Craintes injustifiées

Par Karim Bouali – Après avoir vu passer le «printemps arabe», qui a laissé derrière lui des pays dévastés et instables, l’Algérie, épargnée, a entrepris de se «mêler» à son tour, mais à sa manière – «fraternelle» –, des affaires de ses voisins, pour des raisons de sécurité régionale, menacée, et aussi de solidarité parfaitement compréhensible fondée sur la proximité géographique et historique. Il n’est pas inutile de rappeler encore une fois la responsabilité des pays occidentaux, particulièrement les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ainsi que celle de l’Otan, dans les drames vécus aujourd’hui par les populations de notre région pour laquelle un concept géostratégique spécial a été forgé : Mena. Pour sortir de la spirale déstabilisatrice, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et la Syrie peuvent compter sur l’Algérie, aujourd'hui relativement stable politiquement et à l’aise financièrement. Et s’agissant particulièrement de la Libye et de la Tunisie, ouvertement visées par des opérations de type néo-colonial, il n’est pas exagéré de dire que seule l’Algérie est en mesure de les aider efficacement, tout en respectant leur souveraineté. Les Tunisiens sont échaudés par l’expérience qui a mis en évidence la soumission totale du parti islamiste, Ennahda, au Qatar. Ils deviennent subitement plus pointilleux sur la souveraineté nationale dans ses aspects essentiels : dignité nationale et refus d’ingérence étrangère. Mais leur crainte s'étend, de façon injustifiée, au voisin algérien que certains accusent à demi-mot de vouloir exercer son hégémonie sur la Tunisie. L’assistance qu’apporte notre pays à ses voisins n’a rien de commun avec l’ingérence du Qatar et ses prétentions hégémoniques, facilitées en Tunisie par le parti islamiste au pouvoir. L’Algérie a dû pâtir elle aussi plus d'une décennie durant d'une violence inouïe provoquée par le terrorisme et d'un isolement sur le plan international. Elle comprend parfaitement les préoccupations des Tunisiens. Mais ce n’est pas dans l’isolement que ces pays pourront s’en sortir. C’est l’avis de l’Algérie, réaffirmé encore tout récemment par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à propos de l’Egypte.
K. B.
 

Comment (7)

    Mohamed eel Maadi
    2 janvier 2014 - 15 h 55 min

    Seul l’Algérie dans le
    Seul l’Algérie dans le respect des souverainetés nationales( d’ailleurs, c’est notre tradition depuis 50 ans) peut efficacement aider La Tunisie, la Libye et les autres pays en prise a des déstabilisations par l’entremise de l’islam politique (soutenu, financé, armé par les occidentaux) .Les voix de l’étranger qui accusent l’Algérie d’ingérence sont absurdes et sans fondement et ceci participe également a la désinformation générale et sert de prétexte à cacher les réels enjeux des partis islamiste (l’islam a bon dos) qui est de soumettre toute la région du Maghreb aux mains de forces obscures et de rétablir un semblant de califat qui reviendrais bizarrement au Roi du Maroc du Maroc dont nous connaissons ces accointances avec les sionistes . L’Algérie doit aider le plus légalement possible ces pays a trouver une entente pour ses propres intérêts et ceux de la région, mais elle doit également faire preuve de fermeté et dire qu’elle ne restera pas les bras croisés si notre pays devient une cible.




    0



    0
    selecto
    2 janvier 2014 - 15 h 44 min

    Toute aide à la Tunisie, la
    Toute aide à la Tunisie, la Libye ou Mauritanie devra être conditionnée par la reconnaissance du droit du peuple Sahraoui à l’autodétermination, sinon niet.




    0



    0
    S.S.A
    2 janvier 2014 - 15 h 36 min

    Assalam Ou3laykoum
    A

    Assalam Ou3laykoum
    A 00213
    C’est vrai, mais je ne pense pas qu’il faut souhaiter pour autant la partition de la Libye, c’est vrai qu’ils sont tarés, et nous ont montré une autre facette de la barbarie mais ils ne sont pas aussi vicieux que les marocains Makhzenisés, aussi méchants, fourbes, sournois.
    Il y a eu des hauts et des bas par le passé(notamment la chasse à l’Algérien au milieu des années 1990) mais même avec tous ces problèmes, nous ne les logeons pas à la même enseigne Makhzennienne, il est possible avec les Libyens comme les Tunisiens de construire car ils sont quand même intelligents pour la majeure partie et savent que leurs intérêts est d’avoir de relations saines avec un voisin fort dans ses convictions politiques et sa doctrine de non-ingérence.
    Pour le Général Sissi, c’est un Vrai Djamel Abdnasser BIS, il a le soutien du peuple comme lui, il est secondé par une garde patriotique, bonne croyante et pratiquante, jeune et déterminée à redresser le pays en assainissant tout le territoire du fléau cancérigène islamiste armée ou non.
    Si on savait, on aurait liquidé Hitler pendant la 1ere guerre mondiale pour éviter la 2eme, aujourd’hui, on sait que l’islamo-fascisme veut un genre de IV Reich Islamiste Mondial ou l’élite ne serait acceptée qu’en nombres de génuflexions sur le sol et au diamètre de la marque du Dajjal sur leurs fronts.
    Hamdoullilah, l’Egypte s’est ressaisi à temps et en nous rejoignant, elle à contribué par impulsion au réveil des peuples endormis comme en Turquie où le Hak reprend peu à peu son droit, en Tunisie où les nahdaouistes ont reculé d’une manière significative et si le peuple Tunisien sait bien voter cette fois, ce pays redécollera et nous l’y aiderons car nous avons tout à gagner a avoir des alliés que des ennemis en continu, et pas question de les abandonner si le terrorisme islamo-fasciste prend de l’ampleur chez eux bien au contraire.
    La Libye, seule une fédération peut apporter un début de solution par une république fédérale de tous les Libyens, en rétablissant tous les acquis positifs du précédent régime à l’ensemble de la population, dans un premier temps pour calmer les plus extrémistes et construire leurs État dans la paix et le calme, et dans un second temps, réfléchir sur la présence bénéfique ou non de certaines sociétés étrangères qui font du profit sur leur sol et sous-sol.
    Et l’ennemi à l’Ouest reste l’ennemi, rien à dire de plus…que tout le monde ne sait.
    Assalam Ou3laykoum.
    Bonne année internationale 2014 à tous les patriotes et toutes.




    0



    0
    Anonyme
    2 janvier 2014 - 14 h 08 min

    il n’est pas exagéré de dire
    il n’est pas exagéré de dire que seule l’Algérie est en mesure de les aider efficacement…Ah oui je suis d accord avec vous, c est pas exagere, c est plus grotesque que absurde, LOL.




    0



    0
    algerienmeskine
    2 janvier 2014 - 13 h 14 min

    Le peuple frere tunisien est
    Le peuple frere tunisien est fragile et inexperimenté en matiere de securité et utilisation de la force pour se’en sortir,une certaine frange croit au pere noel et s’en prend automatiquement a ceux qui lui sont le plus proche,sachant qu’ils ne vont pas les violenter!!!




    0



    0
    S.S.A
    2 janvier 2014 - 13 h 10 min

    Assalam Ou3laykoum
    Aider ces

    Assalam Ou3laykoum
    Aider ces pays à se reconstruire. Ok, mais tout doit être négocié dès le départ, notre politique doit être leurs visions également, nous ne les soutiendrons que s’ils nous soutiennent dans notre approche internationale et sur la question du Sahara Occidental Occupé par la seule tyrannie du 21e siècle encore en vigueur.
    Une union Africaine et surtout pas D’UMA personne n’en veut juste a cause du terme Maghreb qui renvoie au Makhzen et ils seraient très content de cet UMA, juste l’Union Africaine sans le Maroc et le laisser dans son coin crever sans aucune Rahma de notre part, oui qu’il crève, le Maroc du Makhzen, nous ne vous aiderons jamais, jamais au contraire si on peut aider à pousser pour que tu tombes du Stahh.
    La Libye et la Tunisie doivent rentrer dans le rang Algérien ou alors ils se démerdent, on les aident pas gratuitement, on aide mais avec engagements et changements de politiques et alignements sur les positions Algériennes concernant toutes les questions de géopolitiques et de géostratégie.
    Notre Heure est venue ou nous existons en tant que super-puissance régionale ou nous disparaissons si nous sommes des lâches.
    Assalam Ou3laykoum.




    0



    0
    00213
    2 janvier 2014 - 12 h 28 min

    Pour ce qui est de la
    Pour ce qui est de la Tunisie, on assiste effectivement à une petite campagne médiatique anti-algérienne.
    Celle-ci n’est pas flagrante mais elle est lente et pose les jalons d’une future opération de communication beaucoup plus agressive.
    Après avoir étudié de plus prés les sources de ces nombreuses fausses rumeurs et autres torchons pro-qataris, les noms de quelques instigateurs ressortent assez régulièrement.
    Ils ont pour point commun d’être issus de hautes formations universitaires, d’avoir des relais institutionnels auprès de la diaspora tunisienne en France, en Italie et en Libye, et de maitriser parfaitement les canaux de communication.
    Mais surtout, ils sont de fervents sympathisants du mouvement Ennahdha, car on retrouve souvent les mêmes dispositifs distillant subtilement des éloges complaisantes sur la gestion gouvernementale (catastrophique) des larbins des Tamim.
    Malgré ces parasites bien rémunérés, la plupart de nos frères tunisiens revendiquent haut et fort l’implication PROFONDE de l’Algérie en cette période trouble, jusqu’à même demander la possibilité d’intervenir militairement chez eux.
    .
    Notre position sur l’attaque syrienne fait de nous l’ennemi des gouvernements arabo-musulmans (soumis), mais paradoxalement elle fait aussi de nous les « courageux » auprès d’une grande partie de leur peuple respectif (la fameuse majorité silencieuse).
    .
    Pour la Libye, la récente sortie de Sellal nous a changé de son carcan « tout va bien en Algérie » (même si un cancéreux peut attendre 4 mois pour un vulgaire scanner).
    Cette visite sera sans doute un tournant dans les relations avec ceux qui ont tué leurs pères.
    J’aurais plutôt opté pour une répartition de la Libye en 3 morceaux au profit de la Tunisie, l’Égypte et nous.
    Ou encore pour le soutien d’un mouvement pro-khadafiste avec à sa tête un de ses fils.
    Je ne sais pas si collaborer avec un gouvernement qui n’est pas capable de se protéger lui-même nous avancera à quelque chose.
    C’est un coup de poker qui se joue car si l’état libyen se relève et qu’on les aident, on aura gagné un précieux allié à condition de faire une bonne purge dans leurs différentes institutions et de nettoyer à la sulfateuse les résidus alqaidistes de l’OTAN.
    Wait and see…
    .
    Quant à l’Égypte, c’est tellement complexe, qu’on ne sait pas pour l’instant si c’est une énième tentative de manipulation assaisonnée par Tel-Aviv, ou bien l’émergence d’un réel nouveau mouvement nationaliste arabe à la sauce Boumédiene.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.