Pourquoi nous en parlons peu

Par R. Mahmoudi – Des lecteurs nous ont reproché de ne pas consacrer assez d’articles à la guerre du Yémen, comparativement aux autres événements majeurs ayant secoué la région arabe au cours de ces quatre dernières années (Tunisie, Syrie, Libye, Egypte). Connaissant notre engagement, à la fois contre les plans de destruction du monde arabe – l’intervention militaire en cours au Yémen en fait partie – et contre leurs instruments locaux – la monarchie wahhabite en tête –, nos fidèles lecteurs ont l’habitude de s’exprimer et d’échanger leurs opinions en toute liberté sur nos colonnes, et ne se gênent pas de concevoir leurs contributions, c’est souvent le cas, comme un acte militant. C’est pourquoi nous tenons compte de leurs observations. Or, pour ce qui concerne les événements au Yémen, si Algeriepatriotiqueévite de commenter au quotidien l’agression militaire qui se poursuit contre le peuple yéménite, sous prétexte de le protéger contre «l’invasion chiite», ce n’est point par indifférence ni par crainte de s’afficher pour ou contre telle ou telle partie en conflit, loin s’en faut. Mais plutôt par simple souci de ne pas reproduire les même raccourcis cultivés par les grandes agences de presse et les médis dominants, dont on connaît trop bien la propension à la manipulation de l’information. Il faut dire que les autorités saoudiennes ont instauré, en plus d’un blocus aérien et terrestre, un véritable blocus médiatique sur le Yémen. Ce qui leur permet déjà d’occulter l’ampleur des destructions d’infrastructures et le nombre de victimes civiles des raids prétendument menés contre des cibles militaires, tout en embrouillant les enjeux. Pour faire passer la pilule, elles ont par exemple réussi à faire ancrer l’idée que les partisans de l’ancien président Ali Abdallah Salah (déchu en 2012) combattaient aux côtés des Houthis qui ont destitué le Président pro-saoudien Mansour Hadi. Cela dit, Algeriepatriotiquefait partie des rares médias, aujourd’hui, qui parlent explicitement d’«agression» contre le Yémen. Nos lecteurs sont les premiers à s’apercevoir que dans tous nos articles et éditoriaux consacrés à ce conflit, nous n’avons cessé de dénoncer le silence inexpliqué des élites arabes sur cette attaque injuste et criminelle contre un peuple pacifique et pauvre, et de condamner l’hypocrisie d’un pays comme l’Egypte de Sissi qui a donné sa caution à cette agression pour des raisons évidentes d’intérêts économiques ; l’Egypte financièrement exsangue a besoin des fonds des Emirats arabes unis et de l’Arabie Saoudite, deux pays opposés aux Frères musulmans soutenus par le Qatar.
R. M.

Comment (59)

    karimdjazair
    11 mai 2015 - 20 h 12 min

    Ariso de tel aviv, j ai bien
    Ariso de tel aviv, j ai bien compris que tu n étais pas algérien lol.

    ET je vois que tu baragouines et gigote ya (…) Tu défends non pas curieusement, mais naturellement le chaos dans le monde arabo musulman et justifie meme son pillage, tu confirmes ta seconde nature : l imposture.




    0



    0
    Fouedz
    11 mai 2015 - 13 h 28 min

    Etranglée par 40 ans de
    Etranglée par 40 ans de guerre au Sahara occidental où elle contraint une population à l’exil et à la mort, la feodale monarchie allaouite est engluée dans une gestion du pouvoir calamiteuse. Le roitelet M6 qui n’a rien changé à la situation économique et sociale de ses sujets depuis 15 ans continue de régner comme un potentat alors que sa population continue de fuir le pays à la recherche de l’eldorado européen. L’Arabie Saoudite lui remboursera son F16 mais entre temps, combien de civils assassinés ?




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 13 h 22 min

    Sahara Occidental : Le
    Sahara Occidental : Le pillage des richesses naturelles continue grace a la complicite de la france.

    Au Sahara occidental occupé, le pillage des ressources naturelles de ce territoire non autonome a franchi une étape inquiétante au cours de ces deux dernières années, estiment dans une mise en garde envoyée le 15 avril dernier au secrétaire général de l’ONU, quelque 243 ONG, dont Western Sahara Resource Watch (WSRW).




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 13 h 14 min

    Le Maroc soupçonné de saboter
    Le Maroc soupçonné de saboter la production tunisienne.

    Dans les villes de Medhilla, Metlaoui, Oum Larayes et Redeyef, plusieurs centaines de sans-emploi empêchent désormais les unités de production de tourner normalement. «Cela ne devrait pas continuer comme cela», insiste l’UGTT.

    Depuis lundi dernier, le siège social de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) a fermé ses portes, après l’extension de l’arrêt de production à toutes les mines et usines d’acide phosphorique. La Tunisie est pourtant le 5e producteur mondial de phosphate. Le secteur assurait 12% des exportations.

    Les habitants des villes minières du Sud-Ouest (Metlaoui, Oum Larayes, Medhilla et Redeyef) n’ont jamais arrêté, depuis janvier 2011, leurs requêtes pour le travail et contre la marginalisation. Le taux de chômage dans la région dépasse les 35%. Mais, la CPG ne peut, à elle seule, absorber les dizaines de milliers de chômeurs de la région, d’autant plus qu’elle vit dans un environnement international concurrentiel nécessitant de baisser le prix de revient.

    Les directions respectives de la société, de concert avec les gouvernements en place depuis 2011, ont essayé des palliatifs temporaires, en procédant à des recrutements dans des sociétés d’environnement ou de transport, qui sont des secteurs annexes à la production de phosphate. «L’UGTT soutient la reprise du travail. Mais la situation ne saurait continuer dans ce chaos», souligne Hichem Brahmi, secrétaire général adjoint du syndicat des cadres dans une déclaration à l’envoyé de l’agence TAP à Gafsa. «La suspension du travail au siège social va se poursuivre jusqu’à la reprise des activités dans les unités de production», ajoute-t-il.

    Dans les villes de Medhilla, Metlaoui, Oum Larayes et Redeyef, plusieurs centaines de sans-emploi empêchent désormais les unités de production de tourner normalement. «Cela ne devrait pas continuer comme cela», insiste le syndicaliste. «Nous avons l’intention d’alerter les autorités sur le niveau de dégradation, jamais atteint auparavant, de la situation à la CPG et leur proposer des solutions de sortie de la crise», ajoute Brahmi.

    «Ce n’est pas normal que des sans-emploi empêchent la production de tourner», pense Sami Tahri, le secrétaire général adjoint de l’UGTT. «S’il est vrai que l’Etat doit assumer ses responsabilités en matière de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté et la marginalisation, cela ne veut nullement dire que les chômeurs peuvent se permettre d’empêcher les actifs de travailler, comme c’est le cas dans le bassin minier de Gafsa. Cela ne ferait qu’encourager le chaos», ajoute-t-il.

    Pour ce syndicaliste, le blocage ne saurait se poursuivre indéfiniment, au nom de l’équité sociale. «Il y a aussi le droit au travail et, surtout, l’intérêt du pays. Les milliards de dinars de richesses perdues auraient pu servir à la création de milliers d’emplois», pense-t-il. En guise de solution, il propose de «réunir le plus large consensus possible autour d’une solution concertée et veiller à l’appliquer. Même si une minorité s’y oppose. Il y va de l’intérêt de la Tunisie», ajoute-t-il pour exprimer sa réprobation de ce qui se passe actuellement à la CPG.

    Marchés perdus

    Cette crise a fait perdre à la Tunisie son cinquième rang de producteur de phosphates à l’échelle mondiale, avec huit millions de tonnes. La production en 2014 a atteint à peine les cinq millions de tonnes. Le Trésor public a perdu annuellement près d’un milliard de dinars (450 millions d’euros) depuis 2011. La Tunisie a perdu plusieurs marchés à l’échelle internationale au profit du Maroc et de la Jordanie. Les pertes sont d’autant plus importantes que les cours du phosphate et des engrais chimiques dérivés enregistrent des hausses substantielles.

    Certains analystes n’hésitent pas à pointer du doigt les Marocains, les accusant d’être les instigateurs de la poursuite de la crise et de la hausse du prix de revient du produit tunisien. «Il y a une société, financée par des fonds occultes en France, qui assure le transport du phosphate des mines vers l’usine d’acide phosphorique de Gabès avec des camions, nécessitant un coût cinq fois plus cher que la SNCFT (20 dollars au lieu de 4). Et chaque fois où l’activité ferroviaire reprend, ces transporteurs paient des jeunes pour tenir un sit-in», explique Ali, un ingénieur agronome de la région, qui accuse les Marocains de financer ces casseurs.

    Toutefois, les gouvernements successifs n’ont pas pu convaincre les protestataires de l’absurdité de leurs requêtes pour l’emploi dans une société qui a une capacité limitée. «Tous les chômeurs ne peuvent être recrutés à la CPG», ironise l’ingénieur agronome. Le président Béji Caïd Essebsi a évoqué ce grave problème lors d’une interview le 8 mai sur Al Hiwar Ettounsi TV. Il a insisté sur le fait que «l’emploi est un droit, le travail est un devoir». BCE a promis un début de solution dans 10 jours.




    0



    0
    El harachi
    11 mai 2015 - 10 h 20 min

    @ Mouloudeen.. Ok tu es le
    @ Mouloudeen.. Ok tu es le seul patriote en Algérie, et tu connais l Algerie de souk ahras jusqu’à sour El Ghozlane, Aumal au temps des français et auzia au temps des romains et aujourd’hui el harach est habité par Souara .. Cher compatriote si tu es heureux de ta vie en Algérie je te souhaite longue vie mais sache une chose tu ne vivras jamais mieux que les peuples des pays que tu insultes… Réveilles toi …




    0



    0
    Ariso de Chekfa jijli
    11 mai 2015 - 10 h 10 min

    Par karimdjazair (non
    Par karimdjazair (non vérifié) | 11. mai 2015 – 9:58

    Tu jacasses pour ne rien dire. Tais-toi bahdaltna yalbahloul. Main basse sur les richesses comme si, ces ‎occidentaux les ont dépossédées de ces richesses sans leur versés aucun sou. Je suis arabe ! Un arabe cassé ‎oui !




    0



    0
    Ziad Alami
    11 mai 2015 - 10 h 00 min

    Le Maroc perd un F16 et son
    Le Maroc perd un F16 et son pilote au Yémen (Source/ Site propagandiste du Makhnez Bladi,net).

    Le Maroc a perdu dimanche soir l’un de ses avions de combat F-16 au Yémen, où il participait aux opérations militaires de la coalition arabe menées contre les rebelles yemenites, d’après un communiqué de l’inspection générale des Forces Armées Royales.

    L’appareil faisait « partie de l’escadrille des Forces Armées Royales (FAR) mise à la disposition de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite pour soit disant la restauration de la légitimité au Yémen est porté disparu depuis ce dimanche à 18h00 locales », précise la même source.

    « Le pilote du 2ème avion qui évoluait en formation n’a pas pu constater si le pilote de l’avion touché avait pu s’éjecter », selon le communiqué du service de presse de l’Inspection Générale des FAR, cité par la MAP.

    D’après la même source, les recherches et les investigations se poursuivent activement. L’armée marocaine promet de communiquer ultérieurement sur l’évolution de ces recherches.

    Le Maroc a décidé début mai qu’il allait poursuivre pendant encore trois mois les frappes aériennes contre le Yémen aux côtés de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite.

    Les médias yéménites n’ont pas confirmé l’information, mais Daif Allah Al-Shami, le responsable communication du Yemen a déclaré ce matin que les rebelles avaient abattu hier l’avion marocain dans l’espace aérien du Yémen. Les débris du F16 sont en leur possession, affirmant que le pilote est entre les main de Daech donc certainement ils vont lui faire porter la combinaison orange comme pour le pilote jordanien en Syrie.




    0



    0
    Rien ne va plus
    11 mai 2015 - 9 h 55 min

    Cette famille saoudienne qui
    Cette famille saoudienne qui a détruit au siècle dernier la maison du prophète et de ses camarades, n’était-elle pas sur le point de détruire sans hésitation le tombeau du prophète. Mais grâce à l’intervention énergique des musulmans pakistanais et égyptiens de l’époque, cette famille bédouine dirigée aujourd’hui par un roi malade et aliéné, hésitera-t-elle pour garder sa monarchie à détruire le monde arabe et musulman.
    Avant les traitres s’enfuient et se cachent. Petit à petit, ces déchets humains se sont frayés des postes sensibles au sein des établissements étatiques avec la complicité de leur manipulateurs jusqu’au jour où ils ont été érigés et installés à la tête des Etats. A tel enseigne que le patriote est devenu suspect parfois même qualifié de traitre, et le traitre lui-même devint grâce à l’argent l’exemple d’un véritable patriote à suivre.
    Cette coalition lavette d’arabe, dite saoudienne qui est en train de détruire le berceau de l’arabité, pourquoi n’allait-elle pas libérer la mosquée d’Al Aqsa en Palestine occupée prisonnière depuis plus de soixante ans. Là-bas parce qu’il y a le Tsahal qui leur fait mouiller leur kamis et pantalon ! Mais tant que cela arrange les anglo-saxons, et les intérêts sionistes dans le monde qu’ils soient américains ou russes, ces derniers laissent faire chacun à sa façon. Cela démontre aussi et clairement que l’alliance avec les Russes ou les chinois coutent cher en pertes de vie humaines et en infrastructures.
    Quant à l’alliance de la résistance qui combatte les terroristes de la maison blanche à leur tête l’Iran (EI ? Daech, Qaeda, et je ne sais quoi autres appellations…) cette coalition qu’elle aille se faire cuire des œufs tant qu’ils n’ont pas décidé d’attaquer extra-muros les têtes de cette vipère terroriste, et se contentent tout simplement de se défendre sur leur propre sol.
    L’un des buts principaux des milices multinationales anglo-saxonnes n’est-il pas de faire épuiser à long terme les principales armées arabes qui peuvent menacer les intérêts israéliens. Et ce qui se passe actuellement.
    Et comme disait l’adage populaire algérien « أضربوا يعرف مضربو ».




    0



    0
    Kamel
    11 mai 2015 - 9 h 40 min

    Est-ce que le pilote de
    Est-ce que le pilote de l’avion marocain abattu va finir en combinaison orange ?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.