Lampistes et hauts placés

Par Kamel Moulfi – L’opinion publique algérienne a, en ce moment particulièrement, les yeux braqués sur «sa» justice qui est confrontée à des affaires de corruption d’une sensibilité extrême du fait de ses ramifications dans le pouvoir. Quand la rachoua ou la tchipa se limitent à tourner autour des affaires, plus personne ne trouve à redire, ces pratiques sont, comme une fatalité, présentes quasiment dans toutes les démarches et servent à «huiler» la moindre transaction. Mais si les noms qui sont éclaboussés font partie du sérail qui gouverne, c’est autre chose, l’affaire prend une dimension politique et une gravité qui obligent la justice à s’entourer de toutes les précautions. Avec les procès Sonatrach, dans ses volets I et II, et celui de l’autoroute Est-Ouest, l’Etat de droit, c'est-à-dire l’égalité de tous devant la loi, est mis à l’épreuve dans notre pays. Il y a quelque temps, lorsque la presse, motivée alors uniquement par le devoir d’informer, soulevait des affaires de corruption en citant des noms et des sommes, les pouvoirs publics justifiaient leurs échappatoires par l’absence de «dossiers solides». Cette fois, les dossiers, abondamment traités et commentés par les médias, sont pris en mains par la justice elle-même et les procès sont publics. Cela ne signifie pas que les pressions ont disparu, mais une plus grande transparence permet de les dénoncer, ce qui rend difficiles les interférences extérieures sur le travail des juges. La partie ne sera pas aisée pour autant. On en a eu la démonstration lors du premier jour du procès de Sonatrach I. Tout le monde trouve anormal que dans la salle du tribunal on ne voie pas les principales personnes citées comme témoins ou fortement impliquées dans ce dossier. Ont-elles un statut spécial ? Non, elles ne bénéficient d’aucune immunité. Rien ne justifie l’absence du trio Chakib Khelil- Réda Hemche-Farid Bedjaoui au tribunal pour répondre aux questions du juge. Certes, les «lampistes» méritent d’être sanctionnés, mais c’est d’abord les hauts placés qui doivent payer, parce que leur responsabilité est entière.
K. M.
 

Comment (16)

    kenza
    15 août 2015 - 12 h 10 min

    Dites-moi! Les députés
    Dites-moi! Les députés sauront la lire? Et à supposé qu’il ait quelques uns qui sachent lire, est-ce qu’ils pourront la comprendre?
    Bof! mais de toutes les façons, c’est sans importance…l’essentiel est qu’ils sachent lever la main. Et même pour ça, il faudrait peut-être penser à les motiver pour faire l’effort de lever la main: Une augmentation de salaire, quelques primes supplémentaires, des prêts à taux zéro….en tout cas, je vous fait confiance. Vous avez toujours su comment
    motiver nos chers déPUTés!




    0



    0
    anonyme
    19 mars 2015 - 18 h 00 min

    17. mars 2015 – 16:33
    17. mars 2015 – 16:33

    royalement VRAI




    0



    0
    Anonym.a
    17 mars 2015 - 20 h 59 min

    Par Anonymes (non vérifié) |
    Par Anonymes (non vérifié) | 17. mars 2015 – 17:15
    c’est vrai qu’une extradition et un billet aller simple depuis NY ça coute plus cher qu’un voyage dans le panier à salade!




    0



    0
    New kid
    17 mars 2015 - 18 h 15 min

    @tous les anonymes
    Au pays

    @tous les anonymes
    Au pays des aveugle, le borgne est roi.
    Donc la justice algérienne est royale!




    0



    0
    Anonyme
    17 mars 2015 - 17 h 10 min

    @ Anonyme (non vérifié) | 17.
    @ Anonyme (non vérifié) | 17. mars 2015 – 17:46
    Non, mes chers amis. Vous vous trompez lourdement.
    Votre ingratitude vous fait oublier les efforts, plus que louables, consentis par notre bienaimé fakhamatouhou national envers ce secteurs névralgique.
    Oui messieurs, il faut le souligner et le reconnaitre , le premier magistrat de tous les magistrats a permis à notre justice de retrouver à moitié la vue.
    Nous pouvons en effet être fiers aujourd’hui de disposer d’une justice borgne.
    Elle ne voit bien entendu que d’un seul œil et que dans une seule direction, mais il faut continuer à mettre toute notre confiance en notre bienaimé fakhamatouhou national qui saura toujours la guider, l’orienter et la diriger dans le bon sens.




    0



    0
    DZ
    17 mars 2015 - 17 h 09 min

    Ultime démonstration des
    Ultime démonstration des décideurs-protecteurs dans un spectacle qui n’a même pas besoin d’un scenario; le titre suffit: «On va juger le menu fretin pendant qu’on laisse courir et filer le Gros Gibier». Celui qui n’est pas content, eh ben il y a 4 murs. Une parfaite «Cosa Nostra» en DZ. C’est à eux……pour le moment!




    0



    0
    Anonyme
    17 mars 2015 - 16 h 46 min

    @ fatigué (non vérifié) | 17.
    @ fatigué (non vérifié) | 17. mars 2015 – 14:06
    Faut croire que ce n’est qu’une rumeur ou que l’œil greffé, labellisé « Made in China », était d’une qualité douteuse, ou que, tout simplement, la greffe n’ait pas réussi.
    En réalité, notre «justice» est meilleure que celles des plus grandes démocraties du monde !
    Oui monsieur, elle est encore plus aveugle que toutes les autres !




    0



    0
    aa
    17 mars 2015 - 16 h 21 min

    il ny a jamais eu de justice
    il ny a jamais eu de justice en Algerie, arretez messieurs dames, au moins et je suis gentil, 300 milliards de dollars ce sont les avoirs de la mafia a l’etranger, biensure ce sont les acquis de la revolution et du travail, apres ca il ny a plus de commentaires et que on arrete avec la censure sur ce site




    0



    0
    Anonymes
    17 mars 2015 - 16 h 15 min

    La justice est faite pour les
    La justice est faite pour les pauvres.
    Car ils sont plus faciles à présenter devant les juges.




    0



    0
    Kenza
    17 mars 2015 - 15 h 33 min

    Quand j’entends parler de
    Quand j’entends parler de notre justice, ça me rappelle cette blague:

    Un passant demande à quelqu’un:
    – S.V.P voudriez-vous m’indiquer le Palais De La Justice?
    – Vous voyez cette grande bâtisse en face, c’est le palais. Mais je ne suis pas sûr que « La Justice » s’y trouve. Car, voyez-vous, cela fait longtemps qu’elle a déménagé et a quitté les lieux!

    Blague mise à part, permettez-moi de vous dire, Mr Moulfi, qu’au lieu de votre: « L’opinion publique algérienne a, en ce moment particulièrement, les yeux braqués sur «sa» justice », il serait plus juste de dire:
    « L’opinion publique algérienne a, en ce moment particulièrement, les yeux braqués sur sa NON-JUSTICE! ».




    0



    0
    fatigué
    17 mars 2015 - 13 h 06 min

    aurait on greffé un oeil à la
    aurait on greffé un oeil à la justice et qu’elle ne soit plus aveugle ? LOL !




    0



    0
    anonyme
    17 mars 2015 - 12 h 12 min

    En 2010, on a décidé de la
    En 2010, on a décidé de la « décapitation de Sonatrach » et après on a fait « actionner les tambours médiatiques » pour le justifier et donner l’image d’un pays qui croule sous la corruption. « On est algérien, on sait comment les choses se passent » a-t-il dit en n’excluant pas que des « sociétés étrangères en concurrence avec SAIPEM » soient derrière ces affaires. Il n’existe pas de corruption dans ce dossier dit Sonatrach 1, a-t-il affirmé, « Sonatrach n’a rien perdu. Il n’y a aucune preuve, il n’y a que des paroles ».
    http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/11/sonatrach-1-proces-meziane-corrutipn_n_6845084.html?utm_hp_ref=politique-algerie




    0



    0
    anonyme
    17 mars 2015 - 12 h 07 min

    Mr MOULFI, oui c’est bien
    Mr MOULFI, oui c’est bien notre justice ! Une justice aux ordres d’un pouvoir maffieux et sans scrupule.
    Les vrais mis en cause ont disparu.




    0



    0
    New kid
    17 mars 2015 - 11 h 08 min

    D’un cote on construit des
    D’un cote on construit des mosquées à coup de milliards. Est-ce pour islamiser la population ?
    A cette classe de dirigeants opaques, on doit leur dire haut et fort qu’ils sont en retard de 13 siècles. Du plus démuni au plus riche, tous sont atteint par la corruption comme un cancer rongeur qui avance et dévore le pays. Depuis 1962 l’égoïsme, l’anarchie, l’injustice et l’impunité sévit devant les yeux de gouvernements inefficaces. Tous se sont créés un créneau, si la médaille d’or de l’invention du système « D »devait être gagnée, elle le sera par les Algériens.
    Les promesses non tenues, les mensonges répétitifs, la justice a deux poids deux mesures, l’immunité assurée aux voleurs, la violation de la constitution a tout bout de champs !
    Le peuple désengagé, les gouvernants de leurs tours d’ivoires pêchent même durant la période de ponte !




    0



    0
    ghazel Dilmi
    17 mars 2015 - 11 h 04 min

    Ça relève de l’utopie qu’une
    Ça relève de l’utopie qu’une justice aux ordres dans notre république couscoussière qui normalement découle de la justice tout court sans appendice s’autosaisit des dossiers de corruptions qui touchent les hauts dignitaires de l’Etat. On est encore pas arrivé la ! Ce bruit n’est qu’un pamphlet passager dans un théâtre dont les rôles sont distribués aux acteurs de second rang (les boucs émissaires). Les vrais truands…..




    0



    0
    tahia el djazair
    17 mars 2015 - 9 h 26 min

    l’affaire Sonatrach n’est que
    l’affaire Sonatrach n’est que la partie immergée de l’iceberg de la corruption …la société et l’état algériens sont devenus structurellement et massivement corrompus ,proportionnellement à la montée de l’idéologie de l’islamisation wahabiste depuis 1978 …ce paradoxe doit être bien étudié par les intellectuels … la corruption a débordé les secteurs économiques et administratifs pour devenir générale dans la justice et surtout l’enseignement : les notes , les diplômes , les postes , les concours , les examens , le bac … dans tous les paliers de l’éducation nationale sont soumis à la corruption , la fraude et le piston … la corruption , la paresse et la saleté sont les grands maux de ce pays ; aucune civilisation n’est plus possible sans une prise de conscience nationaliste intégrale qui sauvera l’Algérie de sa déchéance




    0



    0

Les commentaires sont fermés.