Les financiers de Daech

Par Kamel Moulfi – Incroyable mais vrai : la France est le principal bailleur de fonds du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique, estime le quotidien Le Figaro qui rapporte l’accusation portée contre ce pays par Obama «glissée» dans un entretien qu’il vient d’accorder au New York Times. «Les Français payent des rançons aux terroristes», assure le président américain qui ne croit pas François Hollande quand il affirme le contraire. Comme par hasard, cette déclaration est tombée au moment où le chef d'état-major de l'armée française se trouvait à Alger. Les hôtes algériens de l'officier supérieur français font-ils le même reproche à leur invité dont le pays combat le terrorisme d'une main et le nourrit de l'autre ? Selon le Figaro, la France a même été gratifiée par le New York Times du titre peu glorieux de «championne» du paiement des rançons à Al-Qaïda. Le quotidien américain, visiblement très bien informé, fait le compte de ce que la France a donné aux terroristes en échange de la libération de ses ressortissants qui avaient été pris en otages : au total 67,6 millions de dollars depuis 2008, plus que la moitié des 125 millions de dollars que les enlèvements auraient rapportés aux groupes terroristes. Il y a plus que de l’inconséquence dans ce comportement. Et en France, la classe politique fait comme si de rien n’était. Les députés français vont débattre aujourd’hui à l'Assemblée nationale d’un «projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme», qui, dit-on, fait consensus. Y aura-t-il un député pour proposer que ce projet tienne compte de la résolution votée par l’ONU en février dernier demandant aux Etats de ne pas verser de rançon à des groupes terroristes pour libérer des otages ? C’est à ne rien comprendre : le projet de loi veut «conjurer la menace représentée par les filières de djihadistes qui impliquent des Français», mais ces mêmes filières sont financées par un budget alimenté par la France à travers le paiement de rançons. Le problème est simple : quand un groupe terroriste a besoin d’argent pour engager un djihadiste français, il prend en otage un autre français puis le libère en échange du paiement d’une rançon qu’il utilisera pour ce recrutement. En paroles, la France dit combattre Daech et, en cachette, finance ce groupe terroriste. C’est tellement simple qu’il faut se poser la question s’il n’y a pas autre chose ignorée par les observateurs crédules.
K. M.
 

Comment (32)

    Ahmed/Anonyme
    16 septembre 2014 - 9 h 28 min

    Mais une fois en Syrie, ils
    Mais une fois en Syrie, ils deviendront « opposition démocratique en Syrie » qu’il faudra aider selon la déclaration de Paris contenant 10 points où la Syrie est complètement exclue.




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    16 septembre 2014 - 9 h 20 min

    Raisonnablement que dire de
    Raisonnablement que dire de ces américains qui annoncent à l’avance, de plusieurs semaines,à son « ennemi » Daech qu’il compte le bombarder prochainement?
    En clair, « Repliez-vous vers la Syrie qui est le lieu des combats programmés et non l’Irak »
    – La déclaration d’Obama posant l’hypothèse qu’il compte aussi les bombarder, sans passer par le CS, en Syrie est une hypocrisie, car sachant bien qu’elle sera rejeté
    – Passer par le CS anéantirait les calculs et les prétentions des EU qui sont de maintenir une force terroriste d’instabilité dans la région




    0



    0
    le chameau regerde pas sa bosse
    16 septembre 2014 - 8 h 57 min

    et en Algérie qui a financer
    et en Algérie qui a financer les terroriste ya si Kamel daeche si t’in produit purement américain comme ebola .h1n1.el quaida dont il ont le remède lorsque il veule tu sais un avion russe su-24 a fait virer 22 haut gradé de paltagone potine (argaz )comme on dit en kabyle.nous les arabs hypocrite leur but et salir islam mais dieu le conservera j’ausqua le jugement dernier.




    0



    0
    Dakichia
    15 septembre 2014 - 22 h 59 min

    L’article est bon, mais il
    L’article est bon, mais il manque une troisième dimension. Je m’explique simplement par l’histoire du vitrier qui cherche à poser plus de vitres. Il engage des jihadistes qui vont casser les vitres; puis ce même vitrier s’improvise policier pour faire semblant d’arrêter les coupables et s’impose à remplacer les vitres avant l’hivers. C’est toute l’histoire de maintenir discrètement ces jihadistes cachés pour casser d’autres vitres. En conclusion tu me paies ce que je t’achète.
    Important : Mes vidéos youtube sont ouvertes aux commentaires. Je vous rappelle que cet espace à vocation à partager vos avis sur mes contenus et à débattre, mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux.
    Je vous rappelle également que vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette,charte de bonne conduite des acteurs de l’Internet, qu’ils
    soient utilisateurs professionnels ou particuliers.
    La Chaine Dakichia se réserve le droit de refuser ou de retirer certains commentaires.
    Bonne écoute et bonne discussion ! http://youtu.be/uB55-Caw4Nk?list=UUlQ7Vp7g6zPlL21ayqb6HpA

    http://youtu.be/8OE1OwPcSDw Le Professeur Canadien sur Da3ach




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    15 septembre 2014 - 21 h 13 min

    INFORMATION
    _____
    Les dessous

    INFORMATION
    _____

    Les dessous du tir des deux missiles en Méditerranée
    .
    Une source diplomatique éminente a révélé que « la
    guerre américaine contre la Syrie a commencé et a terminé au moment du tir des deux missiles balistiques qui sont tombés dans la mer » ! Selon le quotidien libanais assafir, citant cette haute source, « les deux missiles ont été lancés par les forces américaines d’une base militaire de l’OTAN en Espagne.
    Ils ont été détectés par les radars russes immédiatement. Les batteries de défense russe les ont confrontés. Un missile a explosé en l’air alors que l’autre a été dérouté et est tombé ensuite en mer ».

    Et la source d’ajouter : « Le communiqué publié par le ministère russe de la défense sur la détection de deux missiles balistiques lancés en direction de la Méditerranée a négligé de souligner deux informations : le lieu du tir des missiles, et leur interception ».
    Pourquoi ? Parce qu’immédiatement après cette opération militaire, la direction des renseignements russes a contacté les renseignements américains pour les informer que « frapper Damas équivaut à frapper Moscou et nous avons omis la phrase de l’interception des deux missiles du communiqué que nous avons publié pour sauvegarder les relations bilatérales et pour ne pas provoquer plus d’escalade. Pour cette raison, vous devez revoir rapidement votre politique et vos intentions envers la crise syrienne et vous devez réaliser qu’il vous est impossible d’éliminer notre présence en Méditerranée ».

    « Cette confrontation directe non annoncée entre Moscou et Washington a augmenté la confusion de l’administration d’Obama qui est devenue plus convaincue que la partie russe est prête à aller jusqu’à la fin en ce qui concerne la cause syrienne, et a montré que seule une initiative russe pourra sauver la face de l’administration US et que la volonté de la
    Russie décidera de la paix ou de la guerre en Syrie ».

    La même source a poursuivi : « Après qu’Israël a démenti sa connaissance au sujet du tir des missiles dans son premier communiqué, Washington a demandé de Tel Aviv de revendiquer les tirs des missiles pour la sauver de cette position, surtout que ce tir était le signal de lancement de l’offensive
    contre la Syrie. Il était prévu que le Président américain participe au sommet du G-20 pour mener des négociations sur le sort du président syrien Bachar el-Assad ».

    « Après la confrontation balistique entre les Etats-Unis et la Russie, Moscou a augmenté ses experts militaires en Syrie, et a multiplié ses pièces militaires et ses navires pour renforcer sa présence militaire en Méditerranée, et a choisi d’annoncer son initiative sur la fin de l’offensive contre la Syrie après le sommet du G-20. Cette décision a été prise suite à des réunions avec la partie syrienne qui a donné son accord sur la proposition russe de placer les armes chimiques sous contrôle international et d’adhérer à la convention de la non-prolifération d’armes chimiques ».

    « Les premiers résultats de la confrontation balistique
    américano-russe furent le vote de la chambre des communes britannique sur le refus de participer à la guerre en Syrie, une décision qui a été suivie par des positions eurpéennes, notamment la position de la chancelière allemande Angela
    Merkel », a encore révélé ladite source.

    source: assafir
    Selon Al-Manar (Liban)




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    15 septembre 2014 - 20 h 52 min

    Les probabilités d’agression
    Les probabilités d’agression contre la Syrie
    Par Ghaleb Kandil
    ______

    Nombreux sont les partisans de la Résistance qui éprouvent une inquiétude légitime face aux manœuvres des États-Unis avançant sous le masque de la lutte contre le terrorisme après des années passées à monter et à entretenir, financièrement et logistiquement, des réseaux terroristes dans le but de frapper puis d’abattre l’État syrien.

    Toutes les marionnettes locales des agences de renseignement occidentales et des milliards de dollars ont été mis à la disposition du duo terroriste international, David Petraeus et Bandar bin Sultan, pour mener campagne contre la Syrie.

    Il n’empêche que ces deux éminentes personnalités du « Renseignement occidental et du Tiers Monde », ont perdu leur pari et ont fini par être congédiées en raison du fiasco de toutes leurs tentatives devant la solidité de l’État, du Peuple, de l’Armée nationale et de son commandant en chef, le Président résistant Bachar al-Assad.

    Mais voilà qu’on se demande, à nouveau, si l’Empire américain vaincu et sa pupille saoudienne, menacée par le « cataclysme daechien » [de l’EIIL en arabe], ne vont pas user de leur guerre contre le terrorisme pour couvrir leur agression contre la Syrie, les raids de l’aviation US sur des positions de l’Armée nationale syrienne facilitant le déploiement des groupes terroristes sur le terrain ; ceux qui seront entraînés en Arabie saoudite [1], plus ceux déjà entraînés en Jordanie [2] ayant reçu pour mission de se répartir sur la bande frontalière jouxtant le Golan et les fermes de Chebaa sous commandement des agents du renseignement sionistes [3].

    La réponse, évidente et immédiate, est que toutes les sottises sont envisageables de la part des puissances coloniales et des forces réactionnaires inféodées à l’Occident lorsqu’elles sont confrontées au désespoir et à la défaite. Par conséquent, la première chose à faire est de nous préparer au pire. Et c’est ce qui a toujours figuré à l’ordre du jour pour la Direction syrienne et ses Forces armées, tout comme cela est toujours pris en compte par l’Axe de Résistance et ses alliés en Russie, en Chine, en Inde et dans la plupart des Pays du BRICS.

    En effet, une telle aventure stupide et potentiellement très dangereuse est rendue d’autant plus probable que les circonstances et les raisons qui ont obligé Obama à annuler l’agression, dont il a menacé la Syrie l’année dernière, sont encore plus pesantes aujourd’hui ; les capacités de défense de l’Armée nationale syrienne s’étant renforcées dans tous les domaines notamment celui de la défense aérienne, de l’aveu même du chef d’état-major des armées des États-Unis, le Général Martin Dempsey, et le partenariat ainsi que la coopération dans le domaine militaire entre la République arabe syrienne, la Fédération de Russie et l’Iran étant passés à un niveau supérieur.

    La Russie, qui avait adressé son message désapprobateur en interceptant les missiles dirigés contre la Syrie en Septembre 2013 [4], a aujourd’hui des raisons supplémentaires qui l’inciteraient à lancer des messages plus forts et plus sévères ; l’affrontement américano-russe en Ukraine et la série de sanctions occidentales à son encontre l’ayant rendue encore plus convaincue de la justesse de la vision syrienne concernant la mentalité colonialiste des USA et de l’OTAN, une mentalité qui menace le monde entier ! Quant à l’Iran, sa position est toujours aussi claire à l’égard de la Syrie considérée comme la première forteresse de défense d’un Moyen-Orient libre !

    Ce n’est pas par hasard que le « cirque US » à Jeddah [5] a coïncidé avec l’annonce du décuplement des échanges russo-iraniens et avec la volonté déclarée de Moscou de pousser la stratégie de développement de l’Organisation de coopération de Shangai [OCS] jusqu’à en faire une alliance internationale d’entraide [6] dans tous les domaines et, particulièrement, avec l’Iran. Par ailleurs, une même grille de lecture doit être appliquée aux communiqués publiés par la Russie, la Chine et l’Iran [7] : un avertissement nettement suffisant contre toute attaque à la souveraineté des États ; sous-entendue, la souveraineté de la République arabe syrienne.

    Des prises de position qui doivent se traduire effectivement sur le terrain syrien, le système de coopération militaire et sécuritaire avec les alliés de la Syrie pouvant être activé et développé au moment opportun. Ceci nous paraît indispensable pour dissuader les USA de cesser leur brutalité orgiaque contre un État qui se bat contre le terrorisme, seul, et à la place de ses alliés et de ses ennemis à la fois !

    Ceci dit, et en prévision d’une agression idiote quand même, il est nécessaire de rappeler la déclaration du ministre syrien, M. Walid Mouallem, se résumant à dire que toute opération aérienne sur le territoire syrien, sans coordination préalable avec le gouvernement syrien, sera considérée comme une agression nécessitant une réponse défensive légitime [8].

    Les États-Unis dans leur prétendue guerre contre le terrorisme, qu’ils ont couvé pour frapper la Syrie, ont choisi de continuer à entrainer, à armer et à financer encore plus de groupes terroristes pour la démolir et l’empêcher de se récupérer. Ils habillent leurs agents et leurs mercenaires de mille masques, avec la collaboration des gouvernements turc, qatari et saoudien embourbés dans le terrorisme takfiriste jusque par-dessus la tête. Ce qui confirme que « l’alliance de Jeddah » n’a pas pour but d’endiguer le terrorisme ou de l’anéantir, mais de le réemployer ! D’ailleurs, les dérobades turques [9] et les réticences britannique et allemande sont venues compléter l’image floutée de la situation.

    Certes, la visite de M. Staffan de Mistura [nouvel émissaire de l’ONU pour la Syrie] à Damas et sa rencontre avec le Président Bachar al-Assad mettant l’accent sur la priorité de la lutte contre le terrorisme, parallèlement avec la tenue de la conférence carnavalesque de Jeddah, a suggéré à beaucoup d’observateurs que les États-Unis tentaient de rassurer Damas. Certains vont même jusqu’à croire qu’ils se sont enfin décidés à dompter leurs agents avant de modifier leur langage envers l’État syrien.

    Mais l’Histoire nous pousse à toujours tenir compte des mauvaises intentions US et à nous comporter sur cette base en premier lieu. Et si jamais il fallait serrer des mains et sourire, il n’est pas interdit de montrer ses crocs, comme la Syrie sait le faire face au loup américain et à ses hyènes régionaux, quand il le faut !

    Ghaleb Kandil

    12/09/2014

    Source : New orient news

    http://www.neworientnews.com/news/fullnews.php?news_id=143988

    Traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca




    0



    0
    le Naïf
    15 septembre 2014 - 20 h 43 min

    Ne soyons pas dupes ! Si les

    Ne soyons pas dupes ! Si les français font bailler Daech à coup de millions de dollars, les américains eux leur offrent gîte et couvert. Savez-vous que le bureau du républicain John McCain le père spirituel de Daech est situé dans une aile secrète du siège de la CIA hautement gardée. Est-il possible de lutter contre le terrorisme en le créant ou admettons en s’alliant avec ses innombrables hydres à multiples têtes chacune.
    Les officiels américains et leurs agents européens – inutile de citer leurs valets arabes – sont moins que rien dès lors qu’il s’agit de respecter son prochain. Ils sont nés des hors la loi. Ils n’ont jamais été capables d’honorer leur engagement au moins une fois dans leur vie envers les règles et les lois internationales. Ils sont les conducteurs d’ânes de la justice et des droits de l’homme. Ils sont aussi les muletiers de la démocratie. Ils subsistent grâce à la chair humaine comme des cannibales ou à défaut comme des vampires suçant le sang des peuples sans défense.
    Leur impétuosité et arrogance leurs font croire que les richesses du monde entier leur appartiennent. Dieu, disent-ils s’est trompé en les répartissant à travers les pays du monde. C’est ainsi qu’ils s’octroient tous les droits et les non-droits de les récupérer par n’importe quel moyen où qu’elles se trouvent contre la volonté de leurs propriétaires légitimes. Les victimes furent généralement les pays faibles. Mais voilà qu’aujourd’hui ces américains et leurs agents européens tentent de jouer une partie de domino sur le derrière de l’ours Russe, et le panda chinois. Vont-ils cette fois-ci gagner la partie ou se mordre les doigts ?
    Les experts de la Cia, en collaboration avec le Mossad et Le Secret Intelligence Service (SIS) de sa majesté la reine d’Angleterre, ou le caniche fidèle aux israéliens, ont échafaudé quatre principaux objectifs pour la mission de leurs terroristes de l’Etat Islamique Atlantiste :
    1) Salir l’image de la religion musulmane et des musulmans par la diffusion à travers les médias des images perverses montrant la perpétration de crimes sauvages et inhumains sans parler des exécutions, viols et persécutions.
    (Faut-il rappeler que les exécutions récentes par Daech d’américains et d’anglais, n’est qu’une mise en scène hollywoodienne dont seuls les naïfs y croient à leur exactitude).
    2) Semer les divisions, les hostilités et les conflits entre les musulmans.
    3) Créer un courant extrémiste sanguinaire capable de s’opposer à toutes les forces quelles qu’elles soient anti-israélo-anglo-saxonnes telles aujourd’hui cette multitude d’organisations terroristes à leur tête Daech ou l’Etat islamique atlantiste.
    (La Russie et la Chines ne sont-elles pas menacées elles aussi par les hordes terroristes atlantistes.
    4) Préparer la plateforme nécessaire pour intervenir et disposer, comme bon leur semble ; et fournir ainsi le prétexte d’une présence militaire permanente d’occupation israélo-anglo-saxonne à travers le monde, du monde arabe y compris le Maghreb arabe sans oublier bien sûr les pays qui englobent l’Union eurasiatique.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.