Abdelmoumen Rafik Khalifa extradé vers l’Algérie : retour sur une affaire dite du siècle

L’extradition d’Abdelmoumen Rafik Khalifa est effective. Il sera rejugé à Alger après avoir épuisé tous les recours devant la justice britannique visant à empêcher son extradition à partir du Royaume-Uni, où il s’est réfugié depuis 2003, et après le rejet de son appel devant la Cour européenne des droits de l’Homme. L’homme d’affaires déchu vient d’être remis aux autorités algériennes par la Grande-Bretagne, suite au jugement du tribunal de Westminster à Londres. L’annonce de son extradition avait été confirmée il y a quelques jours par les autorités algériennes, dont notamment le ministre de la Justice, Tayeb Louh. Khalifa est poursuivi pour fraude, blanchiment d’argent, crime organisé, criminalité transnationale et vol. Parmi les autres chefs d’inculpation retenus contre Khalifa, figurent également les cas de vol survenus au niveau des différentes agences d’El-Khalifa Bank sur ordre de l’accusé lui-même, la gestion anarchique et la négligence ayant marqué les transferts de devises sous couvert de diverses transactions qui étaient, en réalité, selon la liste des chefs d’accusation, des détournements organisés. L’Algérie avait introduit une demande d’extradition en 2004 avant de la reformuler en 2006, suite à la signature avec la Grande -Bretagne d’une convention sur l’extradition. Abdelmoumen Rafik Khalifa a été arrêté le 27 mars 2007 sur le territoire britannique dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen, délivré par le Tribunal de grande instance de Nanterre, près de Paris, qui avait ouvert, fin 2003, une information judiciaire pour «abus de confiance, banqueroute par détournement d’actifs, banqueroute par dissimulation de comptabilité et blanchiment en bande organisée». Il est à rappeler qu’Abdelmoumen Rafik Khalifa avait été jugé par le tribunal criminel de Blida et condamné par contumace à la perpétuité pour plusieurs crimes, en relation avec la gestion d’El-Khalifa Bank. Son extradition ouvre la voie à un nouveau procès et une série de rebondissements.
Meriem Sassi

 

Comment (43)

    Anonyme
    26 décembre 2013 - 16 h 46 min

    et voila nous sommes de
    et voila nous sommes de retour
    c ce que dis moumene




    0



    0
    amcic
    26 décembre 2013 - 11 h 18 min

    le seul HOMME d’honneur et de
    le seul HOMME d’honneur et de dignité qui avait senti le roussi dans la mascarade Khalifa que se soit en Algérie ou en France c’était Monsieur Noël Mamere.




    0



    0
    SiZineddine
    26 décembre 2013 - 7 h 44 min

    Les conditions de vie des
    Les conditions de vie des étudiantes en Algérie :
    « Elles n’ont pas le droit de sortir, à l’inverse des garçons »
    Zahra Ameur est une étudiante franco-algérienne vivant en France. Elle a aussi publié les photos de l’université de Bordj Bou Arréridj sur son blog. Elle était en vacances dans la région en novembre dernier et voulait voir à quoi ressemblait une faculté algérienne.
    J’ai pu rentrer dans l’université en profitant du flou de début d’année puisque toutes les filles n’avaient pas encore leurs cartes d’étudiantes. Tout est sale dans les bâtiments : il y a des fuites d’eau dans les toilettes et des traces partout dans les couloirs. Et le pire, c’est qu’elle a été construite il y a trois ans !
    Je n’ai pas croisé de femmes de ménage pendant tout le temps où j’étais dans la résidence universitaire. [des problèmes de propreté similaires ont été confirmés dans une université d’Alger par un représentant d’un syndicat étudiant joint par FRANCE 24]. Je devais normalement rester une semaine avec des amies dans la résidence universitaire pour filles, mais je n’ai pas pu supporter les conditions d’hygiène plus de trois jours.
    Les douches ne sont ouvertes que deux jours par semaine. Les étudiantes vivent dans des chambres de 10m², où il y a deux lits, un casier, une table, et sont souvent jusqu’à quatre à y dormir sur des matelas posés par terre. Lorsqu’elles ont de la chance ou qu’elles connaissent quelqu’un, elles sont dans la même chambre que leurs amies. Pendant ce temps, il y a des chambres libres dans la résidence des garçons dans l’autre bâtiment [la mixité est interdite dans cette université].

    Après la tombée de la nuit, elles n’ont pas le droit de sortir, à l’inverse des garçons. Elles n’ont pas d’accès internet et très peu de libertés. Du coup, beaucoup d’entres elles font tout ce qu’elles peuvent pour rentrer le week-end et même parfois durant la semaine car elles n’en peuvent plus.
    Au restaurant universitaire, c’est encore pire : les tables ne sont pas nettoyées, on ne voit pas les cuisines et les plateaux sont servis sans couverts. Il n’y a pas de serviettes en papier, pas d’eau ou de boisson. Durant mon séjour, on nous a servi le même ‘plat principal’ pendant trois jours. Plus personnes ne veut manger là bas, même si le repas ne coûte que 10 dinars (10 centimes d’euros).
    Alors les filles sortent pour manger, font des stocks de viennoiseries ou vont déjeuner dans des fast-food [les étudiants de la faculté de médecine d’Oran s’étaient aussi plaints de l’état de leur restaurant universitaire]

    Il y a quelques mois, une fille a été giflée par un employé du self, et ça a provoqué la révolte des étudiantes contre leurs conditions de vie. Elles ont manifesté pour demander d’être davantage respectées et que les conditions sanitaires s’améliorent. Mais ça n’a pas duré. La plupart des filles sont fatalistes et acceptent la situation.
    Je suis très choquée de ce que j’ai vu et en colère. Ça me fait mal de montrer une mauvaise image des universités algériennes, mais je ne comprends pas pourquoi un Etat qui rénove les rues d’Alger pour accueillir le président français n’est pas capable d’embaucher plus de personnel de ménage pour des établissements publics !




    0



    0
    Chawi Pure Laine
    26 décembre 2013 - 6 h 34 min

    SALAM
    pour mon compatriote

    SALAM
    pour mon compatriote qui parle du torchon nahar et sa télé il faut savoir à qui appartient et qui est son directeur, en effet il appartient à Said Bouteflika et son directeur Mohamed Mguedem alias anis rahmani est un ancien du protocole de Bouteflika donc au lieu de filmer les rendez vous de Said il a visé les mêmes vulnérables au pays les femmes et dieu seul sait qu,est ce qu’il y a derrière cette sortie? Bref celle la aussi fait partie des comédies, pendant que le peuple demande L’extradition de Chekib Khelil et Farid Bjaoui qui ont pilé le pays on nous ramène un poisson doux qui n’était qu’une victime de la mafia, pourquoi ne pas ramener Chekib? Bejaoui? ou tout simplement on craint de déclaration de si Farid qui a promis que s’il sera touché il ramassera avec lui de gros requins, qui sont ces requins? On connait un qui est le frère de Bouteflika Said mais qui sont les autres? ses neveux? sa famille? des ministres qui sont les autres? d’ici avril 2014 ils vont improviser au top, Messi, Maradonna, Tyson, Chwarzenegger, Khalifa qui est le prochain? Columbo? mat allah yrahmou, (…) Khalifa a le droit à un procès juste et équitable comme tout humain mais on aimerait juger avec lui Bouteflika pour un mandat d’amener daté de 1983, Chekib khelil, said bouteflika, mohamed mguedem,les ministres de 1999 à 2014 si tout ce gang va être jugé ok on va admettre si non libérez el khalifa car devant said et chekib lui est un ange




    0



    0
    SiZineddine
    26 décembre 2013 - 0 h 05 min

    En réponse au reportage
    En réponse au reportage d’Ennahar qui a denigré, insulté nos éudiantes.
    Bonjour, mesdames, messieurs;
    Je m’adresse particulièrement à ceux qui ont des filles ou des sœurs fréquentant les universités algériennes et en particulier ceux dont les proches sont obligés de résider en cité universitaire pendant leur formation.
    Après avoir visionné 2fois le reportage d’Ennahar TV qui traite de la prétendu prostitution en cité universitaire, après avoir visionné et étudié le débat toujours par cette même chaine TV; je suis en droit de répondre aux parents anxieux et surtout aux proches qui ont interrompu les études de leurs filles ou ont rompu des fiançailles après ce reportage désastreux assurés par une télévision vertement islamiste dont le but est de tuer la femme socialement. Les deux pseudo-journalistes ont diffamé avec leur langue de vipère mais à aucun moment elles n’ont apporté par la preuves comme savent le faire les journalistes qui ont étudié le reportage et son authenticité dans les écoles journalistiques occidentales. Sans preuves, des journalistes ayant couvert un événement de la sorte sans apporter la preuve par l’image ou le son d’un fait se retrouveraient des années en prison avec la saisie de tout leur biens pour dédommager les partie civiles comme les association estudiantine ou des droits de la femmes.

    Le débat censé apporter un droit de réponse à la calomnie que recele le reportage a été assuré par la même TV diffamante. Alors inutile d’attendre une réponse adéquate car on ne peut pas être juge et parti. Le juge est la TV Ennahar et l’un des partis en face des représentantes de la citéU la plus pointée du doigt par les pseudo-journalistes, la cité Ouled Fayet.

    L’une des pseudo-journaliste, une grande brune qui a l’air d’un psychopathe maquillé comme une prostitué et marqué par des pommette saillantes et marqué comme par la fièvre de la haine. La deuxième pseudo-journaliste a un visage clownesque et bébête. On a du mal à croire que ces deux femmes respirent une once de sérénité. maquillé comme une fille de mauvaise vie et à la présentation méchante.

    Le reportage commence par le bruit que fait une lame quand on l’affute. Une lame? Comme si les jeunes filles egorgées dans les villages à Relizane, à Raïs et à Bentalha par ces barbus en kamis afgan n’ont pas suffi aux assoiffés de sang.

    Puis entre en scene avec des propos vénéneux contre nos jeunes étudiante la pseudo-journaliste au visage gras et clownesque.
    Elle descend la réputation de nos étudiantes comme pour s’élever sur l’autel de la vertu, sa vertu, cette même vertu comme une verrue en guise de ne sur son visage de clown.
    Dans une musique aussi angoissante tirées du film psychose d’Alfred Hitchkok, on attribue à des couples que l’on montre de dos des vices. On les décrit avec médisance au point de leur noircir l’âme. Des couples qui ont l’air d’être de simples jeunes amoureux mais que décrit la psychopathe pseudo-journaliste, la geisha d’Ennahar, comme une prostitué avec son client.
    Puis le reportage continue dans son délire. On nous montre des jeune filles qui arrivent chargés de valises et d’autres repartent avec valise. Chacune décharge ou charge ses valises du coffre de la voiture qui l’empenne ou la dépose. Pour ces pseudo-journalistes toute jeune fille qui arrive et part en voiture la nuit chargées de valises est certainement une prostitué qui déménage chez son client pour quelques heures. Vaut mieux déménager le jour pour ne pas être prise pour des prostitués.
    Puis le reportage nous montre des jeunes filles en tenue légère dans leur chambre et d’autre en pyjama dans les couloir de la résidence. Faute professionnelle mesdames. On ne filme pas les gens en tenue légère dans leur chambre. C’est du voyeurisme.
    Puis ça continue :
    Couple anonyme filmé de loin se dirigeant vers la porte d’un hôtel sans montrer par des indices comme savent le faire les vrais journalistes d’investigations en occident formé en école de journalisme. La pseudo journaliste nous dit que ce couple que l’on peut à peine apercevoir de loin est une etudiante prostituée et son client qui se dirigent avec un faux livret de famille vers un hôtel. Quel véracité peut on accorder à ces propos mensonger et sans professionnalisme.
    Nous avons déjà vu sur zone interdite un tel reportage qui décrivait comment un homme nantis avec sa jaguar a fait de son amie une prostitué. Cet homme était pourtant commercial dans une entreprise et gagnait convenablement sa vie. Père de famille, salarié plutôt bien payé se transformait une fois par semaine en proxénète de luxe et avait même un site ou il recrutait ses victime et accrochait des clients. Les journaliste nous l’on montré avec des indices pertinent qu’il s’agissait bien de lui jusqu’à son arrestation et la saisie de sa jaguar par la brigade des meurs.
    Dans le reportage d’Ennahat, il n’y avait même pas une brigade des meurs car s’il y avait réseau , les journalistes aux langues de vipère auraient pu se retrouver écrasées par une voiture pas par hasard ou au mieux balafrées ou assassinées. Mesdames les pseudo-journalistes, si vraiment vous vous trouviez dans un réseau, aussi insignifiant soit-il, vous auriez eu de sacrés problème où votre vie aurait eté mise en péril.
    Il n’y avait pas de réseau mais que des mensonge pour salir les étudiantes. Par ailleurs, dans nos stades bâti avec des architectes mal formé sont bien devenus des hôtel de passe ou de vraies prostitué oeuvrent la nuit. Les scenes sont tous ces vestiaires de stades bâti après l’indemandance tant le côté sociale et cadastrale n’a pas été considéré avec rigueur par nos architectes que je n’ose dénigrer et qui peut être nos incompétent de gouvernant ont ôté les modules correspondant à l’etude sociale propre à chaque oeuvre. Pourquoi les stades bâti avant l’indépendance n’attirent pas ce sinistre commerce? Je pose la question à nos responsables de la DDTE. Nos villes sont devenues laides et les vestiaires de nos stades sont devenus des hôtel de passe avec la complicité des fonctionnaires de mairie. Les gardiens des stades ne sont rien d’autres que le dernier maillon de la chaine de proxénète qui peuplent nos mairie. Nous avons écrit au maire et au ministère. Comme seule réponse nous avons subi des représailles.
    Une femme qui boit une biere n’est pas une prostitué mesdames les pseudo-journalistes coiffées d’un torchon et dont le visage pour l’une est celui d’une psychopathe et pour l’autre celui d’un clown menteur. Mais vous vous êtes des clown qui ne faites rire personne et tout individu censé aurait compris que vous êtes de drôles d’aventurière en manque de lieu où vous reverriez de vous encanailler. Si vous voulez faire un reportage d’investigation dans la prostitution faites vous accompagner par la brigade des meurs car ces milieux là sont dangereux et dressés en réseaux avec la complicité parfois même de personnes très haut placées. Avez vous le courage de le faire? Bien sûr que non! Vous n’en avez pas le courage!!
    Vous n’avez rien decouvert, rien prouvé, rien montré. A part vos propos mensongers, vous n’avez rien montré. Ceux qui vous croient sont des faibles d’esprit ou des personnes sans aucun raisonnement logique.
    Si vous aviez rencontré un vrai réseau de prostitution, sans l’aide de la brigade des meurs, vous auriez eu pas mal de problèmes. Vous vous seriez trouvé à l’hôpital ou à la morgue.
    Mesdames les pseudo-journalistes, je vous conseille de vous former dans une ecole de journalisme ou de passer des examens, même si c’est par correspondance où l’on apprend les rudiment du travail journalistique.
    La prostitution est une vraie plaie de la société, mais hélas, elle ne se trouve pas là où vous êtes allées la chercher. A part quelques nymphomanes ou des couples parfois legitimes, vous n’avez rien montré dans ce reportage. Mais comme notre société est bien embrigadées contre les femmes, ce reportage a servi à tuer la femme socialement. Les seules femmes qui sont susceptibles de tomber dans la prostitution, sont celle qui ne font pas assez d’etudes pour comprendre les code de la société et décrocher des diplômes qui leur serviraient à avoir un travail convenable et honorable réalisant ainsi leur indépendance économique et cette dernière est la vraie liberté, quand on ne depend de personne financièrement et quand on fait un travail pour lequel on a passé des années à bachoter.
    Nos étudiantes ne sont pas des prostitués!!!
    Pendant le debat apres le reportage diffamatoire, la psychopathe pseudo-journaliste ne cessait pas de repondre par «  Ah si on n’était allé loin, vous auriez vu des images déplacées ». C’etait là son seul argument. Qu’appelle t-elle image deplacées? Une jeune fille en petite culotte dans sa chambre?
    A vous de juger. Puis le débat a été fait dans les studios d’Ennahar avec un arbitre en forme de patte à modeler et qui prenait parti des deux monteuses et menteuses de journalistes incapables d’apporter preuves et indices pour étayer leur propos vénéneux.
    Puis une remarque sur la directrice de la résidence. Rien à dire sauf qu’elle voulait descendre en flamme son chef et qu’elle avait l’air de dire qu’elle aurait mieux fait à sa place. J’ai envie de dire à cette femme que quand on parle à un si large auditoire on n’essuie pas ses commissures ses lèvres. Faire ce geste est vraiment hideux. Ayez les codes du vivre ensemble et présentez vous mieux avant de viser le poste de votre supérieur. Ayez un peu de logique. Vous ne finissez pas vos phrases laissant l’interlocuteur deviner vos élucubrations et votre manque de professionnalisme. Vous êtes aussi médiocre que ces pseudo-journalistes enfiévré de haine contre nos étudiantes futures cadres de notre pays.
    Avant de pointer du doigt les étudiantes, protégez les environs de la cité universitaire en interdisant aux automobilistes en maraude de tourner autour de la résidence. Ça c’est avec décret préfectoral que ça se fait. Faites en sorte que les chambres soient mieux équipées et plus dignes. D’après ce que j’ai pu voir dans quelques video, on y voit même des lit superposés comme à Auschwitz. La cuisine est merdique. Formez vos cuisinier bon sang de bon sang. J’ai vu là bas de l’espadon cuisiné à l’eau. L’espadon, un plat de luxe cuisiné comme de la pomme de terre bouillie. Donnez un peu plus de dignité à nos étudiants(es).
    Ou va l’argent destinés à l’enseignement supérieur. Ah oui, aux banques suisses, là où les comptes sont secrets pour assurer l’éternité à nos dirigeant et leur progéniture incapables de faire de études comme nos étudiantes contre lesquels vous avez décidé d’appliquer la mort sociale. Ici en France ou je vous écris, une nouvelle cité universitaire se dresse à 1km de chez moi. Elle a été achevé voilà 7ans. Il m’arrive de passer à coté des fenêtre qui donnent sur l’extérieur. Chaque chambre a un bloc cuisine. Je suis allé un jour demander les prix de la location où je voulais voir ma nièce habiter pour qu’elle ne soit pas loin de moi, j’ai pu avoir un Hourari à son poste, mais un houari, un blédard respectueux des lieux et de la rigueur de son travail. Il m’a fait visiter les lieux et m’a demandé de dire à ma nièce étudiante en Sorbonne de s’inscrire sur le site etc.. J’ai vu une laverie, un sèche-linge, une cuisine commune deux cuisinere, un micro-onde, des placard frigo avec cadenas mais qui étaient apparemment vide car chaque étudiant a un bloc cuisine dans sa chambre.
    Moi aussi j’ai résidé en cité universitaire, dans le sud ouest de la France et à Lyon. La résidence était toujours d’un standing irréprochable. La propreté y était exemplaire comme dans un couvent.
    Nous pouvons dénigrer les étudiantes mais avant cela, il faut leur fournir un milieu de travail et d’épanouissement
    Pour avoir dénoncé cela, l’administration vient de priver les étudiantes de haï ElBadr de moyens de faire leur cuisine.
    L’avenir de notre pays ce sont ces étudiants(es) que vous malmenez.
    Encore une fois, nos étudiantes ne sont pas des prostitués. Tandis que les pseudo-journalistes sont des psychopathes.
    Aux associations estudientines : Porte vous parti civile. Faites le travail pédagogique pour essuyer le venin de ces pseudo-journalistes et exigez de meilleurs droits.




    0



    0
    Rascasse
    25 décembre 2013 - 21 h 43 min

    Je suis curieux de connaître
    Je suis curieux de connaître la réaction de benflis lui qui risque d être convoqué par la justice de fakhamatouhou, je suis curieux de savoir s’il est toujours candidat benflis hahahaha




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2013 - 20 h 58 min

    Si vous lisez le livre
    Si vous lisez le livre « Bouteflika une imposture algerienne »…disponible sur le net gratuitement…vous aurez plus de question concernant Khalifa….




    0



    0
    lagrinche
    25 décembre 2013 - 20 h 02 min

    Il faut arréter de prendre
    Il faut arréter de prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages.El khalifa n’est pas la grande affaire du siècle mais plutot la grande supércherie de tous les temps!La seule morale que nous avions pu tirer de cette affaire c’est que nos résponsables ne sont pas intelligents (sic!).le citoyen Lambda savait que derrière cette grande kermess il y avait une grande bouffe!Que la précipitation de nos honorables dirigeants à fructifier l’argent publique est dicté par des considérations autres que le motif avoué et ce n’est pas le son des pleureuses aussi haut qu’il soit qui va changer la donne! pleure oh pays bien aimé!




    0



    0
    Anonymous
    25 décembre 2013 - 19 h 47 min

    Comme toujours vous ne
    Comme toujours vous ne comprenez rien a ce qui tourne autour de vous…Moumene revient au pays pas pour sa comdamnation mais pour sa liberation de la prison anglaise qui dure depuis 2007. Maintenant que notre revolutionaire malien a deja 2 pieds dans la tombe et un doigt en l air, Moumene peut revenir car il n a plus rien a craindre. Les clans mafieux heritier de l Algerie-Francaise se foutent completement de l argent, ils ont des milliards en france et en suisse. Pour eux, pour leurs enfants et meme toute leurs generations qui suivent.




    0



    0
    Ali Baba
    25 décembre 2013 - 19 h 16 min

    Ali-Baba a un vieux compte a
    Ali-Baba a un vieux compte a regler avec Abou-El-Khalifa, il a fait la demande au anglais pour avoir la peau de son fils depuis des annees. c est maintenant que ca a abouti, mais c est trop tard…Ali-Baba est mourant est Khalifa va enfin assister au obsèques d Ali-Baba en 2014, chose que Abou-El-Khalifa voulait organiser lorsque Ali-Baba avait deserte l ALN et s est fait pris par Abou-EL-Khalifa. Mais boumedienne l ange gardien etait la…pour des raisons…intimes 🙂




    0



    0
    Anonym
    25 décembre 2013 - 19 h 02 min

    @l’Apprenti,
    Ce ne sont que

    @l’Apprenti,
    Ce ne sont que des commentaires sans impact réel,la vie suis sont cours et tout se fera selon nos traditions habituelles,Cordialement




    0



    0
    l'apprenti
    25 décembre 2013 - 18 h 31 min

    Les commentaires sont un
    Les commentaires sont un indice de la vraie problematique Algerienne…
    aucun commentaire positive..c’est ce sens d’une perpetuelle lassitude et de vide mental..et d~excercice cerebral, qui rend presque chaque Algeien comme un zombie.. incapable d’être satisfait.. il veut justice et progrès en s’exculant lui même de l’equation..
    le doute et le rejet total de toute initiative.. il semble selon le commentaires ici.. que rien ne peut satisfaire un Algerien..

    Sans le savoir ils continent à vivre cette contradiction…
    ils veulent d~un coté voire des gens être juger mais en même temp ils ne font pas confiance à la justice..

    C’est vraiment une perte de temps…

    NB: je ne sais pas si c’est un glitch.. ou bien mes comentaires ont été éffacés




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2013 - 17 h 38 min

    Franchement,je trouve que ce
    Franchement,je trouve que ce type est un véritable patriote,tellement il aime son pays,il y reviens tout en jurant de ne plus le quitter et d’y rester à jamais,il va jusqu’à revoir ses anciens « amis » tous ensemble le meme jour,c’est fabuleux,c’est vraiment aimer sa patrie.




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2013 - 17 h 32 min

    c’est dommage que des cadres
    c’est dommage que des cadres algeriens ont été jettés en pature pour calmer une opinion qui ne demandait que justice et non « sacrifices de boucs émissaires » ;
    Allah ,l’Histoire et les Chouhadas jugeront ; rien ni personne n’est éternel pour cacher la vérité qui finira par éclater bien que le peuple en sait déjà quelque chose ;
    ceux qui ont « évité » la justice paieront tôt ou tard ;




    0



    0
    Mohamed eel Maadi
    25 décembre 2013 - 16 h 31 min

    Mon sentiment sur cette
    Mon sentiment sur cette affaire c’est qu’il n’y pas de vrai justice en Algérie alors je n’attend rien de toute cette mascarade .Je vous en prie cessez de prendre le peuple pour un con Merci




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2013 - 14 h 00 min

    on veut connaitre aussi le
    on veut connaitre aussi le sort des 40 voleurs




    0



    0
    jazairihorr
    25 décembre 2013 - 13 h 53 min

    c’est juste l’arbre qui cache
    c’est juste l’arbre qui cache la foret , c’est le dernier maillon de la chaine et c’est lui qui paye , il a accepté le mauvais rôle , plusieurs personnes du sérail ( civils, militaires et meme un certain syndicaliste milliardaire ),il aura la clémence et une peine réduite s’il joue le jeu et ne dénonce pas ceux qui l’ont manipulé et utiilisé cette éphémère groupe bidon pour laver l’argent sale mal acquit , son procès va etre une mascarade et on saura rien parceque ce qu’il sait monsieur khalifa fait sauter plusieur fois l’algérie , je dirai pas la république pour ne pas associer le mot bananière.combien y’a t-il d’affaire khalifa ?? une dizaine ou plus , mais une justice aux ordre n’est pas apte à juger ces algériens qui se disent patriotes la plupart du temps.




    0



    0
    oranies
    25 décembre 2013 - 12 h 43 min

    ok pour le khalifa .c un bon
    ok pour le khalifa .c un bon pas .mai pour les 5 milliard dolar…?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.