Limogé pour avoir assumé l’affaire Khelil et refusé de mêler la Justice aux chamailleries du FLN

L’ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi, n’a jamais accepté de mêler la justice aux intrigues politiciennes ou à la guerre des clans. Il fait les frais de sa volonté de préserver son autonomie de décision et celle du département dont il avait la charge. Mohamed Charfi a été limogé pour avoir accéléré l'instruction de l'affaire Chakib Khelil et la délivrance d'un mandat d'arrêt international contre lui et sa famille dans l'affaire Sonatrach. Une décision courageuse et historique qui a dû surprendre certains cercles de décideurs et amené les «amis» de l’ancien ministre de l’Energie à prendre leurs précautions pour s’en prémunir, en s’attelant à parasiter l’information dans les médias, distillant dans la presse qu’Interpol ne rechercherait pas Chakib Khelil et évoquant des erreurs de procédure. Pour rappel, la justice algérienne avait lancé, le 12 août dernier, des mandats d’arrêt internationaux contre neuf personnes, dont l’ex-ministre de l’Energie. Le procureur général près la cour d’Alger avait affirmé avoir envoyé une convocation à M. Khelil pour comparaître devant les juges algériens et répondre des accusations de corruption sur des marchés conclus entre 2003 et 2011. C’est à la suite du refus du mis en cause de se présenter que des mandats d’arrêt avaient été lancés. L’enquête était encore en cours et promettait de nouveaux rebondissements, mais le départ précipité de Mohamed Charfi risque de tout remettre en cause. Des observateurs craignent même que d’autres subterfuges soient inventés pour ralentir la procédure, voire même classer l’affaire. Par ailleurs, on reproche à Charfi d’avoir refusé de mêler son département à la guerre intestine qui ronge le FLN et de valider la tenue de la session extraordinaire du comité central qui a permis, fin août dernier, d’introniser Amar Saïdani, coopté par le clan présidentiel pour s’en servir comme tremplin pour les besoins de la prochaine présidentielle qui s’annonce capitale. Ultime injure à l’Etat de droit et à l’indépendance de la justice, la décision rendue par le Conseil d’Etat sera annulée par un jugement prononcé le lendemain par un simple tribunal administratif. Cet acte flagrant de manipulation et de pervertissement de la justice annonçait, en fait, la disgrâce d’un homme qui est resté intraitable jusqu’au bout. A peine Mohamed Charfi a-t-il été remercié, que ses bourreaux actionnent déjà une certaine presse pour attribuer son départ à des accointances politiques avec Ali Benflis, candidat potentiel à la prochaine présidentielle. Envelopper l’éviction de ce ministre courageux dans un emballage politique est une façon de le discréditer et de dévaluer son travail remarquable dans la lutte contre la corruption durant son court passage à la tête du ministère de la Justice.
R. Mahmoudi

Comment (42)

    decal
    18 septembre 2013 - 22 h 44 min

    si chakib passe en justice c
    si chakib passe en justice c est l exlposion du gouvernement




    0



    0
    Securitatea
    18 septembre 2013 - 15 h 48 min

    Le pire c’est la provocation
    Le pire c’est la provocation de Bouteflika: Medelci, aucune compétence aux affaires étrangère, nommé ministre des AE,

    Medelci, aucune formation juridique, nommé Président du Conseil Constitutionnel, incroyable mais vrai!!!!!!

    C’est très grave d’en arriver là…….Et il y a encore des gens qui disent « mon » président, « notre président »….sur ce site …

    Securitatea




    0



    0
    derguez
    18 septembre 2013 - 10 h 00 min

    @Anonyme , votre question est
    @Anonyme , votre question est légitime, car de nos jours, presque, personne n’osera défier le Roi Boutef, qu’il ait tort ou pas, mais ne vous inquiètez pas  » liljazairr ridjalounn youhibounaha » ( l’Algerie a des hommes qui l’aiment) et charfi en fait partie.

    NB: « c’est l’exception qui confirme la règle »




    0



    0
    derguez
    18 septembre 2013 - 9 h 59 min

    @Anonyme , votre question est
    @Anonyme , votre question est légitime, car de nos jours, presque, personne n’osera défier le Roi Boutef, qu’il ait tort ou pas, mais ne vous inquiètez pas  » liljazairr ridjalounn youhibounaha » ( l’Algerie a des hommes qui l’aiment) et charfi en fait partie.

    NB: « c’est l’exception qui confirme la règle »




    0



    0
    Anonyme
    18 septembre 2013 - 0 h 16 min

    Depuis quand un ministre
    Depuis quand un ministre algérien « s’assume » et « assume » ya si mahmoudi???




    0



    0
    derguez
    17 septembre 2013 - 14 h 25 min

    les zhommes charfi les
    les zhommes charfi les zzzhommes! toujours fidèle à ses principes: intégrité, compétence et amour de la patrie.
    que dieu vous protège et protège notre Algérie
    1.2.3 VIVA l’Algérie




    0



    0
    massinissa
    17 septembre 2013 - 7 h 57 min

    Subitement Charfi est devenu
    Subitement Charfi est devenu pour vous un légaliste. Selon vous il a acceléré l’émission du mandat d’arret international contre Khelil et ses acolites et a refusé d’impliquer la justice dans les affaires politiques. Mais alors pourquoi a t-il déclaré que la décision du tribunal administratif était juste alors que tout le monde sait qu’aucune autorité ne peut mettre en doute, passer outre, ou casser la décision du Conseil d’Etat. Voulait-il faire plaisir au président dans l’espoir de se maintenir dans son poste? J’estime qu’il aussi lache que les autres, et si vraiment il a des accointances politiques avec Benflis, ce dernier peut attendre encore des siécles s’il compte sur des individus comme Mohamed Charfi.




    0



    0
    Nadir B
    16 septembre 2013 - 23 h 13 min

    Le problème avec les
    Le problème avec les responsables qu’on dit intègres et qu’on limoge pour cette qualité reste désespérément muets. Maintenant que Charfi n’a plus de charge et qu’il n’est plus astreint à l’obligation de réserve pourquoi ne réagit-il pas. il faut que les langues se délient car ne pas affronter le mal équivaut à le cautionner. les journalistes ne doivent plus assumer le rôle des politiques et des responsables, il faut que cela cesse!




    0



    0
    riyad
    16 septembre 2013 - 21 h 41 min

    je ne pense pas ke cette
    je ne pense pas ke cette personne ke vous faites l apologie est d envergure dans la justice comme vous d ailleurs. la justice est un mythe dans les pays tiers mondistes .monsieur chorfi nas pas intervenu pour sanctionner le juge du sud ki a fait pression sur ses collegues. et vous ki ont fait son eloge et je pense vous ettes du secteur de la justice . vous etes loin de cette justice parceke vous regaler des previleges du systeme ke vous critiquez soi disant .les opprimes vivrent toujours dans l inequite et le pauperisme . je vous defi tous vous ettes des betes humaines comme dit zola .assez de donnez des leçons .heureusement la vie est ephemere .




    0



    0
    Algérien Fhel
    16 septembre 2013 - 21 h 13 min

    Heureusement qu’il y a encore
    Heureusement qu’il y a encore des hommes de la trompe de Mr CHARFI en Algerie, tout notre respect pour vous « si Chorfi » et pour tous ceux qui aiment et protègent notre chère Patrie.
    Vous êtes un vrai nationaliste qui a su être à la hauteur, des attentes et de l’intérêt suprême de la nation! Le temps de vous honorer viendra tôt ou tard !




    0



    0
    Moh
    16 septembre 2013 - 20 h 28 min

    Bouteflika est né marocain,
    Bouteflika est né marocain, est resté marocain, lui et son clan. Il n’a rien à faire en Algérie, ni comme haut magistrat, ni comme simple citoyen. Ses intérêts et ceux de son clan de Oujda ne sont pas ceux des algériens.
    Monsieur Bouteflika, partez avant que les aéroports soient toutes fermées. L’article 88 est une façon de s’éclipser élégamment. Alors partez pendant qu’il est temps. Nous vous avons donné assez de temps.




    0



    0
    Abdelaziz Bouteflika
    16 septembre 2013 - 18 h 55 min

    Je sais, Monsieur CHORFi, que
    Je sais, Monsieur CHORFi, que tu as raison!
    Mais que veux tu….? Entre mon ami d’enfance Chakib , mon bout de chou Said, même s’ils sont pas très clean, il fallait bien faire un choix, un choix qui m’était très difficile, d’autant plus que « MA ElHadja » (Allah yerhamha) m’a toujours demandé de protéger son chouchou Said, donc excuse moi si Chorfi, de faire un choix ainsi en ta défaveur, même si, au plus profond de moi, wellah je t’envie, je t’envie parce que tu es un Homme (avec grand H), un Homme Juste et Loyal, un Homme Honnête et Fidel à sa patrie l’Algérie. Je t’envie parce que tu es Fort, Incorruptible! je me demande d’ailleurs c’est quoi ton secret? as tu plus d’amour, peut être, pour ta patrie que pour la fratrie et la famille? As tu plus d’amour pour cette Algérie que tu n’as jamais voulu trahir? En tous cas l’histoire jugera et te comptera parmi les braves de cette nation! ù
    En ce qui me concerne l’histoire me dédiera, surement, un beau livre qui s’appellera (exclusivité algérienne) « la présidence pour les nuls »
    Pour chouchou Said et mon ami chakib « la corruption pour les nuls » .

    Bref je me permet en tant que PRAD (ou néanmoins jusqu’au avril 2014?) de t’adresser un vibrant hommage pour ta loyauté et ton sens de la responsabilité exceptionnel, Merci Monsieur Chorfi !




    0



    0
    Patriotique
    16 septembre 2013 - 18 h 48 min

    @Anonyme | 16. septembre 2013

    @Anonyme | 16. septembre 2013 – 19:11 Nouveau : "Le roi de cdp Melzi aussi a été limogé, que se passe t'il, quel est l'avis de notre journal ?" Réponse de votre journal : c'est l'effet domino…




    0



    0
    hafsi
    16 septembre 2013 - 18 h 39 min

    un grand respect pour
    un grand respect pour Monsieur CHARFI , s’il déclare publiquement les causes de son limogeage, de toute façon notre espoir est grand dans le justice italienne .




    0



    0
    Anonyme
    16 septembre 2013 - 18 h 11 min

    Le roi de cdp Melzi aussi a
    Le roi de cdp Melzi aussi a été limogé, que se passe t’il, quel est l’avis de notre journal




    0



    0
    Abdelaziz Bouteflika
    16 septembre 2013 - 17 h 50 min

    Je sais, Monsieur CHORFi, je
    Je sais, Monsieur CHORFi, je sais que tu as raison!
    Mais que veux tu….? Entre mon ami d’enfance Chakib , mon bout de chou Said, même s’ils sont pas très clean, il fallait bien faire un choix, un choix qui m’était très difficile, d’autant plus que « MA ElHadja » (Allah yerhamha) m’a toujours demandé de protéger son chouchou Said, donc excuse moi si Chorfi, de faire un choix ainsi en ta défaveur, même si, au plus profond de moi, wellah je t’envie, je t’envie parce que tu es un Homme (avec grand H), un Homme Juste et Loyal, un Homme Honnête et Fidel à sa patrie l’Algérie. Je t’envie parce que tu es Fort, Incorruptible! je me demande d’ailleurs c’est quoi ton secret? as tu plus d’amour, peut être, pour ta patrie que pour la fratrie et la famille? As tu plus d’amour pour cette Algérie que tu n’as jamais voulu trahir? En tous cas l’histoire jugera et te comptera parmi les braves de cette nation!
    En ce qui me concerne l’histoire me dédiera, surement, un beau livre qui s’appellera (exclusivité algérienne) « la présidence pour les nuls »
    Pour chouchou Said et mon ami chakib « la corruption pour les nuls » .

    Bref je me permets en tant que PRAD (ou néanmoins jusqu’au avril 2014?) de t’adresser un vibrant hommage pour ta loyauté et ton sens de la responsabilité exceptionnel, Merci Monsieur Chorfi !




    0



    0
    Trying to think
    16 septembre 2013 - 17 h 47 min

    Homme intègre et compétent!
    Homme intègre et compétent! son renvoi symbolise la raison pour laquelle je ne retournerai jamais dans ce bled, (…)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.