Un Etat piégé

Par Kamel Moulfi – Les annonces à la télévision officielle de constructions de logements par centaines de milliers, alternent, dans l’actualité nationale, avec les informations diffusées par les télévisions privées sur les manifestations de gens qui sont mal logés et s’estiment en droit, en tant qu’Algériens, de réclamer de l’Etat qu’il leur donne un toit, perçu comme un droit constitutionnel. Et à chaque fois que les responsables promettent l’éradication «prochaine» du phénomène des constructions anarchiques, de nouvelles baraques surgissent aux alentours des cités dont les appartements ont largement dépassé le taux normal d’occupation et là où les conditions d’habitation sont indécentes et même dangereuses. En fin 2014, des familles logent encore dans des caves. C’est un fait maintenant établi : les mal-logés ont compris que pour obtenir satisfaction et emménager dans un appartement neuf offert par l’Etat, un dossier en bonne et due forme ne suffisait pas et qu’il fallait construire une baraque en bordure de route et bien visible. C’est ainsi que l’on obtient les faveurs des autorités qui distribuent les logements sociaux. Ces mal-logés, «depuis l’indépendance» pour certains, sont au courant des nombreux cas de passe-droit au profit de personnes inéligibles au logement social et qui en bénéficient pour les revendre, ou de privilégiés qui accèdent en priorité à l’AADL, grâce au coup de «piston» donné par des proches bien placés dans le pouvoir. Ces pratiques illégales les renforcent dans la conviction que leurs revendications sont légitimes et dans leur détermination aussi à les faire aboutir, d’une façon ou d’une autre. Quand ils constatent que les responsables regardent ailleurs au lieu de s’occuper de leur situation dramatique, ils sortent dans la rue sans craindre d’affronter la police antiémeute. L’Etat est, en fait, piégé. Pourtant, ceux qui voyagent par route sont surpris par la prolifération des constructions achevées ou en cours, cités type AADL ou résidences pavillonnaires, qui bouffent des terres agricoles et dont les promoteurs et leurs soutiens, qui leur font cadeau de ces superficies, se moquent éperdument du souci de sécurité alimentaire qui remplit le discours du gouvernement.
K. M.

Comment (7)

    Anonyme
    7 novembre 2014 - 18 h 36 min

    Par New Kid (non vérifié) |
    Par New Kid (non vérifié) | 7. novembre 2014 – 18:36

    mdrrr, en plus ils sont myopes




    0



    0
    New Kid
    7 novembre 2014 - 17 h 36 min

    Certains ici veulent enfiler
    Certains ici veulent enfiler le bout d’une corde a travers l’œil d’une aiguille!




    0



    0
    New Kid
    7 novembre 2014 - 17 h 34 min

    On commence par squatter dans
    On commence par squatter dans un bidonville, on se fait délivrer un certificat de résidence, on s’inscrit pour un logement moyennant quelques milliers de dinars. On prouve qu’on a voté pour le 4eme ciel et le tour est joué.

    Tout le monde y trouve son compte. La nomenklatura se donne 50%, ses clients 40% et 10 % pour ses taupes !




    0



    0
    raselkhit
    7 novembre 2014 - 17 h 12 min

    Une chose est certaine qui de
    Une chose est certaine qui de toute évidence une réalité omise ou occultée dans l’article .Tous les logés c’est des algériens et non des martiens donc tous y ont droit .Le discours défaitiste qui veut faire croire par allégations que les bénéficiaires c’est des martiens est tellement ridicule qu’il n’arrive plus à faire rire qui que ce soi. Il suffit d’aller jeter un simple coup d’œil lors des distributions pour constater que les commissions marchent très bien malgré qu’il y aura toujours quelqu’un qui s’estimera lésé parce qu’on ne lui a pas attribué l’étage et la surface qu’il est en droit d’attendre car lui « le voisin de la tante de sa belle mère était moudjahed »




    0



    0
    mellah hocine
    7 novembre 2014 - 13 h 34 min

    L’Etat promet des logements,
    L’Etat promet des logements, l’Etat réalise des logements, l’Etat distribue des logements, l’Etat choisi les bénéficiaires; l’Etat promet encore des logements, l’Etat réalise encore des logements, l’Etat distribue encore des logements, l’ETAT choisi encore les bénéficiaires, mais alors jusqu’à quand ? Quand est ce que ces mêmes bénéficiaires tariront ?
    Tant que ces étapes existent , notre pays n’est pas sorti de l’auberge, non de ses bidonvilles.
    Des opérations qui durent depuis 52 ans, sans oublier tous les villages agricoles construits du temps de BOUMEDIENNE.




    0



    0
    Abou Stroff
    7 novembre 2014 - 11 h 19 min

    suite reformulée du post Par
    suite reformulée du post Par Abou Stroff (non vérifié) | 7. novembre 2014 – 11:51
    c’est pour cela qu’ils investissent chez fafa, leur mère nourricière et dans d’autres accueillantes contrées) tandis que les algériens lambda retourneront vers les lointaines origines de l’humanité et entreront en concurrence avec les bonobos pour capter l’attention des êtres humains.




    0



    0
    Abou Stroff
    7 novembre 2014 - 10 h 51 min

    dans un système basé sur la
    dans un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, chacun veut avoir « sa » part de rente. lorsque la rente disparaitra suite à l’assèchement des puits de pétrole et de gaz, nos augustes dirigeants et leurs smala s’envoleront vers des cieux plus cléments (c’est pour cela qu’ils « investissent » chez fafa.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.