Des hackers piratent le réseau wifi des clients d’Algérie Télécom

Des hackers s’attaquent, depuis quelque temps, au réseau internet sans fil des particuliers équipés d’un modem wifi. De nombreux abonnés à l’ADSL ont été surpris de voir leur nom d’utilisation et leur code d’accès craqués par des hackers qui ne s’en cachent d’ailleurs pas. Certains parmi nos lecteurs ont certainement fait les frais de cette nouvelle forme de cybercriminalité qui ne dit pas son nom, dont le principe est de s’infiltrer dans le réseau internet en changeant ses paramètres de configuration. Ces attaques sont orchestrées par des hackers qui visent le principal fournisseur d’accès ADSL, à savoir Algérie Telecom (AT). Ils le font savoir en laissant des messages dans lesquels ils accusent cet opérateur de «faire payer aux Algériens» une «connexion wifi censée être gratuite». Ces «pirates bienveillants» se présentent comme des «défenseurs des clients» d’AT. L’opérateur public permet, en effet, à ses clients de bénéficier d’un modem wifi en s’acquittant par avance de six mois d’abonnement. Ce que ces hackers dénoncent, appelant les nouveaux clients à plutôt contracter un abonnement simple et se procurer un modem wifi chez un revendeur de matériel informatique. C’est ce qu’ils «expliquent» dans une page web (www.LeWifiNEstPasAVendre.tk) rédigée dans les deux langues (arabe et française). Un nom qui s’affiche sur les ordinateurs et les télévisions des clients d’AT concernés par ces attaques. Ces hackers profitent d’une faille du système de sécurisation, qui est loin d’être optimal, surtout lorsque l’on sait que les utilisateurs d’Internet ne sont pas forcément des initiés en la matière. Il faut savoir que pour faire redémarrer et reconfigurer le modem wifi, AT a mis en place un numéro (le 100) au service de sa clientèle. Le client est ainsi «guidé» au téléphone pour reconfigurer son modem. Une fois reconfiguré, le nom d’utilisateur et le code secret doivent être modifiés pour une meilleure sécurisation du réseau. Or, les clients, mal orientés peut-être, les gardent pour de bon, d’autant que celui proposé par les techniciens d’AT consiste en deux mots (admin, admin) et une série de chiffres allant dans l’ordre de 1 à 5. D’où cette forte exposition aux attaques des hackers.
S. Baker

Commentaires

    abdelmalek
    28 juin 2016 - 15 h 30 min

    internet
    internet




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.