Le temps des ralliements

Par Kamel Moulfi – Après le renoncement déclaré de Hamrouche qui reporte son combat à un hypothétique après 17 avril, c’est le temps du ralliement au camp présidentiel qui commence, sans attendre que Bouteflika lui-même intervienne, d’une façon ou d’une autre, pour confirmer sa candidature annoncée par Sellal à Oran le 22 février dernier. Dans la conférence de presse qu’il a animée exceptionnellement jeudi, l’ancien chef de gouvernement a donné suffisamment d’indications sur la direction du vent dominant pour que les opportunistes sachent où ils doivent se positionner. A ceux qui croyaient que le pouvoir était encore traversé par des divisions à propos du quatrième mandat, Hamrouche a délivré un message qui les a ramenés à la réalité et que l’on peut traduire comme suit : «ils sont tous d’accord pour que ça continue». Il n’en fallait pas plus pour les hésitants qui n’étaient pas encore fixés sur leur choix, surtout qu’en face, l’opposition au camp présidentiel est restée très dispersée et n’a pas su se présenter comme une force susceptible d’offrir un cadre qui ferait contrepoids à la machine électorale mise en place par le pouvoir. Elle n’a même pas réussi à faire converger ses mots d’ordre partagés entre, d’un côté, boycott ou participation par un vote blanc ou pour un autre candidat que Bouteflika, et, de l’autre, la position attentiste de Hamrouche sur ce qui va se passer les mois ou les années qui suivront le scrutin du 17 avril. Les opposants au quatrième mandat ne cessent de crier leur consternation et leur indignation dans les colonnes des journaux, sur les sites et les plateaux de télévisions privées, avec une liberté d’expression surprenante, sans aucune réserve, et des arguments solides, mais on ne peut dire quel impact ils produisent sur le cours des événements. Personne dans cette opposition ne semble croire en les chances d’Ali Benflis qui avait été présenté au début comme l’alternative. Pis encore, il y en a qui souhaitent son retrait de cette élection comme forme de lutte contre le quatrième mandat. Mais il reste encore plus de 45 jours.
K. M.
 

Comment (4)

    Salah bey
    1 mars 2014 - 22 h 01 min

    Heureusement qu’il existe
    Heureusement qu’il existe encore des patriotes dans notre pays ! Ceux qui ne courberont pas l’échine devant des voyous comme les boutefs et leurs alliés du DRS ,qui sont en fait les portes flingues du clan mafieux ,
    J’ai honte pour notre pays




    0



    0
    pedro
    1 mars 2014 - 12 h 36 min

    le prremier as »etre ralié
    le prremier as »etre ralié c’est le general major toufik ,les autres n’ont fait que suivre




    0



    0
    RAMO
    1 mars 2014 - 11 h 12 min

    IL YA BELLE ET BIEN
    IL YA BELLE ET BIEN CONFISCATION DU DROIT AU PEUPLE DE CHOISIR.




    0



    0
    ahmed
    1 mars 2014 - 10 h 35 min

    Cet article de M Moulfi
    Cet article de M Moulfi confirme bien nos commentaires expliquant la réalité de la situation politique et sociale de notre pays ainsi que le rapport de force qui prévaut.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.