Assassinat de Karoui : appel à un rassemblement jeudi

Le défunt Karoui Sarhane. D. R.

Nombreuses ont été les réactions à l’assassinat de l’enseignant universitaire Karaoui Sarhane par des étudiants dans la nuit de dimanche à lundi. Mme Louisa Aït Hamadouche, professeur de sciences politiques à Alger, appelle à ne plus se taire face à cette violence.

«Depuis le début de l’année, la violence dans les universités algériennes ne cesse de s’intensifier. Ben Aknoun, Batna, Bordj Bou Arréridj, M’sila, Dely Ibrahim et maintenant Khemis Miliana… Des enseignants et des intellectuels ont condamné, protesté, écrit, interpellé, averti. Pour quel résultat ? Karoui Sarhane est assassiné. Il a payé de sa vie l’indifférence, l’impunité, l’irresponsabilité et la banalisation de la violence assassine dans les universités algériennes», a-t-elle écrit, lançant ainsi une pétition pour faire cesser cette spirale infernale qui tue l’Université et ceux qui luttent pour sa survie.

Louisa Aït Hamadouche appelle dans ce sillage à un rassemblement jeudi 22 juin 2017 à 10 h 30 au siège du ministère de l’Enseignement supérieur. «Faisons que l’assassinat de Karoui Sarhane ne tue pas ce qui reste de notre dignité. Des enseignants en lutte pour la justice et la dignité», a-t-elle conclu. Le sociologue Nacer Djabi a, lui aussi, appelé à se pencher sérieusement sur la situation grave dans laquelle se trouve aujourd’hui l’Université algérienne. Sur sa page Facebook, et dans une réaction à chaud, Djabi a affirmé que «la violence que connaît l’Université algérienne, comme nous l’avons vu de nos jours, n’a pas été entièrement générée par la société, comme le disent beaucoup de points de vue». «C’est aussi une violence produite, en grande partie, par l’Université elle-même. La violence doit être cherchée dans les conditions de travail à l’université et dans la qualité des relations entre l’étudiant et le professeur, mais aussi dans la mauvaise gestion administrative», a-t-il ajouté.

Cette violence est aussi le fait, selon lui, de l’enseignant non qualifié et de l’intimidation des dirigeants de l’administration. Nacer Djabi estime qu’il ne faut pas aller loin pour comprendre ce qui se passe au sein de l’Université algérienne. Il considère que cette violence a été produite à l’intérieur de l’Université et non importée de l’extérieur. Le professeur Ahmed Rouadjia a, de son côté, estimé urgent «la mobilisation des enseignants, des intellectuels et des étudiants indépendants d’esprit contre la violence de toutes les origines et d’où qu’elle vienne».

Le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes) a vivement dénoncé ce crime qualifié de «lâche».  «Cet horrible crime est un nouvel épisode du long feuilleton de la violence au sein de l’Université. Cette violence prend une tournure inquiétante, ce qui exige une intervention rapide de toutes les forces vives mais en particulier celle du ministère de l’Enseignement supérieur afin de traiter ce phénomène», écrit le Cnes.

Il y a eu plusieurs mises en garde du Cnes contre la prolifération de la violence à l’Université. Ce syndicat des enseignants avait attiré plusieurs fois l’attention des autorités concernées. En vain. Aujourd’hui, il compte saisir directement le Premier ministre pour remédier à cette situation, juguler cette violence et réinstaurer la sécurité et la discipline au sein de l’Université.

Hani Abdi

Comment (20)

    Anonymous
    21 juin 2017 - 16 h 50 min

    Où sont les services de
    Où sont les services de sécurité (Police, Gendarmerie,…..),
    Où est la Justice fonctionnarisée ,des ordres, – toujours aux abonnés abscents – pour protéger les citoyens
    La société algérienne gangrenée, et soumis, par les « Maffias affairistes » , et les criminels dans la nature
    Est au bord de l’ébulition , avant l’explosion,…..




    0



    0
    Algérien
    21 juin 2017 - 15 h 34 min

    Sais-t-on pour quelle raison
    Sais-t-on pour quelle raison l’ont-ils assassinés ?




    0



    0
    Anonymous
    21 juin 2017 - 14 h 03 min

    Ce rassemblement devra réunir
    Ce rassemblement devra réunir les enseignants du secondaire et supérieur et société civile donc des Milliers de Personnes….Très Grave ce qui se passe!!!! l enseignant transmet connaissances et savoirs c est sa mission il n est pas le bouc émissaire des échecs et/ou frustrations, en aucun cas!! faudrait des psychologues, assistants sociaux et conseillers d orientation ds les établissements sec… et sup…Alliéner les jeunes par dogmatisme religieux, les faire vivre en « autarcie culturelle » conduit au risque de déséquilibre psychique, jusqu à la Violence sur Autrui (assassinat) qui devient insignifiant par perte d empathie, ou sur Soi (suicide)par mésestime et perte totale de confiance en tout




    0



    0
    sanzâmes
    21 juin 2017 - 13 h 03 min

    Rabi yarahmou wi sabar e
    Rabi yarahmou wi sabar e,malih que justice soit faite. Ces assassins sont probablement des drogués et aliénés car l éducation makan makan rana enchoufou que ce soit l école ou la famille et puis à côté de ça l interdit pour une jeunesse qui aurait besoin de trouver culture et épanouissement au sein de l université mais ont s aperçoit qu elle est perçue comme échappatoire pour les filles et vécue comme angoisse chez les garçons par peur de l échec …il serait salutaire d en faire lieu d études solides, sérieuses (sélectionner l entrée bac + relevé de notes ou concours ds ttes les filières)et aussi d échanges de rencontres d autres étudiants d autres cultures en organisant des colloques et debats à thèmes entre universités donc accueil et déplacements des étudiants avec sorties loisirs de week -end bien encadrées (transport, animateurs etc)ça nécessite une logistique et l administration aidera obligatoirement par souci de contribuer à faire de l université unlieu Vivant, mixte, de Savoir et de Liberté ainsi que de Maturité et de Conscience et non pas un bouche trou (vu le niveau) politisé et endoctriné !




    0



    0
    Chercheur d'os
    21 juin 2017 - 11 h 54 min

    Tout d’abord, il s’agit d’un
    Il s’agit d’un fait divers fréquent. Il n’y a plus d’université en Algérie. Un Etat voyou qui a crée une université dans chaque localité perdue ne mérite pas le moindre respect.
    Ce système a produit des criminels et des voyous.
    Ce que je retiens est qu’à l’université DZ, la prostitution, le trafic de drogue et de véhicules, le gangstérisme, la baltaguia, l’opportunisme le plus abject, l’attribution de fausses notes, la corruption, la prolifération des travestis, l’impolitesse, le wahabbisme terroriste, l’aplat-ventrisme, l’apathie, l’hyperviolence, le vol, le racket, les détournements et j’en passe…
    L’Etat distribue des diplômes à tout le monde pour détruire le mérite et il a réussi à le faire.
    Nous n’avons plus d’élite. Et, plus grave, on a détruit toutes les bases susceptibles de contribuer à la création d’une future élite.
    Voilà où nous a mené la non-politique démagogique de Benbouzid et consorts.
    Qu’avons nous? Des jeunes qui croient qu’ils peuvent tout avoir sans fournir d’efforts. La plupart se prostituent pour avoir des notes et un faux diplôme. Ils vénèrent l’argent facile et n’ont plus aucun référent éthique ou moral ou religieux (barbus compris)
    L’Algérie est un grand pays. Malheureusement régi (et je dis bien régi) par des petits délinquants.
    Pour revenir à cette histoire regrettable, il n’est pas exclu qu’elle soit liée encore une fois à une affaire de moeurs.
    Condoléances aux proches du défunt.
    Plus personne n’est en sécurité. Un Etat qui ne protège pas ses cadres ne mérite pas le respect.
    Dans quel pays avez vous un haut cadre d’un ministère de souveraineté se faire lyncher par des jeunes drogués sans que l’Etat bronche?
    Il faut ouvrir les yeux. Nous sommes dans l’abîme.




    0



    0
    Ali
    21 juin 2017 - 8 h 45 min

    Ces dirigeants grabataires
    Ces dirigeants grabataires sont de véritables psychopathes. Ils vont nous exterminer tous avec l’aide des pays étrangers qui les soutiennent. Le peuple ALGÉRIEN gêne beaucoup de puissances…




    0



    0
    nabil
    21 juin 2017 - 8 h 31 min

    Allah yarahmou!!!!!c est
    Allah yarahmou!!!!! c’est foutu,la justice???? des centaines de cameras comme decor!!!! ces sales criminels vont passer quelques annees en prison et ils savent qu’ils vont ressortir!!!! Il faut la condamnation a mort pour tout criminels!!! c est foutu, maintenant l’algerie c est presque comme chez les cowboys: le premier qui tire, tant pis pour l autre!




    0



    0
    Anonymous
    21 juin 2017 - 7 h 04 min

    Les mots n’arrivent pas à
    Les mots n’arrivent pas à bien se dire. Ce qui vient de se passer c’est un signal catastrophique pour notre pays. Nos pensées les plus sincères à sa jeune épouse qui attend un enfant. Un enfant qui n’aura pas la possibilité de voir son papa. On est en plein dans le haram. On est dans la sauvagerie. Plus rien n’est respecté. La douleur de sa femme est de notre responsabilité. Que fait-on pour stopper la violence de notre société ? Concrètement que fait-on ?




    0



    0
    Rascasse
    21 juin 2017 - 4 h 31 min

    Un drame de plus pour sa
    Un drame de plus pour sa famille et ses enfants, passé l’orage on oubliera tout les mêmes responsables produisant les mêmes effets seront encore là, voilà comment avance notre pays, parceque des psychopathes prédateurs ont décidé qu’il en soit ainsi , il nya aucune volonté de sortir le pays de cette tragédie de la violence un peuple mis en péril vivant la peur la psychose au quotidien, nous sommes tous menacés…




    0



    0
    Boumediene
    21 juin 2017 - 2 h 05 min

    C’est toute une nation où de
    C’est toute une nation où de ce qui en reste appelée à être formatée de fond en comble
    Nous avons atteint le fond
    Seuls des patriotes intègres et non des bricoleurs peuvent avec des sacrifices énormes faire quelque chose
    la situation est très grave
    AUCUNE CIRCONSTANCE ATTÉNUANTE POUR CES VOYOUS
    Mes condoléances les plus sincères à la famille du défunt




    0



    0
    Anonymous
    21 juin 2017 - 1 h 50 min

    Un pays livré à lui même

    Un pays livré à lui même
    Toute mes condoléances à la famille du défunt
    j’en suis sous le choc




    0



    0
    gazouze
    20 juin 2017 - 23 h 08 min

    Je ne sais pas s’il a des
    Je ne sais pas s’il a des enfants mais dans tous les cas une grande pensé pour toute sa Famille, qu’il repose en Paix, en ce mois sacré de Ramadan, notre société à vraiment besoin d’apaisement.pourquoi tué des hommes ou des femmes qui transmettent le savoir???! Et en plus Au service de leurs prochain… C’est vraiment triste…ce monsieur devait être vraiment quelqu’un de bien. Que Dieu l’accueil dans son vaste paradis.




    0



    0
    gazouze
    20 juin 2017 - 22 h 55 min

    Paix à son ames
    Paix à son ames




    0



    0
    Anonymous
    20 juin 2017 - 21 h 09 min

    Nous devons en tant que
    Nous devons en tant que citoyen Algérien apporter notre soutien à cette mobilisation par la présence et/ou à travers les réseaux sociaux. Un hommage doit être rendu à ce professeur qui est le symbole du savoir qu’on assassine. On ne doit pas laisser la médiocrité prendre le dessus et l’Etat de droit doit pouvoir s’appliquer dans les Universités mais aussi à travers tout le territoire Algérien. La justice doit appliquer la tolérance 0 pour les délinquants, les assassins, les corrompus, les voleurs. L’Education nationale doit être un Ministère qui forme, fabrique des citoyens éclairés, des esprits critiques, des Républicains qui sont/seront les élites d’ aujourd’hui et de demain. Elle doit être protégé des manipulations, de l’obscurantisme, de la manipulation politique. On doit restaurer la méritocratie afin d’arrêter de tirer l’enseignement vers la bas et l’acquisition du savoir universelle.




    0



    0
    RAYES EL BAHRIYA
    20 juin 2017 - 20 h 43 min

    MALHEURE A UNE NATION QUI
    MALHEURE A UNE NATION QUI CHASSES LES ESPRITS DE LUMIERES ,

    MALHEURE A UNE NATION QUI TUE LE SAVOIR ET LA CONNAISSANCE.




    0



    0
      Sirat
      21 juin 2017 - 8 h 31 min

      La haine commence toujours
      La haine commence toujours par des mots mechants qu on lance a autrui,




      0



      0
    Leilat al Qadr ?
    20 juin 2017 - 20 h 35 min

    ALLAH YEREHMOU …. !!!!grave
    ALLAH YEREHMOU …. !!!!grave les mentalités des animaux qui ont attenté à la vie d’un universitaire à l’approche de Leilat al Qadr !!!




    0



    0
    anonyme
    20 juin 2017 - 19 h 01 min

    Dramatique pour nous
    Dramatique pour nous Algériens..Nous avons fermé l’œil sur cette violence.
    Où est le pouvoir?
    Tout le monde est responsable de cette violence gratuite.
    L’école Algérienne forme des voyous diplômés!




    0



    0
      omar m
      21 juin 2017 - 0 h 55 min

      allah yarhamou . ON N EST
      allah yarhamou . ON N EST PAS TOUS RESPONSABLES ,C EST LE POUVOIR QUI VEUT LIQUIDER,BAILLONNER,; INTIMIDER LES ELITES. LES ELITES PARTIS NE REVIENDRONS PAS en algerie ! il ne ffaut pas rever ! ils ont vide le pays de ses competences pour regner et se sevir librement et 90/00 D ABSTENTION VEUT TOUT DIRE MAIS ILS SE CROMPONNENT AU POUVOIR ENTRAINANT L ALGERIE DANS LE CHAOS. ALLAH YESTER !!!!!!!!!!!




      0



      0
    rak
    20 juin 2017 - 17 h 52 min

    un pays ou tout a ete
    un pays ou tout a ete travesti, une université sterile et qui produit des analphabètes polyglotes a la chaine, des étudiants taiwan, des enseignants taiwan, des gerants affairistes…. etc… a quelque stres rares exceptions pres…. que voulez vous qu’elle produise? :de la triche, l’obscurantisme et de la violence…. la violence est partout ou la reponsabilité n’est nulle part




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.