Récupération des archives détenues par la France : l’Etat se contredit

Le débat sur les archives nationales retenues chez l’ancien colonisateur est relancé, après une déclaration du ministre des Moudjahidine, aujourd’hui jeudi, en marge des travaux du Sénat, dans laquelle il tente de justifier l’échec de toutes les démarches entreprises par l’Etat algérien pour récupérer ces documents. Il suggère même de ne pas trop espérer. Dans une déclaration à la presse, Chérif Abbas a indiqué que «dire que l’Algérie n’a pas encore récupéré la totalité de ses archives nationales existant en France parce qu’elle aurait peur de leur contenu qui lui nuirait est infondé et relève de la pure spéculation». Le ministre a argué du fait qu’une loi promulguée par les puissances coloniales au moment où les peuples étaient soumis stipule que toutes les archives saisies pendant la guerre devenaient propriété de l’Etat qui en a la possession. Mais pour autant, l’Algérie ne cessera pas de revendiquer la totalité de ses archives, affirme le ministre, «même si la démarche risque d’être longue, à cause des divergences de vue et d’analyses entre les deux parties», déplorant que «la partie qui a été récupérée est très minime». Cette déclaration tranche avec ce qu’avait annoncé le directeur du Centre national des archives, Abdelmadjid Chikhi, il y a quelques mois, en laissant entendre que les efforts déployés par la partie algérienne auprès des autorités françaises allaient rapidement donner leurs fruits. Il n’avait pas fait d’allusion à des contraintes objectives qui empêcherait l’Etat algérien de récupérer ses documents historiques.
R. Mahmoudi

Comment (31)

    Djaffar
    7 octobre 2013 - 17 h 08 min

    Mr le ministre, pourquoi
    Mr le ministre, pourquoi votre ministère est interdit aux veuves de chouhada et leur enfants depuis 1962?




    0



    0
    chikhna
    7 octobre 2013 - 14 h 00 min

    Mr le Ministre, c’est un
    Mr le Ministre, c’est un subterfuge pour détourner l’opinion des moudjahidines et les faire oublier des problèmes qu’ils vivent quotidiennement. En effet, les moudjahidines n’ont pas besoins de licences de taxis, de licences d’exploitation des des débits de boissons alcoolisées, des licences d’importation de véhicules, avec toutes ces diverses licences, vous les avez transformé en véritables businessmen et ainsi terni leur image de révolutionnaires. Le plus indiqué est de leur octroyer une pension honorable pour faire face à la cherté de la vie, les prendre en charge en mettant à leur disposition des centres médico-sociaux à la hauteur de leur souffrance endurée durant la révolution, les mettre à l’abri du besoin de recourir au business et rendez leur dignité de citoyens à part entière.




    0



    0
    Anonyme
    7 octobre 2013 - 7 h 26 min

    Anonyme (non vérifié) | 5.
    Anonyme (non vérifié) | 5. octobre 2013 – 17:30

    Ce ne sont pas uniquement ceux qui trafiquent les licences de la « famille révolutionnaire » qu’il faut condamner, à la limite, ces gens ne trichent que pour avoir ce que les autres ont depuis 50 ans gratos, répétitif et périodique ( tout les 3 ans pour les licences d' »importation » de véhicule par exemple …! ) ont « de droit » et au nombre absolument faramineux. Non, ce sont ces personnes qui n’ont rien fait d’elles même à l’Algérie et qui se prennent pour des super-citoyennes aujourd’hui, de vrais parasite pour le pays et un cancer qui se multiplie mais qui ne se soigne pas, ce sont donc ces personnes qu’il faut rappeler à l’ordre et non les « tricheurs » !
    C’est trop facile de mettre sur tapi les morts pour empêcher tout débats et ce sans compter les lois du pays qui encadrent tout ce qu’on pourrait dire sur ces morts mais les gens, à la limite, ils peuvent aussi mettre les morts et tous les morts ! sur la table. Si tout n’est pas mis sur la table, ce cancer s’aggravera et aboutira un jour ou l’autre par un « écrasement » vu qu’on va tout droit dans le mûr. Allez y expliquer à toutes ces familles qui ont été martyrisées pendant la guerre d’Algérie et après la guerre d’Algérie par certains du FLN pour des raisons absolument personnelles qui n’ont rien à voir avec le patriotisme envers le pays, qu’il faut que elles, se taisent sur ce qu’elles ont subi, et au même temps, leur demander de ne jamais cesser d’applaudir comme des héros, ceux là même qui les ont persécuté ou tué pour rien, alors que ces derniers ont mis main basse sur les richesses du pays.
    Comment expliquer les droits faramineux de cette famille révolutionnaire, sans compter qu’il suffit de connaître un ex- du FLN pour avoir les signatures que tu veux ! ces seules fausses signatures qui se comptent par désormais par au moins des dizaines de milliers, disent long quant au patriotisme réel de ceux qu’on veut nous présenter comme les super patriotes.




    0



    0
    chikhna
    5 octobre 2013 - 22 h 00 min

    La gestion au sens large du
    La gestion au sens large du terme des archives nationales se trouvant en Algérie ou à l’étranger revient de droit à la direction des archives nationales présidée par Mr Chikhi. Ainsi, la récupération de celles détenues à l’étranger doit faire l’objet d’une revendication conjointe de plusieurs départements ministériels en l’occurrence le ministère de la Défense Nationale; le ministère de la culture et principalement le MAE. Les archives se trouvant en France relèvent de la pure spoliation de ce fonds documentaire par le colonisateur et de nous le restituer même s’il doit passer par le TPI et les autres instances internationales car il constitue un matériau précieux pour clarifier certaines zones d’ombre de notre histoire. Le ministère des moudjahidines doit s’occuper du coté social des moudjahidines et ayants droits et leur donner la dignité et la récompense de leur sacrifice.




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2013 - 16 h 30 min

    La preuve que vous êtes des
    La preuve que vous êtes des (…) et pour vous venger des chouhada c’est qu’aucune veuve de chahid n’a eu un logement depuis indépendance sauf les loges de concierges pour quelque unes très souvent en échange de chantages odieux.
    Vous avez installé une association au nom de leurs enfants pour mettre à sa tête des (…) faux fils de chahid pour les dénigrer et les salir en faisant croire à l’opinion public que c’est des privilégiés au point de votre repris de justice (…) qui appel à leur accorder des licence d’importations de taxis, or si chacun de nous regarde dans son entourage familiale il constatera que la situation ces veuves et leurs enfants qui ont été broyés par l’enfer de l’administration de votre administration(…)




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2013 - 11 h 53 min

    Si ZineDdine, cette fois je
    Si ZineDdine, cette fois je vais te répondre mec ! j’espère que ce bonhomme qui filtre laissera passer cette réaction :
    Une carte du FLN ? avec le cachet du FLN ? sais -tu que parmi les 273 000 harkis, une bonne partie, c’est à dire, quelque chose comme 25 % ce qui correspond quand même à plus de 68 000 hommes ( presque la moitié de l’effectif total de l’ALN de 54 à 62) au moins ! étaient des combattants de l’ALN qui se sont rallié ! sais-tu que les harkis les plus terribles appartenaient au fameux groupes de « chasse » et ces groupes étaient quasiment tous exclusivement constitués de ralliés ? ! cette vérité là, les Algériens doivent la connaître surtout les jeunes, ils ne se priveront pas de se poser les bonnes questions : pourquoi autant de ralliés et pourquoi leur agissements terrible y compris, pour certains, envers la population civile. Tous ces mecs avaient cette fameuse carte du FLN dont on parle ! monsieur ! d’autre part certains harkis qui « travaillaient » en sous main avec le FLN eux, même s’ils avaient eu les cartes, ces fameuses cartes du délivrées par l’officier de la régions, dans leur écrasante majorité, ils ne les ont plus car, ils ont, à un moment ou un autre, été obligé de les détruire eux même pour qu’elles ne puissent pas être utilisées comme preuve absolue laquelle les minerait directement au poteau d’exécution et fusillé après leur avoir extrait l’information quant l’existence de cette carte par la torture. Beaucoup de « harki moudjahed » ont été d’ailleurs fusillé et d’autres, hélas, ont été lynché par les Martiens ( ces combattants de la dernière minute en quête de légitimité) pendant que les ralliés se la coulaient douce en compagnie de leur officiers pour le compte desquels ils ont torturé et en retour, ou pour se protéger, ont été eux, « rapatrié » en France, par ces même officiers. La guerre d’Algérie est extrêmement complexe ! seuls les historiens et les vrais sont capables de proposer un jugement et encore l’histoire a montré que beaucoup se sont trompé !
    je rends hommage à l’un d’entre ces historiens très humble mais qui fait un travail de fond et que le régime n’écoute jamais : Mohammed Harbi. ( ancien du FLN et écarté par Boumedienne.
    Il n y a qu’une seule et unique solution : ouvrir les archives la totalité des archives et à tous ! supprimer le ministère des moudjahidine et laisser les universitaires travailler. Si les milliards de dollars que l’Algérie avait dépensé pour courtiser la « famille révolutionnaire » ont été utilisés pour financer des travaux de recherche quand à ce qui s’est réellement passé entre 1954 et 1962 on aurait dépensé un million de fois moins, et permettre aux algériens d’être tous des citoyens des vrais et surtout égaux.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.