Saïdani : «Le DRS n’a pas à enquêter sur la corruption»

Invité de l’émission «Point d’ordre», diffusée par la chaîne de télévision Al Arabiya aujourd’hui vendredi, le secrétaire général du FLN a démenti toute relation entre la restructuration de l’institution militaire, et notamment du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), et «les spéculations autour de la réélection ou du prolongement du mandat du président Bouteflika». Pour Amar Saïdani, «ces changements, bien étudiés par l’institution militaire, sont dictés par le souci d’une meilleure protection du pays, après avoir tiré la leçon des événements d’In Amenas, et aussi des menaces dans le voisinage et la situation qui prévaut dans la région, à laquelle il faudrait aussi faire face». Dans le même sillage, le patron du FLN justifie la dissolution de la police judiciaire du DRS, autre décision prise par le chef de l’Etat, en arguant que «la lutte contre la corruption ne doit pas être du ressort des services de renseignement, mais bien de la justice». «Toute autre analyse, dira-t-il, ne vise qu’à déstabiliser cette puissance institution qui a jusqu’ici fait preuve de cohésion». Evoquant l’hypothèse d’un quatrième mandat pour Bouteflika, Saïdani n’y va pas par quatre chemins, pour dire que «le programme du Président lui suffit pour briguer un quatrième mandat ou décréter un prolongement de l’actuel mandat». Commentant le dernier remaniement ministériel, Amar Saïdani défend le choix d’un exécutif de technocrates, estimant que cela «permettra aux partis de mener une campagne électorale propre, loin des crispations partisanes». Revenant sur l’épisode houleux de son élection à la tête du parti, Saïdani, qui se présente comme «l’homme de la rupture», se défend d’avoir être coopté par le président de la République, qui est aussi président d’honneur du FLN. «Le FLN, renchérit-il, est tellement bien implanté dans les rouages de l’Etat qu’il n’accepterait pas que lui soit dictée la démarche à suivre». A une question sur le «printemps arabe», il a eu cette réponse stéréotypée : «L’Algérie a connu son printemps en 1988, qui a mis fin au règne du parti unique et permis d’aller vers le multipartisme et la démocratie. Les pays arabes sont en train de vivre ce que nous avons vécu dans les années 1990.»
R. Mahmoudi
 

Comment (71)

    Anonyme
    7 octobre 2013 - 18 h 14 min

    quand ça vient de si bas, ça
    quand ça vient de si bas, ça ne doit pas remonter si haut …….




    0



    0
    SiZineddine
    7 octobre 2013 - 12 h 11 min

    Partez messieurs les
    Partez messieurs les profiteurs et dites à vos complices de la mangeoire de faire de même s’ils ne veulent pas manger dans la mangeoire de Sarkji.




    0



    0
    eliamine
    7 octobre 2013 - 10 h 06 min

    Si le DRS n’a pas pour
    Si le DRS n’a pas pour mission d’enquêter sur les affaires de corruption soite, mais en contre partie ya t’il une justice indépendante, la réponse est non. Si c’est la DGSN et la gendarmerie ou une structure du ministère des finances travaille t il en toute liberté sans subir de pression politique et clanique. J’en doute.
    Saadani parle d’un gouvernement de technocrate, si c’était le cas, pour quoi donc deux ministres sont chefs de parti: Ghoul et Benyounes et des nominations claniques à la tête des ministères de souveraineté intérieur et justice. Deux ministères qui auront la charge de superviser les prochaines élections présidentielles.




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    7 octobre 2013 - 0 h 07 min

    Saïdani : «Le DRS n’a pas à
    Saïdani : «Le DRS n’a pas à enquêter sur la corruption»…Bravo ya Si Saidani…vous avez raison pas d enquete sur la corruption par le DRS…J ai parle de cette situation avec des filles du plaisir place de la Madeleine a Paris…Du meme gabarit que nos corrompus algeriens…! Nombreuses se portent volontaires pour enqueter sur la corruption au Bled…Cependant ells veulent etre payees comptant pour leur travail…pas de cheque…de preference en dollars pour eviter les impots en France. Mais ells acceptant egalement des Euros




    0



    0
    Mohamed Ab
    6 octobre 2013 - 23 h 02 min

    Actuellement, Bouteflika,
    Actuellement, Bouteflika, malade, amoindri, éteint et sans aucune capacité de compréhension mentale des catastrophes économiques, sociales et humanitaires qui s’abattent sur l’Algérie, semble dire aux Algériens : Ma santé est plus importante que celle de l’Algérie ; mon pyjama et les vases des Invalides sont bien plus importants que votre drapeau »

    Ce faisant et agissant ainsi, les comportements actuels du clan présidentiel régnant, le tsar invalide Abdelaziz et son héritier impérial, le Tsarévitch Saïd, me remontent le souvenir précis d’un écolier pied noir qui faisait tous les jours caca sur lui et qui ne voulait plus quitter son banc, même durant les récréations ou à la sortie des classes. De peur qu’on découvrit son drame. Le pauvre enfant voulait cacher ce que tout le monde savait par l’odeur et les mouches qui polluaient l’environnement de notre classe et de toute l’école. Il croyait être le seul à connaitre la merde sur laquelle il était assis. C’est exactement ce qui arrive maintenant au sieur Bouteflika et au frère héritier, le Tsarévitch Saïd, qui croient, tous seuls, que le peuple algérien ne sent pas les montagnes de merdes sur lesquelles ils sont assis ; englués et embourbés jusqu’aux oreilles.

    Alors un scoop : Toute l’Algérie sait pourquoi ils veulent se maintenir à tout prix au pouvoir même au prix d’un ridicule jamais vu à la télévision ; une pitrerie horrible que les Algériens ne supportent pas, ne supportent plus ; du mépris à leur endroit ; signé, le Tsarévitch Saïd, ordonnant, nommant et décrétant à sa guise à la place et endroit du Tsar. Une de Raspoutine moins l’envergure. Tout le monde sait pourquoi le clan régnant ne veut pas aérer les placards glauques et faisandés de la République ; 50 ans de crimes, d’assassinats, de cadavres et des tas d’autres vilaines choses à cacher. Il y aussi et surtout les toutes dernières raisons supplémentaires de rester absolument au pouvoir ; à n’importe quel prix :

    1. Eviter les procès Chakib Khelil et sa bande dont les Bedjaoui & autres mafias apparentées et associées.

    2. Eviter le procès autoroute Est/Ouest où Ghoul et sa bande au pouvoir sont impliqués jusqu’à l’os.

    3. Eviter les enquêtes sur les scandales General Electric et Alsthom (3 milliards de $ de pots de vins et surfacturation) impliquant Saïd Bouteflika, sa famille et sa bande

    4. Eviter les scandales liés à la gestion des milliers de milliards du FNSA dont, entre autres, a été bénéficiaire (2800 milliards) M. Saadani, l’actuel patron du FLN alias le gassab.

    5. Eviter de connaître la destination des fonds spéciaux affectés aux soutiens du clan présidentiel : zaouia, associations sportives, comités de soutien du président, partis politiques souteneurs, personnalités locales et étrangères, directeurs de journaux, police parallèle, rabatteurs et agents d’influence du clan, etc..

    6. Cacher les bénéficiaires intuités personés des décrets présidentiels non publiables ayant profité aux proches (famille et parents, clan, amis et affidés soutenants, soutiens et rabatteurs)

    7. Eviter de connaître la destination des recettes des hydrocarbures non budgétisées.

    8. Eviter de connaître la destination finale des placements algériens concédés au trésor public américain pour soutenir ses guerres en Irak et en Afghanistan.

    9. Cacher les bénéficiaires des ventes cash off shore du pétrole algérien à Londres et La Haye.




    0



    0
    SiZineddine
    6 octobre 2013 - 16 h 25 min

    Par mon vécu depuis mon
    Par mon vécu depuis mon enfance et par les fonction de mon père Allah yerhmou, je sais que ce clan n’aime pas le peuple algérien. Il a œuvré depuis l’indépendance à réduire les personnes légitimes en comparse quand il ne les a pas éliminé. Il a spolié l’Algérie de toutes ses richesses humaines et matérielles. Il a abruti le peuple algérien par une politique destructrice. Il fait en sorte à ce que le peuple algérien n’ait plus de ressource pour se mettre sur pied, se construire et devenir le pays prospère qu’il devait être car ce pays ne pouvait qu’être riche après l’indépendance, vue les richesses qu’il a et qu’il a toujours eu. Je sais que ce groupe ne peut pas sentir le peuple algérien.




    0



    0
    AnonymeKELAM
    6 octobre 2013 - 10 h 59 min

    monsieur saidani ton étoile
    monsieur saidani ton étoile est sorti ton mieux pour toi ,mais il faut compter le nombre de marche, la chute est difficile. ne provoque pas la chance car chaque chose a une fin.




    0



    0
    SiZineddine
    6 octobre 2013 - 8 h 54 min

    Non,il ignore comme tout bon
    Non,il ignore comme tout bon ignorant avide de pouvoir qu’il a affaire à un grand état et non pas à la petite Tunisie déformée d’où il vient. Un tunisien qui gouverne l’Algérie, des tunisiens qui attaquent un site gazier. Cela ne vous dit rien?
    wait and see.




    0



    0
    Amine
    6 octobre 2013 - 8 h 26 min

    Il se prend pour le porte
    Il se prend pour le porte parole de la présidence de la République ?
    Après avoir remis à l’ordre Sellal, il se tourne aujourd’hui vers le DRS ?
    Puissance, culot ou ignorance ?
    Wet and see !




    0



    0
    Alilou
    6 octobre 2013 - 6 h 37 min

    Ne pourraient-ils pas, une
    Ne pourraient-ils pas, une seule fois faire échec à cette politique de Bouteflika de diviser pour régner et s’unir pour mettre à la porte ou renvoyez chez lui leur ennemi commun ?

    Que Sellal ne se trompe pas, le clan présidentiel lui en veut à mort au même titre qu’à Benflis d’ailleurs et a déjà lancé contre lui son pit bull d’El Oued qui ne cesse de répéter que le Gouvernement est un gouvernement de technocrates. Cela signifie donc que Sellal ne doit nourrir aucun espoir de devenir un jour Président de la République, comme le colporte une certaine presse car ce poste est désormais réservé à un membre du clan présidentiel.

    A bon entendeur salut !




    0



    0
    Alilou
    6 octobre 2013 - 4 h 30 min

    Il faut reconnaitre à Saadani
    Il faut reconnaitre à Saadani une constante : celle de servir de tête de bélier à Bouteflika pour défoncer ses adeversaires.

    Beaucoup mieux que les fidèles, calculateurs et prudents, qui font souvent preuve de mollesse et de louvoiement dans l’accomplisssement de leurs missions, Saadani, lui, ose s’attaquer de front aux supposés adversaires de Bouteflika. Il l’a fait dans le passé en agressant, à plusieurs reprises le DRS et il a été limogé pour cela. Aujourd’hui, cet énergumène qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, récidive et multiplie les attaques contre l’ANP et particulièrement le DRS.

    A mon avis, s’il était intelligent, Saadani n’aurait pas mené cette guerre, qui n’est pas la sienne mais celle d’un clan présidentiel aux abois pour les abus, méfaits et forfaits commis depuis 1999 et dont il a peur de répondre aujourd’hui ou demain. Il veut alors emporter le pays dans sa fuite en avant suicidaire.

    Personnellement, je crois que la crise ne fait que commencer.

    Mesdames et messieurs, attachez vos ceinture l’aéronef Algérie va traverser une zone de grandes turbulences, qui va durer jusqu’à Avril 2014.

    Après cette date, malheur aux vaincus !

    Saadani et Gaid ne doivent pas oublier que pour sauver sa tête et celles des membres de sa famille, Bouteflika lâchera tout le monde.




    0



    0
    SiZineddine
    5 octobre 2013 - 22 h 24 min

    Aller se soigner et passer un
    Aller se soigner et passer un séjours aux Invalides, c’est déja trahir la nation Algérie car dans ce lieu ont été rédigés les fascicule destinés à la torture en Algérie. Les méthodes de la tortures et les officiers qui les appliquaient sont aller les enseigner à Pinochet pendant les années 70 et aujourd’hui ces même fascicules servent à torturer en Irak, en Afghanistan et dans les pays qui ont accepté de servir de prison à l’oncle Sam.




    0



    0
    SiZineddine
    5 octobre 2013 - 22 h 19 min

    La force d’un service secret
    La force d’un service secret est dans sa discrétion. On en parle trop. DRS par ci DRS par là. Non, il faut changer le nom de nos services secrets et les rendre très discrets et plus intelligent en y introduisant des informaticiens réseau, système, hackers, ingénieur d’aide à la décision, informaticiens matheux, juristes, linguistes, polyglottes, homme de loi, stratèges et personnes discrètes, couturier(es), chimistes, hommes courageux et balaises pouvant être disciplinés et observant un minimum d’éthiques etc etc…
    Les patrons des renseignements généraux doivent commencer par changer le nom de ce service et le lier fortement à la justice.
    Soyez discret si non, c’est la nation qui disparaitrait.




    0



    0
    Horizon
    5 octobre 2013 - 20 h 34 min

    @ Taghast:
    J’appuie ton

    @ Taghast:

    J’appuie ton commentaire en te rejoignant sur toute la ligne.




    0



    0
    Horizon
    5 octobre 2013 - 20 h 32 min

    @ J’appuie ton commentaire en
    @ J’appuie ton commentaire en te rejoignant sur toute la ligne.




    0



    0
    louisette
    5 octobre 2013 - 18 h 57 min

    Je pense que ce qui gène dans
    Je pense que ce qui gène dans les services du DRS c’est justement les affaires liées à la corruption..tout un chacun sait que la justice « civile » obéit aux ordres.Ainsi les Saîdani and co sont assurés de l’impunité , le DRS étant amputé du service enquête judiciare,du moins c’est ce qu’ils croient..le fait de le croire leur procure un sentiment de puissance jusqu’au jour où la réalité les rattrapera et rira bien qui rira le dernier..
    par ailleurs toute personne qui a à coeur l’Algérie s’interdirait de critiquer nos services de renseignements et de les fragiliser à un moment où le chaos régne en maître dans le monde , notamment musulman, au grand bonheur de l’occident et d’Israel.




    0



    0
    nano
    5 octobre 2013 - 18 h 49 min

    Saïdani est né en Tunisie ???
    Saïdani est né en Tunisie ??? de parents algériens ???
    Saïdani ou le énième parasite au service du pouvoir, impliqué dans des affaires de malversations.

    Carrière professionnelle: ou comment vivre en Algérie sans avoir crée la moindre richesse et sans avoir contribué a développer quoi que ce soit.

    Cadre, parmi les plus anciens, de l’Union Générale des Travailleurs Algériens
    Secrétaire général de l’Union de Wilaya des Travailleurs
    Membre du conseil syndical national de SONATRACH
    Secrétaire général adjoint de l’union arabe du pétrole
    Membre du conseil national de la fédération du pétrole et des mines
    (pendant 26 ans)
    Membre actuel du comité exécutif national de l’ UGTA
    Membre du conseil national économique et social (CNES)
    Membre du conseil national des fils de moudjahidines
    Cadre du parti du Front de Libération Nationale (FLN), ayant occupé
    les fonctions suivantes :
    Membre du comité central du parti
    Secrétaire de mouhafadha (pendant 15 ans)
    Elu député (1997)
    Président de la commission des transports, des transmissions et des
    télécommunications de l’Assemblée populaire nationale
    Réélu député (2002)
    Vice-Président de l’Assemblée populaire nationale
    Elu Président de l’Assemblée populaire nationale (23 Juin 2004)
    Coordonnateur général des comités de soutien au programme du président de la Ripiblique.

    source:
    http://www.forum-algerie.com/litterature-culture-art-histoire/96257-biographie-de-m-amar-saadani.html

    Selon El Khaber hebdo, Saadani a acheté une villa à 50 milliards à Hydra, un appartement à Paris (6 millions d’euros) et d’autres biens immobiliers en Espagne. El

    http://ffs1963.unblog.fr/2009/08/15/amar-saadani-a-detourne-3000-milliards-ya-boreb/




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2013 - 17 h 42 min

    MERCI TAGHAST ALIAS SOUK
    MERCI TAGHAST ALIAS SOUK AHRAS




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2013 - 16 h 04 min

    Nous voulons savoir pourquoi
    Nous voulons savoir pourquoi le DRS a été amputé d’un service judiciaire qui concerne la sécurité du pays et les enquêtes de corruption en cours, cette dernière s’est tissée à la grandeur de la planète, une telle ampleur de corruption est justement une question de sécurité nationale et les services secrets doivent faire enquête. Nous le savons tous et toutes, que la justice algérienne est au service du clan bouteflika, elle lui est inféodée. Le peuple a le droit de savoir cessez de le prendre pour incapable mental.




    0



    0
    SiZineddine
    5 octobre 2013 - 15 h 55 min

    Les services secrets d’une
    Les services secrets d’une nations doivent être invisibles, formés d’authentiques algeriens qui n’ont pas fait eux ou leurs parent, leur éducation à Oujda. Moins on en parle, plus ils ont des résultat.
    Je suis en France. J’ai travaillé dans le milieu du pétrole, che Total et Elf, comme stagiaire et comme salarié. J’ai aussi travaillé pour une autre entreprise du CAC40 et quand je disais à mon entourage que les tunisiens lorgnent vers notre pétrole par differents moyens, on se moquait de moi et on me prenait pour quelqu’un de parano.
    Cette attaque de Tighentourine est arrivé 2 ans après mes craintes. Il était évident que l’Algerie allait être attaqué par l’ouest et là ou je l’imaginais. Aujourd’hui, on me donne raison. Cela dit, il etait possible d’arreter cette attaque si les moyens d’investigations et les moyens technique tel que les outils d’aide à la décision. La probabilité que les tunisiens allaient attaquer notre site gazier ou pétrolier était une evidence et je l’ai dit en 2011. Ce n’est pas de la prophétie ni mon extrasensibilité. C’était juste du bon sens et un raisonnement avec une convergence d’information que j’ai glané sans vraiment le vouloir.
    Bon sang mette es matheux dans vos services ainsi que des enqueteurs partout où vous pouvez comme le font les services secrets des pays developpés. Ne restez pas sur de vieux models basés sur le téléphone arabe. Avec des algorihme d’aide à la ecision vous pouve eplucher les info et selectinner le vrai et le faux et à travers le faux vous pouve converger vers le vrai. En plus trop parler du DRS est deja un echec pour nos sevices secres. Commencer par changer le sigle et le nom.




    0



    0
    chikhna
    5 octobre 2013 - 15 h 44 min

    Pour que la justice statue
    Pour que la justice statue sur une affaire, il lui faut des preuves solides à l’appui sinon elle ordonne des renseignements complémentaires à des institutions ayant le pouvoir de police judiciaire. Et puisque le DRS n’aplus ce pouvoir, Mr Saidani a totalement raison. Vive la derbouka qui fat gagner des galons à l’ombre de l’impunité.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.