Conditions d’octroi de la licence 3G : Ooredoo saisit l’ARPT

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Wataniya Telecom Algérie (WTA) affirme avoir déposé une réclamation auprès de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) ayant pour objet «des violations graves des conditions de l’octroi de la licence 3G et traduisant le non-respect continu du cahier des charges 3G par ATM Mobilis». Cette réclamation fait suite à plusieurs autres réclamations transmises à l’ARPT au cours des dernières semaines concernant des pratiques de «concurrence déloyale» et de «dénigrements». Le communiqué explique qu’«en dépit des graves irrégularités identifiées ces derniers jours, WTA fonde encore l’espoir d’un traitement non discriminatoire des cas soumis à l’ARPT mais réserve sa possibilité d’exercer toute voie de droit appropriée pour mettre un terme immédiat aux violations actuelles de la législation et de la réglementation nationale». Revenant sur ce qu’elle qualifie de «campagne de désinformation» qui la visait récemment, WTA confirme que le mécanisme de souscription en ligne, qui permettait de faciliter et simplifier l’accès de ses propres abonnés parfaitement identifiés aux services 3G et nécessitait la signature d’un nouveau contrat dans un délai de 15 jours, «est totalement conforme au cahier des charges». «Sa suspension temporaire, explique-t-elle, intervient malheureusement suite à une demande de l’ARPT dont le bien-fondé a été remis en cause à la fois sur le plan réglementaire et sur le plan opérationnel». Les auteurs du communiqué estiment ainsi qu’«interdire à un opérateur de proposer des services à ses propres clients est une démarche inédite». Et d’enchaîner : «Dénigrement, diffamation, désinformation, aucun procédé n'est épargné pour détourner de la question centrale de la double numérotation de la 3G utilisée comme verrou pour freiner et contrôler le lancement de la 3G par une limitation du nombre de numéros attribués». Dans le même sillage, les dirigeants d’Ooreedo jugent que l’échéance de levée du verrou, fixée à octobre 2014, «ne peut qu’interpeller». Interrogé sur la situation actuelle, le directeur général de WTA, Joseph Ged, a tenu à rappeler : «Nous ne répondons pas aux stratagèmes mais maintenons notre stratégie avec force et fierté, à l’algérienne. Nous défendrons les intérêts légitimes de nos 10 millions d’abonnés et de notre entreprise. Nous continuerons à contribuer à la démocratisation du haut débit mobile et à dénoncer la désinformation et les illégalités systématiques qui bloquent le développement sincère de la 3G. Nous le devons par respect à nos abonnés dont l’estime reste le plus important pour nous.»
R. Mahmoudi
 

Comment (5)

    Anonyme
    24 décembre 2013 - 11 h 06 min

    @ si El Hadj: vous etes
    @ si El Hadj: vous etes malheureusement depasse…comme ces cadres d’entreprises publiques qui maitrisent mieux la navigations entre les lignes du code des marche publiques et les zones d’ombres qui y regissent que la maitrise du secteur et de la dynamique de l’activite dans laquelle ils operent. ils ont des excuses, le pays est reste cloisonne trop longtemps pour qu’ils puissent suivre l’evolution naturelle de leur profession. Mais aujourd’hui le constat est qu’ils se depatouillent avec l’obsolescance de leur savoir. Le patriotisme s’enseigne Si Elhadj et cela devrait commence par netoyer devant chez soi, forme en qualite l’avenir, eviter le clientelisme… chose qu’aucune entreprise publique ne fait aujourd’hui. et combient cela nous coute a nous les Algeriens, de reinjecter de l’argent sans cesse, de gerer par les SGP le cimetiere des entreprises national morte… l’algerien est fier de son pays et cela depuis l’independance et le restera Nch’Allah mais je vois pas en quoi cela a aider les entreprises publiques a etre performante.




    0



    0
    Anonyme
    23 décembre 2013 - 21 h 48 min

    @Elhadj
    Je comprends

    @Elhadj
    Je comprends parfaitement votre attitude protectionnisme mais pas au détriment de la qualité et de la nécessaire démocratisation de la 3G. Ce sont encore une fois des batailles d’arrière-garde, éculées et frileuses qui vont à l’encontre du nécessaire progrès. La mondialisation est là mais on gigote encore pour la freiner vainement. Il y a en Algérie une tentative réelle de ralentir l’accès à la 3G, c’est un fait politique avéré comme on a essayé de ralentir l’accès à Internet dans les années 90 : résultat : un retard considérable dans l’utilisation de ces nouvelles technologies dont pâtissent encore toutes nos élites.




    0



    0
    Racha
    23 décembre 2013 - 18 h 33 min

    pas d’accord elle devrait
    pas d’accord elle devrait être accordée à la compretence j’entend par la laissez la concurrence et les competences parler arretons de se fermer les esprits c’est fini le temps des bien de l’etat , nous voulons le meilleur et non pas comme on dit en arabe Ihtikar le bien de l’etat je pense que L’expérience unique capitalisée par Nedjma Ooredoo en matière d’Internet mobile et sa stratégie innovante dans l’encouragement à la création de contenus et d’applications mobiles via notamment son programme iStart lancé en partenariat avec l’Agence nationale de développement de la PME (ANDPME) et la plate-forme Ooredoo Store(OStore), constituent des atouts majeurs pour assurer le développement rapide de la 3G en Algérie donc soyons ouvert et vive la concurecne




    0



    0
    Racha
    23 décembre 2013 - 18 h 28 min

    pas forcement elle devrait
    pas forcement elle devrait être accordée a celui qui apportera le meilleur service il faut laisser place a la concurrecnce et non pas au cliché du bien de l’Etat L’expérience unique capitalisée par Nedjma en matière d’Internet mobile et sa stratégie innovante dans l’encouragement à la création de contenus et d’applications mobiles via notamment son programme iStart lancé en partenariat avec l’Agence nationale de développement de la PME (ANDPME) et la plate-forme Ooredoo Store(OStore), constituent des atouts majeurs pour assurer le développement rapide de la 3G en Algérie donc soyons ouvert d’esprit et laissons la concurence et les compétence parler d’eux meme




    0



    0
    elhadj
    23 décembre 2013 - 16 h 51 min

    la préférence et les
    la préférence et les facilités devront être accordées à notre opérateur national soucieux de préserver l’intérêt national et la sécurité du pays. les 2 autres opérateurs mercantilistes devront se plier ou se retirer .il ne faut pas oublier que notre secteur public a subi des contraintes préjudiciables pour favoriser à l’époque l’opérateur privé.un peu de patriotisme des algériens ne fera que développer notre secteur public et éviter le transfert faramineux de bénéfices en devises.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.