Ramadhan : afflux de malades chroniques vers les urgences

Le début du mois de Ramadhan a été particulièrement éprouvant pour les malades chroniques. Le jeûne observé par une grande majorité de cette catégorie de gens à la santé très fragile a conduit certains d’entre eux à l’hôpital. L’ampleur de ce drame humain est perceptible à travers les cohortes de malades qui assaillent les services d’urgences des hôpitaux. Pas uniquement ceux de la capitale, plus débordés en raison de la forte concentration de la population à Alger. Selon une source sanitaire, des dizaines de milliers de personnes se sont présentées aux urgences des hôpitaux. A Alger, au service des urgences du CHU Mustapha-Bacha, on dénombre près de 4 000 malades depuis le début du mois de carême. Selon notre source, ce chiffre n’a jamais été enregistré auparavant. La plupart des malades souffrent de problème de santé directement liés au jeûne et à la prise incorrecte de leurs médicaments. Hypo ou hyperglycémie, les malades arrivent parfois à l’hôpital dans un état comateux. Pourtant, le Coran exempte les personnes malades si le jeûne nuit à leur état de santé. Mais de nombreuses personnes diabétiques jeûnent malgré les risques de complications et les contre-indications médicales. Les raisons sont multiples. Parfois, parce que ces personnes ne se sentent pas malades et souvent parce qu'elles ne veulent pas se sentir exclues de la famille ou de la communauté, le Ramadhan étant un moment de partage et de convivialité. Une forte campagne de sensibilisation a été lancée avant le début du mois sacré. De nombreux praticiens appellent les malades chroniques à suivre strictement les recommandations de leur médecin traitant. En vain.
Sonia B.
 

Comment (4)

    moise
    25 juillet 2013 - 14 h 03 min

    Allah Yerham Bourguiba.
    Allah Yerham Bourguiba.




    0



    0
    Sihem
    23 juillet 2013 - 0 h 58 min

    Ces pauvres ne sont pas bien
    Ces pauvres ne sont pas bien informés, un bon nombre d’entre eux sont illettrés, moi je pense qu’au lieu de les culpabiliser, il faut au contraire les sensibiliser davantage, leur expliquer qu’il est écrit dans le Coran qu’une personne souffrant d’une grave pathologie ne doit pas faire le ramadhan afin de ne pas aggraver son cas et en souffrir davantage, il faut qu’il s’agit que ce n’est pas un péché que de manger et de boire en étant gravement malade durant le mois sacré




    0



    0
    okba
    23 juillet 2013 - 0 h 54 min

    Les Algériens sont
    Les Algériens sont sadomasochistes, ils aiment se faire mal, Que Dieu les ramène sur la bonne voie




    0



    0
    Mahdi
    22 juillet 2013 - 11 h 58 min

    vous avez beau leur dire de
    vous avez beau leur dire de ne pas faire careme à cette catégorie de population mais rien à faire. pourtant c’est simple ! drôle de mentalité ! si seulement il y a le commodités dans les infrastructures hospitalières !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.