Le ver est dans le fruit

Par R. Mahmoudi – On ne peut que se sentir blasé de voir les forums de débats sur la Toile se transformer, dans certains cas, en des tribunes pour cultiver la haine et structurer des discours dangereux jubilant devant la violence et faisant l’apologie de Daech, c’est-à-dire de la branche la plus cruelle du terrorisme, comme c’est le cas de ce journaliste algérien qui en fait sa spécialité. Mais ce qui est plus regrettable, c’est de savoir que ce cyber-activiste est diplômé de l’université des sciences islamiques Emir-Abdelkader de Constantine. Un joyau architectural pour lequel l’Etat algérien a investi des dizaines de milliards et recruté parmi les enseignants les plus éminents du monde musulman. Il faut rappeler que l’idée de construction de cette université a germé dans les années soixante-dix, et c’est le président Boumediene lui-même qui en a posé la première pierre. C’est dire à quel point les dirigeants algériens, par clairvoyance ou, à vrai dire, par manque de clairvoyance, voulaient doter le pays d’une institution prestigieuse dans le domaine de la théologie et des sciences islamiques, qui soit à la hauteur de la Zitouna ou d’Al-Azhar. L’idée était de former des ulémas éclairés, au diapason de leur époque et qui puissent aider à faire barrage au charlatanisme et autres avatars sociaux dus aux fausses interprétations de l’islam. Tout était dans l’esprit authentique de l’association des ulémas. Le succès des exemples égyptien et tunisien a dû encourager les décideurs à entretenir ce projet. Mais, quand l’islam tactique a pris le dessus, à partir des années quatre-vingt, le pouvoir a pris le risque de confier l’autorité scientifique de cette université à des adeptes déclarés de Sayyid Qotb et d’Ibn Taymiya. Des centaines d’étudiants ont été formés dans ce moule, lesquels ont, à leur tour, formaté une autre génération d’étudiants. On pensait que la tragédie des années quatre-vingt-dix avait servi de leçon pour réformer ces instituts qui fonctionnaient plus comme des vecteurs idéologiques. Mais, finalement, rien n’a été fait pour endiguer la dérive. Le ver est dans le fruit.
R. Mahmoudi

Comment (14)

    consterné
    7 février 2015 - 0 h 19 min

    qu »est ce qu »on attend pour
    qu »est ce qu »on attend pour fermer cette soit disant université?
    il y a danger pour nos enfants




    0



    0
    Anonyme
    6 février 2015 - 18 h 55 min

    A kahina,
    Vous avez raison et

    A kahina,
    Vous avez raison et maintenant le zaouedj el mout3a (concubinage ou prostitution hallal) s est généralisé dans toute l Algerie,dans ma ville il y a plein d hommes qui ont deux ou trois maitresses hallal ,dégagés de toute responsabilité en cas de problèmes.
    Celui qui a préconisé ça dans les textes religieux est très fort,tout est bon pour satisfaire les hommes,jusqu où irons nous?
    Avant avec la fatiha seulement la fille n avait pas le droit d aller vivre sous le toit du monsieur ou de le recevoir de maniere intime,maintenant les algeriens trouvent ça normal,toutes nos traditions sont perdues,non pas que je le regrette mais c est l hypocrisie qui me fait mal.




    0



    0
    Anonyme
    6 février 2015 - 16 h 45 min

    Le tournant decisive vers l
    Le tournant decisive vers l islamisation de l Algerie a été la construction de cette université à Constantine avec les professeurs freres musulmans egyptiens dont l egypte voulait se debarasser.
    C est la plus grande erreur qu à faite Boumedienne pour contrecarrer les forces progressistes algeriennes.




    0



    0
    New kid
    6 février 2015 - 14 h 57 min

    Le ver est dans le fruit,
    Le ver est dans le fruit, comme doud yakoul fil miyite !
    Alors, les kamikazes ne pourront jamais profiter de l’offre des 70 vierges que les illustres professeurs des sciences islamiques daignent inculquer à coups de milliards.
    Les « followers » de Aissa en profiteront, alors que la descendance illégitime d’Abraham devra se serrer la ceinture ou devenir « queer ».




    0



    0
    Kahina
    6 février 2015 - 14 h 43 min

    Le jour où j’ai lu que

    Le jour où j’ai lu que zawadj- El-Mout3a ( prostitution hallal) est pratiquée entre les étudiants de cette université de constantine, je me suis dit que le ver a été incubé/couvé depuis l’école primaire, nourrit par les programmes scolaires et l’indifférence encourageante des hommes d’état avec la complicité du corrompu ex ministre de la religion.




    0



    0
    elkhayam
    6 février 2015 - 13 h 25 min

    Vous vous détournez de la
    Vous vous détournez de la triste vérité notre mal vient de notre conception de la religion . Nous préparons nos enfants à la mort dès leurs plus tendre âge, nous leur enseignons à l’école la haine de l’autre ( le non musulman) l’intolérance, la négation de la vie et l’amour de la mort. Nos sociétés idéalisent la mort et le Djihad chaque vendredi dans les mosquées . Abdallah Ghochach,le juge suprême du Royaume hachémite de Jordanie le résume en ces termes en 1968: »: « Le Djihad a été légiféré afin de devenir un moyen de propagation de l’Islam. En conséquence, les non-musulmans doivent venir à l’Islam soit de leur plein gré, soit de force par la lutte et le Djihad… La guerre est la base des relations entre les musulmans et leurs adversaires. »




    0



    0
    Mouatène
    6 février 2015 - 12 h 50 min

    le ver est dans le fruit !!!
    le ver est dans le fruit !!! oui, mais d’ou vient il ? nos anciens disaient:  » ettir elli ma oualdouh ettiour, immoute djiffa ou yan takel ehllal « . alors !!!! ou est le vrais responsable de cette situation tant claironnée. faites semblant de ne pas voir ou de claironner dans le vide et vous aurez tout gagné.




    0



    0
    citoyen karim
    6 février 2015 - 11 h 33 min

    Le mal le plus effroyable
    Le mal le plus effroyable provient soit de nous même ou soit de notre propre famille, soit de notre société pour qu’il soit enfin l’œuvre de nos ennemis.




    0



    0
    elkhayam
    6 février 2015 - 11 h 15 min

    selon Wikipédia la science
    selon Wikipédia la science (latin scientia, « connaissance ») est « ce que l’on sait pour l’avoir appris, ce que l’on tient pour vrai au sens large, l’ensemble de connaissances, d’études d’une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminés, et fondés sur des relations objectives vérifiables [sens restreint] »
    Donc la science est d’une valeur universelle , objective et vérifiable . Le terme  » science islamique  » est une aberration puisque ces études dites  » sciences islamiques  » n’ont rien de scientifiques que le nom collé à des récits farfelues et mythes qui annihile la raison cartésienne et l’esprit critique et scientifique au vrai sens du mot pour en faire un esprit de zombie.




    0



    0
    zarnadji
    6 février 2015 - 10 h 42 min

    pire ,le ver est dans le
    pire ,le ver est dans le noyau,je pense qu’une stratégie de noyautage sur le long terme a été finement mise en place par des labos pour arriver au bout de quelques années à une catastrophe dans la pensée et la raison .




    0



    0
    namoussa
    6 février 2015 - 10 h 36 min

    Je ne pense pas qu’ils ont
    Je ne pense pas qu’ils ont les compétences nécessaires pour exercer métiers avec leurs diplômes. En France c’est des entreprises privées, et embauchent le plus souvent les étudiant ayant suivi une formation en alternance.
    Ce n’est pas non plus Air Algérie,.onelgaz, Algerie Télécom, Algérie Poste ou les quatre caisses de sécurité sociale algérienne, qui recrutent leurs enfants et ceux ou celles des dirigeants
    Sonatrach et les missions diplomatiques que j’ai oublié de citer.




    0



    0
    Abou Stroff
    6 février 2015 - 10 h 33 min

    « Un joyau architectural pour
    « Un joyau architectural pour lequel l’Etat algérien a investi des dizaines de milliards et recruté parmi les enseignants les plus éminents du monde musulman. » un joyau architectural, bi tit, un investissement de plusieurs milliards, certainement, quant aux enseignants les plus éminents du monde musulmans, j’en doute! en effet, la plupart des enseignants provenaient d’égypte or jusqu’à preuve du contraire, el azhar n’a jamais brillé en tant qu’institution ouverte sur le monde. d’ailleurs, il serait incongru de trouver des théologiens vivants dans une société archaïque (l’Egypte, en l’occurrence) développant un discours pertinent sur le monde d’aujourd’hui, sur ces contradictions et sur la manière la plus adéquate de dépasser ces dernières.
    j’ajouterai, pour faire court, que les algériens n’ont encore rien vu. en effet, avec l’usine à tangos que construit notre bienaimé fakhamatouhou national, avec le minaret de 299,99 mètres, les algériens seront complètement « zombéïsés » et croiront dur comme fer que la seule voie qui leur permettra d’atteindre le nirvana est d’utiliser le minaret pour pratiquer le saut à l’élastique sans élastiques.




    0



    0
    Anonym.a
    6 février 2015 - 9 h 44 min

    Rien n’arrêtera la
    Rien n’arrêtera la progression des extrémistes femmes et hommes.
    Le système éducatif est IRREFORMABLE tout simplement parce qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. On ne peut pas demander aux personnes chargées d’enseigner et qui sont nourries quotidiennement aux programmes ineptes des télévisions arabes sionisées et distillatrices de violence sous couvert de religion (une association perverse mais qui parle à tous les frustrés de la vie moderne) ou d’une littérature voisine de ce phénomène, d’enseigner la droiture, l’intégrité, le respect de l’autre, l’amour du travail, etc. On ne peut pas !
    Le peuple algérien est une mosaïque où domine numériquement les éléments les plus acculturés et les moins instruits, les plus impressionnables, les plus traîtres à la patrie, les plus réceptifs au discours de la violence. Ils cherchent à se valoriser en associant la religion à leur médiocrité, à leur inaptitude au travail et au respect des lois : ceux qui travaillent n’ont pas le temps de louer Dieu…On le voit distinctement à Alger depuis que la « paix » est revenue et tant que la « paix » continue … ils progresseront en nombre et en intrigues barbares : vols, détournements, pénétration des arcanes de l’Etat, et peut-être un jour forceront-ils les portes de vos maisons pour vous couper la tête ou vous brûler vifs.
    J’admire la fermeté des égyptiens qui ont su se mesurer à la bête immonde ! Je leur souhaite de réussir.




    0



    0
    Anonyme
    6 février 2015 - 8 h 45 min

    Quand un megalo aide par une
    Quand un megalo aide par une brochette de Generaux et voilà ce qui arrive même les gens qui l’ont imposé ne peuvent plus rien car c’est l’ennemi d’hier fafa qui semblait hier laisser notre pays libre et ses enfants prendre sa destinées alors cest tout faux la France ne s’est jzmzis départi de ce pays depuis toujours les yeux rivés sur nos richesses ( sonatrach = Total ) maintenant ces sociétés pétrolières ont été renflouées ( voir ça de près avec le canard enchaîné ) on est pas souverain notre richesse est donné en échange du koursi …! Et pi ci tout !2




    0



    0

Les commentaires sont fermés.