Où est l’orgueil ?

Par Houari Achouri – La saleté avance à une vitesse vertigineuse dans les rues de la capitale. En certains endroits où elle s’est installée depuis longtemps, elle est carrément repoussante, accompagnée parfois d’odeurs nauséabondes, émanant du mélange d’ordures et d’urine. L’impression de propreté que donnent quelques axes centraux est vite oubliée en prenant les rues adjacentes où l’on tombe directement dans la crasse qui colle aux trottoirs, déjà en piteux état, avec leur revêtement cassé et les flaques d’eau qui éclaboussent les piétons. Les passants soumis à cette ambiance d’insalubrité, et qui y sont maintenant tellement habitués qu’ils ne la ressentent plus, subissent, en plus, les insanités et grossièretés criées par des individus aux allures de malades mentaux qui veulent être entendus et, de toute façon, cherchent à importuner les rares personnes qui continuent à sortir en famille à Alger. Et, en plus, il y a les risques d’agression physique. On peut s’étonner que des élus et responsables communaux acceptent de gérer cette situation lamentable sans le moindre sursaut d’orgueil (le fameux nif) qui permettrait d’y remédier, comme s’ils avaient démissionné. Jamais la capitale n’a connu cet état de décrépitude et, malheureusement, rien n’indique que ça va s’arrêter. Dans ce décor absurde, Abdelkader Khomri, ministre de la Jeunesse, a pensé aux tout-petits, disons aux enfants d’Alger, mais sans prendre soin à leurs fragiles tympans qui reçoivent en plein dans les oreilles des décibels qui causeraient des dégâts irréversibles à des adultes. On appelle cela une «animation musicale». Elle est indistinctement livrée à tous, sans égard pour les âges. Mais plus grave : les activités qui sont organisées en ville, dans le quartier habituel, n’offrent pas le dépaysement que recherchent les enfants. Que coûterait de les emmener en dehors de la ville et loin de ses tumultes, dans des parcs naturels ou dans les forêts urbaines qui existent et qui ne demandent qu’à être préparés à les recevoir ? Cela se faisait avant et avait un nom : «sorties de plein air». Les associations prêtes à s’investir dans ces sorties éducatives et ludiques ne manquent pas. Les familles ne refuseraient pas de payer pour contribuer au financement de la location des bus et de l’achat des casse-croûte ainsi que des prestations éventuelles sur les lieux. Un peu de jugeote, messieurs les responsables, sortez de la routine. Il s’agit d’enfants, une catégorie très exigeante du fait de sa vulnérabilité. C’est l’avenir du pays. Les enfants ne méritent pas qu’on leur balance n’importe quoi !
H. A.
 

Comment (26)

    Anonyme
    9 mai 2015 - 23 h 53 min

    Par anonyme (non vérifié) |
    Par anonyme (non vérifié) | 9. mai 2015 – 23:25

    @

    On n’a pas demandé l’avis d’un stupide sujet marocain au niveau intellectuel au ras des pâquerettes sur un sujet qui concerne l’Algérie, le débat est strictement algéro algérie alors Mêle toi de ce qui te regarde c’est à dire le Maroc dépravé sale au sens large du terme, tu n’intéresses personnes sur ce site AP.




    0



    0
    anonyme
    9 mai 2015 - 22 h 25 min

    @
    Par Anonyme (non vérifié) |

    @

    Par Anonyme (non vérifié) | 9. mai 2015 – 20:20

    Je suis désolé mon message était adressé aux intellectuels et aux humains polis. Je n’ai pas de stock en insultes, je ne consomme pas ce produit.




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 21 h 40 min

    A Réalisme,
    votre constat est

    A Réalisme,
    votre constat est juste, mais en attendant que cet état de droit naisse les citadins peuvent se mobiliser, chacun selon ses moyens, pour pallier aux nombreuses lacunes de notre pseudo-état.




    0



    0
    Realisme
    9 mai 2015 - 19 h 22 min

    Par CHAOUIdeBARBES (non
    Par CHAOUIdeBARBES (non vérifié) | 9. mai 2015 – 18:41

    Avec des yeux habitués a voir une ville normale,une cité normale,comme fut Alger a une certaine époque,bien lointaine,on est simplement horrifié par l’État d’insalubrité des villes Algérienne,comme si ses habitants,n’y résident pas,mais ne font que passer,l’état des rues ne les concernent plus ou pas.
    Pourquoi me dirais-tu..parceque l’Algerie n’a pas encore construit un État au vrai sens du mot,avec ses principes et ses valeurs,avec a sa tête,des responsables nationalistes et compétents..placés sous le contrôle d’une assemblée nationale élue démocratiquement,d’ou sortiraient des institutions solides crédibles et dotés du pouvoir de sanctions..une Justice,une seule justice pour tous.. impartiale,rigoureuse et indépendante,qui n’obéirait qu’a la loi et au droit.
    Ce jour là..le peuple saura,que l’Algerie,toute l’Algerie avec ses boulevards et des ruelles,c’est sa maison..et il y prendra soin..j’en suis sure..le probleme n’est pas là ou on croit qu’il y est!




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 19 h 20 min

    Par anonyme (non vérifié) |
    Par anonyme (non vérifié) | 9. mai 2015 – 19:42

    @

    Dégage (…) marocain mekhzéniste qui ne doit pas encourage Kouider un imposteur marocain comme toi, vous ne débattez pas vous (…) sur nos sites pour distiller votre haine de tout ce qui est algérien. Les algériens sont critiques de tous ce qui se passent dans leur pays, mais les critiques sont constructives et saines, allez vous occupez du (…) à ciel ouvert qu’est le Maroc puant de saletés de toute sorte, de drogue, de prostitution, d’esclavagisme.




    0



    0
    anonyme
    9 mai 2015 - 18 h 42 min

    @
    Par kouider (non vérifié) |

    @

    Par kouider (non vérifié) | 9. mai 2015 – 16:06

    Voilà enfin quelqu’un qui fait une analyse, certes discrète, mais pertinente. Un orgueil vide nous fait accepter des choses; bientôt, il n’en restera que la carcasse!! A méditer…




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 17 h 49 min

    il ne s’agit pas d’orgueil
    il ne s’agit pas d’orgueil mais d’éducation que l’école de benbouzid a cessé de donner depuis sa prise en charge per les intégristes ;
    l’instruction civique a disparu et avec elle le savoir vivre ,le vivre ensemble et l’exclusion de l’autre et ce en l’absence encouragée de l’état ;
    la population évolue sans règles ,anarchiquement à tel point que toute initiative de mettre de l’ordre devient suspecte ;
    tant la population que les autorités locales et la passivité des services d’ordre sont responsables de cette situation
    qui nécessite un PLAN BOUMEDIENNE .




    0



    0
    CHAOUIdeBARBES
    9 mai 2015 - 17 h 41 min

    les Responsables sont
    les Responsables sont immunisaient de cet état de salubrité, puisque leurs cerveaux sont pollués, la course vers l’€UROS est une priorité totale, le peuple il a le temps de s’immunise, les mauvaises personnes ne meurent pas, comment un peuple, qui achète les meilleurs marque pour s’habiller, les meilleurs parfums pour sentir bon et son quartier est le plus sale, il y à un grave problème de façon sur notre hygiène de façon générale, je regarde tous les jours nos chaines de télévisions, (Ennahar TV, Echourouk TV, C. Algérie, la 3, en j’en passe), je suis les reportages qui démontre un laissé aller très grave sur le plan d’hygiène dentaire, 95% des personne interviewés présentent une déficience d’hygiène buccale les dents manquantes un état catastrophique, (un chef d’œuvre en péril), et toute classe confondue chez la gente masculine, pourquoi ce laissé aller de soit ?. Les femmes sont les mieux lotis et présentent une hygiène de vie meilleure que les hommes, l’homme chez nous regarde bien autour de lui et de bien observer son entourage ???. en ce qui concerne la responsabilité de ce manque d’hygiène dans la ville et et partout dans notre pays et les pays du tiers Monde laisse vraiment à désirer, notre fièreté est atteinte et souillée par notre refus de se voir et voir autour de lui, car si chacun d’entre nous contribue au bien de entourage et dans son pays les choses iront mieux voir bien, nous sommes devenus les mal-propres du monde qu’elle honte et nos dirigeant ne se font pas respectaient de par le monde civilisé c’est ce qu’ils méritent comme revers de la médaille.
    Cordialement un Algérien et sans rancune, car toute vérité n’est pas bonne à dire elle devient amère !!!




    0



    0
    icosdz
    9 mai 2015 - 17 h 38 min

    Tout d’abord merci pour ce
    Tout d’abord merci pour ce petit clin d’œil sur la propreté urbaine. Je trouve que les medias ne font pas assez sur cet argument qu’est l’hygiène et la salubrité des espaces publics. Personne n’est censé ignorer que c’est l’affaire de tous les citoyens et sans nul besoin d’orgueil, mais par civisme et devoir.
    La qualité et l’état de l’espace urbain est le miroir le plus honnête de l’esprit de l’administration et des administrés de la ville.
    Nous ne pouvons que nous en prendre à nous même, nous vivons au quotidien dans la contradiction la plus flagrante à tous les points de vue.
    Ne dit-on pas, en islam, que la propreté est un acte de foi ??? et il ne me semble que cela se limite aux ablutions.




    0



    0
    zorba
    9 mai 2015 - 15 h 45 min

    A Selecto;je n’ai rien contre
    A Selecto;je n’ai rien contre les émigrés qui ont déserté l’Algérie,je comprend qu’il est plus facile de s’installer dans un pays déjà construit ou tout fonctionne,écoles,universités,hopitaux,transports,aides sociales,allocations diverses que de construire un pays pour ses descendants.Les étudiants partis a l’étranger essaient de ne pas revenir,de rester sur place en etant plus algériens que les autres,mais avec la mer entre eux et le plus beau pays du monde selon eux.a




    0



    0
    kouider
    9 mai 2015 - 15 h 06 min

    ma3lich, ahna fi hna, y a pas
    ma3lich, ahna fi hna, y a pas d’étrangers avec nous, on les a tous chassé.
    et puis nous on ne peut pas vivre sans cette odeur, ça coule dans les veines.
    le désordre, la saleté ça fait parti de nous.Nous , on n’aime pas l’étranger, on ne veut pas qu’il vient chez nous.on est comme le peuple choisi,on veut rester seul, pas de mélange.
    c’est pour cela qu’on a tout algerianisé et arabiser.
    ça a bien réussi, on peut s’entretuer facilement entre nous et personne ne s’ingère dans nos affaires.




    0



    0
    Damoclès
    9 mai 2015 - 14 h 53 min

    Bien sûr que nos autorités
    Bien sûr que nos autorités sont incompétents: personne n’est à son poste: il n’y a que des opportunists occupés à faire des affaires qu’à gérer la ville. L’exemple vient de plus haut! Mais que dire de nos concitoyens? Sont-ils à ce point préoccupés par l’hygiène de leur quartier? ils se comportent mal, trés mal. Il m’arrive de croiser des citoyens qui jettent tout sur leur passage (gobelets vides de café, de glace, des paquets vides de cigarettes, des boites de chique, etc.). Il y en même qui crachent leurs molards là où ça leur plait et gare à celui qui fera la moindre Remarque. Que dire de ces malpropres qui urinent là où ils peuvent? J’ai une voisine qui s’amuse à jeter ses ordures de sa fenêtre juste après le passage des éboueurs. Confrontée, elle m’a répondu de parler à son mari. Connaissant le coco, j’ai préféré ne pas lui adressé la parole. Il m’a un jour exclu de l’Islam parce que je lui ai dit que je me lavait les cheveux avec du shampooing. Vous voyez à qui j’avais affaire.




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 14 h 41 min

    Le citoyen doit faire sa
    Le citoyen doit faire sa part, mais il n’en est rien, chez lui c’est propre, mais la rue est une poubelle géante qui ne le dérange pas, ce sont les citoyens qui sont inciviles et n’en parlons pas de la corruption qui règne dans nos mairies. Ce n’est pas l’état seulement qui doit être montré du doigt, mais c’est l’État et les citoyens qui ne font rien pour éduquer leurs enfants dans le respect d’autrui, et la propreté c’est une question de savoir vivre et d’éducation. L’exode rurale due au terrorisme et aux terroristes islamistes a détruit nos ville, ce sont les ruraux qui s’imposent dans nos villes ils ont laissé leur terres, leurs maisons rurales pour nous envahir et s’accaparer de logement sociaux, Bouteflika et son clan ont détruit le pays, nos villes parce qu’ils n’ont jamais fait des plans d’urbanisme et non rien fait pour nettoyer nos villes de ces ruraux par des incitatifs à retourner chez eux dans leur campagne et leurs terres, il y a du travail à faire pour nos ruraux les terres ont besoin de bras.




    0



    0
    Abou Stroff
    9 mai 2015 - 14 h 26 min

    Où est l’orgueil ? quel
    Où est l’orgueil ? quel orgueil? un peuple qui accepte d’être dirigé par un mort-vivant et qui attend qu' »on » lui désigne son nouveau fakhamatouhou lorsque l’actuel se mettra à grignoter les pissenlits par la racine n’a aucune fierté et ne peut avoir aucune fierté.
    « on » a fait de nous de simples tubes digestifs ambulants et rien d’autre! quelqu’un a t il entendu parler d’un tube digestif ambulant qui aurait fait ou qui ferait la révolution pour changer son statut de tube digestif ambulant? bien sûr que non.
    un tube digestif ambulant a une fonction et une seule: il bouffe pour ensuite déféquer et bi ci tou!




    0



    0
    anonyme
    9 mai 2015 - 13 h 50 min

    Et pourtant, par
    Et pourtant, par nationalisme, quand nous parlons de notre Pays on en brosse un tableau comme si c’était le Paradis sur terre. Je suis tombé dans ce piège en invitant un ami suisse à qui j’avais dit beaucoup de bien de l’Algérie. On est parti ensemble à Oran que je n’avais jamais visité auparavant; je ne vous dis pas. L’hôtel ressemblait à tout sauf à un hôtel. Les toilettes dans les restaurants. Le personnel n’est pas à la hauteur. Bref, au lieu de rester 4 jours on a fait demi-tour après y avoir passé 24 heures. Mon ami est très pudique et très poli n’a rien dit. Je ne savais pas où me mettre. Sans vouloir présenter une Algérie rivalisant avec la Suisse, j’avais espéré au moins faire visité un pays propre où les services de base sont assurés comme je connaissais dans les années 70 et 80.




    0



    0
    Algérienne
    9 mai 2015 - 13 h 18 min

    Pour voir la saleté de nos

    Pour voir la saleté de nos villes et surtout de la capitale, les responsables qui détiennent les postes clés doivent être propres.
    Une personne propre ne peut tolérer l’insalubrité.




    0



    0
    selecto
    9 mai 2015 - 13 h 17 min

    @Par zorba (non vérifié) | 9.
    @Par zorba (non vérifié) | 9. mai 2015 – 11:57

    RAIS al balance, tu ne rates pas une occasion pour insulter les Algériens qui vivent à l’étranger, parce qu’ils connaissent ce que vous possédez à l’étranger sans parler de vos proches qui viennent se ravitailler en drogue en banlieues parisiennes, avec des passeports diplomatiques.




    0



    0
    Rien ne va plus
    9 mai 2015 - 13 h 13 min

    Quand vous saurez le pourquoi
    Quand vous saurez le pourquoi de la chose la déception n’aura plus sa raison d’être




    0



    0
    selecto
    9 mai 2015 - 13 h 13 min

    Ne parlons pas des toilettes
    Ne parlons pas des toilettes des consulats, c’est un merdier.




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 12 h 42 min

    Nos dirigeants d’en haut en

    Nos dirigeants d’en haut en bas sont dénués d’orgueil qu’il ont laissé dans le mangeoire et les smagouilles




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 12 h 22 min

    Même Thalassa a fait son

    Même Thalassa a fait son émission sur l’Algérie d’en haut …Vue du ciel.

    J’imagine que nos dirigeants dire au responsable de l’émission: SVP, ne pas zoomer de prés.




    0



    0
    Anonyme
    9 mai 2015 - 12 h 16 min

    @Par fatah (non vérifié) | 9.
    @Par fatah (non vérifié) | 9. mai 2015 – 12:08

    J’ai eu un fou rire! Un commentaire qui relate toute la situation.

    OUI, nos dirigeant regarde le ciel et évitent de regarder en bas.
    Il n’ont pas le courage de confronter la sale réalité.




    0



    0
    Kahina
    9 mai 2015 - 12 h 12 min

    Il faut demander à M. Le Wali

    Il faut demander à M. Le Wali d’Alger, Zoukh, pourquoi notre capitale est très sale, inchoufable. D’ailleurs, je trouve qu’on a pas de capitale digne de ce nom. Une ville archi-encombrée qui a deux ou 3 rues dont tout le monde est fier. Et c’est tout.
    Il faut se l’avouer, nos voisins sont plus avancés que nous sur ce plan.
    Le Wali avec ses maires, le groupe des feignants, doivent établir un planing de salubrité au quotidien. Les municipalités doivent accomplir leur devoir. Les ordures doivent être ramassées à temps , triées et puis traitées dans un lieu isolé de la ville. En contrepartie, il faut imposer des amendes pour le non respect de la salubrité des lieux.

    Je crois que le Wali a une voiture en verre fumée, il ne voit la catastrophe écologique de la ville qu’il gère ( ???).

    Il y a un manque terrible de la verdure. On a juste de la poussière, du béton de constructions sans goût donnant un visage désolant d’un pays sous développé anarchique sale.
    Le feu vert et le feu rouge sont inexistants dans la plus part des rues.

    C,est malheureux, nos dirigeants sont tout le temps à l’étranger, mais il n’ont pas remarqué la propreté des villes et des pays Où ils séjournent.




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    9 mai 2015 - 11 h 49 min

    Je pense à mes compatriotes
    Je pense à mes compatriotes qui ont encore le sens citoyen et qui devant l’état pitoyable de la Capitale ne s’engage pas concrètement vont être happé eux et leur enfant. Que faire ? Nous avons perdu pendant la décennie noire une partie de la classe moyenne algérienne ( exil) qui était un élément stabilisateur, car produit d’une ascension sociale réussie et baromètre de la société. Les couches populaires pouvaient encore s’identifier a celle-ci et ainsi mimer les codes sociétaux et cultuels de cette classe qui malheureusement n’existe plus ou en nombre insuffisant. La classe moyenne disparue, les couches populaires regardent la classe la plus privilégiée en un mot ceux qui nous gouvernent et comme n’ont pas fait de la propreté un élément majeur, mais plutôt l’enrichissement personnel de leur politique le peuple les imite en un mot être riche et le crier au-dessus d’un tas de fumier.
    On ne pourra jamais assez comprendre que l’effondrement de la classe moyenne que l’on appelle également « l’idéal raisonnable  » éduqué qui a fuit le pays est également un drame, car elle faisait fonction de lien social fort entre les couches aisées et les couches défavorisées. Elle a été remplacée au pays par des arrivistes et nouveau bourgeois qui ont certes les attributs d’une classe moyenne ayant un fort pouvoir d’achat, mais qui aucune éducation de base et encore moins celle de la sociabilité. Tout est un ensemble qu’il faut regarder et corriger cela prendra du temps, mais sans volonté politique la situation va empirer. Pendant la révolution française, c’est grâce à la classe moyennes que la monarchie est tombée quand elle vient a manquer le « roi « et ses sbires peuvent régner indéfiniment sur le pays voilà ce qui expliquerait également que Bouteflika soit encore là, car lui même géniteur originelle de la nouvelle « classe bourgeoise  » (arriviste , paysan ,) qui le soutient même sur un fauteuil roulant.




    0



    0
    fatah
    9 mai 2015 - 11 h 08 min

    nos différents ministres de
    nos différents ministres de l’environnement préfèrent s’occuper de la couche d’ozone, le ramassage des ordures ne les regard pas , trop peu pour eux, se couvrant de ridicules les pauvres c…




    0



    0
    zorba
    9 mai 2015 - 10 h 57 min

    Les algérois sont les
    Les algérois sont les premiers responsables de la saleté de leur ville,suivi par la municipalité.En Europe voisine,les encombrants sont recupérés sur appel teléphonique,grandes villes,ramassés tous les mois ,villes moyennes,uriner sur la voie publique,dejections canines,sorties des poubelles avant l’heure,depôt de sacs de déchets,amendes dissuasives.Bien sûr il y a toujours des contrevenants comme partout.Essayez d’allumer une cigarette dans un café,le métro,le bus,une salle d’attente,impensable,vous étes rappelés a l’ordre immédiatement,les algériens a l’etranger s’y plient mais chez eu nenni.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.