Société du savoir ?

Par Kamel Moulfi – Nos enfants ont raté le grand rendez-vous entre le Soleil et la Lune, cet alignement parfait des deux astres avec notre planète qui donne la fameuse éclipse solaire. Pour voir l’éclipse solaire et comprendre de quoi il s’agit, les Algériens curieux, les enfants scolarisés notamment, sont contraints d’aller suivre ce phénomène sur les chaînes de télévision étrangères. Ils ont vu en direct les images qui montrent, d’une ville européenne à l’autre, comment la Lune cache progressivement le Soleil. Les enfants émerveillés assistent, à cette occasion, à une leçon de sciences naturelles en direct, tirée de la réalité, ce qui leur permet de vérifier et enrichir ce qu’ils ont appris en classe. Pourtant, que de fois, des experts nous ont parlé de la société du savoir, dans des termes utilisés, chez nous, comme un gargarisme, mais à la première et rare occasion de prouver qu’on y croit, on regarde ailleurs. Heureusement qu’il y a les chaînes de télévision et Internet qui permettent de compenser nos manques. On apprend plein de choses sur la mécanique céleste, un merveilleux voyage dans le temps, dans l’espace. Ce sont des émissions qui auraient pu être à notre portée, avec juste un peu de volonté, puisque les moyens financiers, nous dit-on, sont toujours disponibles et n’ont pas encore été affectés par la chute des prix du pétrole. Finalement, dans l’observation de ce phénomène, chez nous, rien n’a changé depuis la dernière éclipse solaire, un certain mercredi 11 août 1999, un jour qui avait été transformé en nuit durant un instant inoubliable pour ceux qui avaient eu la chance de voir le Soleil disparaître progressivement puis réapparaître, éblouissant, surtout en plein été. La nature nous a laissé un délai de seize ans, entre le 11 août 1999 et le 20 mars 2015, pour nous préparer à observer ce phénomène. En vain, les Algériens ont eu droit aux mêmes conseils pour éviter de regarder l’éclipse en face. D’autres éclipses solaires sont annoncées, souhaitons pour les petits Algériens que ces prochains rendez-vous ne soient pas ratés.
K. M.
 

Comment (7)

    Antisioniste
    20 mars 2015 - 17 h 57 min

    Salamou 3alikoum
    Il fut un

    Salamou 3alikoum

    Il fut un temps ou le savoir au sens noble et large avait eu une place privilégier dans les sociétés humaine de l’antiquité en général. Et malgré le fait que dans ses même sociétés, peu avait accès à se savoir, de grande réalisations et avancé furent dans presque tout les domaines rivalisant avec les notre aujourd’hui relativement parlant. Car des controverses existe encore de nos jours sur ce sujet. Même si elle sont inaudible euphémiquement parlant, pour des raisons éminemment importantes pour les marionnettistes d’aujourd’hui qui sont les rejetons de ceux d’hier.
    Je prend pour exemple le piédestal doré sous les pieds d’Einstein, et l’oubli pour ne pas dire l’effacement, délibérer du Génie de Nicolas Tesla qui mourut dans l’indifférence la plus totale. Après avoir était designer comme persona non grata, un paria, voire, un charlatan par les jaloux et les marionnettistes de son époque. Qui ont était effrayer en se posant la question: Mais ou va t’en mettre les compteurs dans ce cas? Une fois qu’il leur exposa sa théorie pratique de l’énergie électrique gratuite et sans fil.
    Bien des inventions de Nicolas Tesla furent cacher, plagier même par certains que je ne nommerai pas, et qui sont considérait comme des éminences scientifique de nos jours.
    Donc le savoir est un bien Grand Mot pour être prononcé à la légère, surtout dans notre pays, ou ce mot ne fait office que de parure décorative pour ceux qui on sont dépourvue, et de boulet chaud pour ceux qui l’ont en eux même, et qui rêve dans leur cauchemar quotidien de le mettre en pratique.
    Car nos « budgets » « étatique »  » fauté/voté » à l’unanimité par des incultes, ignares, et viscéralement opportunistes, sont destiner presque exclusivement à l’import au lieu de la production. Au festivals de chants, de danse et autres guignoleries assimiler à la culture, au lieu de la recherche et le développement. Nos investissement sont dans le montage, avec le leurre du transfert des technologies et la sacro sainte règle 49/51. Ou étrangement seul les détenteurs des 49% sortent gagnants. Tandis qu’on nous parle de formule gagnant gagnant avec une certitude afficher stupéfiante.
    Alors Monsieur Kamel Moulfi, ne vous étonné pas et ne désespérer pas non plus, et rappeler vous l’adage qui dit : Après la pluie viens le beau temps. Et comme vous l’avez fait remarquer dans votre article à propos de l’éclipse d’un certain mercredi 11 août 1999 qui nous a plongé depuis dans l’obscurité, la providence a voulu nous faire un clin d’œil par l’éclipse d’aujourd’hui, pour nous annoncé incha Allah la chaleur d’une lumière bienfaisante très prochainement, patience.




    0



    0
    New kid
    20 mars 2015 - 17 h 32 min

    La nébulosité du pouvoir nous
    La nébulosité du pouvoir nous donne au quotidien l’éclipse de ses merveilles dans ce monde.
    Il n’y a aucune chance de devenir aveuglé par leur candide et radieuse politique.
    Les couloirs du pouvoir comme des souterrains ou aucune justice ne peut filtrer, vous mènent droit au mur.




    0



    0
    New kid
    20 mars 2015 - 14 h 24 min

    Le pouvoir et le savoir se
    Le pouvoir et le savoir se contredisent. Pendant que le pouvoir s’enrichit, dilapide le peuple algérien, le savoir qui sort des mosquées ne fait que creuser un fossé qui s’élargit dans cette société rentière.
    Pendant que la terre tourne sur elle-même, la lune fait de même autour de notre planète. Le soleil, comme un roi, choisi la lune pour épouse en lui offrant une bague de diamant puis une couronne d’or pur.
    La force de répression dirigée et contournant nos libertés comme les hyènes ricanent autour d’une proie qu’elles essayent de voler.
    Nos libertés risquent de s’éclipser tour à tour
    L’éclipse, en Algérie, est comme la corruption que l’on cache dans le noir des sacs. L’éclipse facilitera les ténébreux dirigeants à faire leurs collectes diaboliques.
    Les ombres chinoises ne font que se multiplier chez ce clan qui fait sombrer l’Algérie dans sa doctrine machiavélique.




    0



    0
    anonyme
    20 mars 2015 - 12 h 51 min

    Société du savoir dites vous
    Société du savoir dites vous ?
    Non , mais non avec cette arabisation à outrance qui ne parle que de la tombe et du comment enterrer une personne.




    0



    0
    ghazel Dilmi
    20 mars 2015 - 12 h 00 min

    Le budget alloué par l’état à
    Le budget alloué par l’état à la masse media lourd (toutes les chaînes de TV et radios) est destiné pour redorer son blason.
    La société du savoir dont tu parles est à ?! Année lumière de chez nous, je te laisse le soin de mettre le chiffre qu’il faut. Je ne pense pas qu’avec des génies sépulcraux qui sont à la télévision s’affaireront à réaliser des émissions dont tu rêves. Waladna pour le moment 3andou la parabole. Dieu merci




    0



    0
    AnonymeTimimoune
    20 mars 2015 - 11 h 27 min

    D’accord avec vous Abou
    D’accord avec vous Abou




    0



    0
    Abou Stroff
    20 mars 2015 - 10 h 57 min

    « Nos enfants ont raté le
    « Nos enfants ont raté le grand rendez-vous entre le Soleil et la Lune » dixit K. M. si au moins, c’était le seul rendez vous raté! en effet, lorsqu’on montre à la télé algérienne un groupe de vieillards en train d’attendre les rapports des « commissions d’observation du croissant lunaire » des 48 wilayas pour confirmer ou infirmer que le lendemain sera le premier jour du ramadhan ou de l’aïd alors que l’astronomie peut calculer avec une précision inouïe la position de la lune, on ne doit pas s’étonner que nos enfants soient en train de rater leur vie, toute leur vie.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.