Les étudiants de Béjaïa suspectent une tentative de déstabilisation

Les étudiants de l’université de Béjaïa se préparent à un nouveau cycle de protestation dès la rentrée, qui aura lieu début octobre. La Coordination des étudiants, qui a déjà pu mobiliser, l’année dernière, des milliers d’étudiants et de travailleurs de l’enseignement supérieur pour protester contre la violence et la corruption à l’université, compte cette année remobiliser ses troupes pour réclamer la réintégration de quelque 1 500 étudiants exclus du droit à l’hébergement, pour cause de mauvaise scolarité. Si l’administration des résidences universitaires dit se conformer à la réglementation – exclusion à l’hébergement de tout étudiant triplant –, des membres de la coordination estiment, eux, que cette réglementation n’a jamais été appliquée dans aucune résidence à travers le pays. Ils soupçonnent les auteurs de cette décision de vouloir «raviver la colère des étudiants dans un but inavoué», nous explique un des animateurs de cette coordination. «Connaissant le caractère frondeur des étudiants de cette région, l’administration chercherait à y entretenir la tension dans un contexte politique propice à toute escalade». C’est pourquoi ces étudiants voudraient canaliser cette protestation «afin d’éviter qu’elle soit instrumentalisée à d’autres fins», estime encore notre interlocuteur. Forte de 42 000 étudiants, l’université de Béjaïa a été le théâtre d’une vague de violence inédite, menée par des étudiants qui réclamaient le départ du directeur des œuvres universitaires. Mais la coordination des étudiants a accusé les protestataires d’être impliqués dans une manœuvre, dont les instigateurs n’étaient autres que les responsables des résidences universitaires. Une marche imposante, organisée par cette coordination pour dénoncer la violence et la corruption qui sévissent au sein de l’université et demander une commission d’enquête sur la gestion des œuvres universitaires, a fini par disqualifier les «fauteurs de troubles».
Rabah Aït Ali

Comment (4)

    Nassima
    21 septembre 2013 - 10 h 06 min

    cela sent la Manipulation
    cela sent la Manipulation ,attention la kabylie est surtout la petite- Béjaia- est Sous le collimateurs des chikh du pétroles qui sont subjugués par la nature luxurieuse de la région .d´ou vient cet intérêt subito de la part de l´ambassadeur de France a cette wilaya? pourquoi veut -ils rencontrer les membres de la société civile? fait -il cela pour le compte des Qataris pour des Services rendus par ces derniers en France avec leurs pétrodollars? souvenez -vous de ce qui s´est passé en Egypte des cultivateurs egyptiens qui se sont fait spolier par des investisseurs saoudiens bonnement avec des contrats douteux dont les clauses exactes sont restées méconnues et qui maintenant se retrouvent non pas seulement spoliés de leurs terres mais exploités dans leurs propres terres travaillant comme des serfs pour le compte des capitalistes salafistes et cultivant leur propre riz destiné pour être consommé par les Saoudiens en Arabie Saoudite.A LIRE ABSOLUMENT :

    1-http://echogeo.revues.org/12008

    2-http://www.afrik.com/article15905.html

    3-http://www.grain.org/fr/article/entries/140-main-basse-sur-les-terres-agricoles-en-pleine-crise-alimentaire-et-financiere

    souvenez -vous aussi des propriétaires marcoains de satations services au Maroc qui se sont fait arnaqués par des investisseurs Qataris et qui se sont retrouvés des locataires dans leurs propres sations de services aussi par des contrats dont les clauses exactes sont souvent méconnues.

    j´ai lu une fois un article sur ce sujet sur Maghress.com .

    NB: NE FAITES PAS CONFIENCE A VOS AVOCATS CE SONT EUX QUI VOUS TRAHISSENT CAR ILS NE RESISTERONT JAMAIS DEVANT DES MILLIONS ET DES MILLIONS DE DOLLARS!

    restons tous vigilants .Et VIVE L´ALGÉRIE




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    20 septembre 2013 - 21 h 36 min

    Il est sur que la
    Il est sur que la déstabilisation commencera dans les universités et que font les patriotes algerien étudiants ?
    C’est un combat idéologique qui se prépare et pour préservé l’Algérie tout les coups sont permis !




    0



    0
    Amcum
    20 septembre 2013 - 18 h 27 min

    De la même façon qu’il y a eu
    De la même façon qu’il y a eu des étudiants intelligents et responsables qui ont marché contre la violence dans l’université (une violence qui touche pratiquement toutes les université Algériennes – A l’université de Batna par exemple des armes blanches y circulent, A Mostaganem, un enseignant a été tué par son étudiant à l’université même), IL VA Y AVOIR aussi des étudiants à Bejaia qui vont dire haut et fort OUT aux triplan et quadruplant, qui n’ont aucune place non pas juste dans les cités universitaires mais à l’Université tout court.

    J’epère qu’un pond avec les autres universités du pays va se faire afin d’amorcer un second souffle qui va faire bouger les choses dans nos université et nos institutions de recherches. Le but doit être celui d’imposer une relation étroite avec le monde de l’industrie et redynamiser les département R&D (Research and Development) dans le secteur productif et celui des services.

    Décidément il faut beaucoup de sagesse et d’effort et de courage pour nettoyer non pas juste l’université mais tout notre belle Algérie. Elle et si belle et orgueilleuse cette Algérie qu’elle mérite tout nos sacrifices 🙂




    0



    0
    abdelkader wahrani
    20 septembre 2013 - 18 h 10 min

    les étudiants de l´université
    les étudiants de l´université de Béjaia, sont victimes de manipulation et intoxication, comme les mangeurs de ramadhan oui comme les mangeurs de ramadhan? c´est le M.A.K. qui est derriére il est responsable de tous les maux en kabylie.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.