Insécurité publique

Par Karim Bouali – Les agents de l’ordre public portent-ils mal leur nom ou n’est-ce qu’une appellation de pure forme, sans effet sur le terrain ? Les citoyens sont de plus en plus nombreux à se poser cette question et à émettre des doutes sur le concept d’«ordre public» en s’interrogeant en même temps sur le contenu du serment prêté par les policiers dans le cadre de la noble profession qu’ils ont choisie. Leur impassibilité devant les actes d’incivisme est devenue fréquente. Il n’est pas rare de voir des policiers assister sans intervenir, comme s’ils se croyaient non concernés, à des provocations de jeunes voyous, visiblement drogués, contre les passants, les femmes étant évidemment les plus ciblées. Ces adolescents, dont l’âge ne dépasse pas souvent 14 ans, agissent en groupe et n’hésitent pas à agresser les gens. Ne parlons pas des vagabonds à la limite de la démence qui font ce qu’ils veulent dans la rue, y semant parfois la terreur. Les atteintes au cadre de vie et à la tranquillité des personnes, de diverses manières, restent souvent impunies. Il y a des exceptions, elles sont très rares et sont le fait surtout de policiers en civil qui surgissent avec la poigne qu’il faut. On ne peut pas dire que la police est absente, au contraire, elle est omniprésente, ses patrouilles en voitures sont incessantes, les sirènes qui sont presque constamment actionnées le prouvent, les sabots également, posés sur les véhicules en stationnement interdit, et les bilans régulièrement publiés par la DGSN l’attestent. Toutefois, les policiers dits de proximité qui circulent à pied n’interviennent pas suffisamment pour mettre fin aux rixes ou rappeler à l’ordre avec fermeté les voyous qui veulent imposer leur loi. Les experts ont signalé que l’incivisme, en apparence banal, est en fait le premier pas vers la délinquance. La tenue de policier a, en elle-même, un effet dissuasif, mais quand l’interpellation, dans le respect de la loi, s’impose pour ramener la tranquillité et la sécurité, on ne comprend pas que les policiers hésitent à le faire. Les policiers ont-ils ordre de n'agir qu'une fois qu'il y aurait du grabuge ? Que des passants se fassent agresser et qu'il y ait mort d'homme ? Est-ce que la prévention signifie laisser passer, laisser faire les voyous pour éviter que leurs acolytes n'embrasent la rue et donnent du fil à retordre aux services d'ordre ? Tout ceci pose la question de savoir ce qu'est la notion de sécurité publique chez les responsables sécuritaires.
K. B.
 

Comment (13)

    Antisioniste
    22 octobre 2013 - 14 h 19 min

    Ayant déjà était victime il
    Ayant déjà était victime il y’a 7 ans d’une agression par une bande de jeunes zombies qui m’ont cassé une cote, et gratifier d’une bastonnade à la hooligan en me volant mon portable. Je pense que mon avis sur ce sujet vaut bien plus qu’une simple spéculation.

    Accusé les forces de l’ordre de ne pas faire leur job est une chose que je qualifierai, au moins d’injuste pour ne pas dire plus. La cause de se problème réel dans notre société, n’a rien a avoir avec la consommation de cannabis comme la souligné Anonyme (non vérifié) | 21. octobre 2013 – 23:53. C’est les psychotropes/barbituriques + la démission parental dans l’éducation + la législation, dite souple, approuvé/exigé par les soi disant défenseurs des droits de l’homme qui n’ont aucune idée de la réalité du terrain. En plus du fait qu’ils passent leur temps a discutailler entre eux, et certains soi disant représentant de la scène politique, afin de nous pondre leurs « j »accuse j’Appel et je dénonce » pour faire bonne figure devant leur maitres, et je dis bien leur maitres, car c’est se qu’ils sont.

    1-La solution pratique, à mon humble avis est dans le suivi, la surveillance accru et intransigeante de l’import des médicaments destiné à des maladies non physiologique, leur distribution, leur commercialisation au niveau des pharmacies et hôpitaux privé et étatique.

    2-la mise en place de loi extrêmement dure, et non souple, avec des peines allant de 5 à 15 ans non négociable avec les prétendu défenseurs des droits de l’homme, contre tout agresseur. Des lois genre les envoyer faire des travaux forcé dans le sud avec un programme de rééducation dument réfléchie par des professionnels, avant leur réintégration de la société civil.

    3-Une sensibilisation massive de la société sur tout type de support existant de se phénomène qui n’a rien à avoir avec notre religion ou nos traditions ancestral.

    4-Et la c’est la condition primordial que j’ai laissé en dernier c’est la volonté politique effective sur se genre de phénomène sociaux, qui doivent être éradiquer avec la plus grande des fermeté, pour qu’on puisse enfin traité les autres problèmes important, avec ce problème en moins.

    Tout le reste n’est que spéculation de salon, ou ceux qui la font ressemble à quelqu’un qui cherche la panne sur un schéma, alors qu’il doit prendre ses outils et contrôler l’appareil défectueux pour le réparer.




    0



    0
    Anonyme
    21 octobre 2013 - 22 h 53 min

    Si le cannabis etait une
    Si le cannabis etait une drogue qui produit l agression, crois moi mon vieux, tu ne trouveras pas un seul joint a fumer dans toute l Algerie. Car si il y a une chose que le system algerien craint, c est bien l agressivite de ces citoyens. Cette drogue est la pour les faire endormir…est des fois ils dorment en conduisant…et ils crevent…mais ca interesse qui ?




    0



    0
    Anonyme
    21 octobre 2013 - 15 h 02 min

    Sans la drogue marocaine, on
    Sans la drogue marocaine, on aurait pas un gouvernement de viellards en pijama…sans la drogue marrocaine, qui pourra absorber l energie de la jeunesse algerienne? Et c est pour ca que c est pas les marocains qui exportent mais nos viellards qui importent pour faire dormir la population.




    0



    0
    Anonyme
    21 octobre 2013 - 14 h 54 min

    Ah c est comme ca alors, c
    Ah c est comme ca alors, c est la faute des maroccains qui produisent cette plante qui est utilise depuis 6000 ans dans toute la planete. Mais jamais on a su que le cannabis rend violent. C est nouveau ca….Heureusement qu on a les commentateurs de Algerie patriotique qui nous apprenent ce que l humanite ne sait pas depuis 6000 ans.




    0



    0
    Anonyme
    20 octobre 2013 - 18 h 22 min

    La drogue marocaine est pour
    La drogue marocaine est pour beaucoup dans cette violence en Algérie, dans les accidents de voiture. La violence n’est pas l’apanage de la société algérienne elle sévit partout dans le monde, les jeunes algériens sont drogués par la drogue marocaine, le roitelet mimi6 commence à obtenir les résultats de ses actes machiavéliques. La drogue est un des principaux facteur de la violence, dans le monde, c’est un fait incontestable. Quand la drogue marocaine cessera de traverser nos frontières, la violence diminuera beaucoup, les accidens de voitures aussi.




    0



    0
    selecto
    20 octobre 2013 - 18 h 17 min

    C’est la faiblesse de l’état
    C’est la faiblesse de l’état qui est à l’origine de cette violence au point que des responsables se permettent de se servir du Trésor public pour payer les procès de leurs proches comme le repris de justice Mohamed Khalifati di Cheb Mami ou pemettre à des voleurs de quitter l’Algérie par l’aéroport d’Oran.




    0



    0
    Mohamed EMaadi
    20 octobre 2013 - 15 h 25 min

    Je me souviens en 2009 à
    Je me souviens en 2009 à Tipaza ou mon épouse et moi trainions sur le port à Minuit et que d’un coup je me suis vu entouré de dizaines de jeunes(mon épouse ne porte pas le voile) et m’ont l’interpellé en arabe. Je n’avais pas peur mais mon épouse (qui est né en Algérie) ma demander de marcher plus vite et d’un coup un homme m’a interpellé par mon prénom alors que personne ne me connaissait dans la ville cela m’a surpris et mon épouse me demanda si je le connaissais ? il s’est présenté à moi un officier ou un gendarme de Tipaza Hassan qui m’a exfiltré de la foule et m’a conduit auprès d’une voiture et a demandé à l’automobiliste de me déposer devant mon hôtel et de me faire attention à moi. Oui il existe des hommes de loi avec de la poigne .Maintenant je paye de gens pour ma sécurité quand je vais au pays de Médéa à Alger il me demande 3000 dinars et le repas!




    0



    0
    Brahim Haddou
    20 octobre 2013 - 14 h 47 min

    « insécurité publique » dites
    « insécurité publique » dites vous? insécurité d’esprit de certains citoyens, ca oui vous pouvez être certains que c’est le cas.




    0



    0
    Nenuphar
    20 octobre 2013 - 13 h 40 min

    La faiblesse de l’état est à
    La faiblesse de l’état est à l’origine de cet état de fait et de bien d’autres.

    .

    Lorsque le chef de ce qui reste de l’état algérien gracie des criminels dans le cadre de « sa » loi de concorde et de conciliation, laissant cette horde pavaner grâce aux fortunes qui lui a été attribuée, on ne peut pas dire que les citoyens peuvent être en sécurité car lorsqu’ils voient ces énergumènes circulant librement en bombant leur torse, ils ne peuvent que se rendre petits devant l’adversité créée de toutes pièces par l’autoritarisme de cet état.

    .

    La faiblesse de l’état est aussi caractérisée par l’incapacité de la justice à appliquer la loi de peur qu’elle ne soit elle aussi sous la menace de ces hordes sauvages.

    .

    Les pontes du régime algérien ont le beau rôle. Ils appellent à tout sauf qu’ils se sont bunkérisés dans des quartiers et des lotissements inaccessibles aux voyous et délinquants de tout acabit.

    .

    La police n’a que le nom, en dépit de recrutements massifs, non pas pour assurer la tranquillité et la protection des personnes et des biens mais celles de la nommenklatura qui certainement lui a donné l’ordre de laisser faire, à son tour par peur qu’une étincelle ne mette le feu au pays, encouragée par justement ces islamistes du genre A. Belhaj et sa clique qui sont aux aguets.

    .

    La réorientation des missions de la police vers la protection des citoyens avant toute autre considération est la mission première de tout état qui se respecte. Ces individus arrêtés, doivent être déférés devant la justice qui doit appliquer la loi dans toute sa sévérité afin de mettre un terme à ces dérives qui pourrissent le pays tout entier. Or, on voit bien que ni les délinquants, ni la police ne respectent la loi, les premiers libres de leurs mouvements, les seconds laxistes et plus préoccupés par leur propre sécurité qu de celle pour laquelle ils sont payés, grassement depuis les dernières réévaluations de leur salaires, primes et indemnités.
    Il est inutile de nous gaver de statistiques. Le plus important est la sécurité des citoyens appliquée par tous les moyens à ces voyous sans foi ni loi.




    0



    0
    Brahim Haddou
    20 octobre 2013 - 13 h 26 min

    absurdité totale! cette
    absurdité totale! cette « insécurité publique » n’est qu’un sentiment étant heureusement loin de refléter la réalité du terrain. seule une minorité de bisounours facilement malléable par le travail de sape de l’opinion menée par des pieds-nickelés, croit à cette prétendue insécurité et disqualifient les agents de l’ordre. cette minorité de citoyens n’ont aucunes notions de l’état des choses. dépourvus de cette faculté à regarder à droite et gauche. si vous parlez d’insécurité publique, allez voyager dans les ghettos de new-york, allez dans les favelas de rio, allez dans des villes d’afrique du sud où un meurtre est commis tous les 18 minutes, allez au mexique, allez dans les banlieues en france et j’en passe. NOUS LA MAJORITE DES CITOYENS EN AVONS PLUS QUE MARRE QUE LE DISCRETIT SOIT TOUJOURS JETE SUR NOTRE PAYS PAR UNE MINORITE D’IDIOTS QUI VEULENT FAIRE CROIRE QU’ILS REPRESENTENT LA MAJORITE DE LA POPULATION ALORS QU’IL EST EVIDENT QUE CETTE MINORITE NE REPRESENTE RIEN A L’ECHELLE DE LA POPULATION. ET ON NE TOLERE PAS QUE LE DISCREDIT SOIT JETE SUR NOS INSTITUTIONS. les agents de l’ordre portent bien leur nom, mais par contre vous pouvez être certains que cette minorité de « citoyens » poortent mal leur nom car on ne peut pas considérer que ce sont des citoyens tellement leur niveau de stupidité est abyssale. ALORS AVANT QU’ILS N’OUVRENT LEUR CLAPET EN SE LAMENTANT A TORT, QU’ILS COMMENCENT PAR BALAYER DEVANT LEUR PORTE. SI IL YA UN PROBLEME CELA N’EST PAS COMPLIQUE, QU’ILS CONTACTENT LES SERVICES LES PLUS PROCHES DE LEUR QUARTIERS ET ILS VIENDRONT. MAIS IL FAUT BIEN COMPRENDRE AUSSI, QU’ILS NE PEUVENT PAS ETRE PRESENT PARTOUT AU MEME MOMENT. CELA N’EXISTE NULLE PART, ALORS QU’ILS NE VIENNENT PAS L’EXIGER QUE CELA SOIT AINSI CHEZ NOUS.

    NON IL N’ YA PLUS D’INSECURITE PUBLIQUE EN ALGERIE QU’AILLEURS.




    0



    0
    Bazbouza
    20 octobre 2013 - 13 h 09 min

    ..Est-ce qu’ils vont réagir ?
    ..Est-ce qu’ils vont réagir ? Non. Du moment que c’est propre devant chez-eux, au diable la populace !!!




    0



    0
    Nassima
    20 octobre 2013 - 11 h 42 min

    la société civile dans tout
    la société civile dans tout cela que fait elle ? NICHTS ;RIEN NADA .Critiquer pour le mépris de soi et des autres ,on est champions !!!A mon avis notre pays comme tout pays qui a connu une transition de régime totalitaire vers un régimes démocratique sombre automatiquement dans la violence pour y remédier il faut que les organisations de la société civile interviennent car elles peuvent jouer un rôle important dans la réforme des institutions de l´État .Notre pays a connu 10 ans de violence infernales après sa transition politique et économique et la société civile continue a être absente !!!!! au point que la violence et le crime sont devenus un mode de vie chez nous!!!! mais c´est grave : au seins du couple , dans la famille ,dans les écoles ,dans la rue et constitue une menace pour la sécurité des personnes et sera une source d´instabilité de l´État a long terme si rien n´est entrepris pour y faire face ,il faut que les organisations de la société civile fassent leur travail de leur côté ,sinon cela va être les favelas du Brésil ou le Négiria , l´ Ukraine, l´ Afrique du Sud et L´ Argentine .Ou sont passés nos chers sociologues pour garantir l´ordre social ??? que font nos Imams ,nos enseignants dans les écoles primaires enseignent-ils la morale , les principes et les comportements de vivre ensemble a l´école ???
    ces valeurs sociales, humanistes qui doivent être transmises en chantier par l’école, très tôt dans l’enfance .Qu ´en est il du contrôle social informel( Les voisins, la famille ,les amis ,l´école ,l´entreprise etc et qui agit d´une manière implicites contrairement au contrôle formel exercé par des organisations spécialisées comme la police , la justice ,la religion)
    ) ??? quand un enseignent constate que son élève enfant ,ou adolescent devient perturbé et ne se concentre plus sur ses études car le père frappe la mère ou lui même subi la violence a la maison ,se sent-il concerné par le problème de son élève entant que citoyen intègre ou“ ikhté racé „ .Quand le voisin assiste a des scènes de violence d´un voisin qui tabasse son enfant a mort ce voisin appelle-t- il la police pour qu´elle fasse sont travail comme il le faut ? Quand des enfants se marient et font des enfants de 5 a 6 jusqu’à´a 8 pensent- ils a l´ avenir de leurs enfants ??? ou c´est la rue qui ´´ éduque´´ a leur place et erazk ala rabi!!! Certes l´éducation dans la famille ,c´est très important mais quand un membre de la famille est indigne envers les autres membres au sein de la même famille a mon avis une amende bien salée ferait un bon traitement de choc !

    Lemen tfti zabourek ya daoud ?




    0



    0
    ToutHautToutBas
    20 octobre 2013 - 10 h 47 min

    Merci Monsieur Bouali d’avoir
    Merci Monsieur Bouali d’avoir repercute dans votre edito, ce que nous pensons tous mais que nous n’arrivons pas a expliquer.
    Il est vrai que le deploiement des forces de securite est impressionnant et omnipresent, mais comme c’est souvent le cas au pays des paradoxes, cela est quasiment inutile et inneficace.
    Combien de fois des voitures de police passent a un carrefour bloque et qui ne font absolument rien a part de foncer pour s’en degager et laisser les citoyens a s’entretuer a qui passera le premier.
    Et pour la lutte contre l’incivisme, vous avez tout dis.
    Souvent je leur fais la remarque a ces policiers en leur disant: qu’est ce que cela vous fait de passer pour des moins que rien meme en tenue?
    Je le fais sciement juste pour les interpeller et peut etre provoquer en eux une reaction corrective, mais Helas…




    0



    0

Les commentaires sont fermés.