Une rescapée d’In Amenas : «La prise d’otages a sans doute été facilitée par des complicités»

Un an après la terrible attaque terroriste du site gazier d’In Amenas, une survivante revient sur ces dramatiques événements et jette un véritable pavé dans la mare. Dans un entretien à l’hebdomadaire français JDD, Murielle Ravey, infirmière urgentiste, affirme qu’une prise d’otages d’une telle ampleur n’aurait pas pu être effectuée aussi rapidement et facilement sans l’existence de complicités à l’intérieur du site. «La prise d’otages a sans doute été facilitée par des complicités et par un relâchement de la sécurité sur le site dans les semaines précédant l’attaque», fait remarquer cette infirmière de nationalité française qui relève dans ce sillage la faillite totale de la sécurité du site, dirigée par un Britannique. Il s’agit de Paul Morgan, l’un des premiers expatriés à mourir lors de l’attaque. Ce chef de la sécurité du site s’est confié à Murielle Ravey quelques jours avant la prise d’otages. «Il s’est confié à moi comme beaucoup de travailleurs employés sur le site et il m’a avoué qu’il achevait sa dernière vacation, qu’il s’en allait, que la sécurité lui échappait totalement et qu’il ne pouvait plus rien contrôler», souligne-t-elle dans le même entretien. Ce directeur de la sécurité du site lui avait également fait état de «la venue récente d’hommes en armes dans les bureaux de l’usine, ce qui est formellement interdit». «Lorsque je suis revenue de mes vacances de Noël le 27 décembre, le couvre-feu avait été décalé d’une heure sans que personne ne l’explique», témoigne-t-elle encore, s’étonnant ainsi de ce relâchement sécuritaire dans une zone désertique proche de foyers de guerre (Libye, Mali…). Autre point relevé par cette rescapée : c’est le fait que British Petroleum et Statoil n’avaient pas procédé à la réactualisation des protocoles de sécurité pour les faire adapter au nouveau contexte marqué par un risque accru d’attaques terroristes suite à la chute du régime de Kadhafi et le chaos qui s’est installé en Libye frontalière. Un constat qui remet au grand jour la question de la sécurité des sites pétroliers qui devrait être totalement repensée. L’infirmière urgentiste a également affirmé n’avoir jamais eu peur comme à Tiguentourine du fait que les terroristes étaient d’un déterminisme jamais vu même lors de ses missions au Kosovo. «Non seulement parce qu’on savait que les terroristes se livraient sur la base de vie, dont nous étions éloignés, à des exécutions sommaires, mais parce qu’on a ¬entendu par radio l’un de leurs chefs menacer de faire sauter l’usine», raconte-t-elle, confirmant ainsi la version officielle du gouvernement algérien sur la volonté des terroristes de faire sauter le complexe gazier. Un plan qu’ils n’ont pas pu mettre à exécution grâce à la célérité et l’efficacité avec laquelle les forces spéciales algériennes sont intervenues.
Hani Abdi

Comment (28)

    Anonyme
    13 janvier 2014 - 22 h 26 min

    c’est bien dommage que cette
    c’est bien dommage que cette salope ait pu trouver de braves gens pour la sauver et au péril de leur vie d’une mort certaine.sinon elle ne serait pas aujourd’hui en train frimer en jouant l’experte en sécurité et au passage faire de la pub pour son machin de livre,mercantilisme oblige.




    0



    0
    lahcen
    12 janvier 2014 - 15 h 09 min

    La malheureuse ,elle voulait
    La malheureuse ,elle voulait juste que son livre marche , quant a être reconnaissante a ceux qui l’ont sauvée, nos soldats n’ont pas besoin ,ils ont fait leur devoir de défendre leur pays et laisser nos ennemis aboyer .Le seul pays qui a battu le terrorisme ,c’est bien l’ALGERIE ,NON ??????????? Même les grandes puissances ont échoués .Vive l’ANP ,Vive l’ALGERIE




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.