Rendez l’UGTA au peuple !

Par Kamel Moulfi – En regardant, ces jours-ci, la façade de la Maison du peuple, Place du 1er-Mai, à Alger, on découvre à travers l’immense banderole de soutien à Bouteflika qui en barre l’entrée que la leçon d’agressivité dans la campagne électorale ne nous vient pas des partis ou des personnalités politiques dont c’est le métier de tout faire pour donner la victoire à leur candidat, mais plutôt de la Centrale syndicale, l’UGTA, qui a pour vocation de défendre les intérêts des travailleurs, et tout le monde sait à quel point leurs revendications restent encore insatisfaites, comme l’illustre la grève dans le métro d’Alger. L’UGTA d’Abdelmadjid Sidi-Saïd nous a appris autre chose : l’agressivité électorale n’est pas que verbale et, heureusement aussi, pas forcément accompagnée de coups de poing ; elle peut tout simplement être honteuse comme cette banderole. On sait que le secrétaire général de l’UGTA n’a pas attendu que Bouteflika se prononce sur sa participation à l’élection et encore moins que le Premier ministre Sellal annonce sa candidature pour un quatrième mandat. Sidi-Saïd a anticipé – certes en emboîtant le pas à Saïdani, chef du FLN – pour demander au Président malade de se lancer dans la course, et a délivré, par la même, un signal à l’opinion publique submergée d’incertitudes à ce sujet. Quand Bouteflika a évoqué dans sa lettre les appels de la société civile pour qu’il se présente, il pensait certainement à Sidi-Saïd. Ni l’organisation des zaouïas, pourtant connue pour ses liens étroits avec Bouteflika, ni l’Organisation nationale des moudjahidine n’ont fait preuve de cet empressement. Au contraire, ces deux organisations ont montré une indépendance qui traduit le respect qu’elles ont pour leurs adhérents laissés libres de choisir le bulletin qu’ils mettront dans l’urne, le 17 avril. Sans aller jusqu’à l’«insubordination», lui aussi, le Forum des chefs d’entreprises a traîné les pieds et a retardé autant qu’il a pu le moment de déclarer son soutien à Bouteflika, arraché dans les conditions que l’on sait. L’UGTA s’est singularisée d’une façon peu honorable. Il faut la rendre aux travailleurs.
K. M.

Comment (9)

    Anonyme
    6 avril 2014 - 18 h 32 min

    sid sais est un harki dont le
    sid sais est un harki dont le ventre s’est avéré trop gros ;
    c’est pourquoi ,on ne doit pas oublier khalifa et le fameux : » j’assume » ;l’ugta reviendra alors naturellement au peuple ;
    Ya Allah pourquoi l’alcool arrive toujours à « solidariser » les
    « responsables » déviants?




    0



    0
    Sawt
    31 mars 2014 - 20 h 54 min

    « Quand les coquins riches
    « Quand les coquins riches ont besoin de coquins pauvres, les pauvres peuvent faire (croire) le prix qu’ils veulent.
    ( William Shakespeare )




    0



    0
    Méchant, va!
    31 mars 2014 - 19 h 22 min

    Sidi-Saïd n’est ni un
    Sidi-Saïd n’est ni un syndicaliste, car il ne sait pas ce que c’est qu’un syndicat et quel est son véritable rôle, ni un travailleur. Il n’a pratiquement jamais bossé et se délecte avec son salaire (dis-nous combien, grand bosseur?)de souteneur permanent.
    A moins qu’il sache tout cela et qu’il agit sciemment dans l’intérêt exclusif du clan auquel il appartient.
    Petit interview imaginaire:
    -Qu’est-ce qu’un travailleur?
    -Je sais mais je m’en fous, l’essentiel c’est que moi je me la coule douce.
    -Qu’est-ce qu’un syndicat?
    Je sais, mais moi je n’en ai rien à branler.J’ai donc tout intérêt à défendre celui qui me verse mes honoraires de mercenaire. Circulez, y’a rien à attendre et entendre d’autre de moi.




    0



    0
    Lemdigouti
    31 mars 2014 - 16 h 28 min

    Normal ….Sidhoum Said
    Normal ….Sidhoum Said echyatte préserve ses acquis et veut se préserver des conséquences liées à l’affaire Khalifa. Tant que le clan est là il s’estimera à l’abri.
    Paix et sérénité à ton âme ya Si Abdelhak Benhamouda. L’UGTA est entre les mains de crapules de bas étage.




    0



    0
    Cheikh Hamdane
    31 mars 2014 - 15 h 23 min

    Djnouhat a été
    Djnouhat a été démocratiquement élu SG de L’UGTA par l’unanimité mais Boutef a réfusé. le résultat de l’urne




    0



    0
    Cheikh Hamdane
    31 mars 2014 - 15 h 20 min

    SIDI SAID DEVRAIT ETRE
    SIDI SAID DEVRAIT ETRE INSTALLE COMME DIRECTEUR GENERAL DE LA PROTECTION CIVILE. IL EST SPECIALISTE COMME POMPIER DU POUVOIR DEPUIS QU’EST A LA TETE DU SYSTEME QUI A COMPACTE TOUS LES TRAVAILLEURS ALGERIENS. Il n’a jamais défendu les travailleurs. c’était un syndicat des macs des entreprises nationales




    0



    0
    Anonyme
    31 mars 2014 - 13 h 14 min

    Avoir une UGTA c est bien.
    Avoir une UGTA c est bien. Mais ca sert a quoi, si on a pas encore un peuple au sens propre du mot….?
    Et puis UGTA defend les droit des travailleurs qui ne travaillent pas, puisque plus de 90% de l argent Algerien vient d un seul travailleur qui est Monsieur PETRO.




    0



    0
    Cheikh Hamdane
    31 mars 2014 - 12 h 58 min

    Le mal qu’avait fait Sidi
    Le mal qu’avait fait Sidi Said aux travailleurs Algériens, seul Dieu s’occupera de lui le jour du jugement. Les travailleurs ne lui pardonneront JAMAIS.




    0



    0
    Abou Stroff
    31 mars 2014 - 12 h 34 min

    l’UGTA n’a pas à être rendu
    l’UGTA n’a pas à être rendu aux travailleurs puisqu’ils n’en ont jamais été les propriétaires. en effet, l’UGTA a TOUJOURS été un appendice du pouvoir en place et à ce titre, son rôle a TOUJOURS été de « vendre » les discours et les positions du pouvoir en place à ceux qui prennent la peine d’écouter les monstruosités qu’éructent des larbins du genre sidhoum saïd (le secritère génénar et non le frangin chéri). de toutes manières, l’UGTA est une coquille remplies essentiellement d’estomacs (à l’image de sidhoum saïd) qui se font gaver par la marabunta qui nous gouverne pour calmer le front social. ce monstre disparaitra totalement dès que le gavage sera remis en cause par les patriotes qui vont, inéluctablement, prendre le pouvoir.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.