Loin de l’opinion majoritaire

Par Kamel Moulfi – Comme dans un théâtre, la scène électorale se met en place par petites touches au fur et à mesure que la date du scrutin présidentiel du 17 avril se rapproche. Parmi les acteurs principaux, quelques-uns sont déjà connus ; ils viennent du système ou de sa périphérie. Quant aux autres, ils sont là pour la figuration. Le système lui-même a-t-il fait son choix pour le rôle principal ? Amar Saïdani, qui prétend parler au nom du FLN, s’époumone à répéter – sans répugner à se contredire, si nécessaire – que Bouteflika est candidat à sa propre succession, mais les appels de l’UGTA et de l’UNFA qui sollicitent le président sortant à briguer un quatrième mandat suggèrent que l’intéressé ne s’est pas prononcé dans ce sens. Il y avait une thèse qui circulait selon laquelle Bouteflika avait besoin qu’une demande massive s’exprime pour sa candidature. Or, les gesticulations de Saïdani, contesté dans son propre parti, et les appels de Sidi-Saïd et de Hafsi, dont la représentativité de leurs organisations est toute relative, sans parler de Ghoul et Benyounès, deux alliés de circonstance, qui recrutent à la marge de deux courants opposés à Bouteflika, tout cela est très loin d’exprimer une opinion majoritaire dans la population. Le RND, sans conviction propre, appelé à la rescousse, ne peut pas faire pencher la balance de façon significative. Quant à la rue et au pays profond, habituellement laissés pour compte dans les élections, confinés dans un rôle de spectateurs, ils pourraient réserver la surprise. On mesure le grand risque que prennent les pro-Bouteflika en le poussant à la candidature dans l’état où il se trouve, d’autant plus que ses partisans, manifestement motivés par des intérêts égoïstes, comptent sur la logique clientéliste et sur le réflexe opportuniste comme facteurs de mobilisation, croyant que rien n’a changé dans la sociologie politique de notre pays, ce qui n’est pas si évident. Les calculs au sommet des appareils, inspirés par les milieux influents dans le pays et sous la pression, non négligeable également, des «partenaires» étrangers, ne semblent pas tenir compte encore de ce que veulent réellement les Algériens.
K. M.

Comment (6)

    Nasrou
    26 janvier 2014 - 23 h 19 min

    Qu’attend-t-on des partis qui
    Qu’attend-t-on des partis qui qui demande au président sortant de se présenter pour le 4° mandat,Ceux-là même qui ont été créé pour êtres des opposants,car á mon avis,ils ont constaté des manquements et la facon de gouverner du régime en place.Donc,ils doivent défendre l’Algérie et son peuple? Ce Bensalah qu’en ne résussira peut-être jamais á décrotter,appel également aux mêmes fins,alors qu’il vient de prendre la tête d’un parti sensé aussi être opposant.C’est une honte pour ces gens.Il trouvent le moyen de bomber le torse et dire qu’ils défendent la patrie.Tous des magouilleurs,des suceurs de sang du peuple.Rebbi yeltouf…




    0



    0
    MARTEAU -PIQUEUR
    26 janvier 2014 - 10 h 15 min

    @Boumi du 24/01/2014 16h.10

    @Boumi du 24/01/2014 16h.10

    Ta réponse sur les salafistes (hachakoum)semble être très inspirée du sieur TAREK RAMADHAN ! Comment veux-tu opérer des luttes idéologiques de fond avec ces énergumènes alors que le salafisme n’est plus RAMPANT en Algérie depuis Belle Lurette mais il GANGRENNE carément notre société.Regarde autour de Toi : dans ton quartier , au boulot , en faisant tes courses , au café , dans les avions , sur les bateaux ….il n’y a que leurs comportements mesquins d’un autre âge qui dominent : interpeller les gens « KHOUNA » , donner des RDV sur la base des horaires de prière , ne pas serrer la main même aux femmes sans Hidjab , serrer la main de droite à gauche , ne plus dire « SABAH EL KHEIR  » et « MASSA EL KHEIR » , et j’en passe …. Ce n’est pas une MODE , ce n’est pas un FAUX DEBAT , comme tu d’écris, Ya Si Boumi….c’est LA REALIE ALGERIENNE de 2014 !




    0



    0
    Abou Stroff
    26 janvier 2014 - 9 h 45 min

    le seul fait qui ne sera
    le seul fait qui ne sera point une surprise est le faible taux de participation des algériens lambda (j’en suis un et j’en suis fier) à la mascarade d’avril prochain (il n’y a que les niais qui croient que les électeurs algériens choisissent leurs représentants). le reste, tout le reste n’est qu’enfumage certain. au regard de ce qui se passe (ou de ce qui ne se passe pas) au sein du microcosme algérois, la marabunta qui nous gouverne n’a pas encore tranché quant à son choix de notre futur bienaimé fakhamatouhou national. toutes les gesticulations, en particulier les danses du ventre dans la pratique desquelles certains excellent (tiens, comme monsieur Jourdain, j’écris de la prose rythmée sans le savoir) de nos soi disant politiques montrent clairement que ceux qui gravitent autour du distributeur en chef de la rente ne savent plus à quel derviche tourneur se vouer. au fait, toutes ces gesticulations n’ont elles pas pour but de créer une diversion monstre? en effet, on peut facilement remarquer que tout le monde essaie de deviner les intentions futures d’un légume en voie de putréfaction avancée alors que personne ne parle des scandales de sonatrach, de l’autoroute est-ouest, de la dilapidation des deniers publics par nos augustes dirigeants, de l’accaparement, au moment présent, du foncier public par une faune de prédateurs liés directement à la marabunta qui nous gouverne, des trésors amassés par la famille de notre bienaimé fakhamatouhou national et par la cour qui lui sert de serpillère, etc.. au fait, où en est on avec l’affaire khalifa et où en est t on avec l’américano-marocain, le sieur khellil? etc.? moralité de l’histoire: pendant que les peuples du monde entier sont en train de détruire des systèmes avilissants pour devenir plus humains, les algériens (toutes catégories sociales confondues) semblent se complaire dans la médiocrité qui les étouffe tout en attendant qu’autrui (un fakhamatouhoum?) fasse leur bonheur. le peuple qui a produit Benboulaïd, Ben M-Hidi, Abane, Boudiaf serait il devenu eunuque?




    0



    0
    memona
    26 janvier 2014 - 9 h 20 min

    c’est incroyable de
    c’est incroyable de s’acharner ainsi sur un monsieur malade on ne se remet pas d’un avc en quelques mois ,ces personnes qui ne pensent qu’à leurs pommes devraient avoir honte !!reposez-vous monsieur le président soignez-vous prenez soin de vous pour le temps qui vous reste vous avez 76 ans et il est temps de prendre votre retraite bien méritée vous en serez que plus grandit




    0



    0
    Anonyme
    26 janvier 2014 - 7 h 04 min

    En faisant l’Hypothèse que
    En faisant l’Hypothèse que Boutef ,sous la pression des gens qui veulent qu’il se représente, aussitôt réélu, les loups qui l’y auront poussé , se jetterons sur lui ( sous prétexte de sa santé déclinante )pour prendre sa place sans passage par une nouvelle élection et ce par le biais de la vice présidence . Dans le cas ( ce que je pense )où il ne se représente pas , tous ces gens déclencheront un raffut du diable et des coups tordus ( style ceux de Ghardaïa ) pour conserver et leur indu place et les biens mal acquis .




    0



    0
    chawi pure laine
    26 janvier 2014 - 6 h 29 min

    selon jeune afrique qui lui a
    selon jeune afrique qui lui a réservé un article ça va pas du tout sur toute la ligne, le président a eu toute une misère noire pour signer la loi de finance au point ou c’est les médecins qui ont tout fait pour le garder un peu vivant, ils ont donné instruction au ministre de ne pas lui parler du tout et de mettre des écouteurs pour entendre deux mots amplifiées à 100000000000000000000000000000000000000000 décibels, selon le même article amara benyounes le démocrate, le libre, l’hypocrite qui mange de toutes les soupes n’arrête pas d’envoyer des SMS à Benflis, le RND a eu aussi une étonnante composition des pro Ouyahia, autre chose selon toujours JA, Bouteflika a été obligé de rentrer le 17 car l’ordre qui a été donné à l’APS de parler sur son voyage à paris ne vient pas du tout de son clan alors il vient d’ou? Allah yaalam mais le DRS aussi, il a été menacé de l’application de l’article 88 ce qui justifie le passage du communiqué EN CAS DE FORCE MAJEURE,donc Monsieur sa majesté a perdu des plumes et des plumes, quelque soit sa décision sa fin sera tragique et je dis toujours la même chose d’un constat POURQUOI ENAHAR LE TORCHON DE SAID NE PARLE PLUS DE BOUTEFLIKA? wait and see d’ici Avril on aura des surprises




    0



    0

Les commentaires sont fermés.