Koribaa Nabhani l’intellectuel

Par Saâdeddine Kouidri – Lors d’une rencontre tenue hier et animée par des philosophes à la Bibliothèque nationale, d’anciens élèves ont couvert d’éloges posthumes leur ancien maître sorbonnard, au lieu de s’atteler à nous le faire découvrir un peu mieux. Ils nous apprennent qu’il a répondu au livre Les Versets sataniques de Salman Rushdie, lui le grand érudit, sans nous indiquer ne serait-ce qu’un élément de sa réponse, qui n’a pas trouvé d’éditeur, y compris à titre posthume apparemment. Il est l’ami de Sartre avec qui il n’était pas d’accord, en quoi il n’était pas d’accord, on ne le saura pas… Parce que ponctuée d’omissions et de réponses timides, jusqu’aux affirmations opposées à ses idées jettent le doute sur l’enseignement aujourd’hui de la philosophie. Nous apprendrons certainement plus par ce jeune professeur de l’université de Sétif qui prépare son doctorat sur la philosophie de l’esthétique de Nabhani qui a comme centre l’individu ou le concept de l’Humain universel. Ne faut-il pas revenir à l’essentiel en rappelant que l’intellectuel est tout simplement cette personne qui surgit, quand tous les autres s’avouent vaincus. Nabhani Koribaa est un de ses rares intellectuels qui sont montés au créneau dans les années 90 quand d’autres se sont tus. Lors de la lutte de Libération, alors que les intellectuels semblaient être plus nombreux qu’aujourd’hui, il s’était versé dans la défense de nos hôtes marocains, il a accompagné le roi Mohammed V au début des années 50. Il est un intellectuel engagé tout en préservant sa totale liberté individuelle comme le lui dicte sa philosophie tout en restant fidèle à l’esprit du serment de Novembre. Il n’a jamais revendiqué un statut particulier, bien au contraire, car il est cet enfant du peuple de demain.
S. K.
Ndlr : Les idées et opinions exprimées dans cet espace n’engagent que leurs auteurs et n’expriment pas forcément la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

Commentaires

    kheddache
    10 avril 2017 - 12 h 25 min

    J’ai eu l’honneur d’être une
    J’ai eu l’honneur d’être une des étudiantes des années 76 à 79 du Docteur Koribaa NABAHANI , dans le département de PHILOSOPHIE à la Faculté Centrale d’Alger, il nous enseignait le Français à travers des courts textes Philosophiques qui ne dépassaient pas la dizaine de ligne, C’était un vrai plaisir que d’assister à ses cours de Philosophie ,On sentait bien le message qu’il voulait nous faire parvenir – lui qui ne voulait pas échanger son poste d’enseignant – contre un autre beaucoup plus rentable financièrement . Docteur en ESTHÉTIQUE il a su nous faire aimer et nous inculquer la notion du BEAU ,J’ai aimé ses œuvres notamment Le Bien et le Mal dans le Coran; Je crois que je n’oublierai jamais ses cours et que je l’évoquerai toujours en bien ,Je profite de cette occasion pour remercier les autres professeurs de cette période aussi importants que le Docteur Nabahani à savoir CHEIKH BOUAMARANE- AMMAR TALBI- RABIE MIMOUN- CHERIET- ZAID-et le Doccteur Egyptien ESSERYAQUOUSSI merci et un peu plus d’hommage à ces Géants de la PHILOSOPHIE




    2



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.