L’ancien ministre Abdelaziz Rahabi révèle : «Il n’y aura pas d’élection présidentielle en 2014»

L’ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, s’est déclaré, aujourd’hui lundi, convaincu qu’il n’y aura pas d’élection présidentielle en 2014 comme prévu par le calendrier politique du pays, pour la simple raison que le plan présidentiel sait pertinemment que l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika ne lui permet pas de mener une campagne électorale. D’après lui, c’est cette hypothèse qui a amené l’entourage du président Bouteflika à échafauder d’autres scénarii qui lui assureront «une impunité pour au moins deux années» à travers la réintroduction du septennat qui se fera par le biais d’une révision prochaine de la Constitution. «En l’état actuel des choses, j’exclus toute intention du Président d’organiser des élections présidentielles en 2014. Bouteflika ne peut pas faire campagne et ça m’étonne qu’il puisse confier cela au Premier ministre ou à une alliance présidentielle qui va d’ailleurs rapidement se mettre en place, mais pour une autre mission : la révision de la Constitution via le Parlement», assure l’ancien ambassadeur, invité du jour du forum du quotidien Liberté.
Autrement dit, le clan présidentiel semble définitivement acquis à l’idée qu’une prolongation du mandat présidentiel reste la formule la moins coûteuse et la moins risquée pour lui. Interrogé sur les intentions de Bouteflika de briguer un 4e mandat, M. Rahabi relève que tous les présidents algériens depuis l’indépendance ont été tentés par une présidence à vie à l’exception de Liamine Zeroual. Selon l’invité de Liberté, c’est en 2008, avec la révision de la Constitution qui avait fait sauter le verrou de la limitation des mandats, que Bouteflika avait préparé le terrain à cette présidence à vie et non depuis quelque temps comme sont tentés de le croire certains. «Les modalités techniques d’une opération éminemment politique ont été introduites en 2008 avec le changement constitutionnel», indique-t-il, assurant que l’Algérie est à ce propos à contre-courant de ce qui se passe y compris dans le monde arabe. «L’Algérie est devenue le seul pays dans la région avec une présidence à vie», affirme-t-il. Pourquoi une prolongation du mandat présidentiel ? «Cela assurera l’impunité au clan présidentiel au moins pour les deux prochaines années. Les poursuites dans le cadre de la lutte contre la corruption contre l’entourage du président cesseront et les enquêtes engagées seront bloquées», répond M. Rahabi. Il note que le clan présidentiel ne lésine pas sur les moyens en usant de la rente et en jouant sur le sentiment de résilience des Algériens échaudés par les années de terrorisme.
Interrogé sur une éventuelle candidature du frère du président, Saïd en l’occurrence, M. Rahabi qualifie de «fantaisiste» cette hypothèse. «Pourquoi postulerait-il au pouvoir. Il l’a déjà entre ses mains», répond-il. Et les mesures prises contre les services du DRS ? «Le clan présidentiel avait interprété l’implication de l’armée dans la lutte contre la corruption comme un signal qui lui était destiné, alors qu’en réalité l’armée ne s’est impliquée dans ce combat que lorsque le niveau de corruption commençait à devenir une menace pour la sécurité du pays. Et le rôle constitutionnel de l’armée est justement de protéger le pays contre toute menace», analyse M. Rahabi. Il estime que ces décisions projettent de nouveau l’armée dans le débat politique et tendent à faire passer le message qu’il n’y a pas de cohésion dans ce corps, comme cela avait été le cas en 2004.
Amine Sadek
   

Comment (37)

    amine
    18 octobre 2013 - 18 h 32 min

    « Article 6. Le Président de
    « Article 6. Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct.

    Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs.  »
    Sources :
    http://www.conseil-constitutionnel.fr/co…

    …POUR RÉPONDRE A CE COMMENTAIRE :

    Par citoyen (non vérifié) | 16. septembre 2013 – 18:15
    monsieur RAHBI, ou vous avez pris un verre de trop ou pendant que vous étiez aux affaires, ce n’étaientt les affaires personnelles. je vous rappelles qu’en FRANCE le mandt présidentel est ILLIMITE, qu’en grande bretagne aussi il est illimité, en italie, en espagne et j’enpasse. que vous arrive t’il !!!! à moin que l’exclusion pousse certains à divulger ce qu’ils ont révé pendant longtemp.




    0



    0
    hadj44
    19 septembre 2013 - 19 h 40 min

    ça me rappelle Mr.Gollnish et
    ça me rappelle Mr.Gollnish et Mr.LEPEN.




    0



    0
    Maryam
    18 septembre 2013 - 21 h 50 min

    BOUTEFLIKA exécute un
    BOUTEFLIKA exécute un scénario invraisemblable, Oui Messieurs Il n’y aura pas d’élection présidentielle « Classique » en 2014 comme l’affirme Abdelaziz RAHABI.
    Le plan de BOUTEFLIKA est une élection présidentielle anticipée en 2013 un peu spécial !
    IL sera le seul candidat ! Donc pas de risque, s’est lui oui rien ;
    IL ne fera pas de campagne électorale personnellement ! Surtout que ce n’est pas pratique en fauteuil roulant, et point de discourt vu son aphasie ;
    IL contrôle la machine électorale, FLN-RND-TAJ pour la mobilisation de façade, l’administration par le ministère de l’intérieur pour le score et les PV, la justice pour valider et crédibiliser les résultats ;
    IL contrôle le conseil constitutionnel, qui garantira le tout.
    On appelle ça : élection présidentielle sous forme d’amendement de la constitution par voie référendaire pour un SEPTENNAT.
    Pourquoi ce choix ? Il veut avoir les mains libres pour la suite, il l’a fait pour la Concorde civile » plébiscité par voie référendaire à 90 % de votants, le 16 septembre 1999 pour effacer les effets néfastes du retrait des autres candidats lors des élections présidentielles de 1999 sur sa légitimité.
    Pourquoi changer une stratégie qui marche ?!
    Seul inconnu de l’équation ? Le peuple algérien dine hérité des glorieux chouhadas




    0



    0
    Hakim
    18 septembre 2013 - 17 h 37 min

    Un président malade doit être
    Un président malade doit être mis a la retraite , pour raison d’impotence physique et cognitivo-motrice.
    c pas a val de grâce que l’on va jouer le destin si cher de ce pays ….
    c un avertissement contre ce régime qui a mis le pays a la dérive , et la nation et le peuple en danger permanent.




    0



    0
    NASSER
    18 septembre 2013 - 10 h 02 min

    Moi je broute ici dans cette
    Moi je broute ici dans cette prairie d’AP. Le problème est que l’on doit faire attention, car qu’il y a quelques herbes toxiques.




    0



    0
    samir
    18 septembre 2013 - 9 h 54 min

    Les devins ne manquent pas
    Les devins ne manquent pas dans notre pays!




    0



    0
    SiZineddine
    17 septembre 2013 - 18 h 22 min

    @Nasser
    Toujours ce

    @Nasser
    Toujours ce narcissisme, cet égo incommensurable qui vous empêche d’être qu’une courtisane du coté du plus offrant.
    Passez votre chemin. La prairie ou broutent les (…), c’est là bas.
    Vous ne méritez aucune réponde. J’ai juste attiré votre attention sur votre contradiction. Un président malade. Eh oui, un président malade et ça dure depuis 2005.
    Vous avez violé la constitution que vous apprêtez de violer une seconde fois.
    Nous donnons une ultimatum à ce président malade et ne vous occupez que de votre bassesse à ramper devant ce clan dont vous êtes un échantillon représentatif.
    Passez votre chemin et allez brouter ailleurs.




    0



    0
    NASSER
    17 septembre 2013 - 17 h 26 min

    SiZineddine
    .
    Vous ne vous

    SiZineddine
    .
    Vous ne vous rendez pas compte de vos stupidités? Vous ne savez même pas mentir! Vous êtes sûr que l’on à faire à quelqu’un de normal? Franchement un nullard pour moi!Que du radotage vétilleux! Vous savez que tous le monde vous lit et vous juge? Heureusement que vous ne nous représentez pas, car il y a de bons commentaires et de bons articles.
    Ne nous dites surtout pas que vous êtes diplômé!




    0



    0
    Anonyme
    17 septembre 2013 - 15 h 54 min

    @ SiZineddine pour qui tu te
    @ SiZineddine pour qui tu te prend toi et tes semblables? ca fait un temps que je li ton baratin du genre -il ne passera pas l’hiver- je connais l’avc j’ai deja suivie mon pere-etc…. non mais tu bosse pour qui ? et tu nous prend pour qui? serait tu plus patriote que tout les algeriens? non tu n’est q’un moins que rien qui essaye de se montrer erudit politologue et bien plus encore comme un certain nombres de tes camarade sur se site tu fais partie de ses nadebates et tu l’aura dans l’os toi et tes semblables , l’algerie n’est pas bouteflika et bouteflika est un algerien , mais toi et tes semblable j’en doute voila se que vous etes réelement regarde cette video (…), l’algerie fera sa transition dans le calme et la bonne humeur meme brabi inshallah we dez maahoum.

    https://www.youtube.com/watch?v=F6SH562qW88




    0



    0
    el watani
    17 septembre 2013 - 15 h 44 min

    Pour rafraîchir la mémoire
    Pour rafraîchir la mémoire des courtisans autres soutiens…

    « Novembre a accouché d’un Mugabe »

    « Pour installer sa présidence à vie, le chef de l’Etat a sonné le rappel des symboles de la Révolution, valeur refuge dans les situations de crise et source de rente en temps de prospérité. Il ne dissocie pas entre les victimes de cette Révolution, ses héros et ses commerçants alors qu’il recrute dans cette dernière catégorie ceux qui applaudissent au viol de la liberté, principal socle fondateur de l’adhésion du peuple algérien à la guerre de Libération.
    Et c’est justement parce qu’il considère que l’autorité du pouvoir n’est pas fondée sur le savoir, la légitimité et de réelles compétences que Bouteflika en vient à déclarer que la non-limitation des mandats est une avancée démocratique. Cette assertion dénote d’un mépris pour l’intelligence des Algériens et constitue une contre-vérité historique pour peu que l’on regarde autour de soi. Elle renseigne surtout sur le niveau des ambitions que nos plus hauts dirigeants ont pour un grand pays réduit à leur dimension personnelle pour faire du rêve algérien une addition de destins individuels. Après 10 ans de pouvoir absolu porté par la sympathie de la communauté internationale convaincue de la justesse des thèses algériennes par les attentats du 11 septembre 2001, des revenus pétroliers jamais égalés depuis l’Indépendance, des contre pouvoirs institutionnels anesthésiés par la rente, une opposition réduite au silence par la fermeture du champ politique et son incapacité à fédérer ses forces, le président de la République diagnostique que la solution à la crise réside dans la constitutionnalisation d’un pouvoir à vie. Les Algériens étaient en droit d’espérer que la grande Révolution de Novembre enfante des Mandela, elle a accouché d’un Mugabe. »

    Abdelaziz Rahabi ( el watan 2 novembre ). Rahabi




    0



    0
    SiZineddine
    17 septembre 2013 - 15 h 32 min

    @NASSER (non vérifié) | 17.
    @NASSER (non vérifié) | 17. septembre 2013 – 14:54

    Vous l’avez dit :

    « Depuis la maladie du président, des opportunistes engagent une offensive pour le destituer. Ils sautent sur toutes les occasions, même un remaniement ministériel. »

    Vous avez dit la maladie du président. Le président est donc malade et depuis fort longtemps, depuis le 2eme mandat. Ce dernier mandat est le mandat de trop.

    Le président ne peut pas être malade pendant des mois, voir des années. Le président a des responsabilité qui ne peuvent être assumées que par un homme valide et en bonne santé. Ce n’est pas le cas de ce président.

    Un article est prévu en cas de longue maladie du chef de l’état.
    L’aricle88 s’impose aujourd’hui et ceux qui pensent être au dessus de la loi ont tord. Ils en répondront devant les institutions et le peuple.




    0



    0
    NASSER
    17 septembre 2013 - 13 h 54 min

    QUAND ON ÉTAIT MINISTRE on se
    QUAND ON ÉTAIT MINISTRE on se garde de parler maintenant qu’on ne l’ai plus et que l’on a pas été choisi on sait parler et donner des conseils même loufoques comme « prolonger de 2 ans etc.)
    .
    Depuis la maladie du président, des opportunistes engagent une offensive pour le destituer. Ils sautent sur toutes les occasions, même un remaniement ministériel. Des articles tels « Algérie : un front uni pour déjouer le plan du système », «Bouteflika : le dernier tour de piste d’un clown impotent », ou « Bouteflika va prolonger son mandat de 2 ans » ou encore « Bouteflika : « The Val-de-Grâce Conspiracy » », donnent la nature de cette offensive. Les sites les plus engagés dans cette mission sont les mêmes, à savoir : « LE Matin Dz », « Le Quotidien d’Algérie », « Activiste DZ », « La nation DZ », « Kalima DZ », « Le Soleil d’Algérie », Hoggar.org », « Siwel » et « Kabylie.net » (certains publient les articles d’un marocain anti algérien, le courtisan du makhzen nommé Farid Mnebhi qui a une tribune sur « Israël Flash » et qui ne cesse d’attaquer avec virulence notre président, notre armée et notre DRS). C’est toujours les mêmes propagandes (parfois des stupidités) que l’on entend depuis des dizaines d’années de la part de ceux qui ont gouté au pouvoir et qui ont été évincés pour une raison ou une autre. Ce n’est qu’une fois éjecté du pouvoir qu’ils trouvent la « bonne parole » et les « bons conseils » qu’ils se sont gardés d’appliquer ou de dire lorsqu’ils étaient au pouvoir.
    Ces articles sont souvent du clabaudage, diatribe, et propos méprisants qui se fondent sur la revanche et les frustrations au lieu d’analyses objectives. Expliquer les derniers remaniements ministériels suivi d’une partielle redistribution des tâches par un plan « ourdi » par le Président algérien avec les « services français et américains » durant sa convalescence en France contre les intérêts de l’Algérie c’est prendre les vessies pour des lanternes, c’est prendre les Algériens et le monde pour des tarés.
    La plupart sont hypocrites et opportunistes. Ils incitent nos enfants à faire ce qu’ils épargnent à leurs rejetons qu’ils lancent dans les affaires en attendant de les placer au pouvoir.
    Ne les écoutez pas et protégez vos enfants de leur propagande et manipulation !




    0



    0
    saadielbachir
    17 septembre 2013 - 12 h 06 min

    ouine irisidi bech n’sti3inou
    ouine irisidi bech n’sti3inou bih yepredina l’avenir oua n’dioulou el oua3da




    0



    0
    amine
    17 septembre 2013 - 10 h 36 min

    Merci de nous rappeler des
    Merci de nous rappeler des évidences avec des mots justes :
    1. Bouteflika a introduit la présidence à vie dans la constitution de 2008 , celle de Zeroual ( 1996 ) la limitait .

    2. il a fait de nous le seul peuple dans le monde arabe avec un president à vie .

    3 .Il n pas parlé à son peuple depuis mai 2012 à Setif ( tabjnana )
    4. il n pas réuni le conseil de ministres depuis presque an et son activité se limite à une tasse de café avec sellal et gaid .
    Conclusion : il n ‘est pas en mesure de faire une campagne …alors il prolonge .

    Merci Mr rahabi pour la clarté .




    0



    0
    t-jay
    17 septembre 2013 - 10 h 01 min

    mais bon sang y a pas
    mais bon sang y a pas d’hommes en ALGERIE pour mettre fin à cette mascarade , ou sont les militaires ou sont les patriotes ?




    0



    0
    ABDELAZIZ
    17 septembre 2013 - 9 h 24 min

    On doit l’appeller Monsieur
    On doit l’appeller Monsieur SOLEIL ce rahbai, il sait à l’avance ce que trotte dans la téte du président,wellah aiche tchouf fi hed lebled, que des grosses gueules, ça parle à tort et à travers, ness t’haji ou t’fek,berkawna men qil wel qal,cet enérguméne a oublié qu’il a profité aux max du systéme lui aussi, il a été ambassadeur d’algérie au mexique durant plusieurs années ( 20 ans je crois…),qu’est ce qu’il a fait pour le pays durant cette période ? que dalle !! c’était des vacances tous frais payés,ragda wa tmanji, maintenant il vient faire la morale et le patriote etc…




    0



    0
    Fraîcheur
    17 septembre 2013 - 8 h 30 min

    @nenuphar; excellente analyse
    @nenuphar; excellente analyse , ce Rahabi a oublié qu’il était du râtelier , on a comme l impression qu’ un autre janvier se prépare….




    0



    0
    Adel
    17 septembre 2013 - 8 h 06 min

    Voila un ancien sinistre
    Voila un ancien sinistre étranger aux affaires qui lit dans le marre du café, je ne sais pas d’ou cet énergumène sort, je n’ai jamais entendu parler de ce comique.
    Il a du recevoir une enveloppe de la chaine sioniste france 24 et al khanzira pour débiter autant d’anneries en si peu de temps.




    0



    0
    sudiste
    17 septembre 2013 - 0 h 29 min

    je salut mon president je
    je salut mon president je pris dieu pour lui qu’il soit en bonne sante si non qui est sencer changer la politique du paye c’est bien les partis politique ou les deputes mais malheureusement sont là pour apllaudir est faire les affaire pour leur compte c’est pour ça vive boutaflika




    0



    0
    Antisioniste
    17 septembre 2013 - 0 h 23 min

    Salamou 3alikoum
    Je n’ai pas

    Salamou 3alikoum

    Je n’ai pas de boule de cristal comme « certains », j’utilise uniquement ma petite cervelle de lambda pour analysé et déduire, sans conclure, se qui sa passe autour de moi par conscience. Sachant que la majorité des lambda dont je fais partie s’en foutent éperdument de qui va être président ou ministre. Leurs soucis (les lambdas)se résume en des choses très simple et légitime tel qu’un foyer, un travail, moins de bureaucratie, et beaucoup de justice. Tout cela dans leur/notre pays qui doit rester indépendant relativement. Je dis relativement car nous ne produisant pas notre nourriture, ni nos habits et tout le reste, même si certains entrepreneurs dans ses domaines tente courageusement d’y apporter le grain de sable.

    Monsieur Amine Sadek, vous êtes journaliste et patriote à se que je sache, et je n’ai aucune raison d’y douté. j’aimerai vous demander quelque chose en tant que citoyen et lecteurs de votre journal AP. Pourquoi n’aller vous pas faire une rencontre directe avec Monsieur Bouteflika,et lui demandé les réponses au questions importantes qui sont soulevé afin de mettre fin au spéculations de bonnes ou mauvaises intentions? Je vous demande ca, car quelque part je m’interroge sur les déclarations de certains qui faisait partie du pouvoir, et qui sont rester la bouche cousu tout se temps pour sortir leur « révélations » dans un timing qui me semble plus que douteux.




    0



    0
    Mansour
    16 septembre 2013 - 20 h 38 min

    Je pensais qu’il allait
    Je pensais qu’il allait encore triturer la constitution pour porter le mandat présidentiel à 7 ans au lieu de 5 ans actuellement en la soumettant au referendum cette fois,pas comme en 2008 où il l’a faite voter à main levée par députés et sénateurs réunis.De toutes façons fakhamatouhou n’est pas à une violation prés de la constitution et avec une autre révision de la « loi fondamentale » il compte s’octroyer 2 années supplémentaires pour son mandat actuel tout en désignant un vice-président qui sera bien entendu son remplaçant.Et ce n’est pas le président du conseil constitutionnel qu’il a lui même désigné qui va émettre le moindre doute sur la procédure.




    0



    0
    citoyen
    16 septembre 2013 - 20 h 00 min

    le pseudo est très juste.
    le pseudo est très juste. l’idiot !!!! celui que tu dis etre sur le trone, et bien c’est grace à lui que maintenant presque chaque famille algérienne possede une voiture et un ou plusieurs appartements. que la paix regne mieux que dans la majorité des pays et 98 p/100 des pays du tiermonde nous envient. seulement voila, les idiots quand ils n’arrivent pas à leur fin ils tiennent le meme discours. je pries le Tout Puissant pour qu’il lui accorde longue et prompt rétablissement pour parachever son ambitieux programme prévu pour 20 ans, et c’est à partir de là que tu te rendra compte qui était cet homme, l’un des meilleurs fils de l’algérie. bonne soirée




    0



    0
    djaffar
    16 septembre 2013 - 19 h 53 min

    c’est plausible , tout lui
    c’est plausible , tout lui est permis..ces élections seront reportées , pour laisser place a des élections législatives anticipées il dissoudra l’ a p n et il placera son frère




    0



    0
    bahri
    16 septembre 2013 - 19 h 38 min

    le saviez vous a Oran un mort
    le saviez vous a Oran un mort attaqua en justice un vivant, et c’est le mort qui gagne cette histoire est récente cela est passé en 2013 .




    0



    0
    Brahim Haddou
    16 septembre 2013 - 19 h 22 min

    encore une absurdite! il a lu
    encore une absurdite! il a lu dans une boule de cristal? ce qu’il avance n’a aucuns sens et est très incohérent. car il est certain que bouteflika ne rempilera pas, par conséquent il n’y aura aucunes incidences sur le calendrier, les élections auront lieu comme prévu. quand aux scenarios, ils sont élaborés par toute la clique anti-algérienne et non au sein de la présidence qui n’a aucuns intérêts à concoter des scénarios. alors n’essayez pas de nous manipuler. ce ne paie pas.




    0



    0
    Alilou
    16 septembre 2013 - 18 h 55 min

    Je suis d’accord avec M.
    Je suis d’accord avec M. Rahabi, qui pense « qu’il n’y aura pas de présidentielle en 2014 » car, à mon avis, le dispositif mis sur place par Bouteflika ( Belaiz, Louh, Medelci et Messahel, le dernier carré du clan résidentiel, sous la houlette de son frère Said ) sera chargé non pas d’organiser une élection présidentielle de laquelle Bouteflika devra logiquement être out en raison de son mauvais état de santé mais de le protéger contre une éventuelle application de l’article 88 sur l’empêchement, en cas de récidive du « mini AVC ».

    L’opération de révision de la Constitution sera une formalité en raison de la confortable majorité dont le FLN, le RND et leurs satellites disposent à l’APN et au Conseil de la Nation.

    Par ailleurs, le retrait en catimini du Dr Ahmed Benbitour, le premier candidat déclaré, constitue également un indice fort.

    Seule donc une fausse note, comme celle du 27 Avril 2013, pourrait faire échouer ce plan qui est très dangereux pour la cohésion,la stabilité,la sécurité et l’unité nationales.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    16 septembre 2013 - 18 h 51 min

    Non en 2014 il faut que
    Non en 2014 il faut que l’élection présidentielle ait lieu
    Si boutéflika ne peut pas se représenter et bien qu’il jette l’éponge, il commence à jouer au con et abuse on n’est pas une république bananière. Si cela arrive j’espère que des patriotes algériens lui pourriront la vie, pas de cela et qu’on n’essaye pas de flouer le peuple algérien




    0



    0
    mouloud
    16 septembre 2013 - 18 h 24 min

    ce vieux (…) et son clan de
    ce vieux (…) et son clan de marcain vont pas lacher prise, donc, je suggère que le peuple decide de leur sort à travers des moyens aproprés!




    0



    0
    l'idiot
    16 septembre 2013 - 17 h 39 min

    Même monsieur rahabi se paye
    Même monsieur rahabi se paye paye parfois nos têtes,le problème de l’algérie ce n’est pas Bouteflika,mais les gens qui l’ont mis sur le trone pour saigner l’algérie sans scrupules,sans honte et sans honneur.




    0



    0
    AMROU Abderrahmane
    16 septembre 2013 - 17 h 30 min

    Salut!
    Je voudrai faire ce

    Salut!

    Je voudrai faire ce commentaire pour clarifier certaines choses dans le domaine de la réalité politique en Algérie.

    Réalité telle qu’elle est conçue par ses initiateurs politiciens et non pas telle qu’elle est perçue par le commun des citoyens algériens.

    Pour commencer, il faut revenir sur certains points importants du passage du chef de l’État à la tête du pays durant ces trois mandats. Je crois que tout le monde se rappelle que durant la campagne des élections présidentielles d’avril 1999, Bouteflika s’est confiné dans un silence absolu qui avait laissé beaucoup d’interrogations et d’étonnement de la part des citoyens.

    Les gens ne connaissant pas Bouteflika, n’ont pas donné une très grande importance à ce silence politique qui est l’apanage des seuls hommes politiques rompus aux secrets et comportements politiques dignes des systèmes des services secrets.

    Juste après son installation à la tête de la présidence, Bouteflika avait confirmé publiquement son appartenance aux services secrets à travers son offense publique d’un journaliste qui lui avait posé des questions sur les sous-sols des services de sécurité.

    Un peu plus tard, lorsque les choses n’étaient pas au beau fixe avec les dirigeants de l’Armée, Bouteflika commençait à utiliser la menace du chantage de dévoiler la vérité, il faut comprendre que la situation politique en 1999 était tellement complexe que tout n’était pas bon à dire à cette époque.

    Ainsi, Bouteflika avait compté sans la manipulation des services secrets qui lui ont préparé des dossiers à travers l’implication de son Frère cadet, qui était déjà un agent aux ordres des services, ce qui lui a permis d’être au-dessus des lois.

    C’est dans cette conjoncture que Bouteflika commençait son équilibrage des pouvoirs politiques entre les différents clans à travers sa permissivité et ses compromis politiques contre-nature. Dans ce contexte, ses différents discours durant ses visites à travers les wilayas du pays en témoignent sur ses méthodes de compromission politique, où il n’hésitait pas à insister sur «les mêmes droits entre la femme et l’homme» «la répartition équitable des richesses» etc.

    Ces discours étaient destinés aux différents clans du système pour le partage équitable de la rente, jusqu’au moment où est venue sa grande complicité, sa complaisance et son silence sur tout ce qui a été fait auparavant moyennant d’autres mandats au pouvoir, puisqu’il l’a affirmé clairement à travers cette déclaration publique «ça vaut la peine de continuer » qu’il avait lancé la veille du 2ème mandat.

    Après cette période, c’est d’autres exigences qui sont venues meubler son palmarès politique, où il n’avait pas hésité un instant à revendiquer publiquement ‘l’immunité à vie’ «hassana mada el hayat».

    À ce moment, son frère cadet était déjà une pièce maitresse dans le jeu politique aux moins des services secrets, puisqu’on l’a rendu le maitre absolu et intouchable au niveau de la présidence. Et toute cette machination politique était fondée sur un fond de liaisons et de relations conjugales et familiales.

    C’est ainsi, qu’il est devenu très clair que Bouteflika se croyait qu’il était considéré comme un messie (le borgne au pays des aveugles est roi ) avec tous les privilèges politiques et institutionnels qui lui ont permis de gouverner comme bon lui semble et de faire de l’Algérie ce qu’elle est aujourd’hui.

    La suite est une logique naturelle, puisque la révision de la constitution avait permis à Bouteflika de briguer un 3ème mandat qui lui a ouvert la voie à prétendre à un mandat à vie.

    Donc, ce qui se passe actuellement sur la scène politique, à l’insu du peuple algérien, est une continuation logique du processus du compromis politique contre-nature qui a été entamé depuis le premier mandat et qui lui fait croire qu’il peut disposer à son gré de tout un pays et de son peuple, pour peu qu’il obéisse à la lettre aux principaux acteurs politiques influents internes et externes.

    C’est une équivocation politique fatale et ça va déboucher sur une fracture majeure sur le plan politique, social, et même géographique, car, à travers cette dernière manipulation politique, Bouteflika avait opté pour le statu quo qui a mené l’Algérie à cette faillite politique à travers la complicité et l’implication de ses clans.

    Et ce n’est ni son frère cadet, ni une quiconque autre personne politique du système qui vont faire sortir l’Algérie de cette crise politique majeure, même s’ils croient que c’est aisé de plagier ou de détourner les œuvres intellectuelles des autres.




    0



    0
    citoyen
    16 septembre 2013 - 17 h 15 min

    monsieur RAHBI, ou vous avez
    monsieur RAHBI, ou vous avez pris un verre de trop ou pendant que vous étiez aux affaires, ce n’étaientt les affaires personnelles. je vous rappelles qu’en FRANCE le mandt présidentel est ILLIMITE, qu’en grande bretagne aussi il est illimité, en italie, en espagne et j’enpasse. que vous arrive t’il !!!! à moin que l’exclusion pousse certains à divulger ce qu’ils ont révé pendant longtemp.




    0



    0
    berkane
    16 septembre 2013 - 16 h 51 min

    c’est un vrai diplomate
    c’est un vrai diplomate Monsieur rahabi c’est le ministre des affaires étrangères par excellence malheureusement il est né dans une ville qui ne se trouve pas en Algérie (guelma)




    0



    0
    Alilou
    16 septembre 2013 - 16 h 50 min

    Qui peut arrêter les dérives
    Qui peut arrêter les dérives du clan présidentiel ?




    0



    0
    abdelkader wahrani
    16 septembre 2013 - 16 h 45 min

    oui comme le président Houari
    oui comme le président Houari Boumediene (rahimah Allah) pouvoir civil sous contrôle militaire, comme le CNRA. le parlement a majorité militaire, a listes uniques de l´ére Boumediene. nous sommes loin de la démocratie,on a pas besoin cette démocratie sauvage, liberté d´expression des insultes a caractére raciste ect…a l´époque de Houari Boumediene les faux opposans vécurent sous la surveillance déterminante des services spéciaux que Si Abdelhafid Boussouf (si Mabrouk) rahimah Allah avait a l´origine initiés. les faux opposans,les traitres, les déviants, voire les simples renâcleurs (brébis galeuses) furent traqués et mis au pas par la toute-puissante sécurité militaire. l´armée nationale populaire (ANP) garante de la souveraineté nationale. Mlih elhrawa, Mlih el qazoul. quand le chat est parti les dansent?. une nuit d´anarchie vaut des de dictature.




    0



    0
    Nenuphar
    16 septembre 2013 - 15 h 42 min

    On est vraiment dans un pays
    On est vraiment dans un pays unique et inique.
    « … , alors qu’en réalité l’armée ne s’est impliquée dans ce combat que lorsque le niveau de corruption commençait à devenir une menace pour la sécurité du pays. Et le rôle constitutionnel de l’armée est justement de protéger le pays contre toute menace .»
    Une armée digne de ce nom se serait cantonnée dans ses casernes et ne serait pas intervenue dans ce type d’affaires ou encore dans la politique.
    A moins que, voyant que cette corruption allait lui éclater sur la figure, étant elle même partie prenante dans les affaires, elle voulait dresser un contre-feu, tout comme celui du clan présidentiel qui a limogé les personnes qui avaient l’intention de crever l’abcès et tenter d’en finir avec cette gangrène qui ternit l’image du pays tout en l’appauvrissant.




    0



    0
    SiZineddine
    16 septembre 2013 - 15 h 26 min

    Oui, on s’y attendait. La
    Oui, on s’y attendait. La constitution va encore être violée. Le mandat va être prolongé de 2ans car Bouteftef ne pourra pas vivre au dela de 2ans comme tous les hémiplégiques. Il veut mourir au pouvoir. Alors, vous l’auriez voulu monsieur Bouteftef. Qui gère le pays? Son frère, sans aucun mandat. Sellal est inculte sans courage et participe à cette comédie qui ne fait rire personne. L’article88 doit être appliqué. Cette supercherie n’a que trop duré.




    0



    0
    Hamza Rachid
    16 septembre 2013 - 15 h 18 min

    Personne, en Algérie, n’est
    Personne, en Algérie, n’est dans le secret des dieux. Toutes les hypothèses sont sur la table.
    Ce qui est évident, ce qui est sûr, c’est que les algérienns se rendent compte que le courant dit républicain démocrate est manifestement incapable non seulement de proposer une alternative crédible au pouvoir actuel mais aussi de proposer un candidat unique, consensuel susceptible de faire basculer l’opinion publique.
    Voilà où nous en sommes et cela saute aux yeux de tous !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.