Gouvernance par la rumeur à l’approche d’avril 2014

La gouvernance par la rumeur a toujours été le leitmotiv des pouvoirs bipolaires. Un gouvernement qui ne communique jamais, et qui ne s’adresse à la plèbe que contraint, ne peut pas se targuer de diriger un pays dans la clarté et de promouvoir la démocratie et la liberté. Faire prévaloir l’intrigue au détriment de la transparence a une seule conséquence : perdre à jamais la confiance des gouvernés. Depuis la maladie du Président, rien ne fonctionne normalement. L’entourage direct du chef de l’Etat, paniqué par l’approche de la fin de règne de celui qui a, durant trois longs mandats, joué à l’équilibrisme politique aux dépens de la compétence, a décidé de prendre les choses en main pour éviter de perdre le contrôle sur les rouages de l’Etat, verrouillés à triple tour en quinze ans de régime ultra-présidentiel. L’échéance présidentielle approche vite et rien n’a encore été trouvé pour pallier l’incapacité du président sortant à se succéder à lui-même une quatrième et dernière fois. Et comme rien ne filtre sur les intentions de ceux qui réfléchissent avec ou pour lui, la rue est abandonnée à ses supputations puisées des lectures en filigrane dans la multitude de médias qui foisonnent dans le pays dans un désordre total. Deux lectures s’entrechoquent durement. L’une croyant dur comme fer à une décision du président Bouteflika d’annoncer sa candidature pour une quatrième mandature, l’autre en riant et cherchant déjà le nom de celui qui aurait les coudées franches pour pouvoir déloger Bouteflika de l’inexpugnable palais d’El-Mouradia. Beaucoup de bruits circulent depuis l’épisode du Val-de-Grâce. Des montages grotesques montrant le Président «encore capable» de siroter un café tout seul aux gesticulations des politiciens intéressés et aux chants de stade interprétés d’une voix rauque par l’inamovible ministre de la Culture, en passant par les trivialités d’un Sellal en mal d’inspiration, tout est fait pour agiter la silhouette d’un Bouteflika qui ne semble pourtant souhaiter qu’une seule chose : rentrer chez lui. Les derniers murmures laissent entendre que Bouteflika se retirerait à la fin de l’année et que le Premier ministre, qui aura d’ici là terminé son éreintant pèlerinage à l’intérieur du pays, déposerait sa démission pour se préparer à la course pour la présidentielle. Le gouvernement ne changerait pas et seul un nouveau chef de l’Exécutif, puisé dans la même marmite, gérerait les affaires courantes, tandis que les hommes du Président – Belaïz, Louh et Medelci – et la légion des travailleurs politiques occasionnels se chargeraient d’assurer un transbordement bruyant du navire Bouteflika à un nouveau vaisseau à l’apparence neuve, mais en avarie moteur au cœur d’une houle menaçante.
M. Aït Amara
 

Comment (18)

    hakimus
    10 décembre 2013 - 13 h 08 min

    l’Algérie ne s’arrétra pas
    l’Algérie ne s’arrétra pas d’avancer sans bouteflika,ni sans gaid et sellal, il existe une relève parmi les jeunes cadres civils et militaires .




    0



    0
    Anonyme
    9 décembre 2013 - 23 h 41 min

    Pas de 4° mandat pour un
    Pas de 4° mandat pour un malade de cette gravité.Place aux jeunes et ceux qui le soutiènnent rendront des comptes,car,chacun a quelque chose á se reprocher.Croira qui voudra.




    0



    0
    SiZineddine
    9 décembre 2013 - 21 h 56 min

    Il faut dissoudre l’assemblée
    Il faut dissoudre l’assemblée qui a signé un blanc saint pour un 3eme mandat et est en train de faire de même pour un 4eme mandat. Ces deputés ne nous representent pas. Ils ont été acheté par les gouvernant avec l’argent du peuple.




    0



    0
    BOUAZZA
    9 décembre 2013 - 18 h 11 min

    nous ne savons pas encore
    nous ne savons pas encore




    0



    0
    amdan06
    9 décembre 2013 - 16 h 16 min

    A mon avis il faut organiser
    A mon avis il faut organiser un référendum honnête,tenir des meeting dans chaque wilaya chaque daira et commune et poser une question es-ce que vous êtes pour une monarchie;moi à ma connaissance la monarchie dans l’islam est proscrite (haram) pour la simple raison qu’un homme ne peut faire de genouflexion ou de prosternation qu’à ALLAH.




    0



    0
    amdan06
    9 décembre 2013 - 16 h 16 min

    A mon avis il faut organiser
    A mon avis il faut organiser un référendum honnête,tenir des meeting dans chaque wilaya chaque daira et commune et poser une question es-ce que vous êtes pour une monarchie;moi à ma connaissance la monarchie dans l’islam est proscrite (haram) pour la simple raison qu’un homme ne peut faire de genouflexion ou de prosternation qu’à ALLAH.




    0



    0
    SiZineddine
    9 décembre 2013 - 15 h 30 min

    Le frere Bouteflika essaye de
    Le frere Bouteflika essaye de faire manger une large clientele afin que cette derniere pérore sur tous les toîts que le peuple veut un 4eme mandat. Ce qui est faux et absurde. Cette clientele n’est pas le peuple et une hirondelle ne fait pas le printemps. Le frere de Bouteflika et ses proche se servent de l’argent de l’Algerie pour faire manger une large clientele, une argent qui ne leur appartient pas car chaque centime doit sortir des caisse publiques par vote. Il semble que les proches e Bouteflika pour assurer un 4eme mandat y vont à fond la caisse.
    D’ailleurs Bouteflika, hemiplégique, machoire tombante, regard vide, corps paraqlysé ne devrait plus être en fonction car il ne fonctionne plus depuis plusieurs mois, voir plus. On devrait appliquer l’article88 et nommer une president par interim pour préparer des élections.
    Message à Saïd Bouteflika. Vous ne serez jamais président en collant votre frere au pouvoir bien que celui ci très diminué. L’argent que vous depensez n’est pas le votre mais celui des algeriens, du peuple algerien.
    La clientele que vous alimentez n’est pas le peuple algerien et une hirodelle ne fait pas le printemps. Pour les deputé gavé à fond la caisse qui ont voté pour un 3eme mandat et qui s’apprentent à voter pour un 4eme mandat ne sont que des traitres. Le peuple va les destituer et les juger pour violation e la constitution contre remuneration. Ces agissements ont un nom. Je vous laisse deviner pour ne pas être vulgaire.
    On doit dissoudre le parlement car si on laisse ces deputé, ils voteront n’importe quoi pour de l’argent.
    S’il n’y a pas dissolution de l’assemblée nationale alors croyez moi, Bouteflika meme sur son pousse pousse aura un 4eme mandat et mourra sur le trône qu’il n’occupera que 3 ou 4 mois et dans l’euphorie des larmes de crocodile, on mettra qui sur le trône. Devine….
    Son frere, Et on dira le roi est mort, vive le roi qui ne sera son frere. Une monarchie qui ne dit pas son nom pour le moment.
    Bouteflika ou plutot son frere veut faire comme les proches et les fils de Chadlia qui apres 1es émeutes e 1988 ont a vu sur l’ENTV des manif pro Chdadli dans les grandes villes algeriennes, des manif organisée par une clientele bien engraissé par les denier publis. La suite, on la connait. Une destitution tardive de Chadli alors qu’il fallait le destituer sur le champs et dissoudre l’assemblée nationale, on a vu un Ghoali brader les champs petrolifere et les denationaliser comme premier ministre et des partis extremiste engraissé par l’Arabie puis une guerre civile dont les crimes se sont perpetué pendant 15 ans. Si ce n’est le prix du baril de petrole qui avait grimpé jusqu’ 140$/baril quand il fut pendant les années 90 à 7$/baril, l’Algerie n’aurait pas eu les moyens de sa politique, c’est à dire acheter les armes et les avions pour situer les foyer islamistes terroristes et les aneantir avec des armes intelligentes etc
    Bouteflika est arrivé pendant que le baril depassa les 140£/baril, les années les plus faste depuis l’independance, et mis à part alimenter et engraisser les terroriste en effaçant leur crime et delit et en enrichissant certain deputé qui se sont engraissé, il n’a rien fait.
    Le pays est toujours plongé dans le manque de culture, la bigoterie, l’infamie, les algeriens font les poubelle pour manger quand lui et son frere et ses proches se deletent dans les palaces genevois.
    Enfin c’est long et si l’article88 n’est pas appliqué alors attendons nous à une monarchie encouragée par les deputé. On devrait dissoudre l’assemblée et nommer un president par interim pour origaniser des election presidentielles et des législative pour changer tous ces deputé qui ont violé la constitution en votant pour un 3 eme mandat et qui s’apprent à violer une 2 eme fois la constitution en faisant passer un 4 eme mandat au lieu d’imposer l’article88 pour maladie longue du president. Si on ne dissout pas l’assemblée à=alors toutes les violations de la constiti=tution seraient possibles. Ces deputé ne sont pas digne du peuple algeriens. Ils ne nous representent pas et ont violé la constitution, y compris la passionariat qui a deçu, la fausse trauskyste Luisa Hanous qui se compalit dans son luxe et la fausse revolutionnaire madame Toumi.




    0



    0
    Amcum
    9 décembre 2013 - 14 h 51 min

    @ AP © 2013
    À quand une

    @ AP © 2013
    À quand une version bien sur SERIEUSE en Anglais ?
    Merci




    0



    0
    Malika
    9 décembre 2013 - 14 h 36 min

    Mr Bouteflika doit avoir la
    Mr Bouteflika doit avoir la sagesse de ne pas postuler pour ce 4ème de trop et quitter la scène par la bonne porte. Je serais sincèrement malheureux s’il terminerait sa riche carrière comme de nombreux Présidents dictateurs du monde arabe.
    Comprendrait qui voudra.




    0



    0
    Mahmoudi
    9 décembre 2013 - 14 h 35 min

    Je souris de la naïveté de
    Je souris de la naïveté de nos compatriotes qui demandent ingénument à Abdelaziz Bouteflika de renoncer à se représenter en raison de sa maladie invalidante.

    Cet homme, miné par la maladie, la cupidité et la corruption, a perdu la raison depuis longtemps déjà, tout comme son frère Said, qui l’encourage pour éviter à la fratrie de subir le sort des Moubarak, plus que lui.

    En réalité il ne fait que retarder cette échéance en l’aggravant davantage.

    Peu lui importe contre qui il gagnera le 17 Avril 2013 : Touati, Djillali,Nekkaz, Benkoussa, Saadi, le menu fretin ou contre Benflis, le gros lièvre ?

    L’essentiel c’est l’ivresse de la victoire obtenu par la force et la fraude massive, comme celles qui l’ont précédées depuis 1999.

    Une opposition responsable comme celle de 1999 devrait laisser ce fou tourner seul dans le manège qu’il a dressé afin de le couvrir de honte, qu’il ne ressent plus.

    Vil il vécut et vil il mourut, telle est l’épitaphe que le peuple algérien, trahi par la vermine qui le gouverne, gravera sur sa maudite tombe.




    0



    0
    yacine
    9 décembre 2013 - 14 h 34 min

    vous devriez choisir soit c
    vous devriez choisir soit c est le Maroc ou c est le Qatar qui sont derriere ces complots ourdis contre notre tres chere Algerie ou c est la France! Pauvre Algerie c est toujours les autres qui nous veulent du mal….




    0



    0
    Dr Sali
    9 décembre 2013 - 13 h 15 min

    MON CHERE BIEN AIMER
    MON CHERE BIEN AIMER PRESIDENT BOUTEFLIKA N ECOUTE PLUS TES Mauvais conseiller reste brave et laisse ton nom propre et prend exemple sur NELSSON MANDELA,
    Admire sa sagess et regarde il cest retirer comme un vraie president et il resteras dans le Coeur de tout le monde et il restera dans la memoire de tout son peuple alors fait de meme pour ton pays et ton peuple et ton nom restera dans notre memoire.




    0



    0
    Kimpa MAZIGH
    9 décembre 2013 - 12 h 54 min

    La santé M. BOUTEFLIKA
    La santé M. BOUTEFLIKA concerne sa famille et lui même. En revanche, la santé du président concerne les citoyens algériens. En tant que citoyen patriote, je vivrais une annonce de candidature pour un quatrième mandat comme un camouflet adressé à mon algérianité et à l’algérianité d eplus de 42 millions d’algériens de par le monde.

    Il est impensable qu’on puisse même envisager un quatrième mandat eu égard à la santé de M. BOUTEFLIKA. L’Algérie mérite bien mieux que cela, elle mérite une véritable démocratie digne de ce nom. Vive l’Algérie algérienne !




    0



    0
    Abou Stroff
    9 décembre 2013 - 12 h 52 min

    tout concourt à ce que notre
    tout concourt à ce que notre pays parte définitivement à la dérive pour être ensuite dépecé au profit des multinationales, fer de lance de l’impérialisme. en effet, la vacance du pouvoir, malgré les apparences, est réelle et « il suffit d’une étincelle pour mettre le feu à toute une plaine ». notre bienaimé fakhamatouhou national et la clique qui lui sert de cour et de serpillère sont dans l’impasse d’une part tandis que ceux qui l’ont ramené de son exil doré et nous l’ont imposé comme fakhamtouhou ne savent plus à quel derviche tourneur se vouer, d’autre part. comme fakhamatouhou et la clique qui lui sert de cour et de serpillère représentent le monde ancien qui ne veut pas mourir, que les patriotes qui représente le monde nouveau qui ne parvient pas encore à naître se préparent à assumer la tâche historique qui est la leur s’ils veulent bénéficier du support d’un peuple en souffrance depuis au moins 1962. la tâche historique que doivent accomplir les patriotes algériens se résume en la destruction du système basé sur la distribution de la rente que notre bienaimé fakhamatouhou national a caricaturé à l’extrême par ses différentes extravagances. cette destruction d’un système basé sur la prédation (pour la marabunta qui nous gouverne) et qui a avili l' »algérien lambda » en le réduisant à un tube digestif ambulant doit permettre l’émergence d’un système basé sur le travail et la production, système qui permettra aux algériens de retrouver l’histoire humaine qui se fait, jusqu’à présent, sans eux. moralité de l’histoire: boutef ne représente, en fait, qu’une « superstructure » qui ne peut être neutralisée que si l' »infrastructure » (le système basé sur la distribution de la rente) est détruite. sans la destruction du système qui produit des boutefs en série, il est inutile de penser à un quelconque changement ou à un quelconque saut qualitatif de la formation sociale algérienne.




    0



    0
    Ness maascar
    9 décembre 2013 - 12 h 48 min

    Un jour je questionnais le
    Un jour je questionnais le candidat Bouteflika en février 1999 a propos d’une fonction qui n’ était dans son programme il m’a répondu de façon arrogante que les hommes qui travailleront avec lui auront une stature de chefs d’état ………………et c’était vrai la preuve ! Pauuuuvre Boutef




    0



    0
    KSEL
    9 décembre 2013 - 12 h 12 min

    Vous avez changé de….
    Vous avez changé de…. RÂTELIER….,?




    0



    0
    nora
    9 décembre 2013 - 11 h 43 min

    Depuis quand ont-ils eu notre
    Depuis quand ont-ils eu notre confiance pour avoir peur de la perdre¿
    Boutef a peur de partir, Meme s il le veut. IL TRAINE TROP DE CASSEROLES A BRUIT DERRIERE LUI. Un proces cinglant l´attend lui, sa fratrie, et ses acolytes, il ne pourrait jamais se permettre de faire ce faux pas, a moins d etre rassuré! comme il est fourbe, il ne ferait jamais confiance aux chacales qu il a lui meme installé, car le sauve qui peut va l´´emporter sur le ´code dhonneur á la mafia´ qu il ya entre eux!
    Le moment venu, personne ne reconnaitrait les siens!




    0



    0
    Alilou
    9 décembre 2013 - 11 h 28 min

    Pleure O mon Algérie
    Pleure O mon Algérie bien-aimée !

    Ils ont juré de de salir et de te couvrir de honte.

    Ils ont réussi dans leur ignoble mission et veulent te faire boire le calice jusqu’à la lie, en se gavant de tes richesses qu’ils dilapident à tous vents.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.