fait d’accord, la relation de confiance n’existe plus entre l’État et ses représentants ET le citoyen Algérien qui ne connait que l’adage « Tagu R3alla Men Tague », ou celui(là « Houta Kbira Takoul Sghira ».
    Le citoyen algérien ne fait confiance qu’a l’Armée pour défendre le territoire et c’est tout. Le reste, c’est du pipeau, même les policiers ne veulent plus le rester et ils démissionnent ou se suicident faute de moyens, je fais allusion aux plus Intègres.

    Oui, les commentaires sur ce sujet devraient être un faire-valoir en doléances et les prendre comme tels, mais s’en soucient-ils seulement, et d’abord savent-ils lire et décoder le profond désarroi du citoyen, je ne le pense pas.
    Personne ne fait confiance au citoyen, alors pourquoi la réciprocité devrait-elle être de mise.
    Tout ceci s’appelle la H.O.G.R.A et D.A.L.M(mépris et injustice sociale).

    Il nous faut un Chef, un Vrai Chef qui a en lui ces Qualités et ces Valeurs, je pense personnellement pour un certain Liamine Zerroual mais lui ne veut pas se salir et il a raison.c’est lui qui a décidé la fermeture des frontières avec l’Ennemi Marocain et nous l’en remercions, s’il revient au pouvoir, c’est à lui de décider de l’ouvrir ou non.

    Quand à la répression, elle est quand même nécessaire dans un État de droit lorsque, comme vous l’avez si bien analysé, le citoyen est informé en paroles et en actes sur ses droits et devoirs.

    Allah Ou Ar3lem.

    Salam Alikoum.




    0



    0
    Nasser
    6 juillet 2013 - 15 h 02 min

    @ Mère-patrie
    Vous voulez

    @ Mère-patrie
    Vous voulez bien me donner un autre pseudo pour citer votre commentaire pour un autre bon usage. Merci




    0



    0
    Anonyme
    6 juillet 2013 - 8 h 30 min

    ET SI ON COMMENCE PAR ABOLIR
    ET SI ON COMMENCE PAR ABOLIR LE FAMEUX PARDON PRÉSIDENTIEL CAR A MON AVIS IL FAIT CHAUD A L’EXTÉRIEUR DES PRISONS




    0



    0
    Mère-patrie
    4 juillet 2013 - 17 h 20 min

    L’ABC de tous les organes
    L’ABC de tous les organes chargés de l’ordre et de la sécurité dans le monde ne stipule-t-il pas que lorsqu’il n’y pas de rentabilité de l’un de ses membres chargés de combattre n’importe quel fléau, la faute n’incombe jamais au citoyen informateur – surtout si celui-ci recèle les possibilités de renseignements idoines – mais plutôt à l’incapacité professionnelle de celui qui l’utilise.
    L’engagement à condition par conviction d’un citoyen dans la lutte contre la criminalité ; apparemment le souci majeur du premier policier, ne constitue-t-elle pas toutefois qu’une seule méthode de travail. N’exige-t-elle pas à priori une confiance mutuelle totale sinon c’est peine perdue.
    La fragilité de la situation de sécurité interne va en effet crescendo compte tenu de la prolifération de lieux de débauches étrangers plus connus sous le nom de Kheima ou de clubs de chicha – drogue légalisée – qui poussent désormais comme des champignons sous l’œil passif comme paralysé des organes chargés de la sécurité et de l’ordre.
    N’expose-t-elle pas à la fois le citoyen et le front interne à tous les dangers. N’a-t-il pas ce citoyen l’impression qu’on ferme les yeux pour une raison ou une autre sur cette dépravation d’outre-mer de la société algérienne prélude à tous les périls. Et en plus, ironie du comble, on trouve le moyen de lui reprocher sa passivité dans la lutte contre la criminalité. Comment voulez-vous qu’il réagisse, en renversant la tendance ? C’est impossible !
    Ne faut-il pas que les organes chargés de l’ordre et de la sécurité montrent eux d’abord la preuve de leur disposition permanente et de leur efficacité dans la lutte contre ce genre de fléau pour stimuler le citoyen, et l’amener par la suite à collaborer par conviction ?
    Lorsque le manque de confiance règne entre les dirigeants et les citoyens et les premiers le reconnaissent publiquement cela devient un facteur politique. Sa propagation comme une trainée de poudre devient incontrôlable.
    Cette contagion n’épargne aucun secteur de l’Etat y compris ceux auxquels incombent l’ordre et la sécurité qui doivent suer pour accomplir tant bien que mal leur mission. D’où toute une gamme d’insuffisances flagrantes que vit tous les jours le citoyen et il s’en morfonde dont certaines incombent aux services d’ordre proprement-dit mais d’autres peuvent être à l’actif d’auxiliaires officiels de la police, ou à celui d’une police municipale tout deux inexistants.

    Lorsqu’en plus de cette absence de confiance la répression du citoyen devient l’apanage quotidien du policier, celui-ci prend inévitablement le pas sur la dissuasion. La mission de l’AOP se complique davantage et devient dans l’ensemble, arbitraire. La victime sera toujours ce citoyen instable que l’on incrimine facilement d’être à l’origine de tous les maux de la société et on lui exige par-dessus le marché de coopérer par conviction.
    L’un ne surveille-t-il pas en permanence l’autre ? L’AOP n’est-il pas obligé par la loi d’exercer, sans ambiguïté, ses fonctions dans le cadre générale de la sureté nationale en évitant d’être à la fois flic et juge. N’est-il pas constamment dans le collimateur du citoyen lequel l’observe sans relâche pour s’assurer malgré lui qu’il représente effectivement ou non la loi et l’appliquer avec impartialité.
    Ne faut-il pas d’abord chercher en urgence les raisons de cette absence de confiance citoyenne presque générale avec l’Etat et ses différentes institutions pour en trouver le remède et par voie de conséquence gagner la confiance du citoyen. Ce citoyen sur le dos duquel, pour un oui ou pour un non, on casse toujours du sucre ; n’est-il pas le mieux placé pour noter et apprécier le rôle négatif ou positif – souvent compréhensible – d’un agent de l’ordre public donné avant d’avoir une préférence.
    Les quelques commentaires sur cette sortie inattendue du premier policier ne doivent-ils pas être soigneusement analysés par qui de droit dans le but de servir au moins de premier bilan pour commencer déjà par écarter les facteurs négatifs signalés, et contribuer par la même à corriger à l’avenir la relation citoyen-policier sur le terrain en matière de lutte contre la criminalité.
    ألم يقل عمر ابن الخطاب رضي الله عنه « رحم الله إمرء أهدى إلي عيوبي




    0



    0
    Horizon
    4 juillet 2013 - 8 h 02 min

    @ karim
    Salem Alikoum
    Si j’ai

    @ karim

    Salem Alikoum

    Si j’ai citer cette exemple que vit un certain Souad en France .
    C’est pour rappeler a certain que ce problème de délinquance juvénile et et de jeunes mineurs et un problèmes mondial.

    Les causes sont peut-être pas identiques , mais les effets , les maux et résultats engendrés sont identiques.

    Les chefs d’états , les hommes d’affaires , les intellectuels , tout les directeurs dans toutes les corporations dans tous Pays occidentaux n’hésitent pas a copié sans ce cacher tous ce qui marche ailleurs et puis
    l’applique ensuite a leur pays .
    Il n’y a pas de mal a faire du bien a sa population en copiant sur un modèle , une méthode , qui a donner ses preuves dans un autres pays au monde.
    En Algérie sa population ces inspirés et a été contaminé par la faute d’abord du parabole numérique , puis aujourd’hui du WEB , qui est entrée dans tous les foyers Algériens par la grande porte d’entrée.
    Et les jeunes et moins jeunes veulent copiés les modèles occidentaux .
    Les juvéniles Algériens copies le modèle des juvéniles occidentaux un point c’est tout.
    Si vous l’admettez vous avancerez vers les solutions et le progrès ou si non vous subirez sans cesse et d’avantage en croissant dans la violence dure a très dure plus que les années passeront.
    A vous de savoir ce que vous voulez.
    Moi je suis loin de mon pays , mais cela ne m’empêche pas de me soucier de mon pays , son présent et avenir avec mes maigre moyen qui ne sont que des recommandations et rien d’autres.
    A l’étranger nous sommes des laissés pour comptes aux mêmes titre que vous en Algérie.
    Mais nous , nous sommes chez eux .
    Certes énormément de français de la population ou autres autres populations étrangère sont des gens Formidable.
    Leur gouvernement les hommes politiques , sont sont eux qui ont fait croire aux yeux des Français que nous sommes la principale cause de tout leur malheur et problèmes.
    Une frange d’entre eux nous haïssent aujourd’hui et nous rendent la vie difficile.
    Et d’autres savent que le gouvernement raconte des mensonges et qu’il jettent la faute sur les émigrés et que en réalité il est le seul coupable de cette crise financière et d’insécurité national.
    En Algérie les causes sont différentes sur plusieurs points mais d’autres sont similaire.

    Salem Alikoum




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2013 - 22 h 10 min

    @ Anonyme (non vérifié) | 3.
    @ Anonyme (non vérifié) | 3. juillet 2013 – 15:23
    ___

    Décodez nous ça en termes opérationnels pour que nous saisissions. SVP




    0



    0
    Karim
    3 juillet 2013 - 21 h 49 min

    @Horizon (non vérifié) | 3.
    @Horizon (non vérifié) | 3. juillet 2013 – 19:55

    Hors sujet – ce qu’on traite ici c’est la criminalité et la délinquance ici, en Algérie – et la réponse de la police algérienne, ici en Algérie. La France, pour le moment, on s’en fout. Chacun ses oignons !




    0



    0
    massi
    3 juillet 2013 - 21 h 38 min

    manque de civisme , dans
    manque de civisme , dans notre quartier , vit un jeune dealer et proxénète , en posant la question aux autres voisins pour personne ne le dénonce , on m’a pris pour un con , mais ce jeune dealer travaille et il est protégé par des policiers, il est même devenu entrepreneur et a des marchés garantis aupfFtXH
    rès d’un EHS , ils dinent avec ces gens la ce triple analphabète à la madrague …donc Mr HAMEL , uN PEU DE RESPECT POUR LE PEUPLE ET BALAYER AU SEIN DE VOTRE INSTITUTION ,A CE MOMENT LA ,ON REPARLERA DE CIVISME…




    0



    0
    B.H.
    3 juillet 2013 - 20 h 15 min

    il a partiellement raison. au
    il a partiellement raison. au lieu d’être ingrats en critiquant juste pour critiquer, qu’ils commencent par balayer devant leurs portes, par avoir de la conscience, au lieu de jetter le discrédit sur les services de sécurité.




    0



    0
    Horizon
    3 juillet 2013 - 18 h 55 min

    Salem Alikoum
    Ce que j’ai mis

    Salem Alikoum

    Ce que j’ai mis sur l’espace des commentaires , n’est qu’un copié coller d’un jeune émigrés vivant en France et qui répond sur le site de France inter a cette question : «  »Comment répondre à la délinquance des mineurs ? Quel constat, quelles solutions entre prévention et sanction ? » »
    Voila ce qu’il a réponde dans son commentaire ci-dessous que je colle :

    Les jeunes d’aujourd’hui, notamment ceux de la banlieue subissent une double peine :

    – Ils sont stigmatisés et marginalisés parce qu’ils sont toujours sous l’appellation « issue de l’immigration donc « pas Français », donc « out »

    – exclus du système parce que pas formés, donc chômeurs ou futurs chômeurs encore « out »

    Ils ne sont pas chez eux, ils sont nulle part, venus de nulle part, destinés à nulle part.

    Ils sont déracinés dans leur propre pays (nés en France, vivant en France, mais…)

    Ils ne sont personne, n’intéressent personne, et personne ne veut d’eux

    Ils sont exclus, oubliés, méprisés

    Comment peut-on se construire avec ça ? comment vivre avec ça ?

    Voyez l’injustice, le désarroi, la désespérance

    Alors comment s’étonner d’une telle montée de violence et de délinquance (et de plus en plus jeunes)

    « Issus de l’immigration » quand on est à la 2ème, 3ème et 4ème génération n’a pas de sens

    Quand est ce que la France va reconnaître sa Jeunesse, «l’intégrer », l’accepter, et lui offrir un horizon ?

    La France est malade de sa Jeunesse

    Le système éducatif est en panne.

    Un système éducatif pragmatique pourrait être la principale réponse.

    Les jeunes ont besoin d’une éducation égalitaire, juste, de qualité permettant à chacun d’accéder à un emploi, une formation, bref à un avenir digne.

    Un jeune en confiance, qui sait que la réussite est au bout du chemin n’ira pas voler à l’arrachée, dealer, agresser …

    Redonnons à nos Jeunes de l’espoir, de la dignité, la confiance et nous fermerons beaucoup de prisons, de centres de je ne sais quoi, et même de « Pôle emploi »

    Les jeunes d’aujourd’hui seront la France de demain

    Alors quelle France veut-on pour demain ?

    signé : Souad ……




    0



    0
    louisette
    3 juillet 2013 - 17 h 55 min

    « NOUS NE FERONS RIEN POUR
    « NOUS NE FERONS RIEN POUR VOUS AIDER, NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN, NI JAMAIS !!! » La messe est dite. Pas par un jeune chomeur,pas par un jeune hitiste..mais par un cadre supérieur à la retraite.Dans mon entourage on appelle « ces gens là » les privilégiés du système..
    Donc un priviviligié vient nous donner une leçon d’individualisme. Comme j’écrivais précedemment une leçon sur le « hat takhti rassi »..
    Or , Monsieur le cadre supérier à la retraite, une société n’existe que si tous nous tendons la main les uns aux autres. C’est votre attitude méprisante qui fait que la société est malade aujourd’hui..
    Monsieur le cadre supérieur vous parlez du « peuple » comme si il était votre chose, comme si vous étiez son protecteur, son avocat..à quel titre, celui de cadre sup. ?




    0



    0
    salim
    3 juillet 2013 - 17 h 24 min

    Pourquoi certains
    Pourquoi certains commissariats ne font pas de rondes la nuit. C’est grave !




    0



    0
    bilal
    3 juillet 2013 - 17 h 14 min

    Je vais vous raconter une
    Je vais vous raconter une anecdote qui illustre l’ambiance dans ce pays. Un jour en allant à Medea je décide de m’achetez une ceinture et je rentre dans une boutique tenue par des jeunes qui ne comprenaient pas un mot de français et d’Anglais estimant a tort que je ne connaissais pas l’arabe(je le comprends, mais ne le parle pas) ils se sont mis alors a m’injuriez, ce que j’ai mal pris et je me suis retrouvé encerclé par 5 jeunes qui brailler et qui ont essayé de m’agresser physiquement et heureusement qu’ un citoyen algérien digne est intervenu pour calmer leur ardeur. Je suis parti au Commissariat en voulant portez plainte ( en France, je les aurais bousillés, mais bon, je ne suis pas chez moi en Algérie) et l’inspecteur n’a pas voulu prendre ma plainte et en demandant des explications à la famille, ils m’ont répondu :  » la police a peur des émeutes que ces jeunes peuvent créer et certain vont même harceler les policiers chez eux et devant leur femme » le pire, c’est que j’ai vu deux jeunes garçons se battre sur la route pendant une heure et qui bloqué la circulation et personne n’est intervenue et également des jeunes qui après un match de foot a Alger ont braqué pendant des heures des automobilistes et leur famille sans que personne ne bougent … Le constat, c’est que vous avez peur de ces jeunes-là et que l’autorité se fait mettre à l ‘amende par des gamins de 15 ans voila la vérité. J’ai passé mes vacances à Tichy dans une résidence et croyez moi las bas, ils ne badinent pas avec la sécurité et ils n’ont pas peur de faire le coup-de-poing.




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2013 - 14 h 23 min

    Monsieur hamel sait de quoi
    Monsieur hamel sait de quoi il parle il ne dit pas que des betises

    essayez de decoder ça en termes operationnels et vous saisirez




    0



    0
    Securitatea
    3 juillet 2013 - 13 h 53 min

    Se présenter en lunette
    Se présenter en lunette noires montre assez ce côté pérenne de la personnalité institutionnelle algérienne, verres fumés, côté sombre et mafieux, Je suis beau en lunettes, et je n’ai de comptes à rendre à personne: mais pour qu’il y ait une police il faut qu’il y ait du droit….Une police sans droit c’est comme un couscous sans légumes!!!!! Les représentants de l’Etat ne donnent pas l’exemple de la bravoure et de la probité, comment voulez-vous que le peuple vous imite!!!!
    Hamel, la confiance cela se gagne….

    Securitatea




    0



    0
    AL
    3 juillet 2013 - 13 h 07 min

    Le peuple vous remercie et
    Le peuple vous remercie et fait ce qu’il peut et compte sur vous Monsieur le Général, Directeur Général de la sureté Nationale




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2013 - 11 h 13 min

    Le propos est récurent depuis
    Le propos est récurent depuis la nuit des temps (une longue nuit qui dure depuis 1962).
    Nos dirigeants, quand il s’agit de profiter de la rente ne connaissent ni le peuple, ni Amar Bouzouar.
    Depuis « l’indépendance » (leur indépendance), ils vivent retranchés dans les bunkers de Club des Pins, Bousfer, Les Andalouses, etc. ignorant tout de leurs problèmes et de leurs préoccupations.
    Leurs familles vivent à l’étranger, leurs enfants étudient à l’étranger. A l’âge de la retraite (dorée, bien entendu) ils s’installent tous à l’étranger. Ils se soignent à l’étranger (y compris lorsqu’ils veulent seulement arrêter de fumer).
    Mais dès qu’ils ont besoin de « chair à canon » ils se rappellent qu’il y a un peuple dans ce foutu pays.
    Monsieur Hamel, vous devez comprendre que ce peuple n’est pas dupe et qu’il n’a aucune confiance ni en vous, ni en les institutions de ce pays.
    Ce peuple que vous ne connaissez que dans les moments difficiles ne veut plus vous aider car vous ne faites vous-même rien pour l’aider.
    On voit d’ailleurs aujourd’hui comment sont traités les valeureux patriotes qui ont risqué leurs vies pour que ce pays reste debout.
    Connaissez-vous ce dicton inventé par notre jeunesse et qui, à mon avis résume tout? Non bien entendu. Nos jeunes vous disent : »El hout fel bhar ouala entouma ».
    Non Monsieur Hamel je ne suis pas un jeune impatient et insolent. Je suis cadre supérieur aujourd’hui à la retraite et je n’en pense pas moins.
    Non Monsieur Hamel, avec tout le respect que nous vous devons, nous vous disons que NOUS NE FERONS RIEN POUR VOUS AIDER, NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN, NI JAMAIS !!!




    0



    0
    fatah
    3 juillet 2013 - 8 h 33 min

    mr Hamel reste fidele à la
    mr Hamel reste fidele à la rhetorique des dirigeants algeriens depuis l’independance, c’est toujours la faute au peuple, je me souviens de ce ministre de chadli qui accusait les meres algeriennes de ne pas allaiter leurs enfants et provoquant ainsi les penuries de lait, de cet autre ministre de la meme veine qui justifiait la penurie de tomates par le fait qu’en ramadhan on en consommait beaucoup, etc.. je pourrai en raconter tout un livre de ces perles;je voudrai dire à mr hamel que l’efficacité de la police ce n’est ni le nombre ni les helicos ni le nombre de vehicules mais la finalite de cette police qu’il faut definir, à savoir proteger les biens et personnes ou proteger le systeme car si chakib a quitté le territoire ce n’est pas la faute du peuple!




    0



    0
    Marre du mensonge.
    3 juillet 2013 - 7 h 53 min

    Ce que Hamel ne sait pas,
    Ce que Hamel ne sait pas, c’est lorsqu’on contacté la police pour demander son aide, elle refuse.

    J’habite à un jet de pierre de la Presidnce de la République ou sévissent le traffic de drogue, l’alcool consommé dans la rue, la prostitution dans la rue, la violence, aucun respect pour le code de la route, des commerçants qui privatisent la voie publique avec divers objets, des jeunes qui privatisnt les parking publics et menacent de mort ceux qui refuse de payer.
    Il y a quelques temps un ancien Moujahid du quartier qui possédait une petite voiture c’est vu déboulonner les quatres roues pour avoir refusé de payer ces voyous. Le matin il est parti avec sa voiture etil à perdu le contrôle du véhicule car il ne savait pas… Peu après il à vendu son véhicule et il prend le bus.
    J’ai vu une jeune fille se faire battre et trainer par les cheveux couchée sur des dizaines de metres sur la rue sous l’oeil impassible de flics, à 100 m du barrage de la présidence, avec des policiers venu pour voir.ce qu’il dépassait, mais qui n’ont rien fait pour arrêter ce massacre.
    L’odeur de drogue remplie la rue tous les soirs et les flics ne font rien….. Pourquoi?
    Quand vous allez les voir, ils vous éconduisent car ils se prennent pour les protecteurs de la présidence, on croirait avoir à faire au DSPP pas a la police.. Même le DSPP est plus sympathique avec les citoyens du quartiers et plus rassurant.

    La police se fiche du respect de la loi ou du bien être des citoyen , du moment qu’ils ne manifestent pas…. La police ne contribue EN RIEN au respect de la loi, en cautionnant le chaos la police DECRÉDIBILISE LA LOI ET L’ÉTAT!

    Mr Hamel :’ commencez par revoir de fond en comble la culture dans la police nationale.
    La gendarmerie est bien plus sérieuse que la police, pourquoi?

    Je jure devant Dieu que tout ce que je décris (prostitution, drogue, alcool sur la voir publique, anarchie totale, aucun respect pour la loi) se déroule à 250 m de la présidence et à 50/100m d’un barrage de police….
    Comment pouvez vous avoir le culot d’acçuser les honnêtes citoyens de ne pas le dire alors que les policiers le savent et sont complices de certains de ces fléaux ?
    Ce que vous dites vous décrédibilise un yeux des citoyens qui étaient content de voir qu’un militaire reprenne en main la police et y introduise de la discipline.




    0



    0
    00213
    3 juillet 2013 - 6 h 58 min

    Un peuple à l’image de son
    Un peuple à l’image de son gouvernement ou bien un gouvernement à l’image de son peuple ?




    0



    0
    inspektor Tahar
    3 juillet 2013 - 3 h 19 min

    Criminalité : Hamel reproche
    Criminalité : Hamel reproche au citoyen son manque d’engagement… Monsieur Hamel  » Go back to college « . vous n avez rien compris au probleme de la criminalite juvenile. ehchem sur votre ignorance… Des livres et des seminairea a travers la plenete expliquent les veritables raisosn de ce genre de criminalite…pas juste en Algerie mais a travers la planete…retournez aux etudes vous etes en un ignornant en pensant que c est la faute des parents Ehchem sur ton ignorance des problemes de psdychologie et sociologie sociale a travers la planete




    0



    0
    Karim
    3 juillet 2013 - 0 h 40 min

    J’ai lu votre article parce
    J’ai lu votre article parce que le sujet est important. En effet, la criminalité ne cesse d’augmenter continuellement en Algérie depuis les années 80. Même dans les zones reculées d’Algérie, il y a matière à dire (vols, violences, etc.). A mon avis, il y a quelques éléments fondamentaux sur lesquels prospère la criminalité.
    Les années 90 ont été catastrophiques pour la société algérienne. 200 000 morts pour rien. Des brebis galeuses qu’on a traitées en utilisant la force et un manque de politique. L’islamisme a existé dans beaucoup de pays dits arabes mais n’a pas engendré la catastrophe nationale qu’a vécue l’Algérie.
    La corruption, les passes-droits, la maarifa et toutes sortes d’artifices antisociaux ont été érigés en « système » et laissés se dérouler sans que le système judiciaire ne réagisse. Je parle par exemple de la corruption, des violences dans les stades, des violences familliales, scolaires, etc.
    A haut niveau, les conflits sociaux et autres ne se règlent pas à table mais à coup de manœuvres tordues et de policiers qui vous mettent les menottes à l’aéroport ou ailleurs sans que le juge ne statue. Les manifestations de rue doivent être tolérées et la police anti-émeute ne doit pas jouer dans la provocation.
    La justice indépendante qui marche sur coup de fil est terrible. On peut le voir lors des différentes affaires qui impliquent soit des hauts-placés, soit des membres du gouvernement, soit des gens du pouvoir. Les Algériens apprennent à partir de tous ces exemples. L’injustice et la Hogra dans certains corps de sécurité est flagrant. Manque de respect de la loi. L’état de droit commence avec le citoyen, le policier et le gendarme etc. L’homme politique est l’exemple.
    La justice n’a pas fait son travail correctement. Il faut qu’elle soit juste. Le Code pénal algérien nécessite une grande réforme qui n’a pas été faite parce qu’on a donné de l’argent aux députés et on leur pas demandé les résultats du travail qu’ils devraient faire.
    Les médias n’ont pas fait leur travail d’investigation, de contrôle et de vérification de l’information. Elles ne doivent pas se satisfaire des bulletins délivrés par une institution sans se poser des questions parce que les lecteurs ou les auditeurs eux se posent des questions auxquelles ils n’ont pas de réponse. Il y a forcément de la frustration qui s’entasse.
    La société civile, les associations etc. ont été complètement laminés par le système. C’est cette société civile qui permet de faire le ciment dans la société et qui permet de canaliser certaines frustrations par la voie légale.
    L’analyse de Monsieur Hamel n’est pas juste. Elle est le reflet d’un système autoritaire qui tente de forcer la main au citoyen au lieu de le responsabiliser et éventuellement – la punition doit tomber quand les limites sont atteintes. Accuser le citoyen de ne pas faire de la délation est totalement inacceptable.
    Je voulais finir en répondant à un de vos lecteurs qui voulait que les citoyens algériens fassent de la délation et le travail de la police. C’est une honte ! Cette méthode héritée du stalinisme pour mettre une société sous contrôle où personne ne fait confiance à personne où les liens sociaux seront distendus. C’est une honte de proposer ce type de méthode dictatoriale à l’aube du 21ème siècle. Je pensais que ces méthodes de la peur, de la terreur et de la suspicion sont dépassées mais malheureusement j’ai comme l’impression elles sont toujours là.
    Si on veut construire une société juste, une société paisible, une société qui travaille, qui produit et qui innove il faut que le « système » soit juste mais sans faille et fraternel. La paix sociale et civile implique aussi l’alternance au pouvoir – le fameux « coursi » ne vous appartient pas. Les criminels doivent aller en prison mais le système judiciaire doit tout faire pour qu’ils reviennent dans la société pour la servir au lieu d’être un poids pour celle-ci.




    0



    0
    Nasser
    3 juillet 2013 - 0 h 15 min

    Un responsable à ce niveau ne
    Un responsable à ce niveau ne doit pas tenir ce genre de propos. Ce n’est jamais le peuple qui est fautif. Si les institutions existent c’est parce qu’il y a un « contrat sociale ». S’il y a insuffisance c’est qu’une partie ne l’a pas respecté. Dans le cas de la criminalité, c’est incontestablement l’Etat à travers ses institutions dans ce cas, la police ! Et personne d’autre encore moins le citoyen ! La criminalité a toujours existé. Il appartient à la police de la combattre. Le citoyen sait que c’est lui qui subit la criminalité. Il ne cache pas les criminels. Nous pouvons donner des centaines d’exemples précis qui montrent que la police ne fait toujours pas son travail. Beaucoup sombrent dans la paresse. Ils n’interviennent toujours pas quand un citoyen les sollicite. Ce ne sont pas des cas isolés du tout. C’est presque une règle. Ils trouvent mille et un motifs pour vous éloigner. De l’intimidation, sutout, avant même d’exposer votre problème tels « votre nom prénom âge fonction, situation familiale, celui de votre père, mère etc. et 10 minutes plus tard pour vous répondre par des motifs incompréhensibles qui montrent que vous dérangez. Et n’insistez pas ! Vous leurs dites que vous êtes menacé par… vous étiez seul, témoins, que lui avez-vous fait…écrivez au procureur… n’insistez pas. C’est dans tous les cas de figures même si vous dénoncez un fait une malversation qui exigent une intervention immédiate on vous met dans une situation qui vous fait regretter d’avoir été civique ! ! Ils ne font rien. Ils ne sont pas au service des citoyens malgré les fortes augmentations de leurs salaires. Les vols d’appartement ? Mieux vaut ne pas en parler ; c’est la bureaucratie et l’activisme avec zéro résultat ! Selon certains, ils n’interviennent que « quand il y a du sang ». Où est donc la prévention ? Seuls les agents de circulations sauvent un peu les « meubles » et encore ! Quel que soit le cas que vous leur rapportez, ils s’arrangent pour vous dissuader de continuer votre démarche. Avec ça il demande au citoyen de contribuer ? A quoi ? Franchement, le citoyen que je suis ne leur fera jamais confiance avec de telles comportements et attitudes que l’on a subit ou vu. En plus il n’y a rien à faire même pas à qui se plaindre ! Par souci de préservation de l’institution nous ne citerons pas certains faits. L’incompétence bas son plein au sein de la police et M Hamel qui reproche au citoyen son manque d’engagement sait qu’il fait de la diversion pour cacher de graves insuffisances qu’il n’arrive certainement pas à surmonter.
    S’il y a regain des activités criminelles ces dernières années c’est à 90% par la faute dee ses services ne font pas leur travail soit par incompétence soit par complicité, soit par infidélité. Arriver à proposer de «créer des ponts» entre la société civile et la police montrent que ces « ponts » n’existent pas. Il le sait et la police sait pourquoi. La « police de proximité » c’est la police tout-court qui est composée des mêmes éléments. C’est donc inutile ! Annoncer la mise en place de dispositifs « spécifiques de sécurité » durant la période du mois de Ramadhan montre que le dispositif actuel est inefficace. Que peut-il bien faire de plus que de renforcer les effectifs qui garderont les même travers. Dommage on tourne en rond depuis des dizaines d’années. C’est les mêmes critères de recrutement, les mêmes « méthodes » de recrutement, les mêmes clans d’influence, les mêmes incompétences, les mêmes méthodes de travail et donc les mêmes insuffisances, les mêmes pratiques, les mêmes réactions de rejets des citoyens.
    M Hamel le sait car il a été sollicité précisément pour réorganiser et mettre de l’ordre dans cette institution. Avec sa capacité reconnue il semble montrer ses limites à changer une institution dépassée et déliquescente incapable de comprendre le changement faute de compétences dont-on ne veux toujours pas !
    Mais la clé est précisément et incontestablement là! M Hamel rendra un grand service à son pays s’il réussi à engager et placer les compétences, les vraies, là où beaucoup d’institutions n’y arrivent toujours pas!




    0



    0
    Chawi pure laine
    3 juillet 2013 - 0 h 13 min

    Ce corps est sous éduqué il
    Ce corps est sous éduqué il existe des policiers qui ne savent ni lire ni écrire, quant à l’implication du peuple malgré que ce gars n’est pas sincère mais il a raison la dessus, je jure sur la tombe à mon père sur la réalité de cette histoire: dans les années 1990 un gars de mon village a vu 4 terroristes dans un véhicule au lieu de les dénoncer ce qui est normal il est allé chez lui en disant à sa femme prépare moi un café lejmaa sont la ils vont certainement liquider quelqu’un et comme il est hypocrite ils ont assassiné son neveu photographe ce qui prouve que ca n’arrive qu’aux autres n,existe pas dans les sociétés civilisées la population est très active la dessus car il s’agit de sa propre sécurité




    0



    0
    amyne
    2 juillet 2013 - 22 h 50 min

    oui quelque part vous
    oui quelque part vous avez raison cher général….mais le travail de la police .. votre travail devrait etre accompagné par ..une campagne de sensibilisation…dans les foyer à partir des écoles… et surtout accompagné par un plan média…à tout azimut . .. net.. télé .. film etc…. medias et autre support de com avec comme finalité la justice..et ce n est pas les foires foraines avec deux baby véhicules ou dans les places publiques… pour les enfant qui feront et provoqueront le changement…ou le numéro 1540 qui feront évoluer les choses
    pour preuve depuis le temps que vous la DGSN …le faites les accident n ont pas baissé..et la drogue ni même la sécurité des personne …
    sinon la sécurité est un concept « noble » et sa concrétisation ne devrait pouvoir se faire que si cela est conçu sur une base stratégique avec des étude bien établie…par des experts des sociologues des historiens .. criminologues et autre …les algérien subissent un traumatismes permanent bien avant 1830 et et ca se transmet de générations en génération …et c est pas le 1540 qui réglera ca …aux état unis Amériques…chine et autre on mystifie l agent de sécurité qu il soit militaire policier ou gardien de la paix à travers tout les médias ….surtout au cinéma meme chez nous….c est une star ……chez nous quand on croise un policier ou commis de … la sécurité et ou on on doit aller et ou entrer dans un commissariat on a peur….et les algeriens ont peur aussi de pas etre rassuré par des commis de la sécurité et de…….. l amane




    0



    0
    Anonyme
    2 juillet 2013 - 22 h 29 min

    hélas et la cellule
    hélas et la cellule familliale et les plus hautes spheres du pouvoir enfantent des criminels sans scrupule cepandant nous pouvons trés bien dépasser ceci en balayant chacun devant sa porte donc moi autant que citoyen ça ne me choque pas au contraire j’encourage de tels propos à condition que Mr Hamel ou autre résponsable de son calibre tiennent le meme language vide de toute forme de guelle de bois à toute l’hiéararchie en commençant par leurs plus proches collaborateurs l’algérien est bien capable trés souvent à tort de se faire justice lui meme c’est cetes caotique mais inéluctable si les autorité manquent à leur devoir le plus important nous protéger de toute menace alors qu’il donne des résultats chose qui ne se faira sans renouer avec la confiance pouvoir peuple




    0



    0
    RAIS
    2 juillet 2013 - 22 h 15 min

    A A.P pourquoi surprenante?
    A A.P pourquoi surprenante? Le citoyen doit être responsabilisé et non toujours assisté.Et les média comme vous manquants de courage doivent faire preuve d’un relai d’éducation et de transmission de civisme qui manque à chaque citoyen dans sa globalité .Chaque année que dieu fait je constate une dégradation générale du beau paysage de mon pays.Et cela n’incombe uniquement au autorités mais c’est à la portée de chacun de nous et le rôle des médias doit cesser de porter des titre racoleurs mais de sensibiliser tous les citoyens à garder notre beau pays propre pour nos enfants.




    0



    0
    Horizon
    2 juillet 2013 - 22 h 04 min

    Mes respect Monsieur
    Mes respect Monsieur Abdelghani Hamel .
    Vous avez mille fois raison .
    L’implication des citoyen par la dénonciation , l’indication , la délation , l’information , le renseignement auprès des autorités de la gendarmerie , polices etc…etc… par courriers , par téléphones , ou en personne.
    Le même méthode doit-être appliquer comme quand un pays est en guerre.
    Et les ennemis reculeront et tomberont les uns après les autres jusqu’au dernier.
    Bi ine illah.




    0



    0
    Rascasse
    2 juillet 2013 - 21 h 51 min

    Oui les voleurs et les
    Oui les voleurs et les violeurs sont protégés par la loi de la rue en Algérie , le tolar est un héros , jamais un algérien dénoncera l’agresseur d’une femme , je crois que nous sommes le seul pays au monde ou la femme se fait voler sa chaîne en or son sac ou se fait dechiqueter l’oreil pour ses boucles d’or dans la rue , ,sans que l’agresseur ne se fassent choper ni denoncer, le reste du comportement des policiers il ya aussi manque de qualifications, a une certaine epoque yavait urgence et des jeunes policiers etaient mis en circuit au bout de quelques mois d’instructions….mais pour lutter contre la criminalité faut s’adapter self defense, entrainement physique psychologie etc etc etc ….la qualité sur la quantité, et assuré un bon salaire recruter les meilleur les patriotes les humains….




    0



    0
    Antisioniste
    2 juillet 2013 - 21 h 42 min

    Je me demande de quel genre
    Je me demande de quel genre de participation du citoyen il parle? Mais je pense que Mr Hamel à omis de dire que les peines du code pénal sont mieux connu par les petits délinquants qu’avant de commettre leurs méfaits ils savent déjà se qu’ils encoure dans le cas ou ils sont pris. Se qui est tout à fait pareille pour les grands délinquants qui sont au dessus de tout soupçon. En d’autre terme il y’a une légère différence entre je risque 10 ou 15 ans pour un crime, avec l’espoir ou peut être même le savoir, qu’une grâce pourrait ou viendrait les minimisé, et le fait que je risque la peine capital effectif pour se même crime. Cela donnerais bien plus de résultat positif à mon sens.




    0



    0
    louisette
    2 juillet 2013 - 21 h 22 min

    N’en déplaise à certains, je
    N’en déplaise à certains, je reconnais que les services de police depuis l’arrivée de Monsieur Hamel sont plus à l’écoute du citoyen, moins arrogants, moins « mouh bab el-oued. J’en parle en connaissance de cause puisque prise à partie, personnellement, par une personne qualifié de gratin algérois, depuis 7 années déjà, j’ai pu constater la différence de traitement à mon égard des services de police.En effet au départ, c’est la partie adverse, au vue de sa position sociale qui était « écoutée » et qui avait raison « dalima aou madlouma » et aujourd’hui c’est la vérité qui prévaut et non la classe sociale.
    Cette vérité méritait d’être dite.
    S’agissant de l’article de A. Sadek, je ne peux que reconnaitre que nous sommes tous démissionnaires et pratiquons le « hat takhti rassi »




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED -
    2 juillet 2013 - 21 h 19 min

    NON ! MONSIEUR HAMEL
    VOUS

    NON ! MONSIEUR HAMEL
    VOUS ÊTES VRAIMENT A COTE DE LA PLAQUE.LE CITOYEN ALGÉRIEN RESTERA TOUJOURS CHOQUER DU TRAITEMENT QU’ON LUI RÉSERVE A L’INTÉRIEUR DE VOS COMMISSARIATS.POUR UNE DÉCLARATION DE PERTE ON NOUS TRAITES COMME DES VULGAIRES VOYOUS AVEC UN TON IMPULSIF ET TRÈS PROVOCATEUR.
    D’ACCORD VOUS ÊTES ORIGINAIRE DE LA GARDE RÉPUBLICAINE,MAIS IL FAUT FAIRE UN SONDAGE AUPRÈS DU PEUPLE POUR QUALIFIER LA RELATION ENTRE LES DEUX,ET JE SUIS SUR QUE VOUS ALLEZ ÊTRE SURPRIS DU RÉSULTAT.
    MONSIEUR HAMEL ! FAITES LE NETTOYAGE CAR VOUS NE TROUVEREZ AUCUN CITOYEN QUI SUPPORTE VOS « FLICS ».




    0



    0
    opinionsduweb
    2 juillet 2013 - 20 h 15 min

    Quelqu’un qui fait son
    Quelqu’un qui fait son boulot! très compétent! Cela nous change des incultes!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.