Il a fait la guerre seul ?

Par Kamel Moulfi – Les propos de Yacef Saâdi dans Echorouk, où il s'attaque aux chouhada et aux moudjahidine, ont encore choqué les Algériens bien qu’il n’en soit pas à sa première dérive sur ce registre. Il a commencé, il y a bien longtemps, par dénigrer les moudjahidine d’origine européenne pour tenter de discréditer leur engagement. Il s’est ensuite attaqué aux femmes, Louisa Ighilahriz, Fatiha Bouhired puis Zohra Drif, et maintenant il ose s’en prendre à un monument de la lutte de Libération nationale, Larbi Ben M’hidi, auquel, pourtant, ses assassins colonialistes n’ont jamais manqué de rendre hommage, à chaque fois qu’ils l’évoquent. C’est comme si, par ses petites phrases, Yacef Saâdi voulait redorer son «blason» terni par plein de rumeurs sur son comportement douteux, aux yeux de nombre d’observateurs, particulièrement au cours et après son arrestation par les parachutistes. Il pense, sans doute, que le meilleur moyen de se revaloriser est de salir les autres. Yacef Saâdi ignore le testament laissé par Didouche Mourad : «Si nous venions à mourir, défendez nos mémoires.» Il fait l’exact contraire. En même temps, il réduit le combat pour l’indépendance à une histoire de bombes qu’il a fait exploser ici et là, à Alger. Certes, les faits d’armes, le coup de feu comme on dit, ont été parfois la seule trame des récits sur la guerre de Libération nationale, au point où les rescapés qui racontent leurs «actes héroïques» devant la caméra ont toujours pris à témoin les pierres et les montagnes, regrettant presque qu’elles ne puissent parler pour attester de la véracité de leurs témoignages. Or, le plus important dans l’engagement des moudjahidine et particulièrement de ceux qui y laisseront leur vie, les chouhada, est dans les valeurs – le patriotisme, la liberté, la justice, la solidarité… – qui les ont fait bouger et dans l’idéal que leur sacrifice a incarné : une Algérie libre et heureuse, pour tous. C’est là que se trouve l’exemplarité à faire connaître à la nouvelle génération. Si Yacef Saâdi veut se présenter comme un héros et le seul, il doit se rappeler le slogan écrit sur les murs d’Alger dès les premiers jours de l’indépendance : «Un seul héros, le peuple». Ce slogan visait surtout les survivants de la guerre de Libération et particulièrement ses chefs. Il était accompagné d’un autre plus explicite : «A bas le culte de la personnalité». Lui, qui a eu le geste indécent de se courber pour baiser la main du Président, il est totalement disqualifié pour porter des jugements sur les combattants de la libération nationale.
K. M.
 

Comment (34)

    Lemdigouti
    19 mars 2014 - 22 h 35 min

    @ Lyes Oukane .
    Merci mon

    @ Lyes Oukane .
    Merci mon frère pour le lien. J’ai pu avoir une idée sur le Net ( Introduction du livre en pdf). Je verrai comment faire pour obtenir le livre. De vieux retraités font le va et vient entre ici et la France ; je ne veux pas mourir idiot.
    Mille merci.




    0



    0
    Anonyme
    19 mars 2014 - 5 h 44 min

    Il faut le faire taire en lui
    Il faut le faire taire en lui sortant ses éventuelles « déviations » car ce monsieur tire sur tout le monde, et donne l’impression d’avoir à lui tout seul ramené l’indépendance. Ou peut-être, faut-il l’enfermer pour sénilité.




    0



    0
    AURES40
    19 mars 2014 - 1 h 44 min

    Il S`ATTAQUE A DES LIONS
    Il S`ATTAQUE A DES LIONS QUI NE SONT PLUS DE CE MONDE . QUI A DONNER ALI LA POINTE , P`TIT OMAR ET HASSIBA ? il le sait !




    0



    0
    Laetizia
    18 mars 2014 - 23 h 06 min

    Ceux qui sollicitent ce
    Ceux qui sollicitent ce monsieur pour des interviews savent parfaitement ce à quoi ils veulent en venir. Ils ont apparemment trouvé en lui le gogo amnésique et acariâtre qui sert leurs desseins diffamatoires et destructeurs ! C’est eux qu’il faut empêcher de nuire pas ce vieil homme qui radote.




    0



    0
    Safiya
    18 mars 2014 - 23 h 05 min

    Déjà des abricots ?
    .
    Tu sais

    Déjà des abricots ?

    .

    Tu sais Lyes, depuis que je sais que Lounis Aggoun s’acquoquine avec Jean-Baptiste Rivoire et qu’il est, d’autre part, militant du FFS, je crois plutôt que son livre relève plus de l’intox que de l’histoire réelle. J’avais bien visité le lien que tu m’avais donné sur A1, j’en ai été choqué de prime abord puis je n’ai pu aller au bout de son interview. Quelque en moi refusait, comme une répulsion. J’ai, beaucoup plus tard (j’avais déjà quitté A1), réfléchi à Algéria-Watch, me suis demandé qui ils étaient, le fait qu’ils utilisent aussi l’anglais, langue peu commune chez les Algériens qui sont majoritairement francophones. Bref, je ressentais un malaise certain et comme je fais confiance à mon intuition, je n’ai plus jamais revisité ce site. Pour revenir à « 200 ans d’inavouable », je trouve la chose pas saine, qu’il y a dessous des buts eux aussi inavouables. Dans tous les cas, je n’ai guère eu envie de lire ce livre et encore moins de l’acheter.

    Réfléchis Lyes, a qui profite ce genre d’éclaboussure envers notre Révolution et ses mythes fondateurs ?

    Tu sais ce dont je rêve de manger, el khobiza, tu connais ? Les champs doivent en être plein à cette époque de l’année. Miam !
    Profite bien de ton séjour.




    0



    0
    Lyes Oukane
    18 mars 2014 - 22 h 05 min

    @ Safiya ,
    J’irais sur la

    @ Safiya ,

    J’irais sur la tombe de Massinissa ( El khroub )
    je saluerai de ta part la statue de Kahina ( Khenchela )
    Je boirai l’eau fraîche de Ain Beida .
    je croquerais goulument dans les premiers abricots de Batna
    Je n’oublierai pas de faire une prière pour tous nos compatriotes de Ghardaïa .

    Promis et si Dieu le veut bien .




    0



    0
    Laetizia
    18 mars 2014 - 21 h 46 min

    Je pense que ceux qui
    Je pense que ceux qui sollicitent ce monsieur pour des interviews savent parfaitement ce à quoi ils veulent en venir. Ils ont apparemment trouvé en lui le gogo amnésique et acariâtre qui sert leurs desseins diffamatoires et destructeurs ! C’est eux qu’il faut empêcher de nuire pas ce vieil homme qui radote.




    0



    0
    Safiya
    18 mars 2014 - 21 h 31 min

    Lyes, petit frère, embrasse
    Lyes, petit frère, embrasse fort, très fort pour moi la terre bénie de notre pays. Offre ton visage au souffle du vent des Aurès quand tu seras sous les chênes-lièges et pense à moi très fort, peut-être que la télépathie marche vraiment et que je pourrais en sentir le parfum.

    Ressources-toi un maximum. Si tu savais veinard combien je te jalouse…
    Bise !




    0



    0
    Lyes Oukane
    18 mars 2014 - 21 h 28 min

    @ lemdigouti
    Bonjour , si je

    @ lemdigouti

    Bonjour , si je peux me permettre un livre que tu n’aurais pas lu je te conseillerais celui-ci .

    La colonie Française en Algérie  » 200 ans d’inavouable  » ,rapines et péculats .De Lounis Aggoun aux éditions Demi lune ,collection Résistances .
    ISBN : 978-2-917112-14-4
    Prix / 23 Euros

    Tout y est avec force détails .Une vraie mien d’or . Dès que J’ai commencé à le lire je n’ai pu m’arrêter jusqu’à la fin . Pour moi ,l’un des meilleurs bouquins sur le sujet depuis des décennies . C’est un livre  » enquête  » avec preuve à l’appui . A consommer sans modération .Surement un bouquin censuré en Algérie .

    Bonne lecture .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.