Plus de fermeté, M. Louh !

Par Meriem Sassi – L’actuelle agitation médiatique française entretenue autour de l’odieux assassinat des moines de Tibhirine a visiblement pour but de fragiliser la position algérienne, en tentant de remettre au goût du jour les accusations contre l’armée algérienne et de disculper les sanguinaires terroristes du GIA. Ce énième remake du «qui tue qui» devient, à force, révoltant, au vu de la mauvaise foi évidente de certains médias français qui se rallient clairement à des positions politiques hostiles à l’Algérie. En France, on juge ainsi la version algérienne «simpliste». Pour les avocats des familles, repris par les médias français, il y a même «une confiscation des preuves par les autorités algériennes». La piste d'une «bavure de l'armée algérienne ou d'une manipulation des services militaires algériens» est ainsi mise en exergue par la presse qui accuse l’armée d’avoir voulu «discréditer le GIA ou se débarrasser des moines». Un des avocats des familles va plus loin : «Nous disons aux autorités algériennes : si vous poursuivez dans cette obstruction, c'est parce que vous avez des choses à cacher.» Des accusations graves qui sont relayées, depuis des jours, par la presse française pour tenter, encore une fois, de porter atteinte à l’Algérie. Du côté officiel français, on reste cependant discret ou mesuré, laissant les médias se charger de nourrir les suspicions et les rancœurs au lendemain du refus d’Alger d’autoriser les juges français de repartir avec les prélèvements effectués sur les crânes des moines. Pourtant, disent-ils, «les experts français sont réputés parmi les meilleurs du monde». Une suffisance et un paternalisme inacceptables. Face à ces allégations, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, s’est contenté de dire, dans une déclaration à la presse, que la justice algérienne «accomplit son travail normalement». Une tiédeur politique qui ne sied guère à la tournure que prend actuellement cette affaire. Le langage diplomatique n’est plus de mise face à tant d’acharnement contre l’Algérie. Les pouvoirs publics, dont notamment le ministre de la Justice, devraient réagir avec plus de fermeté. Ils pourraient, par ailleurs, mieux ajuster leur plan de communication pour répondre aux accusations françaises. Une information ciblée et réactualisée devrait être, en effet, mise à la disposition de la presse algérienne actuellement totalement livrée à la désinformation française prise, malheureusement, trop souvent pour argent comptant.
M. S.

Comment (7)

    Anonyme
    25 octobre 2014 - 14 h 27 min

    fafa appuyé par fakhamatouhou
    fafa appuyé par fakhamatouhou continue à penser que les moines ont été assassinées par l’armée régulière et non parles gia ;
    comment peut on demander de la fermeté à un clan dont la survie dépend totalement de fafa ? surtout lorsqu’il s’agit d’un apprenti exécutant au doigt et à l’œil toute
    instruction téléphonique ;




    0



    0
    Anonyme
    24 octobre 2014 - 18 h 17 min

    A QAUND DES JUGES ALGERIENS
    A QAUND DES JUGES ALGERIENS EN FRANCE POUR ENQUETER SUR LES CRIMES D’OCTOBRE 1961??? OU BIEN LES CES CRIMES SONT LEGITIMES ??? IL FAUT DEMANDE L’EXHUMATION DES CORPS DE TOUS LES ALGERIENS TUES LACHEMENT A PARIS ET FAIRE DES AUTOPSIES ET INTERROGER TOUTES LES ARCHIVES FRANCAISES+ LA PRESSE ALGERIENNE DOIT DONNER LE OLA AUX MEDIAS FRANCAIS QUI N’ONT RIEN DE LIBRE OU D’INDEPEDANT-




    0



    0
    Anonymemo
    24 octobre 2014 - 17 h 31 min

    plus de fermeté hhhhhhhhhhhhh
    plus de fermeté hhhhhhhhhhhhh mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
    AP on sait quand il s’agit de la france la marabunta baisse la tête il faut pas oublier la bénédiction de la france pour l’election de boutef en cotre partie la france fait ce qu’elle veut en algerie




    0



    0
    New kid
    24 octobre 2014 - 17 h 01 min

    Lorsqu’une fève tombe sur une
    Lorsqu’une fève tombe sur une planche, elle ne fera que rebondir !
    (Am ivouan aff kouh).
    On ne saura jusqu’où la retombée se fera. Peut-on compter combien de ricochets une pierre sur l’eau auront lieu ?
    Peut-on savoir la durée des aboiements des chiens lorsque la caravane passe ?
    Même Einstein n’aura de solution à cette maladie imaginaire de fafa. Même son Molière ne le saurait.




    0



    0
    Anonyme1
    24 octobre 2014 - 16 h 59 min

    D’abord il faut commencer par
    D’abord il faut commencer par évacuer un malentendu savamment entretenu par la France. Ces moines comme tous les religieux et ecclésiastiques sont par définition CELIBATAIRES donc n’ont ni femme ni enfants d’une part. De l’autre et étant donné leurs âges avancés, leurs parents doivent être tous décédés et ceux qui prétendent « être leurs parents » ne sont que de lointains parents plus ou moins poussés par les services français pour faire jouer tous registres de pression à exercer sur l’Algérie. Alors de quelles « familles » parlent les Français ?
    Par ailleurs leur présence en Algérie (malgré qu’ils aient été priés, en vain, par les Autorités algériennes de quitter le pays ou du moins la zone de Tibahrine) s’explique par le fait qu’ils étaient en mission (des « missionnaires » ne pouvaient pas être appelés autrement) religieuse, humanitaire, subversive voire d’espionnage La frontière entre chaque volet étant tellement ténue , chacun servant de couverture ou d’alibi aux autres. ils sont restés donc au péril de leurs vies dans une zone désertée par les populations locales elles-mêmes.
    Comme le souligne bien l’article, la thèse de « kitiki » refait surface et il est surprenant qu’elle rencontre en Algérie des oreilles complaisantes pour servir d’écho et d’amplificateur aux ennemis de l’intérieur et de l’extérieur. Un seul exemple pour illustrer la machination ourdie a été donné aussitôt après la publication du communiqué des « familles » qui dénonçait l’empêchement par les autorités algériennes de laisser les échantillons pour analyse des ADN prélevés sur les crânes des moines, quittent le pays, les investigations pouvant être menées dans les laboratoires algériens en présence des experts française, comme cela a (semble-t-il été convenu avant la visite de Trévidic). Certaines chaines TV dites algériennes et libres, au lieu de souligner que c’était là un simple exercice par un état de sa souveraineté, ont pris (sans analyse et sans vérification) fait et cause avec les services français qui se soucient très peu du sort et du martyre qu’on subis ces pauvres moines victimes expiatoires des criminels desseins des tenants de l’Algérie française avec à leur teête Mitterrand puis Sarkozy.
    Ainsi et dès hier jeudi soir, la chaine « almagharibia » qui émet courageusement de Londres, faisait dire par son commentateur : « SI LES AUTORITES ALGERIENNES VOULAIENT AVOUER QUE C’EST L’ARMEE ALGERIENNE QUI A ASSASSINEE ET DECAPITE LES MOINES, QU’ELLE NE S’Y PRENDRAIT PAS AUTREMENT ».
    == En clair, ces mercenaires journalistes vendus demandent à la France d’accuser l’ANP




    0



    0
    Le lion
    24 octobre 2014 - 14 h 37 min

    L’équation de Schrödinger est
    L’équation de Schrödinger est tellement facile à formuler pourtant! L’etat mort-vivant de votre monarque, voyons!




    0



    0
    Abou Stroff
    24 octobre 2014 - 14 h 19 min

    « Plus de fermeté, M. Louh!
    « Plus de fermeté, M. Louh! s’exclame M. S.. autant demander à un cul de jatte de courir plus vite que Hussein Bolt ou demander à un comateux qui n’a même pas le bac de nous présenter la formulation moderne de l’équation de Schrödinger et sa résolution. bref, fafa tient tous nos « augustes » dirigeants (y compris, le premier d’entre eux, c’est à dire leur bienaimé fakhamatouhou national) par la barbichette et nos augustes dirigeants n’ont qu’un souci et un seul: que fafa ne divulgue pas tous leurs secrets (scabreux?) qu’elle conserve bien au chaud (n’est ce pas si kouider el mali?).
    PS: si l’Algérie était dirigée par des PATRIOTES intègres, ces derniers auraient envoyé balader et les media français et le gouvernement français. en effet, l’Algérie n’a jamais fait partie du « réseau focard », pourquoi donc l'(ancienne?) puissance coloniale se permet elle d’humilier les énergumènes qui font office de dirigeants algériens. si fafa les humilie, c’est parce qu’ils sont « humiliables », n’est ce pas?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.