Le jeune Amar Saïdani

Par Kamel Moulfi – Le plus sérieusement du monde, Amar Saïdani annonce que le prochain congrès de son parti, le FLN, sera celui du rajeunissement, mais il ne dit pas dans quelle tranche d’âge il situe cette opération appelée, selon lui, à rénover l’ancien parti unique. Le souhait de Saïdani a l’air d’une plaisanterie quand on prend comme repère l’âge de ceux qui s’entredéchirent pour lui prendre son koursi de secrétaire général. Les jeunes Algériens, qui forment 70% de la population, on n'arrête pas de nous le dire, sont partout ailleurs : au square Port-Saïd pour vous procurer des devises, dans la rue pour vendre n’importe quoi, sur les gradins des stades prêts à en découdre avec les supporters de l’équipe adverse à coups d’armes pyrotechniques et de couteaux de boucher, dans les salles semi-obscures des cybercafés à cyber-rêver, au milieu de la Méditerranée en harraga vers l’Espagne. Bien sûr, ils sont aussi, mais en nombre nettement moins important, une sorte d’élite, à la tête de leurs entreprises, dans l’économie légale, après avoir fait de bonnes études ou bénéficié du coup de pouce d’un proche. Seulement, allez les trouver dans les institutions politiques ou, par exemple, parmi les ambassadeurs. L’exemple significatif est le gouvernement Sellal, formé presque entièrement de ministres qui ont allègrement dépassé l’âge de la retraite, et les plus jeunes sont tout proches. L’ambition de faire partie du pouvoir n’existe plus chez les jeunes ; elle habite les privilégiés, déjà vieux, qui ont été introduits de longue date dans le sérail et ne veulent plus le quitter à cause de l’habitude prise à profiter de ses avantages matériels. Les jeunes ne sont pas représentés dans les institutions comme ils le méritent. Il faudrait un article 31 ter dans la future Constitution pour imposer leur quota, comme cela a été fait pour les femmes. On imagine mal Saïdani vouloir sérieusement passer le flambeau à la jeunesse. Comble du ridicule : les jeunes ont leur ministère à eux, mais c’est un vieux qui le dirige, Abdelkader Khomri qui a passé sa jeunesse et l’essentiel de sa vie dans le pouvoir et sa périphérie, comme la grande partie du personnel du système, toujours les mêmes.
K. M.

Comment (5)

    Anonyme
    22 avril 2015 - 17 h 18 min

    Voila ou mene les decisions
    Voila ou mene les decisions irreflechies d,un systeme autoritaire placer la tete d,un parti historique un ignorant ladji sans le moindre passe specilise dans les ccoups bas et autres salloperies pour ecarter les hommes integres et meritant voila l,image d,un pouvoir en voie de disparition c,ezt minabje




    0



    0
    Larnaque
    17 avril 2015 - 23 h 21 min

    Si ce n’était qu’une question
    Si ce n’était qu’une question d’âge, ce ne serait pas si grave que ça. Les insanités que débite a longueur d’interview ce soi-disant chef d’un soi-disant grand parti nous renseigne on ne peut mieux sur la déliquescence du clan au pouvoir. Dans une récente interview (lue sur TSA), Mr Saadani a fait montre d’une capacité d’analyse politique sans pareille. Appréciez toute la finesse et la profondeur de son analyse sur tout ce qui se dit ces derniers jours sur Said Bouteflika:
    « Tout ce qui se dit sur Saïd et sur ses ambitions politiques relève de la spéculation qui vise à affaiblir le président et les institutions. Saïd est là au service du président. Il veille à sa protection, suit ses besoins. »
    Dans ma naiveté, je pensais qu’à l’instar de tous les autres pays, il existait un service officiel chargé de la protection du président. Cependant, selon Mr Saadani, en Algérie, c’est son frère Said qui est chargé de cette besogne. La confiance doit certainement régner à El Mouradia. En plus de la protection de son frère, Said suit aussi ses besoins (dixit Mr Saadani). Il suit ses besoins??????? Jusqu’où les suit-il? du bol au ….?????? Sacré drébki! Il n’a vraiment pas perdu la main le bougre!




    0



    0
    kenza
    17 avril 2015 - 18 h 30 min

    Cet inculte va tout
    Cet inculte va tout simplement remplacer les vieux escrocs par de jeunes escrocs et les vieux crétins par de jeunes crétins….
    Ki ghabou tyour b9at el 3amâ eddour !

    Pauvre Algérie! Je crois qu’avec un Saîdani à la tête du FLN on a bel et bien touché le fond et là, comme dirait Fellag, on continue à creuser!




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    17 avril 2015 - 15 h 01 min

    « Les jeunes ne sont pas
    « Les jeunes ne sont pas représentés dans les institutions comme ils le méritent. »=====================================================

    C’est triste et un énorme gâchis qui se payera rubis sur ongle dans quelques années. Enfin un président a l’article de la mort, des ministres a la porte de maison retraite (à la porte du pays serais l’idéal) , un Saidani toujours présent et de plus en plus arrogant, des sympathisants qui vote avec leur pied,un peuple qui lui pense avec son ventre, une belle équipe que vous avez au pays ! Je plains les gars au pays qui vont hérité du pays ,si ils existent encore, c’est moins sur ..




    0



    0
    karimdjazair
    17 avril 2015 - 14 h 58 min

    De toute manière Amar Saidani
    De toute manière Amar Saidani est pas éternel, et le renouvellement dans les spheres du pouvoir est inéluctable.

    Ce parti qui plus est, doit changer de nom, il me semble que notre pays est indépendant depuis 1962 !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.