L’Algérie défendra sa stratégie pour la paix et la sécurité en Afrique

Le renforcement de la sécurité dans la région du Sahel et la lutte contre le terrorisme transfrontalier seront, dès demain, au menu d’une importante rencontre abritée par la capitale française, en présence des dirigeants africains, dont le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Concernée au plus haut point par cette question, l’Algérie aura à développer sa vision et à proposer les solutions adéquates qui éviteront une aggravation de la situation dans les pays de la région sahélo-saharienne et favoriseront le retour vers la stabilité. L’Algérie n’a pas attendu ce sommet pour entreprendre les actions adéquates afin de sécuriser la région. Ses succès quotidiens contre le terrorisme près de ses frontières témoignent de sa volonté de faire barrage aux desseins de déstabilisation qui ciblent le continent. Le sommet pour la paix et la sécurité en Afrique, prévu les 6 et 7 décembre prochains, vise notamment à prévenir et à traiter les conflits, et lutter contre le terrorisme. La rencontre accueillera les représentants au sommet de tout le continent ce qui devrait aider à instaurer un large débat sur la situation inquiétante dans les pays du Sahel mais aussi en Libye et en Tunisie. Les dangers découlant de l’insécurité et du terrorisme ainsi que des multiples trafics favorisés par l’immensité des territoires concernés exigent une coordination accrue avec tous les protagonistes. Un objectif pour l’Algérie depuis la détérioration des conditions sécuritaires dans les pays de la région, suite au conflit libyen et au déversement d’armes qu’il a produit. Le sommet qui s’ouvre demain à Paris devrait aider à coordonner les actions afin de trouver les solutions adéquates et permettre, grâce à l’intervention de tous les protagonistes, de renforcer la stabilité et la sécurité dans la région. La tenue du sommet de l’Elysée a été annoncée lors du sommet de l’Union africaine d’Addis-Abeba, en mai dernier. Lors de ce sommet, les pays africains ont marqué leur volonté de constituer une force de réaction rapide, afin de pouvoir assurer par eux-mêmes leur sécurité. Ils ont aussi rappelé l’importance des enjeux de développement pour prévenir les conflits et assurer la paix sur le continent. Selon les organisateurs, la préparation de ce sommet a été marquée par une large concertation avec les pays invités et avec l’ensemble des partenaires, c’est-à-dire les Nations unies, l’Union européenne, l’Union africaine et les communautés régionales. L’objectif de ce sommet, articulé autour de la paix et la sécurité, le partenariat économique et le développement, et le changement climatique, est de définir des engagements dans la perspective de l’agenda international à venir notamment le Sommet UE-Afrique en avril 2014. Une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement seront présents à ce sommet ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le président du Conseil européen, Van Rompuy, le président de la Commission européenne, Manuel Barroso, et la présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Dlaminizuma, témoignant de leur intérêt pour approfondir et faire avancer les initiatives sur les trois thèmes retenus pour le sommet.
M. Sassi
 

Comment (4)

    AKli
    6 décembre 2013 - 23 h 27 min

    Je cite:
    « … Les dangers

    Je cite:
    « … Les dangers découlant de l’insécurité et du terrorisme ainsi que des multiples trafics favorisés par l’immensité des territoires concernés exigent une coordination accrue avec tous les protagonistes… »

    Et si l’on parlait des CAUSES et non des consequences (pas du terrorisme), mais des 200 000 innocents offerts aux couteaux, pour mieux gerer la rente, ou est-ce la delapider – avec un etat d’urgence et d’autres methodes, d’avant le moyen age. L’Algerie aurait a travers son histoire ancienne jusqu’a celle de l’ALN a ete un ideal au-dela de l’Afrique. Mais depuis, la hogra du regime militariste des 1962 envers le peuple Algerien-meme, a trace’ la trajectoire – avec une fausse APN, une allegeance a une culture et reperes Arabes, qui ne sont ni Algeriens, ni Africains et une methode de gouvernance Jacobine herite’e du colonialisme, etc.

    Je n’ai rien contre les Arabes du tout. Avec des reperes religieux tres proches on aurait pu etre les meilleurs cooperant pour le developement, ou tout simplement peuples et pays amis, mais les ben-bella, boumedienes et toute la junte a preferre’ nous soumettre, en se niant, etc. Le traitement des algeriens par les egyptiens lors du match de foot, dit tout sur ces rapports.

    A titre d’example: Le regime a reduit les algeriens a des assiste’s, alors qu’ils ont toujours nourri et defendu le monde mediteranneen, mais pas depuis le blanchissement du systeme colonial par des locaux importe’s de l’ouest. Ni ce regime, ni ses frequentations n’apporteront quoi que ce soit ni a l’algerie ni a l’afrique, et encore moins au monde Arabe, que le soutien Algerien empeche de se reformer. Quand a la securiter, les Touaregs n’ont pas echoue’ devant les sub-saharien pour recuperer leur territoire Azawad. C’est le regime algerien les troupes whahabistes sponsorise’es par le qatar et arme’s par les france, qui les empechent de concretiser leur independance et developement, comme peuple et nation. Les terroristes du Sahel, cassaient le carem a al mouradia l’ete 2011. Sans aller dans les detail des 200 000 Algeriens innocents sacrifie’s. Les quelques moineaux francais auront leur justice, mais certainement pas les 200 000 Algeriens, qui n’ont fait de mal a personne.

    Se remettre en cause c’est avancer !




    0



    0
    gustave
    5 décembre 2013 - 15 h 18 min

    les nations unies a classé LE
    les nations unies a classé LE MAROC premier producteur exportateur de drogue dans le monde!!!drogue du MAROC!C’est le CARBURANT DU TERRORISME au SAHEL!!




    0



    0
    00213
    5 décembre 2013 - 13 h 56 min

    Une conférence pour la paix
    Une conférence pour la paix en Afrique à Paris.
    Y a pas un truc qui cloche, Paris est du coté d’Abidjan ou Ouagadougou ?!
    .
    Oui à une force sécuritaire africaine conjointe mais totalement indépendante.
    Car le problème avec ces groupes militaires internationaux, c’est qu’ils s’occupent toujours du sale boulot légué par l’ONU qui est au service de quelques puissants.
    .
    Comme le stipule notre constitution, notre apport se limitera au besoin logistique et pourquoi pas satellitaire.
    Cela pourrait être encore une occasion de conforter notre place d’étendard africain et de faire accepter aux grands de ce monde que l’Algérie est la porte d’entrée sur le continent.
    Il est indéniable que la stabilité en Afrique sera bénéfique économiquement aux 54 pays qui la compose, et de surcroit cela pourrait nous permettre d’augmenter notre aura au sein de leurs plus hautes instances.




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    5 décembre 2013 - 12 h 22 min

    L’Algérie défendra sa
    L’Algérie défendra sa stratégie pour la paix et la sécurité en Afrique…L Algerie devrait faire plus confiance aux pays Nordiques et des USA qu aux pays latins mediterranneens…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.