Les travailleurs de la Simpral exigent une augmentation

Les travailleurs de la société nationale d'impression «Simpral», qui ont entamé, lundi, une grève illimitée au siège de l'imprimerie à Alger, revendiquent l'application de la nouvelle grille dont ont bénéficié les travailleurs du secteur de la communication et le départ de leur PDG, Mohamed Aissiouène, qui a qualifié cette grève d'«illégale». Le secrétaire général de la section syndicale de la société, Abdelghani Aït Yahia, a déclaré que cette grève illimitée «est le dernier recours de près de 60 salariés parmi les 78 travailleurs que compte Simpral, décidé à la suite d'une assemblée générale tenue fin juin, suivi d'un préavis de grève». M. Aït Yahia reproche aux autorités concernées (ministère de la Communication et responsable de la société) d'avoir «exclu» les travailleurs des imprimeries, lesquels n'ont pas été concernés par la nouvelle grille des salaires. «Les six directeurs d'imprimerie réunis le 23 juin dernier ont modifié la grille des salaires et élaboré, à sa place, une grille parallèle sans pour autant consulter les travailleurs», a-t-il soutenu. Après avoir réclamé l'application de la grille des salaires pour les travailleurs de la presse publique, le SG de la section syndicale de la Simpral a appelé, au nom des travailleurs de l'imprimerie d'Alger, à «l'unification» des imprimeries du centre sous la bannière d'une seule imprimerie estimant «inconcevable» qu'il y ait une seule imprimerie pour l'est, une seule pour l'ouest et trois pour le centre. Par ailleurs, les travailleurs ont soutenu l'appel de la section syndicale au départ du PDG de Simpral compte tenu du «bilan négatif d'une gestion anarchique de près de 15 ans». Contacté par téléphone, le PDG de Simpral a souligné «le caractère illégal de la grève en vertu de l'avis émanant de l'Inspection du travail qui a décidé de l'illégitimité de la grève, les travailleurs n'ayant pas respecté nombre de procédures légales» lors de leurs protestations. M. Aissiouène a indiqué que son administration allait introduire une action en justice contre les travailleurs grévistes. «Simpral a appliqué la nouvelle grille des salaires», a-t-il affirmé, précisant que l'augmentation «varie entre 4 000 DA et 25 000 DA». «Nous ne pouvons répondre aux revendications des travailleurs qui réclament une augmentation de 50%, car la situation financière de l'entreprise ne le permet pas», a-t-il expliqué, ajoutant que la Simpral «a acquis de nouvelles machines et imprimantes». Plusieurs titres n'ont pas paru aujourd’hui mardi en raison de la grève.
R. N.
 

Commentaires

    00213
    9 juillet 2013 - 18 h 50 min

    Alors que dans le monde
    Alors que dans le monde entier on assiste globalement à une déflation de l’immobilier, des produits alimentaires ou des équipements, chez nous tout augmente dans des proportions illogiques.
    Sans compter la politique de subvention et d’augmentation du gouvernement qui accentue cette crise (serpent qui se mord la queue)
    .
    Il faudrait commencer par sévir chez les importateurs, puis chez les grossistes, puis chez les détaillants qui ont tous leur part de responsabilité.
    .
    Même les agriculteurs organisent eux-mêmes la spéculation.
    Et le comble, c’est qu’ils manifestent violemment à la moindre hausse des prix des semences ou de l’engrais !
    .
    Pour une fois, on ne peut pas accusé seulement le gouvernement car il a un tort partagé avec l’égoïsme de nos concitoyens.
    Regarder les trottoirs publics algériens et vous comprendrez toute la sociologie algérienne.
    Chacun a son carrelage, son marbre ou son bitume défoncé devant sa porte quand ils ne sont pas occupés illégalement.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.