Le repère des Algériens

Par Kamel Moulfi – A quelques semaines de la célébration du soixantième anniversaire du 1er Novembre 1954, les événements qui impliquent l’Algérie au plan international suffisent à justifier l’éclat qu’il faut donner à cette commémoration. L’événement est-il préparé comme il convient, c'est-à-dire comme le mérite ce point de départ du tournant de l’histoire qui a été opéré après les premiers coups de feu tirés par nos moudjahidine, à l’aide d’armes rudimentaires ? Soixante ans plus tard, l’Armée nationale populaire a gardé de l’embryon de l’Armée de libération nationale, issu du déclenchement de la guerre en novembre 1954, les principes qui fondent aujourd’hui son comportement patriotique. Dans un monde qui soumet les pays, comme le nôtre, à toutes les influences et les expose à toutes sortes d’agressions, tendant jusqu’à les faire disparaître, ou au moins en faire de nouvelles colonies sous une autre forme, le repère du 1er Novembre 1954, pour ce que cette date historique véhicule comme symboles, doit être solidement ancré chez les citoyens algériens. L’occasion offerte par le 60e anniversaire ne doit pas être ratée pour renforcer la place de ce repère dans la formation de la personnalité algérienne, en premier lieu parmi les enfants et les jeunes qui fréquentent les établissements d’enseignement. On se rappelle du désir, ou plutôt du délire, de l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, de voir, une fois que la génération qui a lutté pour l’indépendance aura quitté la vie, les Algériens abandonner leurs valeurs patriotiques pour être plus commodes, c’est-à-dire moins rebelles à l’ordre international injuste qui continue à vouloir dominer le monde. Il n’est pas le seul à compter sur cet éloignement des principes, attendu des jeunes qui n’ont connu les péripéties de la lutte pour l’indépendance, dans ses volets politique et militaire, qu’à travers ce qu’en racontent les livres et de plus en plus les médias étrangers portés par les technologies de l’information et de la communication. D’ici le 1er novembre, place à l’histoire.
K. M.

Comment (12)

    mellah hocine
    13 septembre 2014 - 22 h 18 min

    Le 14 juillet 2014, en
    Le 14 juillet 2014, en FRANCE, fut une date historique où l’on a vu nos trois armées (Air, Mer, Terre) représentées par trois officiers qui défilaient sur l’avenue de la grande Armée à PARIS.
    Le 12 Juin 2013, une date historique, à retenir : les premières images du président à la télé ,on nous assurait que Fakhamatouhou en robe de chambre a donné des instructions dans tous les domaines, au premier ministre et au vice ministre de la défense.
    Sans oublier le moment historique de la qualification de l’équipe nationale de RAOURAOUA au dexieume tour de la coupe du monde, un moment vraiment à graver dans nos mémoires et à célébrer chaque année.




    0



    0
    elkhayam
    13 septembre 2014 - 20 h 01 min

    En Algérie tout a été
    En Algérie tout a été instrumentalisé, la religion,les mosquées,la révolution , les martyrs, les dates historiques rien n’est à l’abri de la manipulation.




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2014 - 18 h 49 min

    il faut être raisonnable et
    il faut être raisonnable et prendre exemple sur d’autres pays qui peuvent nous inspirer ;
    le vietnam ,sans oublier son histoire avec fafa ,a des relations normales avec elle ;il se developpe très bien par la seule richesse dont il dispose :le travail ;
    sans oublier notre histoire on devrait normaliser les relations avec fafa :la guerre est terminée et l’avenir est devant nous ;
    si fafa veut reprendre son rôle de néo colonisateur ,il ne faut pas que ce soit toujours les mêmes qui se sacrifient pour la déloger ou la combattre;
    laissons le soin au clan et à son premier collège de défendre la souveraineté (hanoun) et l’indépendance du pays .;
    mais attention!
    les biens et autres richesses de la nomenklatura pourraient être nationalisés (biens vacants) et distribués aux anciens pieds noirs ;




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2014 - 18 h 07 min

    De quel repère vous parlez?
    De quel repère vous parlez? …. indépendance. je ne sais même pas si ce mot a une signification en Algérie. Un pouvoir flou et tyrannique qui suce le sang des Algériens!!!




    0



    0
    JUGURTHA
    13 septembre 2014 - 17 h 33 min

    Nous n’avons plus de 5
    Nous n’avons plus de 5 juillet , ni de 8 mai 1945, et encore moins de 20 août 1955 ou un deuxième massacre que la FRANCE coloniale a perpétrée du 20 au 23 août après l’attaque de philippeville ( skikda) dans le Constantinois : 20000 morts…La réponse des autorités françaises était comparable à celle de1945 lors des massacres de Sétif et Guelma[10] et une application concrète du principe de responsabilité collective[10.
    Et demain plus de 1 er novembre ???
    C’est maintenant au peuple algérien de célébrer ces événements . Avant que nos enfants n’oublient notre histoire et ne célèbrent que le 14 juillet !!!
    Pour ces dates , que chaque algérien en mémoire de nos martyrs se drape aux couleurs du pays, et les honore en déposant des fleurs ou défilant dans les communes qui ont subit cette atrocité .
    Les jeunes qui lisent AP. A VOUS DE DONNER L’EXEMPLE AUX AUTRES.




    0



    0
    karimdjazair
    13 septembre 2014 - 17 h 14 min

    Il est important de
    Il est important de commémorer des dates historiques telles que celle qui a été le point de départ à l accession de notre pays à sa liberté et au recouvrement de sa souveraineté nationale.

    Pour entretenir la mémoire, pour rappeler aux générations de l après occupation, que des algériens se sont battus, sacrifiés pour que d autres puissent vivrent libres dans leur pays.

    Encore plus cette année, car c est le 60eme anniversaire, il faut donner à cet evenement, toute la dimension qu il mérite, partout en Algérie.

    Gloire à nos chouhadas.

    Taya Djazair




    0



    0
    mellah hocine
    13 septembre 2014 - 14 h 38 min

    Existent- ils encore des
    Existent- ils encore des repères historiques en ALGERIE ?
    Les seuls fondements qui pouvaient exister comme repères sont l’ALN et le FLN.
    L’ALN fut démystifiée, déstructurée et réformée pour en faire une ANP- certes forte de sa mission constitutionnelle, mais ne représente aucun repère historique pour les jeunes générations.
    Le FLN a subit une mutation (mue), à l’image de ce serpent qui se débarrasse de sa peau, pour effacer ce FLN révolutionnaire qui avait su guider notre pays vers l’indépendance.
    52 ANS après l’indépendance, seulement après 52 ans, Un général de l’armée Française est venu décloisonner, déchirer ce que nous avons de plus ALGERIEN, l’ECOLE DES PARACHUTISTES DE BISKRA.
    Le sang des Martyrs va jaillir des entrailles de cette Algérie pour venir ensevelir tous ces « traitres » qui ont osé.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    13 septembre 2014 - 14 h 34 min

    Pour moi, une date importante
    Pour moi, une date importante et j’essaie d’entretenir la mémoire et surtout les idéaux nobles qui normalement devait en sortir et en faire profiter le peuple. Ils ne sont pas caducs mais jamais mis en pratique depuis 60 ans.
    Je ne le dirais jamais assez et pour avoir un peu potassé mon sujet, le FLN historique restera un symbole fort non pas pour l’Algérie seulement, mais pour ceux qui ont lutté pour les damnés de la terre.
    Le Maroc, la Tunisie, une grande partie de l’Afrique nous doit une fière chandelle pour avoir oser se rebeller et démontrer que l’on pouvait s’affranchir de notre condition d’humilié. Nous avons gardé cette spécifié de ne jamais baisser les bars de croire en nous-même. Quant au bilan de 60 années d’indépendance n’est pas brillant, c’est une vérité criante, mais rien n’est perdu et je crois que nous avons toujours été plus fort quand notre pays ne détenait pas de ressource énorme et que si demain le pays ne produit plus rien (pétrole ou gaz) et bien, nous fabriquons ce jour-là des hommes conscients de vivre sur une terre fertile et généreuse et que celle-ci a donné ses meilleurs enfants au sacrifice suprême pour rester ce que nous avons toujours été, c’est a dire des hommes libres
    Marcher sur les pas d’Abane Ramdane ,Larbi Ben m’hidi ,Ali La Pointe ,Hassiba Ben Bouali et tant d’autre cela vous donne du frisson dans le dos car des héros comme cela le siècle en donne une dizaine pas plus et ils sont algérien.
    Quel magnifique héritage que nous portons, mais en somme, nous conscient ?!




    0



    0
    Abou Stroff
    13 septembre 2014 - 14 h 32 min

    « L’occasion offerte par le
    « L’occasion offerte par le 60e anniversaire ne doit pas être ratée pour renforcer la place de ce repère dans la formation de la personnalité algérienne, en premier lieu parmi les enfants et les jeunes qui fréquentent les établissements d’enseignement. » dixit K. M.. le voeu de l’auteur vient d’être exaucé. en effet, un livre d’histoire pour la 4ème année primaire vient d’être édité et notre bienaimé fakhamatouhou national trône, le buste en avant, avec de grandes figures historiques tels Massinissa,l’émir Abelkader et d’autres figures emblématiques. moralité de l’histoire: les jeunes vont croire que kouider el mali a participé à la glorieuse révolution alors qu’il n’a été qu’exilé au mali pour faute grave (sans la protection de boumédiène, kouider aurait été passé par les armes). moralité de l’histoire: comment peut on renforcer la « personnalité algérienne » (en supposant qu’une telle chose existe) si les prémices du renforcement sont des mensonges avérés?




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2014 - 14 h 21 min

    le meilleur moyen de faire
    le meilleur moyen de faire face à la tentation est d’y céder !
    allons ,il ne reste qu’un pas ;reconnaissez votre erreur :
    FAFA n’a jamais quitté le pays ,elle n’a fait que sous traiter sa « gestion » qui est aujourd’hui claire comme l’eau de roche ;

    GLOIRE AUX MARTYRS DONT LES SACRIFICES ONT ETE DETOURNES COMME L INDÉPENDANCE.

    FERHAT ABBAS COMME DE GAULLE AVAIENT RAISON.




    0



    0
    citoyen karim
    13 septembre 2014 - 14 h 03 min

    J.Y. Le drian à Zeralda
    «

    J.Y. Le drian à Zeralda
    « J’ai d’abord transmis au président, la considération, l’amitié et les félicitations du président Hollande qui tenait beaucoup à ce que des déplacements de ministres puissent avoir lieu après élection du président Bouteflika. Nous avons fait un point de nos entretiens puisque j’ai eu aujourd’hui des entretiens avec le vice-ministre de la Défense, avec le premier ministre et avec le ministre des affaires étrangères.
    Nous avons évoqué la mise en œuvre de notre accord de défense qui fonctionne maintenant depuis le 1er février de cette année.
    Nous avons aussi évoqué notre coopération, globalement, à la fois en terme de coopération militaire et de coopération en matière d’armements puisque ce sont mes responsabilités, nous avons aussi évoqué la situation sécuritaire sur l’ensemble de la sous-région, convenant ensemble que nous avions un ennemi commun qui est le terrorisme et qu’il fallait tout mettre en œuvre pour l’éradiquer là où il se trouvait, car il s’agissait à la fois de la sécurité des États concernés, que ce soit le Mali le Niger et l’Algérie, mais aussi de la sécurité de la France et de l’Europe. C’est le même combat et les mêmes intérêts. Nous avions fait ce tour d’horizon de manière très sereine mais en même temps très déterminé. »
    Pendant ce temps,dehors, une chute de grêle fait suite à à une violente averse qui à commencé vers 17h30, un peu comme l’incendie de la grande Poste à 13h50, le 19 décembre 2012, lorsque François Hollande et Abdelaziz Bouteflika se donnaient à un bain de foule quelque mètres de là…




    0



    0
    JUGURTHA
    13 septembre 2014 - 10 h 52 min

    IL Y AURA UN DÉFILÉ MILITAIRE
    IL Y AURA UN DÉFILÉ MILITAIRE ???J’EN DOUTE FORT…PONCE PILATE VA L’INTERDIRE…SINON PLUS DE VAL DE GRACE…
    CE SERAIT BIEN QUE LE PEUPLE ALGÉRIEN MANIFESTE ET DÉFILÉ CE JOUR LA DANS TOUTES LES VILLES AVEC LE DRAPEAU ALGÉRIEN POUR BIEN MONTRER QUE L’ALGÉRIE N’EST PLUS FRANÇAISE ET QUE LE PEUPLE EST TOUJOURS LA POUR LA DÉFENDRE.
    LE 1er NOVEMBRE APPARTIENT À NOTRE PEUPLE.
    EN HOMMAGE À NOS MARTYRS: HOMMES, FEMMES ET ENFANTS AUX COULEURS DU PAYS.
    EN CHANTANT .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.