Sifflez, M. l’arbitre !

Par Kamel Moulfi – Cafouillage. Un stéréotype que l’on trouve dans pratiquement tous les comptes-rendus de matches de football pour décrire une situation confuse, désordonnée, un peu la pagaille près du but et qui se termine soit par un ballon au fond des filets soit par un dégagement à l'emporte-pièce. C’est ce mot qui revient le plus souvent dans la description de ce qui se passe dans notre pays. On l’a utilisé surtout pour caractériser la communication institutionnelle et, dernièrement encore, à propos de l’annonce-annulation-report de la tenue du Conseil des ministres. Tout en n’excluant pas la marge de manipulation courante et inévitable pour tout ce qui concerne, dans notre pays, l’information politique destinée au public, surtout en période trouble, il faut admettre que si des journaux ont, comme s’ils avaient une rédaction commune, titré à l’unisson sur la tenue du Conseil des ministres le jour-même, c’est qu’ils avaient des raisons d’être sûrs de leur source «autorisée», comme on dit. Ils se sont plantés et ont tenté de se rattraper en faisant croire que le Conseil des ministres avait été «annulé» et pour d’autres «reporté». Le cafouillage, malheureusement, n’est pas seulement dans la communication défaillante des institutions ; il est également dans la sphère économique. On a vu comment la date de la tenue de la réunion de la tripartite a fait l’objet d’annonces différentes jusqu’à ce que le Premier ministre arrête ce jeu en donnant l’information officielle, le 10 octobre. Mais l’exemple qui illustre le mieux l’incertitude en matière de démarche économique est bien, en ce moment, celui de la position à adopter face à la dérive des importations. Ce que l’Algérie reçoit en recettes financières extérieures, tirées de la seule vente des hydrocarbures, est «renvoyée» à l’étranger pour importer plus que ce dont nous avons besoin, aux dires de certains observateurs. Comment réduire la facture ? Chacun y va de sa solution, mais à quelques jours de la tripartite qui devra obligatoirement dire son mot sur le sujet, rien ne transparaît sur cette question vitale pour le pays. Ce cafouillage continuera tant que l'arbitre n'aura pas sifflé.
K. M.


 

Comment (3)

    Brahim Haddou
    27 septembre 2013 - 12 h 51 min

    sauf que tout est
    sauf que tout est parfaitement clair et lisible dans les remaniements ministériels et les changements survenus dans les corps de sécurité. il n’ y à absolument aucuns cafouillages dans les développements de ces dernières semaines et derniers jour dans notre pays. ce sont les éternels « faiseurs de confusions » qui veulent en permanence intoxiquer l’opinion en voulant faire croire à un prétendu cafouillage.




    0



    0
    fet
    27 septembre 2013 - 10 h 46 min

    pour moi la question est qui
    pour moi la question est qui est l’arbitre, si c le peuple alors je dit il n est pas prêt de sifflet cette arbitre et si c un autre et bien on est pas sortis de l’auberge, c la tous le problème de l’Algérie.




    0



    0
    maleh
    27 septembre 2013 - 10 h 44 min

    Une justice indépendante.
    Une justice indépendante.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.