Risque d’électrocution à Ben Aknoun : le bricolage de la Sonelgaz

Depuis quelques semaines, les habitants de la cité des Moudjahidine, dans la commune de Ben Aknoun, vivent un calvaire au quotidien à cause de fils électriques endommagés qui pendouillent, s’emmêlent et s’entremêlent, pareils à des filaments de toile d’araignée. Ces derniers jours, des étincelles extraordinaires jaillissent de ces câbles, qui pour le moment n’ont fort heureusement causé que des frayeurs. Les employés de la Sonelgaz, dépêchés sur les lieux à chaque «feu d’artifice», n’ont pas réussi à résoudre le problème. Bien au contraire, leur bricolage a provoqué, hier avant la rupture du jeûne, une surtension qui a plongé les maisons dans le noir et ce, jusqu’au matin, et «endommagé des appareils électroménagers», témoignent des habitants indignés. «Nous avons déjà vécu cela l’année passée et le problème persiste», peste un riverain. «Nos vies et celles de nos familles sont en danger. Ces fils peuvent se détacher d’un moment à l’autre et peuvent tomber sur l’un de nous», s’inquiète un voisin qui ajoute : «Nous en avons marre de ce bricolage. Qu’est-ce qu’ils attendent pour sécuriser le quartier, qu’il y ait mort d’homme ?» Cette situation devient insupportable pour ces résidants qui dénoncent le laxisme des autorités locales face aux problèmes des citoyens et le niveau d’incompétence atteint par les employés de différents services étatiques à l’image de ceux de la Sonelgaz qui, depuis l’année dernière, laissent traîner ce problème qui risque de provoquer une tragédie. La tension perdure jusqu'à ce mercredi soir.  Les riverains, exacerbés par des coupures d'eau dans leur quartier, ont pris la décision de bloquer la route reliant Chevalley à El-Biar, en plaçant des bacs à ordures au milieu de la route, provoquant ainsi un immense embouteillage. Moins d'une heure plus tard, les autorités, prises de court par les événements, ont promis aux contestataires de réablir l'eau courante sous peu ; mais ces derniers menaçaient de revenir à la charge si le problème n'est pas réglé dans un délai d'une demi-heure. Ils ne pouvaient plus attendre.       
Houneïda Acil
 

Comment (5)

    papam
    8 août 2013 - 16 h 33 min

    ce phénomène ne concerne pas
    ce phénomène ne concerne pas uniquement sotaelgaz. le niveau d’amateurisme a atteint des sommets dans tout les secteurs de l’économie.

    il y a quelques années j’ai été personnellement nommer directeur d’agence bancaire alors que je n’avait pas un seul jours de formation théorique, j’ai simplement appris sur le tas et grâce a dieu je n’ai pas commis d’erreur susceptible de me mener devant un tribunal.

    pourquoi cela est arrivée ? pour la seul raison qu’aucun budget formation n’était prévu, les drh nuls, les directeurs nuls, tous a leurs postes par connaissances et chacun d’eux se sachant nul au fond de lui même ne peux que ramener moins informé que lui donc un débutant qui n’en saura pas plus.

    malheureusement pour eux, j’ai appris seul, gravit les échelons et fini par partir du pays ne supportant plus la médiocrité ambiante.

    en résumé le petit gars qui a appris tous seul est parti il reste quoi comme compétence ? L’apprenti de l’apprenti de l’apprenti c’est a dire un gars qui fait semblant de travailler. pauvre pays bientôt il va falloir faire venir des canadien pour changer des câbles électriques.




    0



    0
    le Naïf
    8 août 2013 - 9 h 04 min

    Ben-Aknou est synonyme de

    Ben-Aknou est synonyme de plusieurs autres quartiers qui vivent et souffrent de la même situation sinon pire.
    La Sonelgaz mérite d’être appelée la « Sonabricogaz » pour le sacrifice que ses agents « qualifiés » dépensent pour satisfaire en électricité leur clientèle, et surtout pour les dangers qu’ils laissent derrière eux après avoir réalisé leur bonne œuvre.
    D’ailleurs à quoi bon dénoncer ou commenter cette légèreté à la « Sonabricogaz » puisque personne ne s’y intéresse, c’est injuste n’est-ce pas puisque ce n’est pas le seul secteur qui est barbouillé. Soyons donc réaliste !
    Y-a-t-il un shérif dans la ville, et un autre shérif pour surveiller le travail du premier et le punir s’il le faut ? Mais qui contrôlera le second sensé contrôler le premier, etc. Pauvre Algérie !
    Y –a-t-il des gens qui veillent, qui contrôlent, et qui corrigent ne serait—ce que pour faire gagner à l’économie nationale des milliards et des milliards qui sont régulièrement jetés au large ou dans les poches sans que personne ne se soucie.
    Une chose est sûre. Les puits de pétrole et de gaz finiront un jour très proche – bonté divine – et pourquoi pas de se tarir ou de se transformer en eau salée, et nous verrons bien après, si ce gâchis continuera d’être l’apanage des algériens irresponsables.
    Les grosses bedaines habituées aux léchages vous diront qu’il y aura bien toujours un puits quelque part pour continuer de se désaltérer jusqu’à mort s’en suive. Cette mort n’est-elle pas aussi une délivrance pour les uns comme pour les autres mais à des différences tellement remarquables que :
    Pour l’un, jugé bon, quand il meurt, il se libère des contraintes de ce bas monde. Pour l’autre, méchant celui-là, autrement dit un diable humain, quand il trépasse, les gens, la nature, les animaux et même les roches se débarrasseront de ses calamités (Hadith).




    0



    0
    Anonyme
    8 août 2013 - 7 h 21 min

    c est pire à algerie télécomm
    c est pire à algerie télécomm alors que ces 2 secteurs étaient des référence rances à prendre comme exemple d ou vient ce mal qui ronge l algerie la qualité du travail accompli à totalement disparu plus personnes ne sait bien faire voir les travaux menés à fi douche mourad et larbi benmhidi pour la pose de câble du gaz c est une catastrophe réelle




    0



    0
    Anonyme
    7 août 2013 - 22 h 49 min

    Cette société n`est pas
    Cette société n`est pas Sonelgaz d`il y a quelques années, entre temps elle a changée est devenue sotaelgazouatricite.Figurez-vous hier 06/08/13, des 22 heures le feu s`est déclaré sue un pylône de chateauneuf.Malgré les appels des habitants aucune suite n`a été donnée. Le feu s`est éteint simplement, tout seul, peu de temps après l`arrivée des pompiers.

    Sotaelgazouatricite,sont venus le lendemain vers 7 heures du matin pour changer subrepticement le câble et partir sans s`inquiéter des dégâts causes aux abonnes.




    0



    0
    idriss
    7 août 2013 - 13 h 57 min

    tant qu’il n’y aura pas de
    tant qu’il n’y aura pas de sanction des maires et des walis.pour chaque incident sur la voie public.en europe une chutte sur la voie public a cause d’un trou ou un trottoir.la responsabilite du maire est engagee.et le citoyen peut demande reparation.
    c’est du devoir du maire de la commune il est elu pour ça.bordel que chacun prend sa responsabilte citoyen comme responsable marre de ce laisse aller en algerie.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.