«Une semaine de l’Histoire» pour commémorer le 57e anniversaire du Congrès de la Soummam

Avec la participation de militants anticolonialistes français, le 57e anniversaire de la tenue du congrès de la Soummam du 20 août 1956 sera marqué cette année par l’organisation d’une «Semaine de l’Histoire» initiée par l’Association MED-Action d’Akbou. A travers cette manifestation, nous voulons apporter notre humble contribution à l’écriture de l’histoire ; une entreprise éminemment délicate lorsqu’il s’agit surtout de la guerre d’Algérie avec, au demeurant, une Révolution en majuscule. Une dimension scientifique académique sera donnée à ce 57e anniversaire à travers la conférence sur le Congrès de la Soummam, «Vérités historiques à redire» qui sera animée par Amar Mohand-Amer, docteur en Histoire, maître de recherche au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle, Crasc, division socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire HistMem. Nous nous focaliserons également sur ces Français ayant soutenu la révolution de 1954. Ils étaient prêtres, militants communistes, étudiants ou intellectuels progressistes à avoir choisi de prendre parti pour la cause nationale et à certains d’entre eux de rester vivre dans un pays qu’ils considèrent comme le leur. Ils se solidarisèrent avec le combat des faibles, des humiliés et risquèrent leur liberté et leur vie en sachant pertinemment pourquoi ils refusent cette guerre qui dénie la vérité et le droit. Sans ambages, ils ont perçu la colonisation comme l’oppression d’un peuple par un autre et s’en démarquèrent, au nom de l’idéal humaniste à contrario de ceux qui engagèrent le peuple français dans une guerre coloniale. Ce sont aussi ces soldats du contingent mobilisés pour, officiellement, «maintien de l’ordre» qui n’ont pas cédé malgré toutes les tentatives de «bourrage de crâne», les pressions et chantages de toutes sortes, les mises à l’écart, les brimades ouvertes ou camouflées des gradés, souvent «anciens d’Indochine», avides de prendre leur revanche sur un adversaire – pour eux le même qu’au Vietnam – qui les avait victorieusement affrontés « là-bas».
Dans cette thématique, deux projections de films, ayant trait à des hommages particuliers à Francis Jeanson et aux Français ayant soutenu la révolution de novembre 1954, seront au menu de cette manifestation. Ils ont rejoint le front pour la libération de l’Algérie – un film produit en 2012 par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel – est le premier documentaire à projeter en présence du réalisateur Jean Asselmeyer. Le second évoquera le parcours de Francis Jeanson, créateur du réseau des porteurs de valises en France ; ce documentaire retrace l’itinéraire de cet intellectuel engagé, en présence des deux réalisateurs du film : Bernard Vrignon et Catherine De Grissac. Jacques Tourtaux, auteur du livre Souvenirs d'un appelé anticolonialiste sera également présent à cette manifestation, la première du genre à Akbou, où il témoignera de son refus de la guerre, lui qui était mobilisé comme appelé dans les «événements» d’Algérie (comme ils disent) en refusant d’être entraîné dans le bourbier de cette sale guerre livré à un peuple opprimé. Ce programme sera clôturé par une conférence sur «les mineurs algériens des Cévennes (France) dans le combat héroïque pour l’indépendance, 1954-1962», qui sera animée par Bernard Deschamps, président de l’Association France-El-Djazaïr et titulaire de la Médaille du 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie remise par le président de la République Abdelaziz Bouteflika. Par ailleurs, l’association Med-action sortira aussi le premier numéro de la revue intitulée Mémoire. Dans ce premier baptême de feu – avec la contribution d’historiens et d’acteurs privilégiés de l’époque – sont mis sous les feux de la rampe des faits et événements, non anodins, survenus dans les deux rives, dont on parle peu ou pas du tout ; des événements exceptionnels d’humanité en somme. Nous évoquons la guerre d’Algérie avec des rappels de l’histoire qui prouvent, si besoin est, que le colonialisme et son système corollaire d’exploitation sont loin de faire l’unanimité des Français, en réitérant sans cesse que, bien évidemment, la guerre d’Algérie n’a pas été livrée contre le peuple Français. Pour la première fois des historiens, journalistes, moudjahids et militants français et algériens évoqueront la guerre d’Algérie en abordant plusieurs thèmes historiques inédits. Dans un devoir de mémoire, l’éditorial de ce premier numéro, qui sortira le 20 août 2013, salue le combat de ceux qui ont refusé le «choc des civilisations» en participant, en tant que citoyens algériens, à la construction «d’un autre choc, celui des solidarités», par pure considération humaine, humaniste. Ont contribué à l’élaboration de cette première édition de la revue Mémoire : Bernard Deschamps, Daho Djerbal, Djamil Aissani, Djoudi Attoumi, Gilbert Minier, Jacques Tourtaux, Jean Asselmeyer, Jean-Charles Jauffret, Judith Scheele et Mohamed Bedreddine. Par ailleurs, en marge de cette rencontre, une Déclaration d’amitié et de partenariat sera signée par Med-Action et l’association France-El-Djazaïr, établie à Nîmes. Elle a pour objectif de susciter et encourager les actions et initiatives éducatives visant la promotion et la vulgarisation de la culture universelle, de l’histoire contemporaine, de la connaissance et de la reconnaissance de l’autre. Dans le contrat programme, qui liera ces associations des deux rives de la Méditerranée, il est question de favoriser et développer les échanges pédagogiques entre les jeunesses des deux pays dans les domaines culturels, touristiques, artistiques et sportifs en vue de permettre une meilleure connaissance réciproque des jeunes entre eux et former des citoyens tournés vers l’avenir. Les échanges d’expériences, de documentation et d’archivage relatifs à l’histoire, la citoyenneté et la démocratie sont aussi des axes contenus dans ce document qui sera paraphé le 21 août à Akbou. A la clôture de ces journées, l’association Med-Action rendra un hommage particulier à trois chercheurs pour leur contribution à l’écriture, la promotion de l’histoire et à la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel algérien ; il s’agit de MM. Djoudi Attoumi, ancien officier de l’ALN, écrivain ; Djamil Aisani, chercheur, président de l’Association Gehimab ; Mohamed Bedreddine, chercheur, ancien directeur de la Radio Soummam et de la Radio Chaîne II kabyle.
A l’occasion de ces journées nous nous inclinons solennellement devant la mémoire des valeureux chouhada de la révolution de novembre 1954 et saluons aussi – à titre posthume – le combat des causes justes des militants de l’Algérie algérienne qui nous ont quittés : Francis Jeanson, Pierre Chaulet, Henri Alleg et Maître Jacques Vergès (récemment) qui se sont résolument engagés – à peine la guerre de Novembre déclenchée – avec tout un courant d’opinion et de presse qui s’est formé fermement en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Sans ambiguïté ni équivoque, ils ont soutenu ouvertement la révolution de Novembre en y prenant part activement.
Par devoir de mémoire et en perpétuant la tradition du Forum citoyen initié depuis l’année 2010, notre association continuera périodiquement à mettre sous les feux de la rampe des thèmes d’actualité en relation avec l’histoire de l’Algérie, la citoyenneté, la culture du dialogue et de la paix et le brassage inter-méditerranéen.
Le président, Hocine Smaali
 

Commentaires

    Allileche youcef
    10 février 2017 - 21 h 46 min

    je tient à raconter l
    je tient à raconter l’histoire de mon feu frére Mahmmad dit M’hand né le 16/12/1938 à chaoufa commune de Mekla w Tizi ouzou Algerie..désérteur de l’armée coloniale le 04/10/1959 à la caserne de saida Algerie avec arme et munitions. Mort au combat el merdja saida d’apres un témoin Moudjahed à saida a répondu suite à mon appel à témoignage par voie de presse en 1992. non reconnu à jour , bien que j’ai déposé un dossier l’ONM de tizi ouzou.j’ai saisi les Archives françaises et leurs réponse disait intéruption de service le 04/10/1959 et non désérteur.je suis prét à vous remettre des documents sur son histoire qui me tient à cœur étant son jeune frére je suis né le 25/ 5/1960.mes meilleures salutations. mobile 0663577560




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.