Les élèves ont repris le chemin de l’école : la fin du conflit intercommunautaire à Ghardaïa ?

Tous les enfants mozabites ont repris aujourd’hui le chemin de l’école après avoir été gardés à la maison à cause du risque de reprise des violences. Les garanties données par les autorités, aussi bien au niveau local que central, semblent ainsi avoir convaincu l’association des parents d’élève de mettre fin au boycott de l’école. En concertation avec la cellule de suivi du M’zab, les représentants des parents ont, en effet, appelé à la reprise dès aujourd’hui. Les commerçants, en grève depuis près d’une semaine, ont également suspendu leur mouvement de protestation. Cela même si beaucoup de magasins sont restés fermés aujourd’hui en raison de l’absence de marchandises, transférées dans des lieux de stockage dans le sillage des actes de vandalisme et de saccage de commerces. En tout, 33 magasins ont été incendiés. Le dispositif sécuritaire a été davantage renforcé, notamment autour des écoles pour éviter le moindre fâcheux incident et maintenir l’ordre public. Les représentants des deux communautés en conflit depuis plusieurs semaines se disent satisfaits de l’évolution de la situation et apprécient les engagements du secrétaire général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Ahmed Adli, un enfant bien connu dans la région pour avoir servi par le passé en tant que wali. «Des efforts d’envergure sont consentis par l’ensemble des acteurs concernés pour la prise en charge des personnes touchées lors de ces malheureux événements, notamment la réhabilitation, la restauration et le traitement du bâti menaçant ruine ou fragilisé, tels les habitations et locaux commerciaux dans les quartiers affectés par les échauffourées dont a été le théâtre la ville à la fin de l’année dernière», a indiqué M. Adli lors de son déplacement dans cette wilaya pour s’enquérir de la situation. Il a assuré que tous les moyens ont été mis entre les mains des autorités locales pour régler définitivement le conflit. «Un comité ad hoc composé de spécialistes a été mis en place pour le recensement des locaux fragilisés et l’identification des besoins de la population affectée par ces évènements, à l’effet d’une prise en charge», a-t-il signalé. La mise en œuvre de l’initiative du Premier ministre est en cours. Au-delà du dégagement de ressources pour des projets de développement au profit de la population de cette wilaya, le gouvernement tente de mettre des passerelles entre les deux communautés pour un dialogue permanent. Cela afin de mettre fin définitivement à ces affrontements intercommunautaires qui reviennent cycliquement dans la vallée du M’zab.
Sonia B.
 

Comment (3)

    SiZineddine
    7 janvier 2014 - 23 h 40 min

    Il faut soutenir leM’Zab
    Il faut soutenir leM’Zab




    0



    0
    Anonyme
    7 janvier 2014 - 22 h 22 min

    Rien du tout ! le problème
    Rien du tout ! le problème reste entier et n’a fait que mettre à nu les intentions et les pratiques des mercenaires, l’appel du MAK pour soutenir le MZAB par des manifestations à Paris et en Kabylie et révélateur !




    0



    0
    cirta
    7 janvier 2014 - 17 h 49 min

    Tout est bien qui finit bien,
    Tout est bien qui finit bien, HamdouAllah
    Les extrémistes et les voyous de tous bords doivent être combattus avec force
    Ghardaia a le droit de vivre en paix comme le reste du pays
    Les provocateurs rodent, les pourvoyeurs de la fitna ne sont pas loins, les instigateurs de l’ombre n’attendent qu’une chose, provoquer le chaos mais le peuple ne les laissera pas faire
    Tahya EL Jazair




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.