Un Conseil de gouvernement pour désengorger les routes de la capitale

Les interminables bouchons sur les routes d’Alger semblent affecter même les officiels dont les cortèges peinent à se frayer un chemin. Ainsi, ce problème sera prochainement examiné dans un conseil de gouvernement. L’annonce a été faite aujourd’hui par Tayeb Belaïz, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, en marge d’une visite de travail dans la wilaya d’Alger. «L’axe le plus urgent sur lequel il faut insister est celui du problème de la circulation automobile qu’il faut arriver à régler le plus vite possible», a-t-il déclaré à la fin d’un exposé sur le plan stratégique de modernisation de la ville. Le ministre de l’Intérieur dit ressentir les souffrances de la population d’Alger. Il estime que «les citoyens endurent le martyre pour se déplacer à l’intérieur de la capitale». Il faut donc, ajoute-t-il, accorder toute la priorité à ce problème. Pour illustrer l’intérêt du gouvernement à la circulation routière à Alger, M. Belaïz assure d’emblée que c’est une première ce fameux «Conseil de gouvernement consacré aux problèmes de la capitale». Une question mérite d’être posée : un Conseil de gouvernement peut-il régler rapidement un problème aussi complexe que celui de la congestion des routes de la capitale ?
Sonia B.

Comment (28)

    AldjazairI
    9 janvier 2014 - 15 h 23 min

    CAUSE et EFFETS : Il est
    CAUSE et EFFETS : Il est opportun de faire une évaluation (diagnostic) objective de la situation qui fera sortir les causes et les effets du problème (DRAME).
    Au terme de ce constat, il serait impératif de s’attaquer aux causes, si douleureuse soit la solution préconisée, et non aux effets, comme celà était le cas auparavant.
    Un remede qui soulagera Alger sur cinquante et plus !!!!
    Rien ne sert à courrir….

    jazairia
    8 janvier 2014 - 23 h 28 min

    Mon constat:problème
    Mon constat:problème d’organisation des commerces

    1- Alger notamment Kouba avec Jolie-Vue et Garidi et les sources c’est devenu un espace de grossistes. Donc renvoyer ces grossistes du coté de Khemis el khechna ou Tabainet. ça libèrera une partie d’Alger.

    2- Les camionnettes et les petits camions chinois fournis aux jeunes qui ont font des jouets et ne cessent de créer de 7h30 le matin et après 19h le soir car leur travail doit être en dehors de la ville.

    3- Les parkings de metro doivent être agrandi notamment celui du Lotissement.

    4- Faire passer un test psychotechnique à ceux qui passent le permis afin de ne l’accorder à ceux qui sont mures car une majorité d’automobiliste n’ont aucun respect pour les autres et sont sans scrupules. Ils ne cessent de narguer d’autres automobilistes plus âgés croyant qu’ils sont meilleurs conducteurs et même créent des accidents.

    Adlane
    8 janvier 2014 - 20 h 11 min

    Nos responsables ne
    Nos responsables ne s »intéressent qu’à leur propre intérêt, sinon comment ne pas développer les transports en commun et principalement le tram car ce dernier est la solution idéale comme dans toutes les grandes villes du monde. Mais malheureusement, le prix du petit rançon qu’ils ont réalisé est inabordable pour le citoyen et à ce titre il l’encourage à prendre son véhicule que le tram qui lui revient plus cher. Dans les autres pays’ le tram concurrence largement les autres moyens de transport, alors que chez nous, il l’ont transformé en un moyen de luxe inaccessible même à la classe moyenne alors qu’il devrait être un moyen de transport de masse. Du moment que nos responsables ne prennent jamais ce moyen de transport alors ils ne savent pas qu’il peut résoudre le problème de circulation à Alger car il va encourager les gens à ne pas utiliser leurs véhicules et il sera par ailleurs plus rentable grâce au nombre plus grand de personnes qui vont le fréquenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.