Lynchage made in USA

Par Kamel Moulfi – A l’ouest, rien de nouveau ? Depuis quelques jours, chaque soir, dans plusieurs villes des Etats-Unis, la fine fleur de la population américaine, celle qui reste imprégnée d’humanisme et des valeurs qui fondent les droits de l’Homme, sort dans la rue pour dire «non au racisme !» Elle affronte, notamment à New York, une police et une justice au service du pouvoir installé à la Maison Blanche qui est du côté des racistes. C'est tout de même étrange que des manifestations et des heurts qui ont lieu à New York ne bénéficient pas d'autant d'attention de la part des médias occidentaux que le «printemps arabe», bien que la situation soit grave. Cela mérite bien des articles, quelques reportages, des analyses, un dossier, des envoyés spéciaux pour rendre compte des manifestations… Car il faut encourager les minorités noire et hispanique à se soulever une fois pour toutes pour mettre fin à l'apartheid américain. Et c’est le devoir des médias d’y contribuer. Les meurtres de Noirs commis récemment par des policiers blancs, qui sont garantis de l’impunité par une justice qui fonctionne selon un code raciste, sont décrits comme des «lynchages modernes» par les militants des organisations de défense des droits de la communauté noire. En face, Barack Obama a fini par confirmer son statut de président-alibi : président noir ou pas, l'Amérique était, est et sera toujours un pays raciste ! Sauf si le mouvement populaire qui commence à prendre de l’ampleur dans les principales villes américaines parvient à imposer le changement non seulement dans l’appareil judiciaire et dans la police, mais dans tout ce système bâti sur les inégalités et l’injustice qui frappent non seulement les populations d’origines africaine et latino-américaine, mais aussi les couches pauvres de la population blanche. Les protestations des Américains qui manifestent dans quasiment toutes les villes du pays pour le respect des droits de l’Homme aux Etats-Unis doivent être relayées par les médias libres.
K. M.
 

Comment (5)

    Mère-patrie
    7 décembre 2014 - 13 h 31 min

    Le président théorique des
    Le président théorique des Usa ; Barak Hossein Obama, cet afro-américain élu en réalité par « combination of circumstances », n’est même plus en mesure de défendre ses propres compatriotes de couleur devant les exactions et les meurtres à répétition de citoyens américains noires commis par des hordes d’hommes blancs racistes jusqu’à la moelle épinière comme au « bon vieux temps ». Il doit donc rester dans ces petits souliers pour sauver sa peau !
    Naïf est celui qui croit à la neutralité et a l’objectivité des médias européens. Ils sont tous à la solde de l’oncle Sam et lui même est le valet incontesté et inconstatable de cette poignée d’israéliens qui leur dicte à chaque fois ce qu’ils doivent faire. Ce sont les prémices de la dislocation de l’Europe et la fin de l’hégémonie américaine. Le 21 éme siècle est plein de surprises.




    0



    0
    Anonyme1
    7 décembre 2014 - 12 h 28 min

    D’accord avec Sprinkler. Il
    D’accord avec Sprinkler. Il faut ajouter que la réaction de Obama n’est pas isolée si on « décortique » ce que vient de déclarer le pape en visite chez les Kurdes, dénonçant la « liquidation et l’expulsion systématiques des Chrétiens d’Orient ». Il faut souligner que ce pape n’a pas été « choisi » par hasard. Jésuite jusqu’au fond l’âme, il se place en continuateur de son prédécesseur qui n’arrivait plus « à vendre » la croisade que l’Occident mène contre l’Islam depuis qu’il a déclaré que « l’Islam était porteur de violence ». Devant le tollé général soulevé dans le monde musulman, il s’en alla à El-Azhar et en Turquie chez les faux musulmans de Erdogan, pour dire qu’il était « désolé d’avoir choqué les Musulmans ». Ce que les doctes hommes de religion de ces instances s’empressèrent d’accepter comme des excuses. Mais le mal était fait.




    0



    0
    citoyen karim
    7 décembre 2014 - 11 h 36 min

    Point de vue écrit et poster
    Point de vue écrit et poster au premier jour de la réunion du groupe Bilderberg à Londres en 2013 :
    L’Histoire c’est remise en branle afin de reprendre le sens de son acheminement naturel vers la Paix dans le monde. Une Paix que la grande Pieuvre internationale lui a dévoyée au sortir de la Seconde Guerre mondiale.
    L’indépendance de notre pays fut confisquée conformément à un plan mondial pour une domination par le plus fort sur le plus faible –imperceptible à l’époque comme le sont certains événements actuels. Ceux d’octobre 88 sont à inscrire dans cette logique, et c’est le monde dans son ensemble qui a fini par être pris en otage. Facteurs interdépendants.
    Les hommes et les femmes sont naturellement faits pour vivre en société et la marche du monde tend à l’unification des sociétés dans leurs diversités, condition pour l’édification de la Paix universelle.
    Le rôle de l’Algérie –de son Etat fort à venir- dans ce processus n’est pas seulement indispensable, il est primordial.
    Seulement voilà un Etat fort suppose une discipline et une obéissance à une autorité.
    Une autorité respectée se doit d’être une autorité juste.
    Une autorité juste ne peut exister que dans un Etat de Droit et de Raison.
    C’est cette Autorité qui réussira à faire adhésion à un ordre politique et un progrès avançant dans le sens de l’Histoire, qui sera possible, à mon humble avis, que sous un gouvernement laïque consacré par une Constitution d’inspiration universelle.
    On en est là…




    0



    0
    Knew kid
    7 décembre 2014 - 10 h 56 min

    Dans quel état Obomba Ussama
    Dans quel état Obomba Ussama a réduit la justice américaine ! Digne d’une justice de régime bananier de ses ancêtres. la suprématie des blancs rattachée au klu-klux-klan en est à sa renaissance. Il a les mains liées dans son dos par les Vush aux commandes.
    Ces donneurs de leçons, hypocrites qui arment les criminels en Ukraine, Israël et Syrie, payera sa dette soon !




    0



    0
    Sprinkler
    7 décembre 2014 - 10 h 27 min

    Les pays européens à fortes
    Les pays européens à fortes populations immigrées ont tout intérêt à bâillonner leurs médias, le risque de propagation est hautement avéré…Ce qui prête à sourire c’est ce président américain – mi-Noir-mi-Blanc – qui condamne avec la plus extrême vigueur l’assassinat d’un ressortissant américain par Al Qaïda du Yémen et tient pour un banal fait divers les crimes abjectes de sa police qui, comme chacun sait, est blanche comme colombe…Au fait la race blanche n’est pas plus chez elle sur cette terre amérindienne que ne le sont les Noirs qui, à leur décharge, y ont été déportés contre leur gré…




    0



    0

Les commentaires sont fermés.