Un consensus spontané

Par Kamel Moulfi – Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, était attendu sur une grosse information concernant le gaz de schiste, c'est-à-dire l’annonce de l’arrêt des travaux sur le puits d’Ahnet, près d’In Salah. Il n’en fut rien. Sur la chaîne de télévision publique A3, une heure avant le journal télévisé, moment supposé propice à une bonne audience, il a repris, sur cette question, son argumentaire habituel qu’il a déjà développé concernant l’importance des réserves et les précautions prises pour éviter l’impact sur l’environnement, en insistant toutefois sur le fait que le gouvernement n’a pas l’intention, du moins dans l’immédiat, de s’engager dans l’exploitation de ce gaz non conventionnel très controversé et qui a allumé la mèche d’une contestation qui n’en finit pas à In Salah et Tamanrasset avec un élan de solidarité exprimée de diverses façons sur tout le territoire national. Car il est bon de le souligner, en dehors du gouvernement, des officiels du ministère de l’Energie et de quelques experts, il y a un consensus national spontané et exceptionnel autour de la revendication de la population d’In Salah pour la fermeture du puits qui se trouve dans leur voisinage. Par extension, on peut dire que c’est toute la perspective «gaz de schiste» qui est remise en cause par ce consensus. Ce premier exercice de communication tenté par Abdelmalek Sellal dans le contexte créé par la chute des prix du pétrole n’a, visiblement, pas été concluant. Mais ce ne sera sans doute pas le dernier. Le Premier ministre va être contraint d’aller plus loin dans son discours quand il aura à annoncer ouvertement les mesures d’austérité inévitables face à la baisse des recettes du pays. Pour le moment, le gouvernement tient ferme sur la politique sociale qui est maintenue. Tout ce qui est gratuit ou presque le sera encore pour les couches défavorisées. Il y a tant à ramasser du côté des fraudeurs, comme ceux, sans doute identifiés, de l’importation, pour peu que l’on arrête de fermer les yeux sur le contenu des conteneurs «suspects». Il y a, également, encore à serrer sur les chapitres des dépenses publiques. Justement, les investissements pour le gaz de schiste devraient être les premiers à passer au crible des nouveaux critères de dépenses publiques établis en fonction de la chute des prix du pétrole.
K. M.
 

Comment (11)

    Anonyme
    22 janvier 2015 - 22 h 39 min

    SELLAL EST UN GRAND MENTEUR

    SELLAL EST UN GRAND MENTEUR !!! ET IL N’A PAS HONTE!!!




    0



    0
    kahina
    22 janvier 2015 - 22 h 27 min

    Le pays chavire, les clans se

    Le pays chavire, les clans se poignardent en plein jour et en public. À croire que le ministre de l’énergie reçoit des ordres d’ailleurs ( qui est son vrai maître??). Sellal est ses ministre sont en total déphasage ( 380 °). Oui, ils sont tous dans le même gouvernement mais chaque ministre est géré par clan différent. Les dernières déclarations et leur divergence totale est un clignotant rouge de la désastreuse situation qui prévaut au pouvoir.
    J’ai l’impression que l’exploitation de ce gaz de tout les dangers est imposé à l’Algérie de l’extérieur. Un pouvoir corrompu et illégitime n’a pas le choix d’exécuter les ordres pour sauver sa peau.
    Hanoune, Le Berrah du pouvoir, est sortie de son hibernation pour défendre le projet, gaz de schiste, de ses nourriciers.

    Que des mensonges, que des mensonges….

    D’habitude on parle de deux clans qui soufflent le chaud et le froid, mais à voir les divergences dans les déclarations et les comportements , je dirais qu’il ya au minimum 5 clans, et chaque clan tire vers sa direction. En attendant, l’Algérie chavire.




    0



    0
    New kid
    22 janvier 2015 - 20 h 45 min

    Le navire Algérie à son bord
    Le navire Algérie à son bord le capitaine impotent vient de fracturer sa coque sur les recifs.
    Le peu de carburant restant, dans les vagues tumultueuses se mélange à l’eau de mer. Les moteurs « floaded » grincent avant de s’arrêter avec des pétarades.
    Les lieutenants et les passagers de première classe se hissent dans les embarcations de sauvetages, les pauvres matelots cadenassés dans la salle des moteurs et ponts inferieures prient Dieu pour un miracle comme les esclaves noirs emportes par les « traders ».
    Suite au prochain épisode.




    0



    0
    Antisioniste
    22 janvier 2015 - 17 h 36 min

    Salamou 3alikoum
    Il est tout

    Salamou 3alikoum

    Il est tout à fait surprenant et remarquable à la fois, que le gouvernent Algérien de la bouche même de son premier ministre sellal soit le premier au monde à dire officiellement que l’humanité se rapproche de se qui a était longtemps considérer comme un alarmisme exagérer, je parle du pic pétrolier!
    Je trouve également « remarquable » le fait que cette annonce officiel est passé comme une banalité dans le flot des informations qui circule, et c’est un point plutôt inquiétant.
    Car encore une fois je me redis que malgré 26 ans de pratique journalistique libre, nos journalistes sont encore loin de mérité amplement ce titre. Vu qu’ils passe très souvent à coté de l’essentiel, et se focalise sur des sujets secondaires relativement important, par paresse ou manque de flair. Si ce n’est pour l’audimat ou le taux de vente des journaux pour certains d’entre eux, par manque de professionnalisme, excès d’opportunisme et cupidité, ce qui est malheureusement malheureux.
    Nos réserves en hydrocarbure suffise jusqu’en 2037 c’est officiel. C’est à dire on en a pour 22 ans, ou en d’autre terme une seule génération. Suis je le seul à trouvé cela inquiétant?
    J’espère que non!
    Je crois que le sursaut contestataire de nos compatriotes à Ain Salah sur la question de l’exploitation du gaz de schiste a porté ses fruits. Il reste juste que le gouvernement déclare solennellement et sans ambiguïté qu’il n’y aura pas d’exploitation de ce gaz, non pas devant l’APN squatté par les nullards de chez nul, mais dans une conférence de presse officiel. Cela va certainement contribuer à rassurer et calmer les contestataires de Ain Salah et de l’ensemble du pays.

    Je reviens au pic pétrolier aussi inéluctable qu’inquiétant annoncé cette fois de façon officiel, et bien que je fait partie de ceux qui croient que ce gouvernement est un gouvernement d’échec. Cependant ma position à son égard, et mon appréciation de ses décisions ne peut m’empêcher d’être impartial et prétendre que quelque part en haut lieu il y’ a des gens qui réfléchissent dans le bon sens pour une fois. Ceci est déjà un progrès significatif à mon humble avis, sans m’étendre sur les causes et raisons réelles ou supposé qui les ont obligé à réfléchir et donc de réagir, car cette annonce est une réaction.
    Si en 15 ans et avec le pactole rentier considérable dilapider inconsidérément par manque de vision, et par la pratique de la sourde oreille assaisonner d’arrogance patenté de la part de ceux, qui, il n’y a pas longtemps nous parler de Californie à mascara ou ailleurs, comme si la Californie était un modèle digne d’intérêt, hormis la Silicon Valley qui se trouve dans la partie sud de la baie de San Francisco. Alors comment pourrons nous faire un quelconque progrès avec des réserves qui s’amenuisent comme une peau de chagrin suite à la dégringolade conjoncturel des prix du pétrole, avec des dépenses totalement grossières et pénalisante de haut en bas, et le pire en remisant sur un gouvernement d’échec aussi cupide qu’incompétent (à l’exception de quelques ministres) qui dans une conjoncture pareille envisage et décide d’investir 70 milliards de dollars de nos réserves d’ici à 2022 dans le gaz de schiste sans aucune étude sérieuse ni concertation, à croire que cet argent est sa propriété, ou bien que nous somme trop stupide et immature pour qu’ils daigne prêter attention à nos incessant cris d’alarme qui ont atteint le septième ciel, mais pas les oreilles de certains?
    Je ne suis pas, et je n’aime pas être alarmiste, mais les faits sont têtu, nous nous dirigeons tout droit vers une tempête de dimension biblique si je puis dire ainsi, et nous avons très peu de temps pour nous y préparer comme il se doit, sans oublier que le temps passe très vite par les temps qui courent.

    Il est évident qu’il y’a des règlements de compte qui essaye d’aboutir entre l’opposition en général, et les tenants du pouvoir actuellement. sans oublier le fait évident que d’autres forces « obscure » y mettent aussi de leur grain pour atteindre leurs objectifs. Tout comme il est aussi évident que le peuple dans cette équation est un outil pour les uns et les autres. Ca a toujours était ainsi depuis des temps immémoriaux partout dans le monde, et ca l’est encore aujourd’hui, à quelques détails prés.
    Certains opportunistes commence déjà à utilisé leur langue fourchu, tandis que d’autres affûtes leurs armes. Voulant certainement entraîné avec eux le maximum du peuple dans une aventure plus désastreuse que celle ou nous ont mener les tenants du pouvoir actuellement, et c’est la que nous devons faire preuve d’une extrême vigilance, et d’une extrême lucidité.
    Essouf tetba3 bel el mhel (la laine se vend avec de la patience) question timing je dois rappeler que nous ne disposons pas de suffisamment de temps. Mais nous avons une fenêtre suffisamment large pour nous préparer à encaisser le choc inévitable avec le moins de perte et de dégâts possible.
    Reste à savoir si les tenants du pouvoir sont prêt à descendre sur terre en faisant des concessions , et si les dit opposants sont prêt à faire preuve de bon sens et de maturité dans cette phase??

    L’avenir nous le dira!




    0



    0
    ODE
    22 janvier 2015 - 17 h 31 min

    MENTEUUUURs comme des
    MENTEUUUURs comme des arracheurs de dents!!

    au Diable Sellal! au Diable HANNOUN!au Diable le gaz de schiste!

    cette girouette de hannoun me donne envie de vomire mes tripes!!

    « depuis quand le gouvernement consulte le peuple » dit elle,
    et sans le moindre scrupule elle sous entend que le gouvernement n’a pas à consulter le peuple!…c’est ça ta démocratie madame la girouette!…toi qui aime les théories du complots,…tu roule pour qui Madame le dictateur!!!

    vous estimez que le peuple doit se taire et vous laissez, vous les elites décider de tout!…des elites à la con qui nous ont menés droit dans le mur!!…honte à vous!

    merci mon peuple du sud ,merci pour votre combat ,pour votre courage, vous m’avez donné envie d’esperer de nouveau moi qui croyait que mon peuple etait mort et entérré!

    vous etes vivant,…dieu merci mon peuple est encore vivant!

    Que Dieu vous aide!




    0



    0
    Mère-patrie
    22 janvier 2015 - 16 h 56 min

    Péril en la demeure
    La seule

    Péril en la demeure
    La seule chose qui pourrait encore sauver in extrémis le pays des Jours sombres et nuits blanches s’il n’est pas déjà trop tard, c’est un changement politique radical sans délai dans la gouvernance politique du pays. M. Benbitour l’ex-premier ministre démissionnaire pour des raisons évidemment économiques l’a explicitement annoncé récemment dans la presse nationale. Comme s’il entrevoyait – avec les mauvais temps qui courent – un fléau qui s’abattra inévitablement sur l’Algérie.
    Le temps n’est plus favorable. La météo socio-économique annonce un mauvais temps avec des températures dignes d’un hiver froid ou d’un été chaud qui ne cessent de chuter laissant la place soit à la grisaille ou à la canicule pour s’y installer de quoi déclencher une dépression en l’absence d’un beau temps printanier invariable longtemps souhaité qui jouera enfin et vraiment sur le moral d’une population en rupture totale avec ses gouvernants. Et comme l’explique un célèbre psychiatrique «La luminosité stimule beaucoup d’hormones responsables de la bonne humeur ».
    Les orages imminents qui menacent le ciel du pays ne permettent plus de tergiverser ou de raisonner sur le mode de la pensée absolutiste du tout ou rien, et compter encore sur une hypothétique augmentation du prix du baril de pétrole qui n’atteindra plus dit-on les 100 dollars. Les aléas sont constitutifs. Et tout le monde sait très bien que ça ne se passe jamais comme on l’avait prévu.
    L’équipe gouvernementale actuelle patauge en essayant tant bien que mal mais sans succès d’obstruer les multitudes de brèches qui jonchent le parterre national. Parviendra-t-elle à réussir là où elle a toujours raté le coche. Bien sûr que non ! Ne doit-on pas profiter, avant qu’il ne soit trop tard, de toutes les compétences nationales qui s’adapteront aux besoins urgents et nécessaires au pays.




    0



    0
    cirta
    22 janvier 2015 - 15 h 57 min

    Beaucoup de manipulation et
    Beaucoup de manipulation et de désinformation

    On ne peut pas exploiter le gaz de schiste avec 2 malheureux puits, il en faudra des milliers

    Les deux puits ne servent donc qu’à l’exploration et ce n’est pas un crime de chercher, d’étudier, d’évaluer, de tester les techniques et voir au final si l’exploitation est rentable ou pas

    Sans prise de risque on n’avance pas quelque soit le domaine

    Laissons la Sontrach faire son travail d’étude et d’exploration. L’exploitation n’est pas encore à l’ordre du jour. Il se peut même qu’à la fin des années de test et d’études on arrive à la conclusion qu’exploiter le gaz de schiste n’est même pas rentable économiquement parlant

    Mais au moment ou des pays se lancent dans ce domaine, l’Algérie qui contient les 2ème ou 3ème réserves mondiales ne peut pas rester les bras croisés




    0



    0
    Anonyme
    22 janvier 2015 - 15 h 12 min

    le peuple d IN SALAH a bien
    le peuple d IN SALAH a bien compris les manœuvres du pouvoir et tient ferme à une revendication unique :
    l’abandon de l’idée d’exploitation du gaz de schiste .
    le peuple algérien dans son ensemble est attaché religieusement à l’EAU ,ce produit qui fait tout vivre :il est solidaire avec les habitants du sahara qui aurait dû se développer à l’instar de la Californie ,de Doubai ou du désert australien;
    seuls les prédateurs du pouvoir ,les rentiers attitrés du clan et les « experts et techniciens du secteur de l’énergie » (actuels et quelques anciens zélés intéressés) soutiennent cette aventure dangereuse ,incertaine aux conséquences hasardeuses ;
    si la sagesse venait à prévaloir ,le choix est vite fait de revenir ,pour une fois ,sur une décision irréfléchie qui ne serait passée si fakhamatouhou (prompt rétablissement ) était encore en possession de touts ses moyens .




    0



    0
    karimdjazair
    22 janvier 2015 - 13 h 48 min

    Heureusement que le budget de
    Heureusement que le budget de l Etat Algérien est basé sur le prix d un baril à 37 dollars.

    De toute manière, l Etat devra revoir ses dépenses. La baisse du prix du baril de pétrole, j allais dire, est presque du pain béni.

    Il est grand temps de mettre fin aux importations tous azimuts alors que nous pouvons produire chez nous une grande partie de ces produits et de redeployer les sommes consacrées, à l investissement productif.

    De toute manière la baisse du prix du baril de petrole ne devrait pas trop baisser, car elle remettrait en cause les revenus des financeurs (pays du golf persique) de la politique criminelle occidentale dans le monde, et particulièrement dans le monde musulman.

    Enfin, le choix de l exploitation du gaz de schiste outre ses risques sur l environnement et la population, est d un cout exhorbitant, et l Algérie n en a plus les moyens, vu la conjoncture, et ca tombe bien quelque part.




    0



    0
    New kid
    22 janvier 2015 - 12 h 38 min

    Le nord de l’Algérie est
    Le nord de l’Algérie est constamment sujet à des tremblements de terre.
    Le sud, jusqu’à ce jour « is a safe place ».
    Les experts prédiquent des mini tremblements de terre du à la fracturation allant jusqu’à 2000 mètres de profondeur.
    Veut on aggraver et mettre en péril tout le territoire ?
    Si l’on ajoute les pauvres ressources hydrique du Sahara a tous ces problèmes, ce gouvernement s’entête jusqu’à nous menacer de couper les vivres a toute la nation.
    Jusqu’à quand la politique de la carotte ira-t-elle ?




    0



    0
    jilجيل
    22 janvier 2015 - 11 h 10 min

    Avec la baisse du prix du
    Avec la baisse du prix du pétrole, la remise en cause de l’extraction à partir du schiste arrange tout le monde, car il parait :
    ((Le coût d’extraction du pétrole de schiste est estimé à 75 $, ce qui veut dire que pour le produire, il faut que le prix du marché soit supérieur à 75 $ sinon il n’y a aucun intérêt pour le producteur. Dans ces conditions, une hausse de l’offre grâce au pétrole de schiste ne pourra pas faire baisser le prix plus bas que le coût d’extraction de ces pétroles, faute de quoi ils ne seraient plus rentables et leur production s’arrêterait. En fait, plus le cours du pétrole s’éloigne de 75$, plus les compagnies sont incitées à produire du pétrole de schiste et inversement. Le pétrole de schiste n’est donc pas un substitut au pétrole conventionnel, il s’ajoute seulement à la production de conventionnel quand le prix du pétrole le rend suffisamment rentable.))




    0



    0

Les commentaires sont fermés.