La politique d’austérité a commencé : recrutements bloqués dans la fonction publique, projets retardés

Outre la rigueur dans la gestion du budget de l’Etat, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé aujourd'hui mercredi des mesures d’austérité qui vont toucher en premier lieu le secteur de la fonction publique. Le Premier ministre a, en effet, précisé, en marge de l'ouverture de la 23e Foire de la production nationale, que des mesures avaient été prises pour réduire considérablement les budgets de fonctionnement des différentes institutions de l’Etat, allant de la présidence de la République aux administrations locales, en passant par les divers organismes et offices publics. Pour Abdelmalek Sellal, qui se veut plutôt rassurant, il n’y a pas le feu en la demeure, mais l’Etat décide de prendre les précautions nécessaires pour parer aux pires situations. Selon lui, il a été également décidé de bloquer les recrutements dans le secteur de la fonction publique et de ne procéder, en cas de nécessité, qu’au remplacement des départs à la retraite. Cette décision s'inscrit dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour «la bonne gouvernance en général et le bon fonctionnement des administrations», a indiqué M. Sellal. Le Premier ministre, qui souligne le caractère temporaire de ces mesures, fait état également de la révision de la mise en exécution du plan quinquennal 2015-2019 en fixant des priorités selon la nouvelle donne pétrolière. Ainsi, les projets qui n’ont pas d’impact direct sur la population vont être retardés jusqu’à l’amélioration des cours pétroliers. Abdelmalek Sellal rassure sur le maintien de tous les projets de construction de logements et d’hôpitaux. Le Premier ministre insiste sur la préservation du pouvoir d’achat et du niveau de vie des Algériens. «Toutes les dispositions ont été prises pour poursuivre le programme du gouvernement aux plans économique et social», a-t-il souligné. Ces décisions «n'affecteront ni le développement économique ni le niveau de vie des citoyens», a-t-il encore rassuré, appelant les Algériens à faire montre de compréhension et «faire de l'année 2015, une année de solidarité et de confiance solide entre gouverneur et gouverné». Selon lui, il n’y a aucune remise en cause de la politique d'investissements publics qui demeure le moteur de la croissance et de la création d'emplois et qui permet aussi de répondre aux besoins sociaux de la population, notamment dans les domaines de l'éducation, de l'enseignement et de la formation, de la santé et du logement. Comme seront maintenues les subventions de l’Etat des produits de première nécessité.
Rafik Meddour

Commentaires

    malik1000
    24 décembre 2016 - 19 h 33 min

    Nous avons fait rentrer du
    Nous avons fait rentrer du Canada et d’Allemagne nos 03 enfants docteurs qui auront leurs postes à l’université en septembre 2017 et chez eux en Algérie, monsieur Sellal. Et si vous les empêchez d’avoir leur poste fonction publique, il y aura notre révolte. travailler c’est un droit et récupérer ses enfants est votre obligation. doq nessektou ! khlitouha et c’est nous qui payons? On va voir.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.