Les dissidents du FFS créent un Forum socialiste

En moins d’une semaine, les dissidents du FFS à Béjéïa sont arrivés à s’organiser en dehors des structures du parti autour d’un «Forum socialiste pour la liberté et la démocratie», choisi comme cadre structurel tout à fait autonome, lequel devrait prochainement prendre la forme d’un parti politique. La création de cette nouvelle formation a été annoncée à l’issue d’un meeting organisé samedi à la maison de jeunes de Chemini, 70 km à l’ouest de Béjaïa, en présence de plus de 200 participants issus de la fédération et des sections démissionnaires de la wilaya de Béjaïa, auxquels se sont ralliés des représentants démissionnaires également de la wilaya de Bouira et d’anciens militants de 1963. Selon le député et ancien président du conseil fédéral, Khaled Tazaghart, «plus de 700 militants ont, en effet, rendu définitivement le tablier» pour créer un «nouvel espace organisationnel, où tous les militants déçus par la ligne et les nouvelles orientations de la direction du parti puissent se retrouver». L’orateur ajoutera que «le forum sera ouvert à tous les militants de conviction socialiste qui s’inspire de la Déclaration de Novembre 1954 et de la philosophie générale du FFS, notamment ses idées inhérentes à la démocratie, aux libertés individuelles et collectives, aux droits humains et à la fondation d’une seconde République». Pour rappel, la démission collective du conseil fédéral de Béjaïa, le 1er janvier dernier, a donné lieu à une vague de défections à travers plusieurs sections de la wilaya. Au niveau de la seule section communale de Béjaïa, 124 militants avaient annoncé leur démission, suivie de celles de Chemini, d’Ighram et d’autres localités où le FFS détient la majorité. Conduite par un militant très actif, Khaled Tazaghrt, cette nouvelle fronde risque de sonner le glas du vieux parti d’opposition dans ce qui est considéré comme son fief principal. Selon nos informations, le Forum socialiste naissant ambitionne d’ores et déjà de fédérer tous les forces dissidentes du FFS qui sont restées sans perspectives, notamment celles regroupées autour de Karim Tabou et Djamel Zenati.
Rabah Aït Ali
 

Comment (9)

    maysar
    22 janvier 2014 - 15 h 13 min

    je ne suis pas contre la
    je ne suis pas contre la libre organisation et la libre expression , mais la multiplication de sigles de partis politiques sur une scène où les courants politiques sont connus , identifiés et répertoriés est inutile et contre-productif !
    Au lieu de fédérer les forces par familles politiques et aider à la décantation, on assiste à une inflation de pseudo-partis politiques dont la composante humaine ne dépasse pas le nombre de doigts d’une seule main , et leur contenus ne sont inspirés ni par les préoccupations quotidiennes du peuple , ni par les courants politiques et philosophiques qui la traversent !
    Et dire qu’au plus fort de l’ouverture politique en Algérie , il n’ y avait pas plus d’une quinzaine de partis , toutes tendances confondues !




    0



    0
    AnonymeLIBRE
    21 janvier 2014 - 9 h 30 min

    le député Nordine Berkani,et
    le député Nordine Berkani,et responsable de dilapidation des milliards de centimes dans des marchés douteux et trafic foncier dans la ville de tiziouzou
    Bien entendu ,Mr l’Askri ne nous en dit pas mot des 4 ex Présidents APC (FFS ) de Tizi -Ouzou jugés et condamnés pour dilapidation de milliards de centimes dans des marchés douteux et trafic foncier ect… Si on attribue les scandales commis par des Ministres au Président de la République (à son insu ou non), il va de même aussi pour le S/G du FFS (suivant sa logique)pour qu’ il assume aussi sa responsabilité sur les dérives de ses P.APC. C’est beau de s’opposer à la corruption comme mal hautement préjudiciable à l’économie du pays et à son image, mais plus beau serait encore si chacun balai devant sa porte avant de regarder celle des autres. Aller jusqu’ à Ghardaia pour le dire et dire surtout que par rapport “au climat politique actuel malsain, marqué par des scandales ” j’ai boycotté l’ouverture de la session printanière de l’APN, c’est de l’hypocrisie politique et de la surenchère.En ne participant pas à l`ouverture d`une session parlementaire dont on a cautionnée sa légitimité, c`est une manière d`utilisation de l`argent de l`état voire, du peuple à des fins partisanes contraire à la réglementation..
    Dans son discours son excellence le président de l`APN avait mentionné dans le programme de son institution (pouvoir législatif) des enquêtes parlementaires et autres…
    Alors, crier à la pollution politique tout en l`amplifiant par un populisme c`est du TAB DJNANOU Helvétique…
    Best regards




    0



    0
    velaidh
    20 janvier 2014 - 21 h 20 min

    Qu’est ce qu il.peut y avoir
    Qu’est ce qu il.peut y avoir de serieux avec deux boys deputes
    du systeme Zenati et Tazaghart qui ne quittent
    jamais les bars avec leurs chefs.
    Autrement l idee est genial mais de serieux ne peut se faire
    avec ces deux eternels adolescents.




    0



    0
    Anonyme
    20 janvier 2014 - 13 h 22 min

    Comment s’étonner que des
    Comment s’étonner que des Algériens à bout de patience et accablés par des conditions de vie qui se détériorent de jour en jour soient tentés par d’autres voies d’expression surtout quand tous les espaces politiques ont été verrouillés et pervertis?

    La rue est devenue le seul recours, le dernier lieu où exprimer sa révolte.
    Comment s’étonner quand les institutions préfabriquées sont à ce point inopérantes, discréditées et squattées par des intérêts claniques?
    Comment parler de menaces contre la République quand il n’y a rien de public, que les espaces sont privatisés et que l’opposition démocratique est paralysée ?




    0



    0
    jeu d'enfant
    20 janvier 2014 - 11 h 23 min

    Que KHALED TAZAGHART
    Que KHALED TAZAGHART demissionne de l APN pour prouver son engagement




    0



    0
    mohend
    20 janvier 2014 - 9 h 28 min

    il faut revenir au FFS
    il faut revenir au FFS authentique celui de YAHA ABDELHAFIDH et de BESSAOUD MD ARAB et dégager cette secte d’aristocrates maraboutique incarné par AIT AHMED qui veut léguer le parti à sa filiation (BALOUL et sa clique maraboutique)et faire appel aux anciens ZENATI, SAID KHELLIL…et les jeunes cadres écartés injustement par les comploteurs maraboutiques qui avec leur participation tactique.




    0



    0
    pour zenati
    20 janvier 2014 - 8 h 59 min

    Les kabyles doivent plutot
    Les kabyles doivent plutot reflechir a la prise en charge
    de leur DESTIN et non pas penser socialiste,n
    ationaliste…
    Mais ça les DEPITÈS retraités ou en fonction ne
    l’admettent pas: 50 millions en jeu.
    Posez la question a Djamal ou Tazaghart!
    Les hotels SOFITEL ou Aurassi et les whisky avec chefs ,
    les officiers de probation leur manquera..
    Vous voulez savoir plus ?




    0



    0
    Horizon
    19 janvier 2014 - 20 h 53 min

    Ce parti FFS et un parti de
    Ce parti FFS et un parti de conspirateur avec l’ennemi contre l’Algérie .
    Ce parti est infiltré de collaborateur qui prennent leur ordres auprès des occidentaux et exécutent leurs plans dans le dos du peuple Algériens et Algériennes.
    Ils tentent de semer la FITNA au sein de notre peuple entre Algériens par différents moyens , les représentants syndicales , les ONG , des associations tout azimuts par des presses propagandistes fantoche et créer à des fin scabreux etc …etc…
    Ce parti doit-être éjecter par tout les moyens loin de la seine politique et public.
    Il ne doit plus être autorisé de paraitre pinions sur rue .
    Seulement en basse court….




    0



    0
    jiji
    19 janvier 2014 - 14 h 53 min

    Encore DJAMal ZENATI ,ce
    Encore DJAMal ZENATI ,ce charlatan ,cet opportuniste
    et valet du pouboir.
    ce g…accroché a son parain Bouhadef.
    Là ou il est on sent la pourriture.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.