Affaire des magistrats faussaires : la Cour suprême rejette le jugement de la cour d’Alger

Benyoucef Mellouk, l’homme qui a révélé le fameux dossier des magistrats faussaires, peut crier victoire. Non pas qu’il ait gagné la guerre contre le système en place qui le traîne dans la boue depuis… 1992, mais pour avoir triomphé dans une des principales batailles pour la vérité. Les juges de la Cour suprême qui ont traité le pourvoi en cassation dimanche dernier ont tout simplement rejeté le jugement de la cour d’Alger qui avait condamné en mars 2010 ce moudjahid et ancien cadre au ministère de la Justice à quatre mois de prison ferme pour diffamation, confirmant le verdict prononcé à son encontre en première instance par le tribunal d’Alger. La machine judiciaire s’est liguée, avec une rare violence, contre ce courageux et honnête citoyen qui n’a fait que son devoir en dénonçant ces juges qui ont eu recours au faux pour se faire délivrer les fameuses attestations communales qui leur ouvraient grandes les portes des avantages accordés aux moudjahidine. Mais cette machine, jusque-là bien huilée, s’est brusquement grippée. Un vrai miracle. M. Mellouk nous a indiqué qu’il a appris la nouvelle par le biais de son avocat, Me Mokrane Aït Larbi. Les concernés s’attendaient à tout sauf à ce dénouement heureux dans une affaire qui opposait M. Mellouk à deux anciens ministres, celui de l’Intérieur, Mostefa Mohammedi, et celui des Moudjahidine, Mohamed Djeghaba, cités tous deux dans ce dossier de faussaires. Du moment que la Cour suprême a renvoyé l’affaire devant la cour d’Alger, le dossier sera rouvert de nouveau. Ce sera, en effet, l’occasion pour M. Mellouk et Me Aït Larbi de revenir en détail sur cette affaire grave, mais qui n’a suscité aucune réaction de la part des plus hauts responsables de l’Etat, y compris le président Bouteflika à qui le dossier a été remis dès son installation à El-Mouradia. Il est vrai que parmi les personnes citées dans le dossier des faussaires, certaines ont même été nommées à de hautes fonctions au sein de l’Etat et dans les structures judiciaires. L’un de ces trafiquants, puisqu’il s’agit bien de trafic, a même occupé un moment les fonctions de directeur général, tenez-vous bien, de l’Office central de répression de la corruption ! La décision de la Cour suprême donne en tout cas une chance pour le triomphe de la vérité. Mais cette mafia qui s'est répandu au sein du système judiciaire va-t-elle lâcher prise ? Rien n’est moins sûr, lorsqu’on sait que le dossier avait disparu au niveau de la Cour suprême durant des mois avant d’être retrouvé. Rien n’est gagné d’avance face à une justice, pour le moins qu’on puisse dire, imprévisible.
Amine Sadek
 

Comment (13)

    samiramine
    2 janvier 2014 - 21 h 29 min

    Vous êtes un homme courageux
    Vous êtes un homme courageux M.MELLOUK.




    0



    0
    Anonyme
    2 janvier 2014 - 12 h 46 min

    BRAVO M. MELLOUK ET BRAVO
    BRAVO M. MELLOUK ET BRAVO AUSSI AUX JUGES DE LA COUR SUPRÊME ACTUELLE POUR LEUR LOYAUTÉ ET LEUR COURAGE.CELA FAIT HONNEUR A LA JUSTICE MÊME AVEC LA PRÉSENCE DE CERTAINS MAGISTRATS VÉREUX.
    LA JUSTICE FINI TOUJOURS PAR TRIOMPHER.




    0



    0
    noui
    1 janvier 2014 - 9 h 45 min

    a salem harhlikoum
    je suis un

    a salem harhlikoum

    je suis un mellouk avec tout le respect que je vous dois a si hergez

    il nous faut des hommes de votre trempe

    barakla ou fik

    harbet y koun mrek




    0



    0
    Anonyme
    31 décembre 2013 - 20 h 32 min

    Bravo,M.Mellouk, enfin que la
    Bravo,M.Mellouk, enfin que la lumière soit et que la vérité sort au grand jour et que ce dossier soit relancé pour mettre a nu les faussaires.
    Je souhaite que la cour aura tous le courage de vous rendre justice et l’opprobre soit sur les visages des faussaires et de vos antagonistes qui tentent de vous jeter encore en prison. Rabi maak,




    0



    0
    elhadj
    30 décembre 2013 - 17 h 27 min

    comment et par quels moyens
    comment et par quels moyens l’état va t il récupérer le montant du préjudice qu’il a subi correspondant aux avantages pécuniaires dont ils ont bénéficié depuis des lustres avec les fausses attestations communales.pour bien gérer ce pays il faut un renouvellement générationnel des cadres, une justice impartiale et efficace,des députés capables et engagés pour la seule défense des intérêts du pays et du peuple , représentants réels des citoyens.les faussaires devront être sanctionnés sévèrement pour que le citoyen accorde du crédit à sa justice, à son état et sorte de sa démobilisation.




    0



    0
    Anonyme
    30 décembre 2013 - 17 h 25 min

    et les aux moudjahidines qui
    et les aux moudjahidines qui se pavanent dans nos institutions?




    0



    0
    algerienmeskine
    30 décembre 2013 - 16 h 16 min

    tout semble etre la bataille
    tout semble etre la bataille qu’on gagne quand on va tout perdre!!!




    0



    0
    salim
    30 décembre 2013 - 15 h 26 min

    L’affaire des magistrats
    L’affaire des magistrats faussaires est une honte. De plus un responsable du ministère de la justice désigné pour effectuer un travail se trouve sanctionné, car justement il a fait son travail, c’est un comble.




    0



    0
    Abou Stroff
    30 décembre 2013 - 13 h 27 min

    j’attends de voir la suite!
    j’attends de voir la suite! en effet, les magistrats de la cour suprême ne sont pas tombés du ciel, n’est ce pas? n’ont ils pas été nommés par notre bienaimé fakhamatouhou national? ne sommes nous pas en pleine « campagne électorale »? à toute ces questions, la réponse la plus évidente est que notre bienaimé fakhamatou national est en train de manoeuvrer pour assoir les conditions idoines à sa réélection.
    PS: on peut être heureux pour Monsieur Mellouk mais le système est tellement pourri (il est encore plus pourri depuis l’arrivée de boutef sur un char de l’armée) que l’individu lambda a du mal à croire que le justice va être réellement rendu. au fait, les ministres impliqués sont ils toujours vivants?




    0



    0
    BENKALFATE
    30 décembre 2013 - 13 h 24 min

    Le comble un trafiquant,
    Le comble un trafiquant, directeur général de l’office central de la répression de la corruption.




    0



    0
    SADEK
    30 décembre 2013 - 13 h 15 min

    j’en suis sur et certains que
    j’en suis sur et certains que ces faussaires sont apparus apres le fameux article 120 des années 80
    a toute




    0



    0
    Algerien
    30 décembre 2013 - 12 h 34 min

    Pauvre de nous, si vous jetez
    Pauvre de nous, si vous jetez un coup d’œil dans les dossiers des DRH des entreprises nationales et administrations, vous découvrirai l’impensable, Presque 60%des recrutements et nominations sans diplomes ou des diplomes minables sans valeurs, juste pour gonfler un dossier.
    Merci Mr Si Mellouk pour votre honnetete.




    0



    0
    Victoire
    30 décembre 2013 - 11 h 21 min

    En voici une information qui
    En voici une information qui augure du triomphe de la Justice en terre d’Algérie!
    Victoire à ses enfants les plus sincères et les plus endurants.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.