Tempête de sable

Par Kamel Moulfi – Le projet de fracturation hydraulique chère à la compagnie américaine Halliburton a fatalement conduit, hier samedi, à des affrontements violents entre gendarmes et jeunes habitants d’In Salah. Les riverains des premiers puits qui ont été forés près de cette ville du Sud algérien ne veulent pas de l’exploitation du gaz de schiste qui est, par ailleurs, l’objet, au moins, d’une vive controverse parmi les experts nationaux. Pour ce qui la concerne, la population algérienne est plutôt solidaire des habitants d’In Salah dont elle comprend les raisons de leur opposition au gaz de schiste. En dehors de membres du gouvernement et des experts qu’il a sollicités, il y a un large mouvement qui ne cesse de demander qu’un vrai débat soit instauré avant de lancer toute activité liée au gaz de schiste, y compris pour procéder à l’évaluation des réserves. Dans ce mouvement qui souhaite le débat démocratique, il y a aussi bien les pro que les anti-gaz de schiste et rien n’empêche a priori que la confrontation des arguments des uns et des autres conduise à la solution qui convienne le mieux aux intérêts de l’Algérie. Naturellement, il s’agit d’accorder une attention particulière à l’avis des riverains des sites envisagés pour commencer, ils sont les premiers touchés d’autant plus qu’ils sont légitimement inquiets devant les impacts de cette activité, plus que tout autre, sur l’environnement et sur la santé humaine. C’est la voie contraire à cette démarche raisonnable qui a été empruntée par le pouvoir sans tenir compte de ce que pensent les riverains. La suite des événements a montré que cette voie mène à l’impasse. D’où l’idée du moratoire pour en sortir. Aujourd’hui, la situation risque de dégénérer à In Salah, avec le cycle violence-répression et son lot de blessés et d’arrestations. A ces manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste, qui durent depuis plusieurs mois, s’ajoutent les manifestations plus récentes pour revendiquer le statut de wilaya dans le cadre du nouveau découpage administratif promis par le gouvernement. L’annonce de ce découpage était pourtant censée ramener le calme, mais les premiers intéressés, les habitants d’In Salah, y ont certainement vu une manœuvre du pouvoir alors que dans les autres régions, le projet a été pris au sérieux. Tous ces troubles sont le résultat d’une pratique de gestion politique du pays, centralement et localement, qui exclut les «autres» et plus largement la population, ce qui n’est plus admissible en 2015. Malheureusement, c’est la fuite en avant qui a été choisie par le pouvoir pour tenter d’échapper aux problèmes réels.
K. M.
 

Comment (19)

    Anonyme
    2 mars 2015 - 3 h 10 min

    Comme si les algériens allait
    Comme si les algériens allait accorder la moindre crédibilité à «la version officielle» qui lui est présentée par le ministère de l’intérieur et sa police ?
    Non messieurs ! Les algériens de Aïn-Salah sont dans leur droit. Ce sont les habitants de la région convoitée et ils sont les premiers concernés par leur environnement. Vous aviez l’obligation de les consulter en premier lieu ainsi que celle d’obtenir leur aval avant d’entamer la moindre action. Mais le profond mépris que vous vouez à tous les algériens vous a bien entendu fait préférer les ignorer au profit d’intérêts qui restent nébuleux et douteux.
    Quelle honte ! Vous vous permettez aujourd’hui d’envoyer vos troupes matraquez de pauvres populations pacifiques, vous les gazez et peut-être que demain vous allez leur tirez dessus et en tuer quelques uns parmi eux après avoir pris le soins de les jeter en pâture en les accusant d’être «des agents de l’étranger» !
    Mais quelle est donc cette urgence qui vous a, à ce point, motivé à accorder précipitamment votre aval à des intérêts étrangers, comme à la française Total et à la compagnie américaine Halliburton, du sinistre sioniste Dick Cheney, celui-là même à qui vous aviez répondu positivement, et tout aussi précipitamment, afin de procéder à la privatisation de la Sonatrach ?
    Non messieurs, vos gestes semblent clairement signifier que vous ne considérez pas ce Pays comme étant le vôtre, mais plutôt celui d’un peuple dont vous ne semblez pas faire partie. Un peuple que vous avez toujours perçu avec mépris et, surtout, comme un obstacle à vos projets inavoués !
    Hé, bien non messieurs ! Ce Pays n’est pas, et ne sera jamais, votre propriété privée ni celle des puissances étrangères parce qu’il est d’abord le notre, dans toutes ses composantes et avec toutes ses richesses.
    Non, vous ne faites définitivement plus partie de nous et encore moins de ce Pays que vous n’avez, au fond, jamais mérité.




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 22 h 57 min

    c’est un terrain
    c’est un terrain d’experimentation pour lequel le clan a reçu beaucoup,d’avance,et le clan veut rendre service aux USA et à l’UE.
    ce qui confirme les soupçons de certains algériens qui pensent sérieusement que le clan est marocain.Et toute cette histoire de frontieres fermées etc..n’est que du cinema!!!tenez bon,gens d’in salah et ne vous faites pas doubler par les islamistes(les vrais ou les faux)!!!




    0



    0
    karimdjazair
    1 mars 2015 - 22 h 43 min

    Je ne peux etre que solidaire
    Je ne peux etre que solidaire des gens d In Salah, meme si je suis contre la violence, mais encore leur a t on laissé le choix.

    On ne le dira jamais assez, oui l exploitation du gaz de schiste presente des risques certains, c est prouvé, c’est empirique. En plus de cela, son exploitation coute cher.

    La chute des revenus pétroliers ne doit pas amener notre Etat, à faire n importe quoi. ET meme avec un baril au prix du brent à un peu plus de 60 dollars, on peut faire des miracles, pourvu que les choses soient bien gérées.

    Il y a des pays qui n ont aucune richesse dans le sous sol, et qui avec seulement l intelligence, les competences, produisent et vendent dans le monde.

    Et bien cette situation doit etre l occasion pour les dirigeants du pays, de changer de cap, et de mettre la voile sur l investissement productif et mettre fin au gaspillage des deniers publics, à l importation sans fin, mais aussi à la corruption. Certains sont en émoi et craignent de ne plus toucher leurs commissions, leurs pots de vin etc. L Etat de grace pour ceux là, c est terminé !

    L Etat algérien doit etre soucieux avant tout de stabilité du pays, nos ennemis sont à l affut, ils nous guettent et sont prets à se jeter sur nous. Ne leur donnons pas ce plaisir, soucions nous du pays, des algériens. J appelle donc le président de la république à mettre fin à un projet suicidaire qui nous couterait cher. L Algérie a suffisament de richesses, mais il dépend surtout de la volonté et de la capacité de l Etat à vouloir changer les choses, dans le bon sens.




    0



    0
    Anonym.a
    1 mars 2015 - 20 h 32 min

    Par Anonyme16 (non vérifié) |
    Par Anonyme16 (non vérifié) | 1. mars 2015 – 19:55
    les insultes nous, on les réserve aux mokoks, pas à nos frères qu’on soit ou pas d’accord entre compatriotes, alors casse toi on ne veut pas de ton engeance!




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 20 h 09 min

    A Anonyme16 (non vérifié) |
    A Anonyme16 (non vérifié) | 1. mars 2015 – 19:55
    C’est exactement l’image que j’ai des analphabètes déshumanisés que tu représentes .Pas de MOKH que l’insulte .




    0



    0
    Antisioniste
    1 mars 2015 - 19 h 11 min

    Salamou 3alikoum
    Je vois une

    Salamou 3alikoum

    Je vois une société Algérienne civile consciente et soudé qui se forme en une force uni déterminer et implacable, devant laquelle les tenants du pouvoir actuel doivent se plier ou se briser, et ceux qui les remplaceront doivent en tenir compte de cette nouvelle réalité.
    NON AU GAZ DE SCHISTE !!!
    NON A LA RÉPRESSION !!!




    0



    0
    Anonyme16
    1 mars 2015 - 18 h 55 min

    je veux repondre a ce con d
    je veux repondre a ce con d anonyme,la brosse c ton fort du con,sale race de merdeux




    0



    0
    New kid
    1 mars 2015 - 17 h 38 min

    Le gaz de schiste serait-il
    Le gaz de schiste serait-il comme les mines d’or ou ce gouvernement n’a jamais produit de compte d’exploitation ?
    Le revenu du gaz de schiste irait-il dans une gestion extra clanique pour lui assurer la continuité ?
    Tous savent qu’en inondant le marché en gaz, le résultat ne serai que de pousser le prix vers le bas ! Alors pourquoi cet entêtement ?
    Nous avons un gouvernement de Nif ou lakhssara ! et des suiveurs déshonorés pour une rente de miettes !
    Notre mule qui a négligée notre économie pendant ces 15 dernières années, ne veut rien laisser à nos enfants, pendant que ses rejetons, à l’abri en Europe amassent le produit de sa rapine.




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 17 h 35 min

    ne pas soutenir
    ne pas soutenir (pacifiquement) le sud serait criminel;
    la défense de l’environnement et la préservation des richesses du pays concernent tous les algeriens ,y compris les rentiers du premier collège ;




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 16 h 58 min

    Casser est devenu le sport
    Casser est devenu le sport national .tout est prétexte pour défier le pouvoir et les forces de l’ordre .Une opposition insignifiante qui ne remplit même pas une salle d’attente et qui veut le pouvoir à tout prix quitte à brûler le pays .Des oisifs qui manifestent pour leur dose de shit( drogue qui détruit ce qui leurs restent de neurones) ainsi va l’Algérie .Des nuisibles qui passent leur temps à invectiver et diffamer le président ,ils s’aperçoivent seulement maintenant que des compagnies étrangères opèrent chez nous dans les hydrocarbures .Malgré toutes les assurances données par les experts ;ils n’en démordent pas .
    Vous voulez qu’on renonce au gaz de schiste,est-ce que vous êtes prêts à renoncer à toutes les subventions (gaz,électricité,essence,diesel ,logements gratuits,écoles,universités,produits alimentaires,soins,ect…) même si vous répondez OUI je ne vous croirais pas .
    J’espère que la justice sera sans pitié pour les meneurs , les casseurs et surtout les commanditaires .




    0



    0
    Quenelle
    1 mars 2015 - 15 h 55 min

    INDIGNEZ-VOUS, gens du Nord !
    INDIGNEZ-VOUS, gens du Nord ! N’importe comment, mais INDIGNEZ-VOUS !
    Résistez encore et encore, gens du Sud !
    Ces voyous finiront bien par abdiquer , wallah !
    KASSAMEN,. . . !




    0



    0
    New kid
    1 mars 2015 - 14 h 33 min

    C’est à croire que la
    C’est à croire que la Sonatrach est une filiale de Haliburton et que khelil en n’est toujours le président!




    0



    0
    New kid
    1 mars 2015 - 14 h 30 min

    Cette gouvernance a été
    Cette gouvernance a été inactive pendant ces 15 dernières années, sous cette présidence honteuse et de corruption, l’économie a été complètement sabotée au profit de l’import entre les mains du clan et de l’informel islamistes.
    Au bout de son rouleau, le clan essaye d’amasser le maximum de shkara avant de disparaître en nous laissons un catastrophe peut être insurmontable au peuple algérien que même les colonisations passées seront oubliées.
    Ce gouvernement invite la main de l’étranger pour nous dépouiller d’avantage de nos ressources destinées aux générations futures. Pourquoi ne pas attendre les cadres algériens et leurs formations dans ce domaine dans les universités algériennes ! Rien ne presse tant que les petro dollars tombent avec l’or noir et tant que les avoir algériens dorment dans les banques de l’occident.




    0



    0
    Abou Stroff
    1 mars 2015 - 13 h 29 min

    la question qu’il faut
    la question qu’il faut absolument posée est la suivante: au sein de quelle politique énergétique nationale, l’exploitation du gaz de schiste s’inscrit-elle? si le pouvoir en place répond à la question posée, alors les « politiques », les experts, et tout ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux problèmes de l’énergie peuvent discuter de la pertinence ou de la non-pertinence de l’exploitation du gaz de schiste en algérie. par contre, si le pouvoir en place est incapable de répondre à la question posée, alors tout citoyen lambda est en droit d’accuser le pouvoir en place de réaliser un programme qui s’inscrit dans un agenda concoctée par des officines étrangères (des officines de fafa la mère nourricière et « guérissière » de nos augustes dirigeants?) et qui répond, en premier lieu, aux intérêts des puissances impérialistes (fafa, ne particulier), intérêts pouvant être compris comme une recherche d’indépendance vis à vis du gaz russe, entre autres.
    Moralité de l’histoire: la marabunta qui nous gouverne ne veut pas comprendre que le temps où un énergumène lançait « qararna » (nous avons décidé) et où la plèbe répondait par des applaudissements soutenus est terminé. la marabunta qui nous gouverne est en retard de quelques dizaines d’années et ce retard qui dénote une fossilisation certaine de son « être » provoquera, sans nul doute, sa perte. pourvu que sa perte ne soit pas accompagnée de la disparition de l’Algérie en tant qu’Etat et Nation.




    0



    0
    Kahina
    1 mars 2015 - 12 h 31 min

    Le pouvoir est sous les

    Le pouvoir est sous les ordres de sa main extérieure.
    Pour montrer ses courbettes à cette compagnie Américaine, on tabasse les cobayes non docile du SUD.

    Les compagnies Américaines sont connues pour leur non respect de l’environnement et leur mépris envers les autres nations. Pour eux, l’Algérie est un insecte microscopique, juste le chiffre d’Affaire qui les intéresse…Alors imaginez la catastrophe écologique et humaine que va engendrer un tel projet irresponsable géré par des cow-boys anarchiques

    Que cette compagnie aille creuser dans le désert Américain.




    0



    0
    selecto
    1 mars 2015 - 10 h 26 min

    La visite de Hamel à Ain
    La visite de Hamel à Ain Salah était un message d’avertissement à nos compatriotes: ou vous la fermer ou on vous tabasse!




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 10 h 01 min

    Nous sombrons dans le
    Nous sombrons dans le désordre depuis l’indépendance. Il y a toujours des problèmes; à quand une Algérie stable où le citoyen serait respecté. A quand un pays sécurisé et une vie sereine et du travail pour la jeunesse? Pourquoi nous prolongeons les troubles depuis la guerre de libération?
    Dans la majorité des pays du monde l’armée s’est retiré de la politique , nous , c’est l’armée qui fait la politique.
    Avons-nous réellement un état et un pouvoir civils qui garantit la continuité du pays sans répression et dans le cadre d’une constitution?




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2015 - 9 h 44 min

    J’ai été sincèrement attristé
    J’ai été sincèrement attristé par l’assaut lancé par les troupes de Fakhamatou contre des citoyens des IN SALAH sans la moindre réaction des algériens du Nord…
    Il faut absolument les aider et les supporter. La presse libre devrait encadrer nos actions: Min Djibalina oua Min Sahratouna!!!




    0



    0
    fatigué
    1 mars 2015 - 9 h 30 min

    les français interdisent
    les français interdisent m’exploitation du gaz de schiste, les américains l’ont gelé pour cause de dégâts écologique ( vaches mortes, mini séismes dans des régions où il n’y a jamais eu de tremblements de terre, etc…) et pour des raisons économiques, les sociétés exploitantes ont fait faillite car les sommes investies n’ont JAMAIS été amorties. ça suffit comme arguments ou faut il en ajouter?
    transposons ça en Algérie: sonatrach va investir des milliards qui ne seront JAMAIS amortis sans compter les éventuels dégâts écologiques.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.