La sagesse d’In Salah

Par Kamel Moulfi – Le pire tellement craint par les Algériens – et espéré, sans doute, par ceux qui ne nous veulent pas du bien – a été évité à In Salah. Les affrontements entre les manifestations qui contestent l’exploration du gaz de schiste dans leur région et les forces de l’ordre ont été violents, mais, heureusement, n’ont pas dégénéré. Les informations font état du rôle déterminant des autorités sécuritaires locales dans le retour au calme souhaité par les représentants du mouvement populaire de contestation, résolus à conserver à leur action son caractère pacifique. Ils ont largement prouvé que leur but n’est ni la déstabilisation de la région ni une quelconque atteinte à l’unité nationale. Ils veulent tout simplement que le puits qui a été foré dans leur voisinage, sans leur demander leur avis, soit fermé. La réaction officielle, par le biais du communiqué du ministère de l’Intérieur, appelle à l’apaisement et admet que seul le dialogue est en mesure d’aboutir à «un consensus autour de la question». Il n’y aura pas d’escalade de la violence à In Salah, personne ne le désire. On peut faire confiance à la population locale qui est connue pour sa sagesse et pour son patriotisme. Il reste au pouvoir à prendre en compte sa détermination à obtenir la fermeture du puits qui est à l’origine d’un mouvement de protestation qui s’est installé dans la durée et semble insensible à l’usure du temps. Les responsables du ministère de l’Energie et les experts qui travaillent pour leur compte doivent comprendre qu’il ne s’agit plus d’un problème de communication ou d’explication, mais d’un refus de toute activité liée au gaz de schiste, qu’elle soit exploration ou exploitation. Les débats publics où les représentants des protestataires ont pu s’exprimer et faire connaître leurs points de vue ont montré que ces derniers en savent autant que les experts qui font la promotion du gaz de schiste. Ils ne sont pas ignorants et encore moins «manipulés». Il faut en tenir compte dans la recherche de la solution consensuelle à ce problème épineux.
K. M.
 

Comment (8)

    Anonyme
    4 mars 2015 - 11 h 44 min

    les « sudistes » de In Salah et
    les « sudistes » de In Salah et d’ailleurs ont perdu confiance en leur gouvernement et ne revendique que l’arrêt de l’exploration et/ou de l’exploitation du gaz de schiste ;
    les tergiversations et les contradictions des membres du gouvernement n’ont permis que de radicaliser leur position la considérant juste et légitime ;
    ils continuent à croire que leur gouvernement les considèrent comme des citoyens à part entière ;
    LA BALLE EST DANS LE CAMP DU POUVOIR .




    0



    0
    anonyme
    3 mars 2015 - 20 h 39 min

    La décomposition de la
    La décomposition de la mémoire reste un facteur de non conscience face une tragédie qui se profile à l’horizon. Les essais nucléaires effectué par la France à REGGANE doivent nous interpeller et interpeller ce pouvoir autiste.




    0



    0
    Quenelle
    3 mars 2015 - 18 h 16 min

    INDIGNEZ-VOUS
    INDIGNEZ-VOUS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Moh62
    3 mars 2015 - 16 h 20 min

    Lire sur internet
    Lire sur internet l’exploitation du BARNETT shale ,le modèle de calcul des coûts d’investissements , appelés inputs,et les effets économiques produits,appelés outre puts. Les USA acceptent d’injecter des milliards $ d’investissements malgré qu’ils récolteront des pertes. Pourquoi? Dans leurs stratégie ils comptabilisent comme produits outputs les effets d’entraînement sur l’industrie des équipements, engins camions..etc…,et les emplois crées! Est ce notre cas? Non puisque nous ne fabriquons aucun équipement,appareils de forage,engins,camions…et comme emplois presque rien sauf chauffeurs et autres manœuvres! Alors que ces emplois et plus peuvent être créés par des investissements en solaire et agriculture!! Les USA cherchent leur indépendance énergétique ,nous on cherche la dépendance à la rente!!




    0



    0
    Zerrouk
    3 mars 2015 - 16 h 09 min

    Pour assouvir leurs faim de
    Pour assouvir leurs faim de détournement facile de l’argent public l’entourage du clan d’oujda, feras tout ce qu’il lui tombe entre les mains, la violence, les séquestrations et les menaces, comme au temps de Boumediène, la SM la nuit pour faire avorter tout acte amenant à une démocratie réelle, pour le moment on vit avec et on se tait, mais jusqu’à quand?




    0



    0
    Anonyme
    3 mars 2015 - 11 h 40 min

    Après les essais nucléaires
    Après les essais nucléaires de Fafa, voila les explosions souterraines de Boutef. Les Sahraouis ne seront que des cobayes…Après tout, c’est loin d’Alger!!




    0



    0
    New kid
    3 mars 2015 - 9 h 46 min

    La Sonatrach (filiale de
    La Sonatrach (filiale de Haliburton), déboursera les dépenses nécessaires pendant que Haliburton empochera les dividendes. Bien sûr la commission de certains barons sera protégée. Apres l’exploration vient l’exploitation des richesses du peuple par la main étrangère avec la bénédiction du 4eme mandat.
    La Sonatrach nest qu’un sonagraphe qui répond a la voix de son maitre.




    0



    0
    erreur historique
    3 mars 2015 - 9 h 24 min

    MONSIEUR KRIM BELKACEM A
    MONSIEUR KRIM BELKACEM A REFUSER DE CÉDER LE SAHARA POUR FAFA CES DIRE GENTS L’ON VENDU POUR DES MIETTE OU DÉTRIMENT DE LA SANTE DE LA POPULATION ya si kamel




    0



    0

Les commentaires sont fermés.