La guerre civile a commencé

Par Khider Cherif – Ce n’est pas parce que la presse n’en a pas parlé ces derniers jours qu’il ne se passe rien en Libye. Au contraire, les événements s’y accélèrent à une vitesse vertigineuse. Il se pourrait même qu’ils déterminent l’avenir du pays. Le dialogue interlibyen n’ayant, jusque-là, rien donné et, persuadé de toutes les manières que la solution à la crise ne peut être que militaire, Haftar a donné, voilà plusieurs jours, ordre à ses hommes d’attaquer les positions des milices alliées au Gouvernement d’union nationale (GNA). Actuellement, la bataille fait rage entre les unités de l’Armée nationale de libération (ANL) autoproclamée et l’un des bataillons de la milice de Misrata pour le contrôle de la base aérienne de Tamenhant se trouvant dans le Sud du pays.

Officiellement, l’ANL a dit avoir lancé cette campagne pour éradiquer les poches terroristes qui continuent à prendre en otage le Fezzan, une région connue aussi pour être le lieu de tous les trafics. Tout le monde aura cependant compris qu’en cherchant à reprendre cette base stratégique, Haftar veut surtout encercler Tripoli dans la perspective de faire tomber le Gouvernement d’union nationale qu’il accuse d’être noyauté par les islamistes et des opportunistes attirés par l’appât du gain. Au-delà des raisons invoquées par les uns et les autres, la Libye est donc techniquement en pleine guerre civile. Une guerre civile qui, au vu de l’équilibre des forces et en l’absence d’une sortie de crise réaliste, risque malheureusement de se prolonger dans le temps.

Paradoxalement, l’offensive menée par l’ANL dans le Fezzan a été accueillie favorablement par une grande partie de la population qui la considère comme une manière de crever l’abcès et de mettre du mouvement dans le statuquo ambiant. Déçus par la gouvernance du GNA dont tout le monde sait qu’il est otage de très nombreuses milices, beaucoup de Libyens, y compris ceux originaires de l’Ouest du pays, considèrent Haftar comme l’une des rares personnalités à être encore capable de remettre la Libye sur les rails. Cela ne plaît évidemment pas à de nombreux acteurs extérieurs à la Libye qui cherchent à tout prix à l’éjecter du jeu.

K. C.

Comment (4)

    mouad
    15 avril 2017 - 13 h 53 min

    Haftar
    le printemps est terminee, la contre revolution ca commence




    0



    0
    Thidhet
    15 avril 2017 - 5 h 51 min

    Complexe
    Les libyens, c’est comme certains complexés de chez nous: ils sont convaincus que la meilleure solution à leurs problèmes ne peut venir que des pays occidentaux. Résultat: ils s’enfoncent de plus en plus dans le pétrin.




    0



    0
    Anonymous
    14 avril 2017 - 17 h 41 min

    Il appartient au peuple
    Il appartient au peuple lybien de se ressaisir et identifier l’enjeu: decapiter leur pays pour s’accaparer ses richesses , le dépecer en morceaux à offrir aux juifs qui colonisent la Palestine , et aux bicots en quête de territoire à acheter :Qatar et autre. Les clans qui s’entretuent ont tous des pays qui les dirigent: USA Gb , France Turquie et tous les khrabes de l’Arabie. Si khaftar est le moins mauvais alors soutenons le car la destruction de la lybie sera le prélude à notre propre destruction.




    0



    0
    [email protected]
    14 avril 2017 - 14 h 34 min

    la guerre civile a commencé
    cela prend l’ampleure d’une tres grande decadence de la paix et la securité meme celle qui est sous l’egide des nations unis qui predit un avenir incertain pour la region du maghreb le nouvel ordre mondial est en ebullition et n’obeit a aucun critere de dialogue sauf celui de la guerre.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.