Assassinat de Karaoui Sarhane : le CNES dénonce un acte «abominable»

L'université est en proie à la violence. New Press

Les syndicalistes de l’enseignement supérieur ont dénoncé, mardi, l’assassinant de l’enseignant, Karaoui Sarhane, de l’université de Khemis Meliana, le qualifiant d’acte «abominable» et «lâche».

«C’est malheureux où nous en sommes arrivés pour notre université. Ce crime est un acte très grave et lâche. C’est vraiment malheureux», a indiqué dans une déclaration à l’APS Abdelhafid Mellat, du syndicat des enseignants de l’enseignement supérieur (CNES).

Il a soutenu qu’«à plusieurs reprises, la tutelle avait été alertée et mise en garde sur la violence au sein des universités et appelée à intervenir en urgence pour mettre fin à ce danger qui constitue un danger permanent». «Nous allons, à présent, saisir directement le Premier ministre pour qu’il remédie à cette situation grave», ajoutant que la famille universitaire allait observer mercredi un jour de deuil national et des sit-in de protestation.

Pour sa part, Azzi Abdelmalek, également syndicaliste de l’enseignement supérieur, a indiqué que c’était un acte «abominable», relevant que la tutelle a été toujours alertée sur «la dégradation constante de la sécurité au sein de nos universités». «Nous avons dénoncé à maintes reprises la violence et les différents maux qui secouent l’université, sans que nous puissions trouver une oreille attentive de la tutelle», a-t-il regretté.

«Nous allons nous mobiliser pour que ce crime ne reste pas impuni et saisir le Premier ministre pour mettre fin à cette situation», a-t-il assuré. Les présumés auteurs de ce crime, arrêtés par les services de la police, sont deux frères jumeaux de 23 ans, l’un étudiant au centre universitaire de Tipaza alors que l’autre à l’université d’El-Affroun de Blida.

La victime, enseignant au centre universitaire de Khemis Meliana (Aïn Defla), était marié et père d’un enfant. Le meurtre, perpétré après avoir asséné à la victime plusieurs coups de couteau et coups de marteau, avait eu lieu dimanche soir à l’entrée de l’immeuble de la cité 122 dans le chef-lieu de la wilaya de Tipaza, lieu de résidence des présumés auteurs de cet assassinat.

Des sources sécuritaires ont assuré que le mobile du meurtre n’était pas lié à une affaire de fraude à l’examen.

R. N.

Comment (10)

    Rayes Al Bahriya
    21 juin 2017 - 21 h 04 min

    Il y a des professeurs abuseurs violeurs racoleurs et
    Pire qui font chanter des étudiantes (…)
    Ça aussi c’est criminel et une violation des droits de l’homme
    Et de l’honneur des victimes de prédateurs
    sexuels.




    0



    0
      mouatène
      23 juin 2017 - 22 h 36 min

      vous avez vu juste . cela s’est passé entre voisins et vous avez bien compris.




      0



      0
    Amina
    21 juin 2017 - 8 h 59 min

    Nous sommes le seul pays au
    Nous sommes le seul pays au monde qui assassine les gens du Savoir et de la Connaissance. Triste médaille. Ce qui va pousser nos autres doctorants à quitter le pays qui va se vider de sa substance intellectuelle émérite. Et c’est exactement ce qui est VOULU et RECHERCHE par ce pouvoir satanique qui exécute à merveille le plan de destruction de l’Algérie concocté de l’autre côte de la Méditerranée… et ailleurs.




    0



    0
      mouatène
      21 juin 2017 - 14 h 37 min

      chère madame, un peu de sang
      chère madame, un peu de sang-froid!!! c’est une affaire de famille qui n’a rien à voir avec l’institution du savoir comme vous dites. on m’a raconté que ce sont des voisins. c’est grave mais pas au point ou une dame supposée intelligente crie au feu. cela se passe à travers le monde entier. au point ou suggérer de quitter le pays, c’est un peu fort. à moins qu’il existe un lien direct entre les personnes. c’est possible aussi que ce soit de la propagande à grande echelle.




      0



      0
    Kouider
    21 juin 2017 - 4 h 49 min

    Un crime qui n’a rien a voir
    Un crime qui n’a rien a voir avec l’université.arretez de politiser cette affaire




    0



    0
    Haut et Court
    20 juin 2017 - 20 h 47 min

    pendez les meutriers …
    pendez les meutriers ….pendez les haut et court.




    0



    0
    agissons
    20 juin 2017 - 20 h 46 min

    euh….c’est quand qu’on
    euh….c’est quand qu’on arrete de dénoncer ???? passons à l’action et saisissons les autorités compétentes pour éxiger un niveau plus élevé de sécurité dans les rues , les établissements ….partout quoi !!!




    0



    0
    Mouloud
    20 juin 2017 - 16 h 07 min

    Le pays est à l’image de son
    Le pays est à l’image de son Président c’est à dire malade, en déliquescence qui navigue à vue sans boussole, sans objectif, sans vision. Un pays qui ignore son histoire, sa culture ou les valeurs de nos ancêtres ont été balayés des livres d’histoires. Un pays dirigé par des vieux qui se pensent indispensables avec une population de jeune de moins de 30 ans à 80%, sans loisirs, sans espaces culturels, sans futur … juste un pays dortoir pour des tubes digestifs sans cerveaux avec pour horizon aucun espérance excepté celle de s’exiler au risque de faire de la Méditerranée son tombeau, de se radicaliser dans l’intégrisme, le régionalisme ou de se droguer. Non Messieurs de la gérontocratie, nul n’est indispensable surtout
    plus vous au regard du bilan! Un pays ou l’échec, la médiocrité sont la norme. Un pays ou la valeur travail, la méritocratie ont été bafoué. Un pays qui a cumulé 60 ans d’échecs économiques, incapable de se renouveler, de se débarrasser des dogmatiques et des dogmatismes. Un pays qui est le leader des « Top Ten » dans les différents classements internationaux du queue de peloton. Un pays qui se vante d’avoir une des plus grandes armée et de service de police mais qui a les plus grands taux de corruption, de délinquance, d’accidents de la route, de trafic de drogue,..; Un pays ou les compétences sont gâchés, la jeunesse méprisé, les femmes maltraitées aux détriments de l’incompétence, de la gérontocratie, de l’intégrisme. Un pays qui est la risée du monde car incapable d’être représenté dignement au niveau national ou international et dont on méprise le peuple.Un pays qui se regarde le nombril mais n’a pas intégré que le monde avait changé et avance à une vitesse exponentiel alors que nous sommes dans l’immobilisme. Le peuple doit faire sa révolution par le « degagisme » , le premier avertissent par le niveau record de l’abstention n’a pas été entendu par les politiques, nous devons faire entendre notre voix par d’autres moyens d’expressions pacifiques sinon ils vont nous emmener au suicide collectif. Un jeune professeur à la carrière prometteuse assassiné par 2 mutants barbares est un signal fort qui doit nous interpeller. Que la justice fasse son travail sans complaisance et faiblesse et que la société civile se mobilise pour dire plus jamais ça. Que Mr Karoui Serhan repose en paix et mes condoléances à sa famille.




    0



    0
    ferial
    20 juin 2017 - 15 h 42 min

    Crime barbare perpétré par
    Crime barbare perpétré par des barbares. Comment en sommes nous arrivés là ???
    Pourquoi la société est de plus en plus violente et pourquoi la vie humaine a si peu d’importance ?




    0



    0
      monavi
      21 juin 2017 - 14 h 23 min

      Ferial, c est à cause de la
      Ferial, c est à cause de la mauvaise prise en charge de l éducation par les parents et les institutions, à cause du manque de loisirs pour les enfants, ados, jeunes et familles, à cause de trop de religiosité, à outrance mais zéro spiritualité, trop de mosquées mais peu de locaux culturels (cinéma, théâtres, bibliothèques, médiathèques) et sportifs… Un jeune a besoin de rêver, se dépenser physiquement. A cause bien sûr de trop d interdits au sein de la société, peu d ouverture vers le monde extérieur on ne voyage pas assez et on ne reçoit presque pas ghir h,na fi h,na…et pour ne rien arranger la drogue déversée en quantité et prise par des gamins devenus addicts.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.